Pacte Régional d'investissement dans les compétences ; bilan 2019 et perspectives 2020

13 février 2020

Bernard SCHMELTZ, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY, Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, en présence de Carine SEILER, Conseillère spéciale auprès de Jean-Marie MARX, Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi – HCTCIE, ont présenté le premier bilan du Pacte régional d’investissement dans les compétences 2019-2022 en Bourgogne Franche-Comté, mercredi 12 février 2020.

Le Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences (PRIC) Bourgogne-Franche-Comté 2019-2022 a été signé le 20 décembre 2018. La Bourgogne-Franche-Comté était la première à s’engager dans ce plan innovant, et a mis en place une démarche partenariale avec l’ensemble des acteurs régionaux et territoriaux (Etat, Région, Pôle emploi, Partenaires sociaux…). Ce travail collaboratif a permis d’élaborer un PRIC ambitieux et innovant, à la fois dans l’identification des actions prioritaires, dans leur mise en oeuvre et dans leur suivi.
Le PRIC vise à accompagner et accélérer la transformation de la formation professionnelle, au service des entreprises, des territoires et des personnes peu qualifiées recherchant un emploi, pour édifier une « société des compétences ».
Le PRIC, c’est aussi un investissement significatif de l’Etat qui aura mobilisé 56 M€ en 2019 pour accompagner l’effort propre de la Région Bourgogne-Franche-Comté qui a investi de son côté 83 M€ pour cette première année de mise en oeuvre.
Le PRIC s’adresse aux demandeurs d’emploi et aux jeunes chercheurs d’emploi les plus en difficulté. En Bourgogne-Franche-Comté, ce pacte a un triple objectif : garantir une offre de formation renouvelée, territorialement équilibrée et répondant aux nouveaux besoins des entreprises et des territoires, favoriser l’accès pour les publics les plus fragiles à une formation adaptée et sécuriser dans leurs parcours et innover, expérimenter et évaluer.

Ce sont près de 30 000 personnes en recherche d’emploi supplémentaires qui pourront bénéficier d’une formation professionnelle, majoritairement (60%) des personnes peu ou pas qualifiées qui sont les plus exposées au risque d’éloignement durable de l’emploi.
En Bourgogne-Franche-Comté, une attention particulière est portée sur les « invisibles », public vulnérable qui ne se mobilise pas spontanément, voire reste distant des « mesures institutionnelles » et présente un risque d’éloignement durable du marché du travail. L’objectif est notamment de toucher les jeunes âgés de 15 à 29 ans révolus sans statut : ni en éducation, ni en formation, ni en emploi et ni en accompagnement.

Un an après sa signature, les acteurs se réunissent pour dresser un premier bilan des actions menées dans le cadre du PRIC Bourgogne-Franche-Comté, tant en termes de dispositifs crées, de groupes de travail mis en place, d’études menées que de l’augmentation des entrées en formation. Ainsi, ce sont 33 250 personnes qui ont bénéficié d’une formation financée sur fonds publics, dont 40% au titre du PRIC.
En termes de retour à l’emploi, en 2019, 59,7 % des personnes étant demandeurs d’emploi ont accédé à un emploi six mois après la fin de la formation, dont un tiers de ces emplois sont des emplois durables.
Pour l’année à venir, le PRIC Bourgogne-Franche-Comté continue sur sa lancée et prévoit la poursuite des actions engagées en 2019 et le développement de nouvelles actions, comme le déploiement du passeport « Trace des acquis » pour valoriser l’acquisition des compétences tout au long de la vie, ou la mise en place d’un groupe de travail « initiatives territoriales » pour soutenir des projets expérimentaux portés dans les territoires. A l’occasion de ce bilan et de la présentation des perspectives 2020 du PRIC, l’Etat, la Région et Pôle Emploi ont souhaité annoncer officiellement le lancement de l’expérimentation d’une instance de gouvernance régionale de l’action de Pôle emploi en matière de formation des demandeurs d’emploi, dont la première réunion se tient le mercredi 12 février après-midi.
Forte des partenariats déjà effectifs entre tous les acteurs de l’emploi-formation ainsi que du bilan du Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences, la Région avait présenté sa candidature au gouvernement. En effet, pour la Présidente de Région, Marie-Guite Dufay, la Bourgogne-Franche-Comté dispose de tous les atouts pour mener à bien cette expérimentation compte tenu de la qualité des partenariats existants et la volonté partagée d’innover en matière de formation professionnelle des demandeurs d’emploi.
Le Préfet de Région Bernard Schmeltz, la Présidente de Région Marie-Guite Dufay et le directeur régional de Pôle Emploi Frédéric Danel se félicitent que le Premier Ministre ait annoncé avoir retenu la Bourgogne-Franche-Comté comme région expérimentatrice.

