Les travaux publics et le bâtiment unissent leur force

Les travaux publics et le bâtiment unissent leur force

Info+ :

 

 

 

 

 

 

 

 

 


31 janvier 2024

Face à la crise que traversent les filières de la construction et du bâtiment, Vincent Martin, Président de la FRTP BFC, Corinne Deseille, Présidente de la FFB BFC et Christophe Bauduin, Président de l’UNICEM BFC ont uni leurs forces à l'occasion d'une cérémonie de voeux afin de donner plus de résonnance à leurs messages.
Pénurie de main d'oeuvre, appels d'offres insuffisants, secteur en récession, normes trop contraignantes, les trois syndicats demandent à l'Etat et aux collectivités locales de prendre conscience de leur importance vitale pour les territoires.

Sans travaux publics, pas de construction et d'entretien des infrastructures publiques. Sans bâtiment, pas de logement, pas d’équipement, pas de bureau. Les entreprises de travaux publics et du bâtiment ont un encrage territorial fort, elles ne sont pas délocalisables et emploient une main d'oeuvre locale, aussi  les professions concernées  demandent aux élus de se rendre compte de la situation et de passer aux actes.
Il en va de l'attractivité de leurs territoires et de l'harmonie sociale. Enfin bref, les collectivités et principalement le bloc communal doivent soutenir la commande publique.
Sur ce dernier point, François Rebsamen a rassuré les professions confirmant qu'en 2024, la Ville de Dijon et la métropole, ainsi que toutes les communes, vont investir comme jamais sur le territoire. 240 millions d’euros au total au bénéfice des entreprises.

 

Vincent Martin, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté

"Permettez-moi de revenir sur l’actualité de ces derniers jours.
A la suite des annonces du Premier Ministre concernant la taxation du GNR pour le secteur agricole, notre Profession des Travaux Publics va rencontrer Bruno LEMAIRE ce début de semaine.

Une différence de traitement entre deux secteurs professionnels qui subissent des charges et des contraintes communes serait en effet inacceptable !
Nous ne pouvons pas être l’unique secteur à financer seul le prix de la sortie des énergies fossiles.
Nous restons optimistes, notre Profession a toujours su se faire entendre. Comptez sur moi pour défendre les intérêts de nos entreprises de Travaux Publics de Bourgogne Franche Comté.

Permettez-moi maintenant de vous rappeler, Chers décideurs économiques, et plus largement Chers toutes et tous, combien les Travaux Publics jouent un rôle essentiel dans notre société en contribuant au développement et au bien-être des citoyens, en garantissant  . Nous sommes un pilier fondamental.

Pourtant, nous sommes inquiets : inquiets devant le nombre trop faible d’appels d’offres, alors que l’ambition d’une grande région se mesure par son attractivité et son dynamisme.
Nos Elus Locaux doivent poursuivre les investissements en matière d’infrastructures pour permettre de garantir la sécurité, d’améliorer le cadre de vie, de faciliter les mobilités et ainsi de s’engager dans un cercle vertueux pour un partenariat gagnant-gagnant.
C’est en investissant que les territoires deviennent attractifs, que l’activité économique se développe et que les signaux sociétaux passent au vert. Il est urgent d’entreprendre, et il est encore plus urgent que nos Collectivités Locales et que l’Etat maintiennent leurs investissements.
Je formule donc ce voeu à l’attention des décideurs économiques « Pensez à l’avenir, investissez pour nos territoires et pour les Bourguignons Franc-Comtois ». Nous avons confiance en vous.

