Dijon métropole mise sur l'hydrogène vert pour construire le futur écologique du territoire

Dijon métropole mise sur l'hydrogène vert pour construire le futur écologique du territoire

Info+ :

DATES CLÉS

31 juillet 2019 : création de la co-entreprise Dijon Métropole Smart Energhy avec l’entreprise Rougeot Energie

Janvier 2021 :
- Entrée au capital de Storengy, filiale d’Engie
- Lancement de 2 appels d’offre pour le renouvellement des bus et des bennes à ordures ménagères à hydrogène
Début 2022 : mise en service de la station à hydrogène nord, située face à l’Unité de valorisation énergétique
Début 2023 : mise en service de la station à hydrogène sud, située sur le site de maintenance de bus et de tram
2030 : 100% de la flotte de bus et de bennes à ordures ménagères de Dijon métropole en 100% hydrogène

CHIFFRES CLÉS DU PROJET

Un projet de 100 millions d’euros au total, dont 20% pour la construction des stations de production d’hydrogène et 80% pour le renouvellement des bennes et des bus à hydrogène

Subventions totales sur le projet (à mars 2021) :
ADEME : 10,6 millions d’euros au total
Région Bourgogne Franche Comté : 5,9 millions d’euros
Europe : 3 millions d’euros

22 bennes à ordures ménagères à l’hydrogène vert d’ici à 2026
62 bus hydrogène vert en 2026 (27 bus dès 2023, puis mise en service de 28 bus articulés et 7 minibus d’ici 2026)

D’ici à 2030 : 44 bennes à ordures ménagères à hydrogène en circulation et 180 bus de la métropole.
1726 tonnes d’économies de CO2 par an dès 2023, soit l’équivalent de 24 millions de kilomètre en voiture citadine dans Dijon.

En 2026, plus de 4200 tonnes de CO2 par an évités, soit environ 58 millions de kilomètres en voiture ou encore 4200 allers-retours Paris-New-York.

1320 kg d’H2/jour produits par les deux stations

7 à 12 min de temps de recharge en hydrogène pour les véhicules lourds >350km d’autonomie

4 27 bus dès 2023, puis mise en service de 28 bus articulés et 7 minibus d’ici 2026

3 à 5 min de temps de recharge en hydrogène pour les véhicules légers >300 à 650 km d’autonomie

1 ferme photovoltaïque de 12ha


30 mars 2021

Face à l’urgence climatique, l’hydrogène décarboné (ou propre1) s’impose comme une énergie qui permet de limiter le recours aux énergies fossiles et de lutter contre les émissions CO2. L’engagement de Dijon métropole en faveur d’une énergie propre apporte une solution locale au défi global du changement climatique. Avec son projet Hydrogène, Dijon engage une politique ambitieuse de soutien aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat et de neutralité climatique de l’UE à l’horizon 2050.


Limiter la consommation des énergies fossiles pour répondre à l’urgence climatique

Si l’hydrogène ne représente aujourd’hui que 2% de l’ensemble des énergies et qu’il est encore largement produit à partir d’énergies fossiles2, l’Europe s’est fixée pour objectif d’augmenter la part de l’hydrogène décarboné et propre dans le mix énergétique européen entre 12 à 14% d’ici à 2050. Le plan européen Hydrogen Strategy dévoilé en juillet 2020 encourage la production d’hydrogène « propre » à partir d’électricité d’origine renouvelable et souhaite faire de cet hydrogène propre une solution pour décarboner différents secteurs de l’économie européenne.
La France va dans le même sens avec l’annonce en septembre 2020, dans le cadre du plan de relance national, de sa « stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné », dotée de 7 milliards d’euros d’ici à 2030.

1 Hydrogène propre ou décarboné : qui n’est pas produit à partir d’énergies fossiles (contrairement à la majorité de l’hydrogène aujourd’hui)
2 Seulement 4% de l’hydrogène est aujourd’hui produit par électrolyse et donc « vert » : https://www.lesechos.fr/monde/europe/le-plan-de-bruxelles-pour-faire-decoller-lhydrogene-en-europe-1222344


Dijon métropole : territoire pionnier en France de l’hydrogène vert

Convaincue que l’hydrogène vert sera le moteur de la transition énergétique pour la décennie 2020-2030, la métropole engage un projet d’hydrogène vert ambitieux de 100 millions d’euros pour réduire dès 2023 les émissions CO2 des transports publics du territoire de 1726 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de 24 millions de kilomètre en voiture citadine.

Le projet d’hydrogène vert lancé en 2020 par Dijon métropole repose sur la construction de 2 stations de production locale par électrolyse d’hydrogène vert qui permettront, dès 2023, d’alimenter les premières bennes à ordures ménagères propres fonctionnant à l’hydrogène de France (8 mises en service en 2022) et de la plus grande flotte de bus à hydrogène du pays (27 bus en service en 2023).

Dijon métropole dépasse la dimension symbolique et se hisse au rang des territoires moteurs en matière de mobilité à l’hydrogène vert à l’échelle nationale.

D’ici 2026, la métropole entend déployer une flotte de véhicules propres avec :
- 22 bennes à ordures ménagères converties à l’hydrogène vert
- 62 bus hydrogène vert en service (27 bus dès 2023, puis mise en service de 28 bus articulés et 7 minibus d’ici 2026)

Au total, sur une période de 10 ans (de 2021 à 2030), l’objectif de Dijon métropole est de renouveler l’intégralité de son parc de véhicules lourds en hydrogène soit les 44 bennes à ordures ménagères et les 180 bus de la métropole.