 

LE BILAN 2019 DU PRIC

Le Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences (PRIC) Bourgogne-Franche-Comté 2019-2022 a été signé le 20 décembre 2018. La Bourgogne-Franche-Comté était la première à s’engager dans ce plan innovant. Grâce au PRIC ce sont près de 30 000 personnes en recherche d’emploi supplémentaires qui pourront bénéficier d’une formation professionnelle, majoritairement (60%) des personnes peu ou pas qualifiées qui sont les plus exposées au risque d’éloignement durable de l’emploi.
Cet effort inédit en matière de formation professionnelle est accompagné financièrement par l’Etat à hauteur de 251,5 M€ sur la période (2019-2022). Il permet de renforcer l’intervention de la Région dans l’un de ses domaines de compétence incontournable. Adossé aux 333,5 M€ que la Région mobilisera de son côté, cet effort doit permettre d’amplifier des parcours de formation vers l’emploi par l’acquisition et le développement de compétences, adaptés aux besoins des entreprises et aux évolutions du marché du travail (numérique, robotique, environnemental, …).
A travers le PRIC, il y a aussi une logique d’ouverture et d’assouplissement de la réglementation afin d’amplifier et simplifier l’accès aux formations financées par la Région.

Depuis un an, ce sont 33 250 qui ont bénéficié d’une formation financée sur fonds publics, dont 40% au titre du PRIC.
Le PRIC, c’est aussi un investissement significatif de l’Etat et de la Région Bourgogne-Franche-Comté qui a mobilisé sur cette première année de mise en oeuvre du dispositif plus de 83 M€ l’Etat quant à lui investi plus de 56 M€.

Les actions menées dans le cadre du PRIC

Au cours de l’année 2019, un ensemble d'actions du PRIC Bourgogne Franche-Comté a été lancé et se poursuivra en 2020. Certaines d’entre elles ont été reconnues par le Haut-Commissariat aux Compétences et à l’Inclusion comme « actions remarquables » :
1 - Revalorisation des aides régionales aux stagiaires
Clip vidéo témoignages bénéficiaires sur l’impact de ces nouvelles mesures ici
Souvent considérée comme un frein pour les personnes en recherche d’emploi qui souhaitent s’engager dans une formation, la sécurisation financière du parcours de formation fait partie des priorités sur lesquelles le PRIC ambitionne d’apporter des solutions pour faciliter l’accès à la formation des publics éloignés du marché du travail. La Région Bourgogne Franche-Comté est la première à mettre en place trois dispositifs d’aides directes aux stagiaires. Au total ce sont 15 millions d’euros qui vont venir soutenir le pouvoir d’achat des bénéficiaires d’une formation financée par la Région avec :

- Une nette revalorisation de la rémunération des stagiaires qui concernera près de 8600 bénéficiaires
- Un triplement de la bonification des prises en charge pour les déplacements qui concernera près de 2000 personnes
- Une aide forfaitaire d’un montant de 200 euros à l’entrée en formation pour les stagiaires sur les formations agréées par la Région, qu’ils soient indemnisés ou non par Pôle emploi. Cette mesure devrait bénéficier à près de 15 500 bénéficiares par an.

