La Compagnie Poudre d'Or présente Crosse en l'air à Alise-Sainte-Reine

La Compagnie Poudre d'Or présente Crosse en l'air à Alise-Sainte-Reine

Contact :

Contact et réservations, Alesia Bar

16 rue du Miroir

21150 Alise Sainte-Reine

03 80 96 19 67

alesia.resto@gmail.com

Contacts programmation, diffusion : Yves Petident

06-60-74-97-47 – yves.p89@gmail.com


25 novembre 2014

Dans le cadre de la Mission centenaire 14-18, la commune d’Alise Ste Reine propose de nombreuses manifestations. Samedi soir, c’est à l’Alésia Bar que Laurence Gemble (Piano), Yves Petident (Voix) feront partager des poèmes et des textes des soldats de la grande Guerre signés de Noëlie Drous, Marcel Martinet, Marc de Lassigny de Civrieux, Eugène Dabit et d’auteurs anonymes sur une idée originale de  Sandrine Boirel. Une interprétation originale, qui touche l’âme du doigt sans écorner le fond… un duo piano-voix au service de textes pacifistes et humanistes de 14-18. 

 

 


Poètes militants, reconnus ou anonymes, poètes soldats, poètes civils, femmes et hommes de poésie qui ont écrit pour dénoncer la guerre, avant qu’elle n’éclate et sur le champ de bataille, en pleine tourmente, leurs textes sont forts, ils ont risqué leur vie pour les écrire, dans ce contexte historique de Sainte Alliance, d’Union Nationale où la moindre voix contradictoire devait être réduite au silence. Ces poèmes puissants, parfois désespérés, dénonçant les horreurs de la guerre, appelant à la désobéissance, exhortant les femmes et les hommes à dépasser leur condition, sont tous emprunts d’un humanisme bouleversant qui trouverait toute sa place dans la poésie d’aujourd’hui.

 

La Compagnie Poudre d'Or présente Crosse en l'air à Alise-Sainte-ReineTous les poèmes joués dans le spectacle ont été écrits entre 1914 et 1918 - à l’exception des chansons Gloire au 17ème  (1907) et Adieu m’amour  (1901). Si le thème est grave, les textes parfois douloureux et toujours poignants, le spectacle est vivant. La compagnie l’a voulu ainsi et non pesant.
Charles Koechlin est né à Paris le 27 novembre 1867 et décédé au Canadel dans le Var le 31 décembre 1950.  Sa musique… des sonatines... n’a sans doute pas été écrite pour illustrer ces poèmes, pourtant elle s’est imposée lors de la recherche des œuvres poétiques et musicales. Par sa beauté à la fois légère et profonde, la musique de Koechlin correspond en tous points à l’esprit du spectacle. L’esprit de mon œuvre et celui de toute ma vie est surtout un esprit de liberté. Charles Koechlin fut un humaniste, ami de Romain Rolland, il chercha, notamment pendant la première guerre mondiale, à toujours transcender les angoisses de la guerre par une activité créatrice et militante. Ses Cinq Sonatines - op. 59 - 1915-1916 –Les sonatines de Koechlin sont présentes tout au long du spectacle, se mariant aux mots avec force et finesse.

 


Le spectacle s’ouvre avec la chanson Gloire au 17ème , chanson hommage aux soldats du 17ème régiment qui, en 1907 avaient refusé de tirer sur les vignerons en grève et, pour symboliser leurs refus d’obéissance avaient levé leurs fusils, crosses en l’air.? On retrouvera la musique de cette chanson pour une scène savoureuse autour d’un document de la censure postale qui avait intercepté une lettre adressée à un soldat du front, contenant une chanson antimilitariste, qui se chantait sur la mélodie de Gloire au 17ème .? Il se poursuit sur une chansonnette d’amour bonsoir m’amour, créée en 1901 et qui sera reprise pour la fameuse Chanson de Craonne. Le parallèle entre la chanson de variété et l’hymne aux refus de combattre est intéressant et montre comment une bluette écrite près de 15 ans avant la guerre devait toujours être dans l’esprit des soldats au front. Les poèmes de Noëlie Drous, militante féministe et ouvrière, Marcel Martinet, s’enchaînent, s’entrecroisent avec ceux d’Eugène Dabit, Marc de Lassigny de Civrieux, d’anonymes ou inconnus soldats du front.


Entre le théâtre, le tour de chant, le conte et la lecture de poèmes, ce spectacle ne laisse pas sans émotion. L’expression crosse en l’air symbolise l’acte de rébellion des soldats qui refusent d’exécuter les ordres de leurs supérieurs en tenant leurs fusils la crosse en l’air et le canon vers le bas.? En juin 1907 les soldats du 17ème régiment de Béziers, les pioupious, envoyés pour mater une manifestation de viticulteurs, d’ouvriers des vignes, refusèrent d’exécuter l’ordre de tirer sur les manifestants. Ils se rendirent à la mairie de la ville, crosse en l’air suivis par une foule importante. La chanson Gloire au 17ème rend hommage à ces soldats de la République qui ont refusé de tirer sur leurs concitoyens.


En 1916, dans les tranchées, les actes de rébellion, de refus d’obéir aux ordres absurdes se multiplient. Un des plus connus est celui de Craonne. Au milieu de la boucherie sans fin du Chemin des dames, des soldats lèvent la crosse de leurs fusils, refusant de monter au front. On en fusillera pour l’exemple les accusant de haute trahison. Les mutins de Craonne avaient écrit le magnifique texte La chanson de Craonne pour motiver leur geste. Cette chanson, sur un air de chanson d’amour est devenue un des symboles les plus connus de la rébellion militaire.

 

Samedi 29 novembre à l’Alésia-bar-restaurant à Alise-Ste Reine à 18h et 22h.

http://centenaire.org/fr

 

http://youtu.be/z-yRaEYQNQs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.