Les suisses, les anglais, les chinois... "ils achètent tout chez nous" !!!

31 mai 2015

Paul THOMAS est Gallois, Jolanta BAKALARZ est Polonaise et tous les deux sont maintenant en charge de leur sympathique, convivial et très élégant hôtel à Gevrey-Chambertin. De vrais Bourguignons de cœur avec un profond respect pour le patrimoine, le vin et la culture locale. Lauréats du 1° Concours des  « Enseignes du Climats » dans le cadre de l’inscription des Climats au Patrimoine mondial de l’UNESCO, ils nous expliquent leur amour de la Côte-d'or.

 

 

 

 

Oui « ils rachètent tout » (il ne faut pas, non plus, exagérer). Mais ils restaurent très souvent avec élégance et dans un respect réel du patrimoine historique. Ils investissent, ils se donnent du mal, ils font travailler les entreprises locales, ils gèrent les savoir-faire, ils consomment. Ils valorisent nos territoires. Ils deviennent, progressivement, eux aussi, les Ambassadeurs de la Côte d’Or. Des Ambassadeurs par « amour » de nos Climats ! Paul et Jolanta en sont un exemple. Pas une exception mais un vrai modèle.

 

 

 

Les deux chevres Echo des communes

PAUL THOMAS & JOLANTA BAKALARZ :

 

« Nous recherchions une possibilité d’implantation en France. Nous sommes allés partout y compris dans le sud-ouest. Notre amour de la France et du vin est réel. Notre choix s’est porté sur Gevrey-Chambertin. Ici les domaines sont plus petits, les paysages plus beaux que dans le Médoc, la nourriture de qualité et les vins d’exception.  Nous avons racheté un ancien corps de bâtiments d’une exploitation viticole puis d’un restaurant qui était en vente depuis 8 ans sans trouver preneur. Une presque ruine.  «  Yes we are crazy but Yes we can ». Les Gallois et les Polonais ont le cuir dur. Nous ne sommes pas « sensitive ». 

 

 

Paul avait toujours une activité professionnelle en Angleterre et donc Jolanta a assumé, seule, de janvier 2010 à mai 2013 la totalité des travaux.  En 2010 il n’y avait ni eau, ni électricité donc pas de chauffage pendant un hiver particulièrement difficile. Il venait rarement et Jolenta ne parlait pas français. Seule, avec ses quelques mots de français, elle a géré avec les entrepreneurs, les administrations, les services du Patrimoine…  une prouesse ! Vous voyez, aujourd’hui, le formidable résultat ».

 

Travaillant à Manchester « as sollicitor » Paul fréquentait très régulièrement sa banque à quelques pas de son bureau. Sa banque… ou sa banquière qui n’était autre que Jolanta ? A eux deux ils ont 5 enfants : deux fils avocats à Londres et une fille en tennis pro à Marbella pour Paul et deux fils à Londres dont l’un est directeur de tournage pour des films et l’autre ingénieur software pour Jolanta. Leurs enfants sont admiratifs de la réalisation de leurs parents mais, manifestement, vibrent tout de même plus fortement pour « the way of life » de Londres ou de Marbella. Ce que nous pouvons, sans chauvinisme, comprendre !

 

« Nous avons été bien accueillis à Gevrey. Ce d’autant que les vignerons qui ont un travail dur, difficile et qui nous connaissent purent constater l’implication totale de Jolenta pendant près de trois ans par tous les temps et dans des conditions très spartiates. Respect réciproque. Nous vendons du reste du vin des petits producteurs locaux de très belle qualité qui nous font confiance. En Côte d’Or nous sommes heureux. Ce prix que nous venons d’obtenir est un véritable honneur pour nous et nous le recevons avec sérieux et gratitude. Notre hôtel et nos chambres d’hôtes reçoivent de nombreux étrangers – Américains, Australiens, Canadiens, Européens – qui ont un vrai lien avec le vin et le patrimoine. Nos clients sont intéressants, passionnés, intelligents et savent vivre et apprécier. Certains deviennent des amis. Notre premier client, 69 ans, avait réservé pour une nuit après 30 ans au Canada. Il est resté 5 nuits. C’est, aujourd’hui un ami ! Nous pensons que nous mettons, très modestement, à notre échelle, en valeur toutes les richesses de la Côte d’Or, de ses vins et de son patrimoine ».

 

Avez-vous eu des aides financières publiques pour votre achat ou votre rénovation ?
"Non aucune, notre investissement est 100% privé...

 

Ce cocktail Gallois, Polonais, Belge, Français nous plait. Beaucoup. Surtout à l’heure d’une demande d’inscription de « nos Climats » au Patrimoine MONDIAL de l’UNESCO. Un Gallois … des Gaulois… tout cela est très proche. La terre est ronde mais on se retrouve finalement à Gevrey-Chambertin !

 

Les deux chevres Echo des communesLes deux chevres Echo des communesLes deux chevres Echo des communes

 

TEMOIGNAGE de FRANCOIS MAGNIEN, Vigneron et habitant des Hauts de Gevrey :

 

« Ils ont fait des travaux gigantesques. Ils aiment énormément la Bourgogne et cherchent à s’intégrer totalement. Ils sont là parce qu’ils aiment le pays. Ils ont rencontré tout le monde avec gentillesse, demandant beaucoup de conseils pour la restauration des batiments. Ce qu’ils ont fait c’est ultra ils n’ont  rien galvaudé et ont une très bonne relation avec tous les gens du voisinage. Ils sont « très à fond » plus que beaucoup d’autres. Nous avons même été invités chez eux pour une superbe dégustation de fromages Gallois. Ils sont vraiment partie prenante à la vie de Gevrey ».

No comment !

 

www.lesdeuxchevres.com

 

 

 Les deux chèvres Echo des communes

 

Xavier MULLER

Correspondant de l'Echo des communes
pour Beaune Côte et Sud

06 09 72 56 94

 

Article associé

1er CONCOURS "ENSEIGNE DES CLIMATS"... et le gagnant est...

1er CONCOURS

Le 27 mai, au Musée du Vin de Bourgogne, Anne FRACKOWIAK-JACOBS, Sous-Préfète de l’Arrondissement de Beaune et Aubert de VILLAINE, Président de l’Association des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine mondial, ont remis le prix de l’enseigne des Climats 2015 à Paul THOMAS.

 

Lire+

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.