Forêts, Seine et Suzon, une filière Bois-Energie locale

Forêts, Seine et Suzon, une filière Bois-Energie locale

Info+ :

 

 

Communauté de Communes Forêts, Seine et Suzon
4 bis rue des écoles
21380 Mesigny-et-Vantoux
03 80 42 99 00


 

Réalisation :
Charte forestière Pays Seine-et-Tilles,


17 juin 2015

Le territoire se caractérise par un massif forestier important et de qualité. Avec la diminution des affouagistes, l’exploitation des bois accuse aujourd’hui un retard pouvant aller jusqu’à 60 ans. Ceci compromet la bonne régénération des peuplements et donc leur qualité. Fort de ce constat, la Communauté de communes du Pays de Saint Seine s’est dotée d’une Charte Forestière de Territoire (CFT) en décembre 2006. Issue de la loi d’Orientation forestière du 9 juillet 2001, elle fournit l’opportunité de valoriser les massifs forestiers, notamment à travers le développement d’une filière Bois-Energie.

 

 

 Présentation de la Communauté de Communes de Forêts, Seine et Suzon


La Communauté de Communes de Forêts, Seine et Suzon est né le 1er janvier 2014 par la fusion des communautés de communes de Forêts, Lavières et Suzon et du Pays de Saint Seine. Elle a pour objet d’associer les 25 communes membres au sein d’un espace de solidarité en vue d’exercer différentes compétences. Depuis sa création, en 1992, la communauté de communes du Pays de Saint-Seine avait déjà retenu parmi ses compétences, la protection et l’aménagement du territoire. C’est tout naturellement que la nouvelle communauté de communes a repris cette compétence.
Depuis 2008, Catherine Louis, d’abord Présidente de la communauté de communes du Pays de Saint Seine, puis de la nouvelle communauté de communes, s’emploie avec ses conseillers communautaires, en partenariat avec l’ensemble des élus du territoire à mettre en œuvre des projets ambitieux dans ce domaine.

 

 

Mise en place de la filière

A l’origine la communauté de communes avait pour objectif de fournir aux communes intéressées de l’énergie propre pour alimenter en énergie leurs bâtiments publics dans le cadre d’une filière qui serait autonome et complètement maîtrisée au niveau du territoire.
Parmi les différentes techniques possibles (bois déchiqueté, granulés, sciure etc.…) la technique du bois déchiqueté s’est imposée comme étant, d’une part, plus rentable pour un chauffage collectif et d’autre part plus facile à maîtriser du point de vue de l’autonomie énergétique.
?Cette filière maîtrisée comprend :
- l’exploitation du bois de notre massif forestier
- la création des plaquettes de bois déchiqueté sur place

- la création d’une plateforme de stockage et de séchage
- la livraison du bois sur les lieux d’implantation des chaufferies
- la vente de chaleur aux communes
La communauté de communes maîtrise la totalité de la filière bois : elle achète le bois aux communes de son territoire. Le bois est exploité (bûcheronnage) par un entrepreneur du secteur. Il est ensuite broyé sur place par une entreprise locale. Puis les plaquettes sont transportées jusqu’à la plateforme de stockage collectif implantée à Francheville, à l’aide d’un tracteur-benne dont la communauté de communes s’est dotée pour répondre aux besoins.

                                                        

 

 

 

La plateforme de stockage a été construite sous maîtrise d’ouvrage de la communauté de commune de façon concomitante avec les chaufferies. La communauté de communes gère l’ensemble de la plateforme, jusqu’à l’alimentation des chaudières. Ce dispositif assure aux communes une livraison régulière. Les plaquettes fabriquées sont stockées 4 mois pour séchage.
La plateforme est du type hangar agricole, d’une surface de 800 m² bétonnée, dont 400 m² recouvert d’une toiture à ossature bois. Elle est dotée d’un pont à bascule, permettant de mesurer la quantité de plaquettes à l’arrivée et au départ de la plateforme.862 tonnes de plaquettes sont donc stockées sous la plateforme, pour un potentiel de stockage total de 1500 tonnes auquel il faut ajouter les plaquettes stockées sous bâche évapo-transpirante pour assurer un test d’étude.

Les chaufferies bois collectives : Après une étude de faisabilité, cinq communes (Saint-Seine-l’Abbaye, Vaux-Saules, Bligny-le-Sec, Frénois et Francheville) se sont investies dans le projet de construction de chaufferies collectives à plaquettes bois auxquelles se sont ajoutées la commune de Chanceaux et le pôle enfance communautaire de l’Ignon à Lamargelle La communauté de communes, maître d’ouvrage du projet, a recruté un cabinet thermique spécialisé (CSI) pour la réalisation concrète du projet à l’aide d’un cahier des charges. Suite à cela, elle a fait construire chacune des chaufferies sur des terrains mis à disposition par les communes. C’est donc elle qui vend directement la chaleur aux communes. Cette vente d’énergie prend la forme d’un abonnement qui couvre les charges fixes d’investissement et le coût à la consommation représenté par l’achat des plaquettes.

