Tout va bien dans les TP ? Pour Vincent Martin c'est oui, mais...

Tout va bien dans les TP ? Pour Vincent Martin c'est oui, mais...

Info+ :

Fédération Régionale des Travaux Publics de BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE

Fédération Régionale des Travaux Publics de BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
Le Samouraï II, 3 rue rené Char - 21000 Dijon
Tél : 03 80 41 93 21  
frtpbfc@fntp.fr
www.frtpbourgogne.com

Délégation Franche-Comté
ECOPOLE TP, Rue Auguste Vérité - 25000 BESANÇON
Tél. : 03 81 41 16 16  
fcomte@fntp.fr
www.frtpfranchecomte.fr


28 janvier 2020

A l'occasion de ses voeux à la profession en présence de nombreux élus, dont François Rebsamen, Vincent Martin a confirmé une tendance positive pour la profession des TP mais a évoqué certaines craintes liées à l'investissement public venant ternir ce bilan. Pour le Président, la fédération et les professionnels font le job et se modernisent afin de relever les défis de demain mais restent à la merci à 70% de la commande publique. 

En ouverture de la cérémonie des voeux de la FRTB-BFC, François Rebsamen, Maire de Dijon, Président de Dijon métropole était invité aux côtés de Vincent Martin. L'occasion pour l'élu de féliciter Vincent Martin de sa récente réelection à la présidence de la FRTP-BFC, notant avec une pointe d'humour sa chance d’être réélu ! 

François Rebsamen, Maire de Dijon, Président de Dijon métropole

Un maire et un président en phase.
Différents points de convergence entre les deux hommes sont évoqués par François Rebsamen, ainsi la FRTP est dans la bonne voie en soignant son image auprès de la jeunesse et qui comme Dijon « attire les talents ».
Autres points de convergence "à Dijon on favorise le développement du territoire en le rendant plus attractif avec la réalisation de grands projets structurants... plus l’investissement public augmente plus le PIB du pays augmente".
Et cerise sur le gâteau, monsieur le maire enfonce le clou "D’autre part pour une collectivité, l’entretien de ses infrastructures est important. Ne pas entretenir coûtera au final beaucoup plus cher". 

Vincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-Comté

Vincent Martin a présenté ses vœux aux entreprises adhérentes, partenaires et élus au Palais des Congrès, à Dijon

Selon Vincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-Comté, la profession vient de passer 3 années profitables, ajoutez à cela une meilleure visibilité des investissements de l'État grâce à la loi « LOM », les premiers effets bénéfiques d'une profession qui a commencé une mutation en profondeur.
Mais des inquiétudes subsistent. Inquiétude récurrente quant à la continuité de l'investissement et de l'entretien avec l'arrivée de nouvelles équipes municipales, la relégation de la France  à la 18ème place selon le rapport sur la compétitivité internationale (rapport qui intègre la qualité des infrastructures dans ses critères de notation) du Forum économique mondial. Alors que la France pointait à la première place en 2012, elle est passée à la septième place en 2017, et pointe désormais à la 18ème place en 2019 !!!

 

Les raisons de l'optimisme

"Mesdames et messieurs, les clignotants conjoncturels sont depuis 3 ans enfin passés au vert. La décennie passée, ce sont pour faire court, 7 années de crise avec le début de mandats locaux, marqués par la baisse des dotations de l’État et l'instabilité des périmètres et des compétences locales ; suivies de 3 années de reprise, avec une nette accélération sur l’année 2018 et surtout 2019.

Accélération qui a touché la grande majorité des territoires et profité à la quasi-totalité des entreprises, quelle que soit leur taille. Nous observons cependant ici et là encore quelques secteurs d’activité en souffrance, telle que l’eau sur certains territoires et peut être l’activité « routes » depuis quelques mois, pour laquelle nous commençons à manquer de visibilité.

Précisément, afin d’améliorer notre visibilité à moyen terme, notre pays s’est enfin doté d’une loi de programmation des investissements de l’État en infrastructures.

La loi « LOM » (Loi d’Orientation des Mobilités) a été promulguée fin décembre et la FNTP a œuvré sans relâche pour que ce texte voie le jour, une 1ère pour notre secteur d’activité ! C’est une demande que nous avions formulée lors du FORUM de la FNTP en 2017  et nos services ont d’ailleurs largement relayé nos attentes auprès des parlementaires.

