Pénurie de matériaux et allongement des délais d'approvisionnement dans la construction, les professionnels au bord de l'asphyxie.

07 juillet 2021

Le bâtiment tousse et c’est toute l’économie locale qui s’enrhume : rénovations ou constructions neuves, logements collectifs ou individuels, bâtiments industriels ou tertiaires, c’est plus largement toute l’économie locale qui pourrait être touchée par la situation mondiale de pénurie de matériaux et de délais d’approvisionnement de plus en plus longs.

Pénurie de matériaux et allongement des délais d’approvisionnement dans la construction : UNPACT 21 appelle à une réaction rapide pour la sauvegarde des entreprises et des emplois.

Bois de construction, acier, aluminium, mais aussi colle, plâtre, matériel électrique… Une pénurie de matériaux touche le secteur du bâtiment, et tous les corps d’état sont concernés. Les stocks diminuent et les délais de livraison s’allongent de façon inédite. Les prix augmentent significativement, de 15 à 30 % en moyenne, tirés par une demande soutenue et une offre qui peine à s’étoffer, effets induits de la pandémie, de la hausse des coûts de transport et des capacités de production amoindries.

Les conséquences ? Les professionnels du bâtiment, entreprises de maçonnerie, d’électricité, de menuiserie, de plomberie, de peinture, de terrassement, de charpente, de chauffage, de serrurerie… se trouvent dans une impasse, pris en étau entre des prix qui augmentent de façon démesurée et incontrôlable, rognant leurs marges, et des délais d’approvisionnement qui s’allongent, impactant les livraisons des chantiers publics ou privés. L’augmentation du prix des matériaux, presque impossible à répercuter sur les devis déjà signés, oblige les professionnels à absorber cette hausse des prix. La pénurie de matériaux entraine de son côté des retards de livraison pour les chantiers, les professionnels risquant alors de devoir payer des pénalités de retard. Une double peine qui pourrait précipiter les défaillances d’entreprises.

 

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

En soutien aux professionnels du bâtiment, les acteurs économiques locaux représentant les entreprises de Côte-d’Or et réunis au sein d’UNPACT 21 appellent à une réaction immédiate des pouvoirs publics et donneurs d’ordres  pour, d’une part, geler les pénalités de retard, ces retards étant la conséquence d’une situation conjoncturelle non maitrisable, et d’autre part que ces mêmes donneurs d’ordres s’engagent en faveur d’une révision des prix de marchés afin de limiter l’impact de la hausse des prix, la plupart des marchés étant signés à prix fermes et ne permettant donc pas la répercussion de la hausse des prix sur le client final.

Il en va de la préservation des emplois et de la survie des entreprises locales, déjà fragilisées par la crise sanitaire, des trésoreries tendues et des marges rognées, et qui risquent de disparaitre si rien n’est fait dans ce sens. Il en va aussi du dynamisme économique local, car des chantiers arrêtés signifient aussi des projets de développement d’entreprises qui ne peuvent pas se réaliser.

Xavier Mirepoix, Président CCI 21, Geoffroy Secula, Président CPME 21, représenté par Eric BOUDIER, David Butet, Président MEDEF 21, représenté par Jean-François BUET, Régis Penneçot, Président CMA 21, Christophe Desmedt, Président U2P 21, Jean-Sébastien Nonque, Président CAPEB 21, Frédéric Demongeot, Président FFB 21 ont présenté la situation des entreprises du bâtiment et les propositions des organisations représentatives des entreprises locales.

 

Pour en savoir plus, allocution de Frédéric Demongeot, Président FFB 21

"Chacun a pu constater, que tout au long de cette crise sans précédent, les artisans et entrepreneurs du bâtiment ont su répondre au besoin de la population de Côte d’Or pour construire, rénover, améliorer les logements,  auxquels le confinement et le télétravail ont donné une importance encore plus sensible qu’à l’accoutumée.

Nos travaux de création ou d’amélioration de l’habitat ont souvent contribué à rendre plus supportable le confinement et parfois possible le télétravail.