2 - Marchés de formation en blocs de compétences (BTP & Tourisme)
Le Plan BTP : une nouvelle approche de la formation par blocs de compétences qui intègre les enjeux numériques et énergétiques
Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics est plus que jamais concerné par les évolutions liées aux enjeux de la transition énergétique et de la révolution numérique. Les nouvelles formations offrent des cursus plus souples et plus adaptables aux besoins des entreprises. Concrètement, le parcours de formation inclut des modules obligatoires car jugés indispensables aux futurs employeurs, comme la déperdition thermique, les matériaux bio-sourcés, les énergies renouvelables... et bien sûr des heures de pratiques d’outils informatiques. A terme, ce nouveau marché vise la formation de plus de 900 stagiaires par an. Cette expérimentation est suivie de près et fait l’objet d’une évaluation nationale par le Comité scientifique du PIC.

Les formations Tourisme 2020

Afin de répondre aux besoins des entreprises du secteur touristique et de s’intégrer dans les ambitions du schéma régional de développement du tourisme et des loisirs 2017-2022, un nouveau programme de formation Tourisme a été mis en place au 1er janvier 2020. Il intègre des modules complémentaires tels que la relation-client, la maîtrise des outils numérique, anglais renforcé, le savoir-être professionnel, et la connaissance du patrimoine régional.

3 - Assouplissement des conditions d’entrées en formation
L’objectif est de faciliter l’accès de publics en difficulté aux formations régionales en simplifiant notamment les circuits administratifs :
- Elargissement des publics éligibles pouvant accéder aux formations régionales, en permettant l’accès aux formations régionales pour les personnes non inscrites à Pôle emploi.
- Possibilité pour les structures d’insertion et les services d’insertion /travailleurs sociaux des Conseils départementaux d’orienter directement leurs publics (notamment bénéficiaires RSA, personnes handicapées…) sur les dispositifs amont à la qualification financés par la Région (Une formation pour moi c’est possible, Dispositif de formation linguistique, Dispositif amont à la qualification), afin de faciliter, simplifier et sécuriser leur entrée en formation.

4 - Conventionnement avec les conseils départementaux sur le volet insertion-formation
Afin de rendre effectif le droit à la formation professionnelle tout au long de la vie et l’identification des publics qui en ont le plus besoin, il est essentiel que le Conseil régional se coordonne, s’articule, collabore et co-construise les solutions les plus adaptées, avec les huit Conseils départementaux chargés de la mise en place de la politique sociale envers les publics les plus fragiles, dont les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et de la mise en oeuvre du Plan pauvreté. Le conventionnement permettra de favoriser et de sécuriser financièrement l’accès de ces publics aux formations régionales. Les conseillers insertion des départements seront formés aux dispositifs régionaux proposés et pourront orienter directement les bénéficiaires vers les organismes de formation.

5 - Communauté des organismes de formation
L’appareil de formation professionnel connait depuis plusieurs années une mutation profonde, complexe, qui est liée à différents facteurs - de nature juridique, économique, sociologique, technologique. Et s’adapter face à ces changements apparait aujourd’hui comme une nécessité.
C’est dans ce contexte qu’a été officiellement lancée le 12 septembre 2019 cette communauté inédite en son genre, réunissant plus de 250 participants.

La Région Bourgogne-Franche-Comté a ainsi fait le choix, dans le cadre du PRIC, d’accompagner les organismes de formation en impulsant la création d’un réseau collaboratif, pour réfléchir ensemble à la mise en pratique de ce nouvel environnement. Dans ce cadre, les organismes régionaux ont d’ores-et-déjà souhaité approfondir une dizaine de projets touchant au changement de posture du formateur, aux nouvelles pédagogies notamment numériques, à la professionnalisation des acteurs…
Cette communauté des organismes de formation est animée par EMFOR BFC (Emploi-Métiers-Formation -Orientation en Bourgogne Franche-Comté).

6 - Groupe de travail Sourcing sur les publics invisibles
Ce groupe de travail s’inscrit dans l’ambition II du PRIC qui vise les publics vulnérables présentant un risque d’éloignement durable du marché du travail.
Mais qui sont-ils ? Ces publics sont dit invisibles. Ce sont des jeunes âgés de 15 à 29 ans révolus sans statut : ni en éducation, ni en formation, ni en emploi et ni en accompagnement.
Ils connaissent des parcours multiples, difficiles et complexes, et renoncent à leurs droits et à des solutions qu'ils trouvent illisibles et inaccessibles. En fourchette haute, ces jeunes seraient un million en France.