Les TP, une profession en mutation, qui prépare l'avenir

Mesdames et messieurs, l’image de notre profession est en train de changer, là encore, toutes nos initiatives commencent à porter leurs fruits...
La campagne de communication « Franchement Respect » qui vise à capter de jeunes talents dans notre profession a été 3 fois primée meilleure campagne RH de l’année.
En région nous avons rencontré près de 450 collégiens et organisé 19 visites de chantiers représentatifs sur toute la région.
En matière d’insertion et de qualification nous sommes sur tous les fronts
La création de notre marque École des Travaux Publics Bourgogne-Franche-Comté qui démontre un dynamisme sur notre territoire. C’est important de faire émerger les talents de demain!
La FNTP a passé une convention avec l’Éducation nationale et le ministère du travail, pour la formation des réfugiés.
À Dijon, nous allons accueillir le vaisseau amiral de la Formation d’Ingénieurs (l’ESTP)   grâce aux efforts soutenus de Dijon métropole et de François rebsamen en particulier, qui souhaite en effet capter des talents  plutôt que d’en voir aller sous d’autres horizons.

Toutes ces orientations, participent à la même logique : « changer le regard que portent les jeunes sur nos métiers et nos activités ». Nos efforts sont en train d’être récompensés quand j’observe que le nombre d’apprentis a augmenté de plus de 10% à la dernière rentrée  et que le nombre de stages de 3ème a fortement progressé sur le plan régional.

Encore une fois, bravo à notre École des Travaux Publics  à son président et les membres du Conseil d’administration, qui n’ont pas ménagé leur peine.

Une profession qui se tourne vers l’innovation et la transition écologique

Sur ces 2 terrains de l'innovation et de la transition énergétique, nous avions un peu de retard, il faut bien le reconnaitre. Mais grâce à la motivation et à la détermination de nos Présidents de Commission, et à notre Fédération, nous regagnons chaque jour du terrain. À titre d’exemple, la Commission Développement Durable engage des actions dans le domaine de l’organisation du recyclage et de la valorisation des déchets permettant parfois de produire de l’énergie nouvelle.

Nous optimisons la conduite de notre activité en intégrant le numérique.

Nous commençons à intégrer dans notre flotte des engins dotés de nouvelles énergies, ayant un bilan carbone plus favorable, même si l’offre de nos fournisseurs n’est à ce jour pas satisfaisante en matière d’énergie de substitution.

Sur le volet de la prévention, la Commission Santé Sécurité organise la journée Santé Sécurité Prévention  qui constitue le grand rdv annuel, et qui a encore mobilisé près de 250 salariés vendredi dernier. La protection et la santé de nos salariés n’est-elle pas la priorité majeure de notre Fédération?

On voit bien, en toile de fond, l’inscription de tous nos métiers dans une logique de transition écologique, dans laquelle l’humain est au cœur de notre modèle social & économique.

La volonté politique est là et notre Fédération, nos entreprises ne peuvent s’y soustraire. Tous ces sujets sont d’ailleurs au cœur des campagnes municipales.

2020 et la décennie qui commence doivent être en effet une année de projection dans le futur, et de préparation de nos entreprises, de nos métiers, au monde qui se profile.

La loi de programmation est un 1er pas.

Les raisons de l'inquiétude

Les campagnes électorales locales à venir, à commencer par les municipales qui vont mobiliser notre FRTP, nos Présidents de Sections Départementales, seront l’occasion de poser la question de la continuité de l’investissement et de l’entretien local.

Il ne doit en effet pas y avoir de ruptures. Les investissements ne doivent pas s’inscrire à l’aune de mandats politiques  mais bien plus en fonction de l’urgence du développement social et économique de nos territoires.

Plus globalement, et pour préparer les échéances nationales de 2022, parce que d’autres échéances arrivent, nous devrons remettre sur la table le financement de l’AFITF (l’Agence pour le Financement des Infrastructures de Transport de France), la préparation de la seconde loi de programmation, et la mise en conformité de la comptabilité locale des collectivités avec les énormes besoins d’entretien dans nos territoires.

