En 2020, David Butet, Président du MEDEF Côte-d'Or souhaite un succès républicain à la France

28 janvier 2020

C'est à la Maison des entreprises, devant un parterre de chefs d'entreprises et d'élus, que David Butet, Président du Medef Côte-d'Or a rappelé les valeurs républicaines qui devront être le fil conducteur d'une France forte et unie en 2020 ; "... valeurs de liberté, de responsabilité, d’égalité mais aussi d’équité, ciment de notre société, et de fraternité propice à la cohésion et au succès collectif". Pour y arriver, David Butet préconise de relever 4 défis majeurs tout en prenant en compte l'impact des activités économiques sur la biodiversité.

David Butet, Président du Medef Côte-d'Or

Les 4 défis majeurs de David Butet, Président du Medef Côte-d'Or

Premier défi pour 2020, maintenir le rythme des transformations et mener à leur terme les réformes-clés.

"En effet, il est nécessaire de faire avancer les réformes structurelles dont nous avons besoin : nous avons déjà travaillé sur la réforme de l’assurance chômage, de l’apprentissage, de la formation professionnelle. Il y a, aujourd’hui, la réforme des retraites.
Nous vivons une période de transition et de mutation, ce qui ne se fait jamais sans difficulté.
Le mois de décembre s'est éteint sous les turbulences des manifestations organisées en vue de la réforme des retraites. Ce mois de janvier, s’est ouvert dans le même climat.
Comme Président de Medef mais également comme entrepreneur, je vois les trésors d’imagination, d’ingéniosité, de réactivité dont font preuve nos entreprises. Je vois les progrès de la robotique, de l’intelligence artificielle, de la santé et de l’industrie. Je vois chaque jour les efforts de nos entreprises pour se révéler toujours plus attrayantes. Je vois la façon dont les chefs d’entreprise s’approprient les attentes de leurs clients en termes de transparence, d’éthique, d’environnement et de responsabilité sociétale.
Refuser toute évolution de notre modèle social conduirait à sa perte. Est-ce que dans 30 ans un seul actif fera vivre un retraité ? Est-ce que l’on peut continuer à indemniser plus de 3.5 millions de demandeurs d’emplois alors que nos entreprises n’arrivent pas à recruter ?
L’équité doit être la règle !
Oui, il faut mettre fin aux régimes spéciaux.
Mais non, il n’est pas acceptable que les réserves accumulées par le secteur privé servent à financer la réforme.
Le Medef s'engagera pleinement et ce dans un esprit de responsabilité, dans la conférence de financement afin de trouver les mesures d'âge justes assurant l'équilibre financier du système de retraites à court, moyen et long terme.
La confiance des entrepreneurs est donc fondamentale pour relever les défis de l’année qui s’annonce.
Le PIB de l'économie tricolore a progressé de 1,3% en 2019 contre 1,1% en zone euro selon les derniers chiffres de l'Insee.
Quand les entreprises françaises reprennent confiance, elles sont bien meilleures que la plupart de leurs homologues européens ! La reprise est indiscutable. Elle est encourageante, mais reste trop timide pour un pays comme la France qui, avec le tissu économique qui est le sien, ne peut se contenter d’un commerce extérieur lourdement déficitaire et d’une croissance de 1,3%, Il serait donc naïf de nous imaginer à l'aube d'une nouvelle ère de prospérité. Soyons objectifs.

Cette croissance se transforme en besoin de compétences que paradoxalement on ne trouve pas !"

Second défi pour 2020 : construire une croissance riche en emplois.

"Ne l’oublions jamais : le réseau des entreprises d'un territoire est le coeur battant de l'économie et de l'emploi.
Les entreprises savent être au rendez-vous lorsqu'on leur demande et lorsque l'environnement est là, notamment en matière de compétitivité et de confiance. De fait, il y a eu près de 911.000 emplois salariés supplémentaires dans le secteur privé entre le premier trimestre 2014 et le deuxième trimestre 2019. Le nombre total d'emplois salariés dans le privé est ainsi passé de 18,68 à 19,59 millions d'emplois sur la période, selon les dernières données de l'Insee.
Notre réseau, tous ensemble, doit faire rimer développement économique et création d’emplois, dans un système rénové permettant aux entrepreneurs de recruter les talents dont ils ont besoin pour accompagner le développement et la croissance de leur entreprise. Les chiffres sont édifiants : chaque année, plus de 300.000 emplois sont non pourvus, faute de candidats. Un constat partagé de plus en plus par les dirigeants que je rencontre au quotidien. Il nous faut trouver, et vite, des réponses à cet incroyable paradoxe dans un pays qui compte plus de 3,5 millions de demandeurs d’emplois, 215 000 pour notre seule région BFC."

Troisième défi pour 2020, la refonte du paritarisme.