En BFC, cette thématique fait l’objet d’une attention spécifique à travers différentes études :
- Une étude produite par l’INSEE (cf. infra)
- Un travail de recherche mené par Claire Caboche, chercheure et auteure d’une thèse sur le sujet des jeunes publics invisibles.

Ces travaux s’établissent dans le cadre d’un groupe de travail constitué des acteurs de l’AIO
(Accueil Information Orientation) qui vise à mieux connaître et identifier ces publics, afin de répondre au mieux à leurs besoins.

7 - Passeport compétences dématérialisé « Trace tes acquis »
Ce passeport dématérialisé accessible ici permet de retracer son parcours professionnel tout au long de la vie, identifier et décrire ses compétences, générer un CV, stocker des éléments importants, préparer un entretien, un projet de formation ou une mobilité professionnelle…

8 - Le Dispositif Amont de la Qualification (DAQ) - Se préparer pour accéder à une formation qualifiante ou un emploi en BFC
Le Dispositif Amont de la Qualification (DAQ) a pour objet de garantir à tout demandeur d’emploi l’accès à un parcours de formation individualisé, comprenant une remise à niveau et l’acquisition de savoirs de base, avec des périodes de mise en situation professionnelle pour conforter le projet.
Cette démarche permet aux demandeurs d’emploi de se préparer à acquérir une qualification, et ainsi à favoriser leur employabilité.
Le dispositif vise plus particulièrement :
- les personnes qui ont défini leur projet professionnel,
- les personnes qui souhaitent s’engager, être accompagnée et conforter leur projet d’entrée en formation professionnelle.

9 - Le Fonds Régional d’Appui à la Professionnalisation (FRAP)
Accompagner les entreprises ayant des difficultés à recruter sur des métiers en tension.
A travers ce fonds régional d’appui à la professionnalisation (FRAP), la Région a pour objectif de répondre aux besoins en emplois qualifiés des acteurs économiques du territoire en offrant une réponse quasi immédiate en termes de formations collectives de demandeurs d’emploi sur des secteurs d’activités réputés pour connaître des difficultés chroniques de recrutement.

10 - La modalité pédagogique FEST (Formations en situation de travail) sur marché de formation « maroquinerie »
Dans le cadre du marché spécifique au secteur de la maroquinerie, la Région a mis en place des formations qui se déroulent en « situation de travail ». Cela permet aux entreprises de former des personnes directement à leurs outils et à leurs métiers et aux demandeurs d’emploi d’acquérir des compétences directement opérationnelles. Ce dispositif est particulièrement adapté pour un secteur économique important pour la région Bourgogne-Franche-Comté, en plein essor, avec de forts besoins de recrutement.

11 - Une action cordonnée sur Insertion par l’Activité Économique (IAE) dans le travail temporaire
L’objectif de cette action réside dans la mise en oeuvre de parcours de formation « sans couture » associant et combinant les dispositifs du conseil régional et ceux du travail temporaire à destination des publics en insertion dans une logique d’optimisation des fonds des parties prenantes et d’efficience des parcours, au service de l’insertion des publics.

12 - Groupe de travail Métiers en tension et Observation
L’objectif général poursuivi vise à apporter des réponses aux besoins immédiats des entreprises sur les métiers en tension, et adopter une démarche prospective, en faisant émerger des solutions opérationnelles en impliquant l’ensemble des acteurs de la chaîne.


UNE CAMPAGNE D'INFORMATION GRAND PUBLIC

Afin de sensibiliser le grand public sur la formation professionnelle et faire connaitre les nouvelles mesures et dispositions déployées en Bourgogne-Franche-Comté, la Région a lancé une campagne de communication depuis septembre dernier.

Cette campagne est destinée aux personnes en recherche d'emploi au sens large ainsi qu'à leur entourage, et ambitionne de toucher les jeunes dits "invisibles", c'est-à-dire ni scolarisé, ni en emploi, ni en formation, ni accompagné. L’objectif poursuivi est d’encourager l’entrée en formation et de développer leurs compétences, vers un emploi.