Notre secteur fait face, comme d’autres secteurs je le sais, à une pénurie de main d’oeuvre.
Nos entreprises travaillent ardemment pour fidéliser leurs compagnons, parfois appelés par les sirènes de la facilité. Nous n’avons cessé d’améliorer les conditions de travail de nos collaboratrices et de nos collaborateurs qui sont le moteur de nos entreprises.
Nous encourageons les jeunes, et les moins jeunes, les demandeurs d’emploi et les personnes en reconversion à rejoindre notre grande famille des Travaux Publics.
Au travers d’actions sur tout le territoire régional, notre équipe fédérale va à la rencontre de publics pour susciter l’intérêt des talents potentiels et informer sur les compétences et les formations nécessaires. Ce travail est mené en étroite collaboration avec l’Ecole des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté, fondée par la Profession il y a maintenant plus de 25 ans et qui s’affiche comme un outil au service de nos entreprises.
Plus de 420 apprentis sont répartis sur notre territoire régional, et je ne doute pas que l’Ecole continuera de former nos collaborateurs de demain avec une forte exigence qualitative.
Face aux politiques volontaristes de nos entreprises en matière d’apprentissage et de l’engagement en faveur des collaboratrices et des collaborateurs, il faut que l’Etat y contribue en réhabilitant la valeur travail.
Je souhaite donc que le Premier Ministre Gabriel ATTAL, nommé maintenant depuis quelques semaines, tienne son engagement sur le travail, lui qui indiquait dans son discours d’investiture vouloir « Libérer le potentiel français » en affirmant que « travailler doit toujours être mieux valorisé que de ne pas travailler ».

Pour la pérennité de nos entreprises et plus largement de notre pays, le retour de la valeur travail est indispensable.
Je voudrais aussi rappeler que nos entreprises de Travaux Publics sont soumises à des réglementations de plus en plus drastiques et à des lourdeurs administratives, voire des complexifications, qui sont des obstacles inutiles et souvent épuisants pour nos entreprises, pourtant engagées dans les défis opérationnels et incontournables de demain. Je pense à la transition énergétique.
Il y a maintenant plus de 12 ans, notre Profession, en région, avec le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, a créée l’association ECORSE TP.
ECORSE TP ne cesse de se développer. L’association permet de promouvoir les bonnes pratiques pour un aménagement de nos territoires, durable et vertueux. Maitres d’ouvrage, Maitres d’oeuvre, laboratoires de recherche et entreprises de Travaux Publics se réunissent pour échanger, apprendre et évoluer vers des pratiques encore plus respectueuses de l’environnement.
Preuve de son développement et de son potentiel, ECORSE TP est membre fondateur d’Infra2050, premier pôle de compétitivité des Travaux Publics et c’est avec fierté et enthousiasme que nous participerons le 8 février au Conseil Régional d’Auvergne Rhône Alpes, au lancement officiel de ce pôle. C’est une réelle opportunité pour nos projets régionaux.
Je formule donc cette fois un double voeu, celui que notre Profession soit reconnue par toutes et tous comme un acteur incontournable de la Transition Energétique et que des projets régionaux innovants et durables rayonnent sur le plan national.

Mes voeux paraissent ambitieux, mais comme aimait l’expliquer Ellen Jonhson Sirleaf, femme d’Etat libérienne et économiste mondiale, « l’ambition est le moteur qui nous pousse à atteindre nos rêves les plus audacieux ».

Que l’audace, l’inspiration, le courage et la persévérance nous accompagnent !"

Corinne Deseille, Présidente de la FFB Bourgogne Franche-Comté

Mesdames, Messieurs, vous l’avez compris, ces vœux en commun sont une image forte qui symbolise l’unité des constructeurs ici devant vous et plus encore, j’y reviendrais un peu plus loin.

Sur cette belle unité, je vous présente tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite !

Vous le savez, la FFB assure au quotidien la défense de 50.000 entreprises adhérentes partout en France. La vocation de la FFB, à tous les échelons, départemental, régional et national, est de rassembler les entreprises du bâtiment de toutes tailles afin de défendre efficacement les intérêts collectifs de la profession.