"Les évolutions profondes des modèles économiques et l’irruption de nouveaux acteurs entièrement digitalisés nous poussent à repenser de fond en comble notre modèle social. Il est impératif de redéfinir de nouveaux modes de travail au sein de l’entreprise, dans un mode « gagnant-gagnant » et non plus « donnant-donnant ».
L’entreprise est l’endroit où la plupart des gens passent le plus clair de leur temps. Il est donc dramatique que nos collaborateurs ne se réalisent pas dans leur travail ! L’entreprise donne un métier ; elle est un lieu de progrès et de développement personnel. D’après un sondage paru ce jour dans le Figaro, 82% des salariés estiment que l’entreprise est responsable de leur bonheur.
Pour parvenir à un mode gagnant-gagnant, la confiance est indispensable. Nous devons inventer un paritarisme nouveau, s’appuyant sur de nouvelles relations entre les partenaires sociaux, mais aussi sur la motivation, l’engagement de nos salariés et leur employabilité tout au long de la vie.
C’est un pilier incontournable pour la compétitivité durable de nos entreprises."

Quatrième défi pour 2020, l’accompagnement de la croissance des entreprises.

"Nos entreprises qui n’hésitent pas à innover et à inventer de nouveaux business models doivent pouvoir grandir dans un terreau toujours plus fertile. La loi PACTE portée par le ministre de l'économie, ce plan d'actions pour la croissance et la transformation des entreprises, en partenariat avec nous, MEDEF, doit tenir ses engagements :
Simplifier l’environnement règlementaire de nos entreprises, faciliter leur financement, favoriser les conditions de l’innovation, relancer le « chasser en meute » à l’international alors que la France ne représente que 5% de l’économie mondiale.
L’art de simplifier, d'innover et de savoir financer, c'est se donner plus de vitesse d'exécution et nous avons besoin de cette dynamique pour jouer le jeu de la mondialisation. Pour cela, il faut d’abord alléger la fiscalité qui pèse sur les entreprises. Un impôt excessif freine la croissance des entreprises, limite leur investissement et donc les emplois de demain : c’est un handicap majeur pour notre économie. Il faut que les entreprises puissent davantage bénéficier des fruits de leurs investissements pour grandir, embaucher et se projeter à l’international.
C’est donc en travaillant ensemble que l’on crée de la valeur : partenariats publics-privés ; coopérations inter-entreprises ; collaboration entre le monde de la recherche, l’enseignement supérieur et nos entreprises.
Il s’agit de nous réinventer, d’anticiper les mutations pour mieux accompagner la transformation de nos entreprises, de fabriquer sur notre territoire les emplois de demain.
Rassembler nos savoir-faire, démultiplier notre savoir être collectif pour savoir devenir et s'adapter au monde de demain, vous l’avez compris : notre Medef est aujourd’hui plus que jamais en action !
Car les défis à venir sont nombreux et ambitieux. Le pragmatisme et l’agilité de nos entreprises doivent nous inspirer. Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir l'ambition d'aller plus loin : plus de croissance, plus de rentabilité, plus de richesses, plus d'emplois … En cette année 2020, je souhaiterais que nous partagions ensemble un sentiment de fierté collective. Soyons fiers !
Fiers d’être chefs d’entreprises ! Les atouts de notre territoire sont nombreux et l’entreprise est aujourd’hui le premier lieu de création de richesse collective.
Notre territoire regorge d’idées et d’initiatives. La Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin, La Cité des Vins de Beaune, le projet TIGA, On Dijon, Futur 21, Réadaptic, autant de projets que le Medef Côte d’Or soutient au sein de ses projets d’excellence et qui seront à moyen terme des vecteurs significatifs de développement. Car oui, l’implication des entreprises privées dans ces projets est indispensable dans leur réussite.
Face aux mutations qui traversent le monde, les entrepreneurs sont parfaitement légitimes pour faire face au changement. Parce que l’agilité et la réactivité sont notre quotidien. Parce que le changement est dans notre ADN. Nous devons assumer notre rôle de dépositaires d’une partie du bien commun. L’Etat n’a plus le monopole de l’intérêt général.
Face à ces impératifs de changement, il est indispensable que l’organisation qui représente les entreprises montre l’exemple et évolue. Et elle l’a fait. Nous avons lancé l’an dernier, la plus grande réforme depuis la création du Medef il y a 20 ans. Cette réforme nous place au coeur des nouvelles aspirations de la société. Nous les avons résumées au sein de ce qui est devenu notre raison d’être : agir ensemble pour une croissance responsable.
C’est avec ce mot d’ordre que nous prenons part aux grands débats qui animent notre société : retraite, santé au travail, assurance chômage, transition écologique, entreprise inclusive, responsable et durable, éducation…
Et c’est parce-que l’entrepreneur est plus que jamais un acteur du changement, qu’il se positionne comme un apporteur de solutions concrètes aux défis que nous devons collectivement relever.
Et parce que les décisions politiques sont déterminantes pour créer un environnement favorable au développement économique, le Medef Côte d’Or invitera courant février les candidats aux élections municipales à venir échanger avec ses adhérents. Nous aurons, vous aurez l’opportunité d’interpeller les candidats sur les grands sujets économiques, tels que le foncier, les transports, l’emploi, ou encore la fiscalité locale."