Plusieurs formats de diffusion :
Un site dédié "J’ai ma place !"
Sur ce site sont référencées les formations financées par la Région et Pôle Emploi. À l’aide du moteur de recherche, on peut trouver des milliers de places de formation "gratuites" et rémunérées.
- On recense près de 50 000 visites depuis son lancement mi-septembre.
- http://www.formation-jaimaplace.org/formations/?jaimaplace=1

Un numéro de téléphone consacré
Ce numéro est géré par EMFOR BFC (Emploi • Métiers • Formation • Orientation en Bourgogne-Franche-Comté)
« Une question ? Composez le 09 71 04 73 78 (prix d’un appel local) » Ce numéro est disponible du lundi au vendredi entre 9h et 12h

Résultats quantitatifs et qualitatifs

- Au 31 décembre 2019, 100% des crédits prévus (56M€) pour le PRIC ont été engagés.


En 2019, globalement en Bourgogne-Franche-Comté :
33 250 entrées en formation ont été réalisées
Parmi lesquelles :

- 31 162 correspondent à des demandeurs d’emploi inscrits à Pole emploi. (27 010 entrées en 2018, soit +15,4% en un an)

- 2088 chercheurs d’emploi non-inscrits à Pole Emploi (+23% en un an)
Concernant les 31 162 demandeurs d’emploi inscrits à Pole emploi :
En 2019, au niveau national : 818 763 entrées en formation ont été réalisées (683 440 entrées en 2018, soit +19,8% en un an)

Les demandeurs d’emploi non qualifiés (niveau inférieur au BAC) représentent 59% des entrées en formation
Ce sont 19 646 personnes concernées en 2019 (pour un objectif 2019 de 16 525)

 

 

 

En Bourgogne-Franche-Comté, une attention particulière aux publics spécifiques
- 26,6% sont des jeunes de moins de 26 ans (ils représentent 16,8% de la demande d’emploi totale – Cat. ABC)
- 19,5% sont bénéficiaires du RSA (ils représentent 15,1% de la demande d’emploi totale – Cat. ABC)
- 12,4% résident dans les Quartiers Prioritaires de la Ville (ils représentent 10,5% de la demande d’emploi totale – Cat. ABC)
- 11,2% sont bénéficiaires de l’obligation d’emploi (ils représentent 10,2% de la demande d’emploi totale – Cat. ABC)

Les formations par grand domaine (formacode)
- Préparation à l’entrée en formation et / ou remise à niveau (Transverse)
- Conduite poids lourds, Fimo…
- Construction, bâtiment
- Aide-soignant(e)
- Magasinage
- Transport en commun
- Auxiliaire de vie sociale

Un retour à l’emploi durable après la formation
Six mois après la fin de la formation, 59,7 % de ces demandeurs d’emploi ont accédé à un emploi, dont 33 % à un emploi durable.

Les meilleurs taux à l'emploi durable concernent les formations en restauration rapide, maroquinerie, transport sanitaire et transport en commun routier

 

TOUCHER UN PUBLIC "INVISIBLE"

Dans le cadre du PRIC, une réflexion s’est engagée afin de changer d'approche par rapport aux Plans de formation précédents. L'objectif est d’aller toucher un public qui ne se mobilise pas spontanément, voire reste distant des « mesures institutionnelles ». Ce sont ces publics vulnérables, qui présentent un risque d’éloignement durable du marché du travail, qu'il faut toucher.

Ces publics sont dits invisibles. Ce sont des jeunes âgés de 15 à 29 ans révolus sans statut ni en éducation, ni en formation, ni en emploi et ni en accompagnement. Un travail de recherche-action est conduit par Claire Caboche, Docteure ès sciences de l’éducation, sur ce sujet en région. Une étude régionale conduite par l’Insee permet également d’éclairer la thématique.


« En Bourgogne-Franche-Comté, 84 100 jeunes, soit 20 % de 16 à 29 ans, sont en situation de chômage ou d’inactivité. Ils sont en grande majorité pas ou peu diplômés. Certains jeunes chômeurs cumulent des difficultés rendant leur parcours vers l’emploi plus difficile : 2 200 sont en recherche d’emploi depuis plus d’un an, sans expérience professionnelle, ni diplôme. Même si le diplôme augmente les chances d’obtenir rapidement un travail, il ne protège toutefois pas complètement du nonemploi.