 

 

 

 

Un projet local

 

La filière Bois-Energie est donc entièrement gérée par la Communauté de Communes Forêts, Seine et Suzon et fait intervenir des entreprises locales :

- Bucheronnage du bois : SAMARE puis Morand
- Broyage des plaquettes : SARL Tupin
- Construction des chaufferies
-    Terrassement - Star Terrassement
-    Gros Œuvre - La Construction et l’Entreprise Julien
-    Couverture - Sarl Labeaune
-    Menuiserie - Serrurerie - Millière
-    Electricité - Forclum
-    Chauffage – Michon


Chaufferie de Saint-Seine-l’Abbaye : 640 kW
    Bâtiments chauffés :
-    la maison de retraite gérée par la Mutualité Française,
-    la Maison d’Enfants,
-    la salle de sports « Christian Myon »,
-    le bâtiment de la médiathèque, salle de la mairie, perception
-    les locaux de la communauté de communes

 

Chaufferie de Bligny-le-Sec : 100 kW
      Bâtiments chauffés :
-    la mairie
-    le pôle enfance des Tasselots
-    les logements communaux
-    logements communaux

Des puissances différentes pour des besoins différents
Les puissances des chaufferies ont été adaptées aux bâtiments à chauffer


Chaufferie de Vaux-Saules : 70 kW
    Bâtiments chauffés :
-    la mairie
-    la salle des fêtes
-    les logements communaux

Chaufferie de Frénois : 100 kW
    Bâtiments chauffés :
-    la mairie
-    la salle des fêtes
-    les logements communaux

Chaufferie de Francheville : 100 kW
Bâtiments chauffés :
-    la mairie
-    la salle des fêtes
-    les logements communaux
-    l’auberge « la Clairière »

Chaufferie de Chanceaux : 55 kW
Bâtiments chauffés :
-    la mairie
-    les logements communaux

Chaufferie du Pôle enfance de L’Ignon : 70 kW
    Bâtiments chauffés : Pôle scolaire

 

                                                

Les financements
L’ensemble du projet est globalement subventionné à 80 % : (chaufferies-plateforme)

- 60 % par le Conseil Régional, l’Etat (l’ADEME) et l’Union Européenne (par l’intermédiaire du FEDER, Fonds Européen de Développement Régional)
- 20 % par le Conseil Général.
L’étude a montré que l’économie d’énergie engendrée au niveau des communes, par rapport à l’énergie fossile, était comprise entre 30 et 50%.
L’utilisation de l’énergie renouvelable telle que le bois, adoptée par la Communauté de Communes Forêts, Seine et Suzon a permis d’économiser le rejet de 303 tonnes de CO2.

 

Contacts

http://www.cc-forets-seine-suzon.fr

Isabelle Baudion, Responsable Pôle Environnement
03 80 35 22 71 ou 03 80 42 98 96
baudion.ccpss2@wanadoo.fr

Anneliese Bénazet Animatrice Charte Forestière
03 80 35 22 70
abenazet@pays-seine-et-tilles.fr
http://charte-forestiere-seine-et-tilles.fr

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

L'humour n'a pas de prix mais l'énergie oui !
Des poubelles vivantes qui recrachent les déchets mal triés, un...
Mobilité électrique, branchez-vous à Talant.
Jeudi 4 décembre 2014, Gilbert Menut, Maire de Talant et...
Label Cit'ergie : le Grand Dijon récompensé pour son engagement dans la lutte contre le changement climatique
À l’occasion des 16es assises de l’énergie des...
EDF et Shop in Dijon sensibilisent les commerçants Dijonnais à la mobilité électrique.
La ville durable est en train de se dessiner, et intègre un volet...
Visite des installations bois énergie du Pays Seine-et-Tilles.
Dans le cadre du Printemps de l'environnement, François Sauvadet,...
Un éco-hameau dans un village de 47 habitants, bientôt la réalité !
Longecourt-lès-Culêtre, petit village de Côte-d’Or aux...
Le Grand Dijon lauréat de l'appel à projets gouvernemental "villes respirables en 5 ans"
François Rebsamen fier de son engagement dans la lutte contre la...
Le Grand Dijon et EDF s'engagent pour une Communauté urbaine attractive, intelligente, durable et solidaire
Vendredi 2 octobre 2015 à Dijon, François Rebsamen,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.