David Butet, Président du Medef Côte-d'Or

Sensibiliser les entreprises afin qu'elles s'engagent dans la biodiversité

"L’année 2020 sera également marquée, à l’échelle nationale et internationale, par plusieurs rendez-vous relatifs à la préservation de la biodiversité : je citerai notamment le Congrès Mondial de la Nature à Marseille en juin et la COP 15 biodiversité en Chine en octobre.
Pour accompagner ces évènements, le Ministère de la Transition Ecologique met en place une dynamique d’engagements des acteurs en faveur de la biodiversité. Isabelle WARGON, Secrétaire d’Etat à l’écologie, a lancé le 12 décembre dernier l’initiative Entreprises Engagées pour la Nature qui rassemble de nombreux partenaires dont le Medef et qui a pour vocation d’inciter les entreprises à s’engager dans des stratégies et des plans d’actions qui prennent en compte les impacts de leurs activités sur la biodiversité, dans une démarche de progrès.
En 2020, on ne pourra plus mener une action sans penser à la préservation de notre planète. Plus que jamais le climat doit être la priorité de Tous. On ne pourra pas dire « je ne savais pas ».
Chacun d’entre nous doit agir en écoresponsable.
Agir pour préserver et restaurer la biodiversité, garantir les ressources nécessaires à son activité ainsi que fédérer ses salariés et ses clients.
S’engager dans une démarche de progrès pour concevoir et mettre en oeuvre des actions concrètes, mesurables et ayant un effet positif sur la biodiversité.
Se mobiliser aux côtés des territoires, des associations, et des partenaires pour participer collectivement à la reconquête de la biodiversité
Comme le colibri qui, selon la légende amérindienne, cherchait à éteindre seul le feu d’un immense incendie de forêt en portant quelques gouttes d’eau dans son bec, face aux autres animaux impuissants et sceptiques, le chef indien Almir Narayamoga Suruí a choisi de « faire sa part ».
Car depuis un demi-siècle, près d’un cinquième de la forêt amazonienne, le poumon vert de la planète, a disparu, sous la pression de l’élevage et de l’agriculture intensifs.
Ce leader emblématique des Suruí, peuple de 1 400 âmes vivant dans un territoire très reculé de l’Etat brésilien, se bat inlassablement contre la déforestation qui ravage l’Amazonie, sa « Terre-Mère ».
Un combat qu’il mène au prix de sa vie, un combat qui l’empêche d’être parmi nous ce soir, car en tant que Chef de tribu, il a su prendre ses responsabilités en restant auprès de son peuple face aux tensions sociales et politiques qui règnent au Brésil.
Ce projet de reforestation, cher au Chef Almir, bénéficie du soutien de l’association Aquaverde.
Cette association a été créée en 2002 et a pour but de promouvoir et de soutenir toute initiative visant à apporter une dimension nouvelle de l’interaction entre l’homme et l’environnement dans la perspective du développement durable et de la dignité des peuples, pour la sauvegarde de la vie humaine sur la planète.
Thomas PIZER, son Président, ancien délégué du Comité International de la Croix-Rouge, a passé plus de quinze ans à mener des actions humanitaires dans des pays en guerre à travers le monde.
Fondateur de l’association Aquaverde, il se bat aux côtés du Chef Almir au service des peuples autochtones d’Amazonie.
Il est accompagné ce soir par Lea LE-BRICOMTE qui représente l’association auprès des instances politiques à Paris ainsi qu’au Conseil de l’Europe.
Merci à eux d’eux d’avoir bien voulu répondre favorablement à notre invitation et de représenter, au pied levé, Almir Narayamoga Surui pour lequel nous avons une pensée très forte et un profond respect pour son combat.
Je vous invite à puiser, durant un petit moment, dans la sagesse des peuples de la forêt un nouveau modèle de démocratie et de vie.
Merci de votre attention et bonne année 2020 à tous !"

David Butet, Président du Medef Côte-d'Or

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Opération Lean & Green : faire des économies en réduisant les gaspillages
La CCI Côte-d'Or invite les entreprises industrielles à participer...
Un nouveau tournant pour O'SITOITqui inaugure 3 grandes centrales photovoltaiques à BRAZEY
O’SITOIT, acteur du photovoltaïque et de l’efficacité...
Réimplanter le sarrasin en Bourgogne
Biscuiterie Bio implantée à Montbard (Côte d’Or),...
Tri des déchets d'activités économiques : beaucoup d'efforts restent à fournir
50 % des tonnages éliminés en décharge dans notre...
Collecte des biodéchets à la source : la Communauté de communes Rives de Saône inaugure ses Biobornes
Tous les particuliers devront bénéficier d’une offre de tri...
Le Signe de l'Environnement, un service urbain innovant, écologique et économique !
Continuer d’INNOVER dans le domaine de la Propreté Urbaine telle...
Le Signe de l'Environnement, la désinfection de conteneurs à déchets.
Cette semaine l’Echo des Communes a suivi, durant quelques heures, une...
BIFI : L'exemple d'une entreprise locale
L'entreprise BIFI est née de l'idée de son actuel...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.