CCI : Penser les centres-bourgs de demain

CCI : Penser les centres-bourgs de demain

Info+ :

03 80 65 91 91
contact@investincotedor.fr
Place Jean Bouhey, 21000 Dijon 


Invest in Côte-d'Or
www.investincotedor.fr

 


23 octobre 2019

Le taux de vitrines vides et de locaux commerciaux vacants est passé de 6 à 13% en 10 ans dans les centres-bourgs et centres-villes. Imaginer à quoi ils ressembleront demain fait donc partie des défis que les communes doivent relever dès aujourd’hui. Pour les accompagner dans cette démarche, la CCI a organisé une conférence destinée aux élus locaux de Côte-d’Or.

Xavier Mirepoix, président de la CCISi la mission première de la CCI consiste à soutenir les TPE/PME du département, elle ne conçoit pas de remplir ce rôle sans prendre en compte les collectivités. « Nous n’avons jamais dissocié développement économique et territoire. Nous menons une politique partenariale en ce sens » a précisé Xavier Mirepoix, président de la CCI. Pour faire face aux problématiques des locaux commerciaux vacants, les collectivités cherchent à redynamiser leur centres-bourgs et centres-villes. La CCI peut agir à leurs côtés pour trouver les bonnes réponses. « D’autres facteurs entrent en ligne de compte, la dimension commerciale n’est pas la seule à intégrer dans les réflexions. » Pour apporter des éléments de réflexion, la chambre consulaire a invité David Lestoux, dirigeant fondateur d’une agence spécialisée en prospective et marketing territorial, rédacteur du rapport national sur les centres-villes pour le Ministère de la Cohésion des Territoires.

Des lendemains différents

David LestouxLes modes de consommation changent, les modes de vie évoluent. Les centres-villes et centres-bourgs subissent ces modifications. « On ne peut pas aller contre, donc il faut imaginer à quoi ils ressembleront demain. » Les grandes enseignes comme Ikea ont annoncé de nouveaux services tels que la livraison, le montage à domicile mais aussi le réemploi ; le site internet Vinted, spécialiste du vêtement de 2ème main affiche la plus forte croissance numérique ; les grandes surfaces repensent à la fois leur concept et leurs galeries marchandes pour répondre aux nouveaux besoins et nouvelles tendances de consommation. Les commerces installés dans les centres-bourgs et centres-villes ne doivent pas rester à l’écart. « Il leur faut intégrer les facteurs sociologiques que sont la senior économie, la génération Z mais aussi les nouveaux modes de vie. » La senior économie invite à prendre en compte la mobilité tandis que la génération Z s’attache au développement durable mais aussi au commerce en ligne car elle a toujours connu le numérique. « Par ailleurs, de plus en plus de gens vivent seuls et consomment autrement. Le commerce d’occasion se développe, les actifs  travaillent de plus en plus loin et rentrent de plus en plus tard. Les horaires des commerces sont souvent devenus incompatibles. » La différenciation du commerce ne se fait pas tant sur le prix que sur l’innovation. L’attractivité du commerce, l’adaptabilité des horaires et des services attirent les consommateurs. « On voit des commerces qui souffrent mais aussi d’autres qui osent et se développent. » Selon David Lestoux, le consommateur de demain associera la livraison à domicile, le numérique, une offre multiple d’activités… « Les rapports aux usages changent et vont faire naitre une hybridation des activités qui devront être mises en scène, ambitieuses, connectées et servicielles. » L’expert rappelle qu’un cœur de ville ne ressemblera jamais à un centre commercial, avec tout le stationnement que l’on pourrait y mettre. « Il faut parler de ce sujet mais il ne fait pas tout. Il facilite les choses mais personne ne vient au centre-ville parce qu’il y a des parkings ! C’est une facilité mais ça ne le rend pas attractif. »

Le bon diagnostic

Devant les vitrines vides, les élus locaux cherchent des solutions. Pour les trouver, David Lestoux les encourage à ne pas se limiter à une approche commerciale. « On a mis les habitants de plus en plus loin des centres, l’urbanisme les a fait glisser vers l’extérieur tout comme les équipements publics ou les maisons médicales. » L’aménagement du territoire a modifié les flux, impactant les commerces et le dynamisme des cœurs de ville. « Pour revitaliser un centre-bourg ou un centre-ville, il faut s’appuyer sur quatre fonctions : l’habitat, les services, l’emploi et l’identité. » Avec jusqu’à 30% de vacance dans les logements du centre, l’expert invite les élus à s’interroger sur les adaptations à leur apporter. Ainsi, si le double vitrage garde son importance, le haut débit reste une attente. Du côté des services, les élus doivent faire des choix pour ramener des flux. « Localiser les services médicaux est essentiel pour l’avenir. Là où il y aura des médecins, il y aura du passage. » Au registre de l’emploi, il préconise de réinstaller des fonctions services dans les centres. Enfin, pour exprimer la fonction identité, David Lestoux pose une question simple : « Est-ce que les habitants font visiter leur centre-ville aux proches de passage ? Il faut recréer un attachement émotionnel et y intégrer les enfants. » La suite de la conférence a notamment donné l’exemple des communes de Pouilly-en-Auxois et de Seurre. A travers des projets ambitieux, parfois avec le soutien des dispositifs des pouvoirs publics, les deux localités ont entamé une profonde transformation de leur centre-ville. Demain, elles le pensent dès aujourd’hui.

investincotedor.frinvestincotedor.fr

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

CCI des villes et CCI des champs
D’un côté, il y a les collectivités avec leurs...
La CCI21ouvre sa E-boutique.
La boutique en ligne de la CCI21 est destinée aux professionnels,...
Objectif : Redynamiser les Rives de Saône !
Depuis deux ans et demi, la CCI 21 et la Communauté de communes des...
Développement économique du Val de Saône (2) : quelle stratégie adopter ?
Suite de notre dossier sur le développement économique des villes...
La CCI de Côte-d'Or retourne à l'école
Mais que va faire une CCI dans un lycée ? Xavier Mirepoix,...
Groupe ELABOR : La gestion de l'espace public à portée de clic
La gestion de l’espace public, par tout ce qu’il recouvre, peut...
Francis Pennequin : Pourquoi je suis un maniaque casse-couille maladif ?
Experte reconnue des travaux publics et de la démolition,...
La CCI propose, les communes disposent
Attirer les entreprises sur son territoire contribue à son...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.