La capacité de production des 2 stations d’hydrogène vert permettra également de proposer aux entreprises et collectivités locales volontaires du territoire de convertir leurs propres parcs et de s’alimenter en hydrogène vert, et de développer enfin un usage grand public des véhicules à hydrogène.

Le renouvellement du parc de bus et de bennes en véhicules hydrogène est donc un outil efficace pour les collectivités pour réduire rapidement et de manière très significative les émissions CO2.

En 2026, plus de 4200 tonnes de CO2 par an seront évités par Dijon métropole grâce au projet hydrogène développé, soit environ 58 millions de kilomètres en voiture ou encore 4200 allers-retours Paris-New-York.

Un projet qui favorise la souveraineté énergétique du territoire

La métropole a développé un projet qui repose sur un modèle d’économie circulaire : l’hydrogène vert est produit localement à partir du recyclage énergétique des déchets issus de la collecte des ordures ménagères des habitants et la construction d’une ferme photovoltaïque.

Dijon Métropole renforce ainsi l’indépendance énergétique du territoire.

Dans un contexte de tension sur les énergies, l’hydrogène vert produit localement constitue une ressource alternative, durable et indépendante, aux productions classiques d’énergies fossiles. En structurant une filière locale autour d’une énergie propre sur le plan environnemental, Dijon métropole construit une politique énergétique d’avenir qui anticipe la raréfaction des ressources énergétiques non renouvelables.

Dijon métropole mise sur l’hydrogène vert pour construire le futur écologique du territoire


Le projet prévoit la production locale d’hydrogène vert d’origine renouvelable par la combustion des déchets issus de la collecte des ordures ménagères des habitants par l’unité de valorisation énergétique et la construction d’une ferme photovoltaïque de 12 hectares.
L’unité de valorisation énergétique, équipée d’un turbo-alternateur, permettra de produire, via un électrolyseur, de l’hydrogène vert.

2 stations hydrogène seront créées dans le cadre du projet :

  • La première station hydrogène, qui sera située au nord de Dijon, sera mise en service début 2022. Elle aura une capacité quotidienne de production de 440 kg d’hydrogène, multiplié à terme par 2 avec la construction d’une extension. Sa production s’appuiera essentiellement sur l’unité de valorisation énergétique qui traite les déchets ménagers de 88% de la population de la Côte d’Or.

  • La seconde station, située au sud de Dijon, sera en 2023, pour alimenter en hydrogène les bus de la métropole dijonnaise, avec une capacité de 880 kg d’hydrogène par jour, qui pourra être triplée. Elle sera alimentée grâce aux énergies renouvelables du territoire.


Une benne à ordures ménagères utilisera environ 20kg d’hydrogène par jour pour effectuer sa tournée.


Plus largement, cet écosystème de valorisation de l’énergie locale pourrait constituer un modèle pour d’autres collectivités locales et ainsi contribuer à favoriser l’autonomie énergétique de la France qui importe encore aujourd’hui près de 50% de son énergie.

Pour réaliser ce projet, Dijon métropole s’est associée au groupe local Rougeot Energie pour développer un véritable système de production, en créant la co-entreprise Dijon Métropole Smart EnergHy (DMSE). En janvier 2021, Storengy, filiale d’ENGIE, spécialiste du stockage de gaz et du développement des gaz renouvelables est entrée au capital de DMSE.

Grâce à ce projet, Dijon s’impose comme le moteur d’une filière d’avenir au coeur d’un territoire labellisé « Territoire Hydrogène » grâce au projet ENRgHy. La métropole fédère autour d’elle des partenaires industriels de premier plan pour créer un écosystème vertueux et durable qui réponde au défi de la transition énergétique.

Pour François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, ancien ministre : « Nous inventons à Dijon un système énergétique territorial au service de la croissance verte inédit en France. L’écosystème vertueux de production et de consommation locales d’hydrogène produit à partir des déchets ménagers alimentera bus et bennes à ordures ménagères. »


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Cote-d'Or : création de la Direction Départementale de l'Emploi, du Travail et des Solidarités (DDETS)
La réforme de l’organisation territoriale de l’État...
La Région Bourgogne-Franche-Comté fière d'accompagner le projet GENESIS
Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région...
Nouvelles annonces gouvernementales : Réaction de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté
Suite aux annonces du Président de la République, Vincent MARTIN,...
CCI Côte-d'Or Dijon Métropole : passage de relai sur le territoire Beaunois
Territoire caractéristique du sud de la Côte-d’Or, le...
Baromètre AdCF/ Banque des Territoires de la commande publique 2020
Avec une perte de 16 milliards d'euros en 2020 la commande publique marque une...
Les vins lauréats de la 107ème édition du Tastevinage dévoilés
La 107ème édition du Tastevinage s’est...
La Bourgogne-Franche-Comté se classe à la 6e place des régions françaises en termes d'investissements étrangers
Selon le dernier bilan annuel publié par Business France, la...
Destination Cité 2022 : Lancement des travaux en 2021
Après plusieurs années de réflexion et de conception, le...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.