Les jeunes chômeurs ou inactifs habitent plus souvent chez leurs parents que ceux ayant un emploi. Lorsqu’ils vivent en couple, leur conjoint est une fois sur trois sans emploi.
Dans l’Yonne, la Nièvre et le Territoire de Belfort, la part de jeunes au chômage ou en inactivité est la plus forte. Ce sont aussi les départements de la région dont les contextes socio-économiques sont les plus dégradés. »
Frédéric Biancucci, Régine Bordet-Gaudin (Insee) – Source INSEE Analyses N°67

Ils connaissent des parcours multiples, difficiles et complexes, et renoncent à leurs droits et à des solutions qu'ils trouvent illisibles et inaccessibles. Ils font face à des acteurs non articulés en réseau, à qui il faut répéter ses difficultés d’insertion, humiliant un peu plus chaque fois le jeune en exclusion. En fourchette haute, ces jeunes seraient un million en France.

En Bourgogne-Franche-Comté, cette thématique fait l’objet d’une attention spécifique à travers la conduite d’une importante étude régionale menée par Claire Caboche, chercheure et auteur d’un mémoire de thèse sur ce sujet des - jeunes publics- invisibles.Cette étude s’établit dans le cadre d’un groupe de travail constitué des acteurs de l’AIO (Accueil Information Orientation).
A terme, l’objectif pourrait être d’identifier qui sont ces jeunes invisibles en BFC et travailler à l’établissement d’un annuaire des ressources disponibles (un bouquet de services).

 

PERSPECTIVES PRIC

Poursuivre et initier la dynamique initiée

Les actions engagées en 2019 seront poursuivies et renforcées (renforcement de l’accès des publics les moins qualifiés à la formation, sécurisation des parcours de formation, prise en considération des problématiques territoriales et/ou sectorielles, …).

- Poursuite de l’adaptation en blocs de compétences et modules des marchés de formation aux besoins des entreprises sur les secteurs de la maintenance industrielle, des métiers et fonctions transverses ainsi que des services à la personne ;
- Evolution vers un Dispositif Amont à la Qualification - DAQ 2.0 avec intégration de modules de consolidation du projet professionnel, intégration du code de la route comme support pédagogique, allongement de l’accompagnement des stagiaires pour sécuriser les parcours, développement des remises à niveau contextualisées aux métiers/secteurs…. ;
- Poursuite des travaux de suivi (tableaux de bord) et d’évaluation nationales et régionales (BTP, aides régionales, PRIC, passeport TTA, …) ;
- Ouverture d’un chantier commun autour des publics à la croisée des différentes politiques publiques : insertion avec le futur Service public de l’insertion, formation dans le cadre du PRIC et inclusion dans le cadre du Pacte d’ambition pour l’IAE ;
- Déploiement du passeport « Trace tes acquis » dans une logique de facilitation des relations et démarches entre les publics et les institutions ;
- Mise en place d’un simulateur de rémunération en lien avec Pôle emploi ;
- Lancement du groupe de travail initiatives territoriales dans un cadre permettant le soutien de projets expérimentaux ;
- Accompagnement du déploiement et de l’appropriation de l’application Mon Compte Formation, lancé en novembre 2019 ;
- Accompagnement du déploiement auprès de tous les prescripteurs et orienteurs de l’outil Ouiform, développé par Pôle emploi, permettant une visibilité en temps réel des actions existantes afin de fluidifier la prescription et l’entrée en formation.

 

TOUT SAVOIR SUR LE PRIC EN VIDÉO

Lien YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=pNYBzrlL80E&feature=youtu.be
Pacte régional d'investissement dans les compétences en Bourgogne-Franche-Comté

EXPERIMENTATION D'UNE INSTANCE DE GOUVERNANCE REGIONALE DE L'ACTION DE PÔLE EMPLOI EN MATIÈRE DE FROMATION PROFESSIONNELLE

Aller plus loin pour la formation des demandeurs d’emploi : expérimentation d’une instance de gouvernance régionale de l’action de Pôle emploi en matière de formation professionnelle.
Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé lors du Congrès des Régions en septembre 2019 que l’Etat donnerait la possibilité à certaines régions de faire partie d’une expérimentation leur donnant un rôle plus affirmé dans la définition des stratégies de formation professionnelle.