A la FFB nous constatons ceci d’inquiétant :
En 2023, l’activité bâtiment baisse de 0,6 % en volume. En détail, le logement neuf recule de 7,8 %, avec seulement 286 000 mises en chantier, niveau proche de ses plus bas historiques relevés au début des années 1990 (à 275 000 unités).
Le contexte 2024 restera peu favorable pour le bâtiment, malgré une stabilisation, voire une très modeste baisse des taux d’intérêt.
La montée du chômage et la très faible croissance attendue ( +0.4% en volume ) se révèleront peu favorables à des investissements de long terme.
Les amputations sur le PTZ, la fin programmée du « Pinel » en 2025 mais aussi la réforme assez déstabilisante de ma Prim’ RENOV et la mise en place complexe de Mon accompagnateur Rénov qui alourdira encore le mille-feuille administratif et le coût des travaux pour les ménages.
En conséquence , 2024 marquera l’entrée en récession du bâtiment avec un recul de 5,5% du chiffre d’affaire en volume , tiré vers le bas par la chute de 14.6% du neuf et plus précisément – La chute de l’activité du Logement Neuf plongera de 21.3%.

Il est donc urgent que soit mis en place une VERITABLE Politique du Logement

Les entreprises du bâtiment exercent un rôle d’opérateur économique clef dans tous les territoires en favorisant l’emploi, l’accès au logement et la rénovation du patrimoine.
En effet, le secteur du bâtiment contribue à 6% du PIB, emploie près de 1,6 million d’actifs hors intérim (soit 6 % de l’emploi en France) et la construction d’un logement induit la création ou le maintien de 1,6 emploi dans la filière.
Ces emplois, sont en majorité des emplois qualifiés, non délocalisables et ancrés dans les territoires : sur 34 000 communes, 90 % d’entre elles disposent d’au moins une entreprise de bâtiment.
Néanmoins, notre secteur est continuellement accusé de bénéficier de trop nombreuses niches fiscales et dispositifs d’aides, alors que les recettes fiscales qui en émanent sont nettement supérieures aux coûts induits par ces différents dispositifs.
Si 39 milliards de dépenses publiques sont destinées au logement (dont plus de la moitié relèvent en réalité d’aides personnelles ou autres prestations sociales) le poids des prélèvements fiscaux sur le secteur s’élève à 81 milliards d’euros.
Aujourd’hui, pour un euro d’aide au logement, l’État récupère 2,10 € sous forme de prélèvements.

D'après l’étude récente de Viavoice, 83% des Français pensent qu'il y a une crise du logement aujourd'hui en France et les 3/4 estiment que le gouvernement n'a pas pris la mesure de la crise et ne fait pas le nécessaire pour la résoudre.
Le soutien à l'accession à la propriété pour les ménages modestes, l'allégement de la fiscalité immobilière, l'augmentation des aides pour la rénovation énergétique et le soutien à la construction de logements sociaux et à loyers maîtrisés apparaissent pour les Français comme les mesures à prendre en priorité pour que tout le monde soit bien logé.

La question du logement doit être traitée comme une chaîne.
Il n’y aura pas de solutions pour les uns sans solution pour les autres.
Nos métiers sont d’utilité Social.
Sans bâtiment, pas de logement, pas d’équipement, pas de bureau.
Dans un contexte de transition écologique et de réindustrialisation souhaitée, tous les acteurs de la Construction ont beaucoup à partager.
Le 24 janvier dernier, la filière s’est mobilisée et les membres de l’Alliance pour le logement ont appelés le gouvernement à une véritable politique du Logement.
Aujourd’hui 29 janvier 2024, je vous fais part de mon souhait que cette Alliance se décline au niveau régional afin que tous les acteurs de la construction et tous ensemble nous soyons force de propositions pour défendre une Politique du Logement.

Une nouvelle année qui commence est bien souvent le temps de la prise de résolutions qui sont vite balayées par les habitudes et la nécessité du quotidien.
Si cela n’est finalement pas très grave pour nos existences celà ne peut être acceptable pour nos entreprises, nos professions.
Nous préférons les engagements aux résolutions et les actes concrets aux idées abstraites.