Vous pouvez compter sur mon implication au sein de la FNTP sur tous ces dossiers  particulièrement importants pour l’avenir de notre profession.

Mais j’aimerais revenir un instant sur les responsabilités partagées qui incombent aux décideurs économiques publics, mais également à notre profession.

Le patrimoine sur lequel nous intervenons  nous l’avons « en responsabilité » aux côtés de nos élus de proximité  qui contribuent à l’entretien ou parfois au développement de nos infrastructures.

Les Travaux Publics contribuent incontestablement au développement des réseaux de communications : routes, voies ferrées, ponts, canaux mais aussi fibre optique et bientôt véhicules connectés.

Dijon METROPOLE n’est-elle pas une référence européenne en matière de ville connectée ?? 

Les Travaux publics sont les acteurs majeurs du transport de l’énergie : électricité, gaz, réseaux de chaleur.

Enfin, nous avons en responsabilité le transport et le traitement de l’eau, sujet hautement sensible et on l’a vu encore cet été, combien l’eau est aujourd’hui une composante essentielle du cycle de la VIE.

Comme l’a souligné François REBSAMEN à l’occasion de ses vœux : Lorsqu’on observe que l’eau sera bientôt cotée en Bourse  dans un pays tel que l’Australie, ne sommes-nous pas ici au comble de l’aberration ??

Il est nécessaire de maintenir l'investissement public dans les infrastructures

Mes chers entrepreneurs, mesdames, messieurs les élus, j’insiste sur le fait que nous avons le devoir de maintenir une dynamique de veille économique de proximité.

Nous allons comme tous les ans, rencontrer les décideurs économiques, afin que les budgets fléchés sur les infrastructures soient connus par vos entreprises et surtout vous rassure.

J’en profite pour rappeler que la vague du développement du Grand Paris qui sert trop souvent de curseur de l’activité TP sur le plan national, impacte très peu nos PME en région. Quatre milliards d’Euros d'investissements par an prévus autour de la capitale , contribue en effet à la moitié de la hausse d'activité du secteur des Travaux Publics , selon les estimations de la FNTP. Par conséquent, il ne faut pas que nos élus pensent que les Travaux Publics se portent bien  avec comme seul indicateur les chiffres du Grand Paris !!! Les efforts d’investissement et d’entretien doivent en effet encore être déployés en province et en Bourgogne Franche-Comté en particulier !!!
La France c’est aussi  (j’ai envie de dire et proclamer surtout !!) le monde rural et les villes moyennes de l’ensemble du territoire !!!

Il nous faut en effet être vigilant pour conserver afin de reconstituer durablement nos marges d’exploitations qui nous permettent, rappelons-le d’embaucher et d’investir dans du nouveau matériel.

Pour rappel, nous devons embaucher 2000 salariés dans les 3 années à venir dans notre région, mais pour cela, la dynamique de l’investissement doit être maintenue. Par conséquent, nos phares seront braqués sur les intentions budgétaires du gouvernement.  

On paie aujourd'hui, avec entre autres la crise des gilets jaunes, 10 ans de sous-investissements dans les infrastructures.

Faut-il rappeler que le Forum économique mondial  dans son rapport sur la compétitivité internationale du 8 octobre dernier, et qui intègre la qualité des infrastructures, vient de nous reléguer de 11 places dans le classement de 141 pays.

Alors que nous étions à la première place en 2012, nous sommes en effet passés à la septième place en 2017, et pointons désormais à la 18ème place en 2019 !!!

Gageons dans ce contexte que la politique du gouvernement  ne vienne en effet réduire la marge de manœuvre des collectivités locales, déjà impactées par la diminution de la taxe d'habitation.

Mesdames et messieurs, ma conclusion est proche  et je voudrais adresser des remerciements et formuler des vœux.  

Vincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-Comté

En premier lieu, remercier pour leur implication sans faille  les présidents de commissions et instances rattachées à la FRTP  à qui je vais demander de me rejoindre : Santé-Sécurité (Eric BOYER), Développement Durable (Christophe RIBETTE), Formation (Xavier LUGAND), Observatoire DT DICT (Stéphane FLENET), Cellule Economique (Cyril PEYRON) et bien entendu nos nombreux mandataires très impliqués dans nos instances, notamment Constructys (présidé par Christelle RAMEAU).