Suite à cette annonce, la Présidente de Région Marie-Guite Dufay avait présenté la candidature de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Forte du bilan du Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences ainsi que des actions partenariales menées avec Pôle Emploi (notamment le co-pilotage des Réunions d’Animation Territoriales), la Région dispose de tous les atouts pour mener à bien cette
expérimentation.

Le Préfet de Région Bernard Schmeltz, la Présidente de Région Marie-Guite Dufay et le directeur régional de Pôle Emploi Frédéric Danel se félicitent que le gouvernement ait annoncé avoir retenu la Bourgogne-Franche-Comté comme région expérimentatrice.

D’une période de deux ans, cette expérimentation va permettre d’aller plus loin dans les partenariats existants, et ce, au bénéfice direct des personnes en recherche d’emploi. Elle constitue une opportunité pour sortir des logiques administratives actuelles et aller vers une logique plus inclusive, pour construire des stratégies partagées au service des entreprises, des territoires, et du retour à l’emploi.

A l’occasion du bilan des un an du PRIC le 12 février 2020, l’Etat, la Région et Pôle emploi ont souhaité annoncer le lancement de cette expérimentation.

La première réunion de lancement de la nouvelle instance se tiendra le 12 février après-midi à Dole.

Présidée par la Présidente de Région et associant le Préfet de Région, cette instance sera composée de la direction régionale de Pôle emploi, de la Direccte et des partenaires sociaux représentants des employeurs et des salariés.

Selon les documents de cadrage nationaux, cette instance est dotée d’un rôle opérationnel et son action pourra porter sur quatre champs distincts de la formation professionnelle :
- Eclairer la décision du Conseil régional relative à l’autorisation pour Pôle emploi d’acheter des formations collectives, au regard de la stratégie de développement économique et de formation professionnelle de la Région.
- Définir des actions conjointes entre Pôle emploi et le Conseil régional pour rendre plus fluide l’accès à l’information sur la formation et l’inscription à un parcours de développement de compétences.
- Renforcer la qualité des parcours de développement des compétences proposés aux demandeurs d’emploi.
- Coordonner les actions respectives du Conseil régional et de Pôle emploi en matière d’abondement du compte personnel de formation.

La Présidente de Région, Marie-Guite-Dufay, le Préfet de Région et Pôle emploi saisissent l’opportunité offerte par cette expérimentation pour proposer des pistes de travail innovantes. Ces pistes seront tournées principalement vers l’inclusion et le développement économique : une forte ambition d’innovation sur le lien « formation des demandeurs d’emploi et entreprises », visant l’insertion des publics les plus vulnérables.

Cette première réunion va permettre de définir les modalités de fonctionnement de l’instance de gouvernance régionale (composition, calendrier, articulation avec les démarches partenariales et les instances existantes), de partager les sujets qui seront traités.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Développement des Emplois et des compétences du BTP Franc-Comtois.
Christiane BARRET, Préfète de la région...
Invest PME : 20 ans d'accompagnement des entreprises en région BFC.
Invest PME, la société de gestion de fonds dédiée...
L'Europe s'engage en Bourgogne-Franche-Comté aux côtés de la région.
80 nouveaux projets ont été sélectionnés en...
Invest PME soutient le rachat du Groupe M-PLUS par ses dirigeants
Invest PME, la société de gestion de fonds dédiée...
Mulot&Petitjean : le bel exemple d'un partenariat Région et Bpifrance
Mercredi 29 novembre, Marie-Guite Dufay se rendait en visite à...
La filière des industries agroalimentaires (IAA) : un atout pour la Bourgogne-Franche-Comté
La filière des industries agroalimentaires de...
Orange choisi par 5 départements bourguignons pour exploiter et commercialiser leurs réseaux fibrés
Le 13 février au ministère, André Accary, Président...
Olympiades des Métiers : Coup d'envoi des sélections régionales !
Organisées par la Région avec le soutien de nombreux...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.