Sans jamais accentuer la course de l’épidémie, (aucun cluster sur nos chantiers n’ayant été constaté), grâce à de strictes façons d’agir, nos compagnons plombiers, maçons, électriciens, chauffagistes, menuisiers, charpentier, ont mis leurs savoir-faire à disposition des seuls projets que l’absence de loisirs laissait à portée de nos concitoyens, et ont soutenu l’économie vacillante.

Nos entreprises de bâtiment sont présentes sur tout le territoire de Côte d’Or, elles portent des emplois qualifiés, des compétences à préserver, elles cherchent à embaucher (48 000  créations d’emplois depuis le 1er janvier), elles continuent de former des apprentis (+10% par rapport à N-1), elles pèsent plus de 10% de l’économie locale (sommes-nous prêts à les perdre ?) mais les seules recommandations gouvernementales de bienveillance à leur égard ne suffiront pas à les maintenir en vie dans le marasme actuel qui met à mal leur capacité à créer de la richesse et des emplois.

Dans ce nouveau chapitre qui s’ouvre, les paramètres échappent complètement au champ de maîtrise des entreprises : l’inflation exponentielle des prix de matières premières due aux pénuries (dont les causes sont multiples : surconsommation, géopolitique, mondialisation…), et les pénuries d’approvisionnement elles-mêmes emmènent l’activité vers la paralysie dès cet été :  le beau navire du bâtiment, toutes voiles dehors grâce à son bon niveau de commandes en carnets, s’immobilise et l’on voit de nouveau apparaître des journées de chômage technique par manque de matériaux pour produire et donc la perspective d’arrêt des chantiers.

Pour les hausses exponentielles, nous tenons à la disposition de qui veut la voir, la liste non exhaustive des hausses successives des matériaux depuis le début de l’année.

 Pour les pénuries de matériaux, nous avons également les éléments reçus des fournisseurs qui ne garantissent plus les délais sans pouvoir en fixer de nouveaux.

C’est bien un cas de force majeure auquel nous nous heurtons, à l’imprévision que nous devons faire face et cette notion doit impérativement s’imposer dans tous les marchés, publics et privés.

Nous en appelons à la solidarité de tous les acteurs de la filière, de l’Etat aux particuliers en passant par les promoteurs et les bailleurs sociaux, car, si on ne peut plus éviter les hausses et les pénuries, on peut encore en limiter les conséquences : il faut immédiatement réveiller les ordonnances de gel des pénalités pour retard et créer la capacité juridique d’adaptation à ce cas de force majeure par la possibilité donnée de réviser les prix dans tous les marchés publics et privés. Il en va de la survie de nos entreprises !

Sinon qui demain, autant que nos entreprises LOCALES de bâtiment participera au développement économique harmonieux de notre région, construira pour améliorer le cadre de vie et de travail de nos concitoyens, répondra aux besoins des collectivités locales, formera nos jeunes à des métiers empreints de tradition et de modernité, pour bâtir notre société ?"

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Une nouvelle Présidente pour Bio Bourgogne
Laurence Henriot, agricultrice bio en Côte d’Or, élue...
Les TP mi-figue mi-raisin
Actifs pendant la crise sanitaire, les Travaux Publics n’en ont pas moins...
Au service des populations aux côtés des élus
La Mutualité Française Bourguignonne s’implique sur les...
Des collectivités renouvelables
La transition énergétique est en marche. Les collectivités...
#Microcrédit. Le Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne et l'Adie renouvellent leur partenariat pour soutenir l'entrepreneuriat local
Afin de soutenir la création, reprise et développement...
Action Logement, partenaire des élus pour l'habitat
Sans activité économique pas de dynamisme territorial mais sans...
Désertot, partenaire durable des territoires
Parmi les entreprises des travaux publics de Côte-d’Or,...
Perrbal, des solutions pour demain
Chez Perrbal, les idées ne manquent pas. Le spécialiste de la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.