Je veux remercier mes deux vices présidents de la FRTP, Christophe ROUGEOT et Frédéric BONNEFOY, mon bureau et bien entendu les présidents de Sections Départementales (qu’ils me rejoignent  également) : Fabrice Thomas (pour la Nièvre et la Haute Saône), Stéphane GOBRON (pour le Territoire de Belfort), Frédéric BONNEFOY (pour le département du Doubs), Mickaël ROUX (pour le Jura), Baptiste MANSANTI (pour l’Yonne), Eric BOYER (pour la Saône et Loire),

Sans oublier, mes remerciements à toute l’équipe dynamique de notre FRTP, qui sans elle, rien ne serait possible.

Pour la formulation des vœux, je souhaite que des budgets soient sanctuarisés et fléchés sur des grands projets nationaux structurants sur les 10-15 ans à venir (routes, voie ferrées, voies fluviales et travaux portuaires) et pas simplement dans le cadre du Grand Paris.

Notamment grâce aux décisions responsables du Comité d’Orientation des Infrastructures, qui préfigurent les budgets de l’Agence pour le Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF).

En effet les dernières négociations nous ont laissé un gout amer, le compte n’y est pas.

Je ne veux en aucun cas activer « le trouillomètre », mais le pont de Gènes, et plus proche de nous, celui de Mirepoix sur Tarn, ne sont-ils pas en effet des révélateurs d’insécurité ? En France, ce ne sont pas moins de 25 000 ponts qui enregistrent des sérieux problèmes de sécurité.  

Sur le plan régional, nous aspirons à ce que les promesses faites au titre des Contrat de Plan État Région soient honorées.

Pour rappel, sur le plan régional, l’actuel CPER qui porte sur 2015-2020 voire étendue jusqu’en 2022  budgété à hauteur de 383 millions d’euros  n’est réalisé qu’à hauteur de 40% à ce jour...Nous avons d’ailleurs alerté le Préfet de région à plusieurs reprises sur ce sujet.  

Nous aspirons également à ce que des diagnostics de nos réseaux, au sens large, soient établis (routes, voiries, ouvrages d’art et réseaux d’eaux). Cela, afin que les collectivités concernées déterminent leurs priorités d’action.

Cette démarche de vigilance responsable, nous la devons aux générations futures, à qui nous empruntons le territoire sur lequel nous vivons  !!

Au-delà et enfin  Mesdames et messieurs, mes chers Entrepreneurs je vous souhaite une bonne santé assortie de projets les plus audacieux pour vous, votre famille et tous vos collaborateurs.

Comme le disait si bien Antoine de Saint-Exupéry.

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible »

Alors tous ensemble, soyons à la hauteur de nos ambitions et rendons-les possible

Je vous remercie.

Vive les Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté !"

Fédération Régionale des Travaux Publics de BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - GRETA 21

A l'issue de la cérémonie, Vincent Martin et Rémy Heyte, Président du GRETA 21 ont signé une convention.

Vincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-ComtéVincent Martin Président de la Fédération des Travaux publics de Bourgogne Franche-Comté

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

FRTP : L'oreille des collectivités
Défendre les intérêts des entrepreneurs des travaux publics...
FRTP BFC, une AG sous le signe du capital humain
C'est à la Saline Royale d'Arc-et-Senans que la Fédération...
Marchés publics : la CGPME 21 et la FRTP Bourgogne veulent dialoguer avec les élus locaux.
Suite à certaines critiques parues dans la presse sur la qualité...
Mulot et Petitjean lance les travaux de sa nouvelle fabrique
Catherine Petitjean, président directeur général de la...
Changement de propriétaire chez SOBOMAT
Bertrand Chalumeau, jurassien d'origine, a racheté SOBOMAT, entreprise...
«Macarons de folie» ouvre une boutique à Dijon !
Le vendredi 16 décembre, le réseau de franchises en...
Crossject, modèle économique innovant du futur
Installée depuis 15 ans à Dijon, l’entreprise Crossject a...
BVS, le courant faible sous haute tension
Autant dire que quand on parle de courants faibles, BVS domine le sujet....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.