Notre rôle est aussi de lancer des signaux forts aux pouvoirs publics, et à ce titre je vous dis
A quand les ACTES Dans la simplification des Normes dans le Bâtiment
A quand l’égalité devant le GNR
A quand une « France logement » regroupant les acteurs de la Construction pour définir une Véritable Politique du Logement

Pour mémoire ;
l’Alliance pour le logement (FFB, USH, FNAIM, FPI, Pôle Habitat-FFB, Procivis, UNIS, UNNE, UNSFA, UNTEC)

 

Christophe Bauduin, Président de l’UNICEM BFC

L’UNICEM s’inscrit complètement dans les propos de mes prédécesseurs en tant que premier maillon dans l’acte de construire, tant pour leur analyse, leurs craintes avec les perspectives qu’ils envisagent pour la filière de la construction et principalement pour le secteur du batiment (à voir suivant précédents discours)

Je ne ternirai pas plus le tableau par nos projections économiques avec un recul prévisionnel de 7% de nos activités après un retrait identique en 2023,l'activité du BPE étant la plus touchée.

Afin de minimiser les impacts en terme d'emploi nous comptons sur l'etat pour détendre les contraintes de l'encadrement du credit et sur les collectivités pour soutenir la commande publique et principalement le bloc communal meme si je sais toutes les difficultés pour les EPCI de boucler leur budget.

D'autant plus que nous allons faire face à nouveau à une hausse des couts l'electricité, les salaires, la fiscalite sur le GNR(à moins que l'abandon ne concerne pas que le secteur agricole) les matières premieres (quoique plus raisonnables), sans parler des contraintes et regles qui continuent de s'accumuler ralongeant et surencherissant les dossiers d'instruction des projets industriels.

Mais cette année encore la profession devra faire face au défi de la ressource en eau poursuivant les efforts en matière de sobriété hydrique sans attendre les AP d'interdiction d'exploiter.

Le deuxième volet concerne bien sur la décarbonation de nos activités par la reduction des consommations énergétiques, des developpements de matériaux alternatifs, le recyclage, la gestion de la ressource, les transports alternatifs et les efforts que developpe l'industrie cimentière pour réduire progressivement l'impact carbone.

Notre profession de part son ancrage territorial aura toujours le souci du dialogue avec les parties prenantes dans une demarche permanente et croissante visant à une totale acceptabilité sociétale meme si certains activistes se croient tout permis pour contester ce qu'une grande majorite de la population reconnait.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

6 femmes entrepreneuses de Bourgogne Franche-Comté, lauréates de la saison 6 du programme « Femmes Entrepreneuses »
Le programme femmes entrepreneuses est gratuit et ouvert à...
Le Crédit Agricole continue à investir dans les territoires
Dans un contexte économique 2023 instable, le Crédit Agricole...
Signature du Pacte régional d’investissement dans les compétences Bourgogne-Franche-Comté 2024-2027
Le 17 avril 2024, Franck ROBINE, préfet de la région...
Altidrone21 : de nombreuses solutions par drone au service des territoires
L’Echo des Communes vous avait présenté à...
La CCI Côte-d’Or . Saône-et-Loire signe avec la Fédération des commerçants et artisans dijonnais SHOP IN DIJON, la convention de partenariat 2024
Après les années compliquées qui ont suivi la crise COVID,...
Coup d’envoi officiel du projet de centrale photovoltaïque du Pralanum à Prâlon
Jacques Jacquenet, Président de la Société...
Défi de neutralité carbone des territoires : les 5 700 femmes et hommes du groupe EDF en Bourgogne-Franche-Comté s’engagent pour le relever.
Le groupe EDF annonce s’engager à poursuivre en 2024...
Le forum LADYj.Tech pour célébrer les femmes de la Deeptech
Mercredi 27 mars, dans le cadre du Mois de l’égalité, Dijon...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *