Montbard, ville de projets en complète mutation... Laurence Porte, maire chic et choc... interview et visite !

Montbard, ville de projets en complète mutation... Laurence Porte, maire chic et choc... interview et visite !

Info+ :

 

 

 

Après les boites aux lettres à l'effigie de Simone Veil souillées de croix gammées le 11 février à Paris, l'artiste Christian GUEMY, STREET ART C215 est venu reproduire ce geste artistique sur les boîtes aux lettres des gares de Montbard et de Venarey.

Partant du principe que l’Art qui est plus fort que les mots, un geste symbolique pour dire ensemble le refus de l’anti-sémitisme et surtout dire ensemble une adhésion aux valeurs de notre République par un geste commun entre les communes de MONTBARD et de VENAREY LES LAUMES…

Madame le maire a adresser un vif merci  à Jérôme COUMET, maire du XIIIème arrondissement pour avoir facilité la prise de contact avec Christian GUEMY, à Patrick MOLINOZ, maire de Venarey, pour avoir aussitôt adhéré au projet, à Kildine BATAILLE pour LA POSTE, Laurent JOËL , directeur des gares de Bourgogne Franche Comté.

 


01 mai 2019

De Montbard vous connaissez la gare, les héritages de Buffon, de Daubenton, de l’industrie métallurgique et des ruelles que vous imaginez sans doute toujours aussi sombrissimes que moussues ! Montbard, celle que vous allez redécouvrir, c’est la ville de tous les projets et de tous les labels, ville d’art et d’industrie, transition écologique, revitalisation centre bourg, territoire d’industrie, ville fleurie… L’objet de toutes les attentions d’une équipe municipale drivée par son maire, Laurence Porte, aux services des montbardois et d’un territoire en pleine évolution, qui bouscule les vieux phantasmes sur le centre historique de la Metal Valley, sur une ville à la topographie complexe entre histoire minérale et métallurgique ! Montbard, c’est le parti d’un maire et d’une ville qui compte à nouveau en Côte d’Or !

Interview et portrait d’un maire en bottes de pluie ou talons aiguilles… au plus proche de sa ville et de ses administrés !

L’engagement politique de Laurence Porte, maire de Montbard depuis 2014, est relativement tardif ! Grâce à la loi sur la parité et au besoin de présence féminine sur les listes, Laurence Porte s’est sentie autorisée à pouvoir briguer un mandat d’élue municipale. En 2001, elle devient conseillère municipale, déléguée aux affaires scolaires, à Dammarie les Lys en Seine et Marne. Naissance d’un troisième enfant, envie d’une autre vie, d’un autre cadre de vie dans une ville à échelle humaine et c’est Montbard qu’elle découvre, en plein mois de novembre bruine et corbeaux en toile de fond, qui la séduit… par sa personnalité, une sorte de magie romantique, une certaine puissance… ! C’est donc ici que s’installe la famille et Laurence ainsi comblée ne se voyait pas poursuivre son engagement en politique.

Mais c’est dans cette idée de « maternité », de porter, de transmettre, de façonner qu’en 2008, habitant depuis 3 ans à Montbard, qu’elle se trouve à nouveau sur une liste électorale car, finalement, elle a quelque chose à exprimer et c’est ici qu’elle a envie de le faire… Les choses ne tournent pas tout à fait comme prévu et Laurence PORTE se retrouve seule à siéger dans l’opposition d’une mairie tenue alors par Christelle SILVESTRE et le PS depuis 6 ans. Un mandat de conseillère municipale de la minorité qu’elle prend très à cœur… suivant les affaires, s’intéressant aux montbardois auprès desquels elle trouve gentillesse et proximité loin du stéréotype du bourguignon fermé. Des rencontres qu’elle apprécie et qui deviennent un moteur important ! Elle crée le blog MONTBARD AVENIR, ne lâchant rien, incarnant alors un leader naturel pour reprendre le flambeau montbardois, créer une équipe et mener une campagne municipale en 2014 !

Là encore ce sont les rencontres, auxquelles Laurence PORTE est si attachées, qui seront déterminantes sur le plan politique parmi lesquelles Aurelio RIBEIRO, futur 1er adjoint, qui suivait déjà Laurence sur son blog entre autres. Une envie commune de faire et de donner, une équipe solide et soudée et 2014 voit une victoire enlevée  au 1er tour des élections avec 55,01% contre 32,06% pour le PS et un peu plus de 12% divers. Un engagement fort pour madame le maire, celui pour la ville, mais aussi pour la République…ce même engagement pour la République qu’elle nourrissait dans son métier d’enseignante dans la transmission des valeurs aux plus jeunes. Le pouvoir de création, important lorsqu’on se trouve en situation de responsabilités, est celui qui nourrit sa vision globale de la cité, celle qui embrasse le domaine de l’urbanisme, celui de la vie d’une cité dont on perçoit une géographie mentale de tous les pôles qui sont liés entre eux. Une cité, incarnée, un organisme vivant, un espace public dans lequel on fait société !

Avec les responsabilités qui incombent à la fonction ce sont des rencontres, encore et toujours ! Celles avec les agents municipaux de terrain, une force humaine à laquelle redonner dynamique et énergie pour tirer Montbard vers le haut par des projets pensés et construits fut des plus importantes. Celles avec les montbardois, avec les élus et instances d’ici et d’ailleurs pour redonner à Montbard la place qui doit être la sienne en haute Côte d’Or et en Côte d’Or de manière générale ! Et c’est dans ce contexte qu’en 2014 l’équipe municipale candidate avec au programme expérimental lancé par l’État afin de dynamiser l’économie des bassins de vie ruraux et périurbains, en développant des activités productives et résidentielles, d’améliorer le cadre de vie des populations, en offrant notamment des logements de qualité et un meilleur accès aux services de proximité, d’accompagner la transition écologique des territoires et limiter l’artificialisation des sols liée à l’étalement urbain. 300 territoires identifiés sur toute la France ont été invités par l’État à participer à ce dispositif innovant mais seulement 54 lauréats ont été retenus par un jury d’experts. Montbard devient Pôle de Territoire ! Calendrier, échéancier, tous les champs des possibles, social, sportif, associatif, etc. pour un retour à l’urbanité (et non urbanisme) d’une ville en milieu rural en Auxois Morvan, auquel est très attaché Laurence PORTE, vont pouvoir être investis pour doper Montbard.

En mars 2015, vient se greffer le mandat de conseillère départementale en vice-présidence en charge de l’éducation, du tourisme, du sport et rapporteur de la commission culture. Également vice-présidente de la com-com du Montbardois et du Pays de l’Auxois Morvan, Laurence PORTE peut porter une vision plus globale sur le territoire, les leviers à actionner et les passerelles à créer ou entretenir. Une vision, une saisie des enjeux non partisane, pour une élue insupportée par la politique « à la papa » et les barons de la politique ! Rassembler les forces pour avancer, c’est son leitmotiv … porté par une vision humaniste.

Être femme maire… madame, le maire ?!?

« On a beau dire qu’on incarne une fonction qui devrait être asexuée… quand je suis le maire, je suis le maire et ne me pose pas la question de monsieur ou madame… j’incarne une autorité, cette parcelle de la république que mes concitoyens m’ont confiée. Je suis donc dans l’incarnation de la fonction, des protocoles qui ne sont pas de fausses politesses mais des marques de repère et de respect des valeurs de la République. Mais on ne peut pas non plus gommer le fait d’être une femme… voix plus aigüe, sourire plus facile, relationnel différent… et une autorité qui ne s’assoit pas de la même façon ! Par exemple, pour mon 1er adjoint, être aux côtés d’une femme maire, demande d’être encore plus en soutien parce que la femme devra toujours prouver plus. J’ai choisi d’être une femme maire, d’incarner une fonction d’autorité de la démocratie représentative. J’ai choisi de ne pas gommer ma féminité, le fait d’être une femme, je suis grande, je porte des robes, des talons… »

La ville de Montbard et tous ses projets ?!?

« S’il peut y avoir autant de projets menés de front, ce n’est que la mise en œuvre d’une stratégie de fond qui est celui de repositionner Montbard dans le rôle qui doit être le sien, celui d’une ville tête de réseau. Une ville qui n’est pas une petite coquette, qui a une forme de beauté propre, faite de cette histoire très forte de la métallurgie, de cette histoire (les Ducs de Bourgogne avaient ici leur résidence), de la force de sa topographie complexe avec sa butte centrale réhaussée de sa cathédrale de verdure, enchâssée entre la rivière, l’eau libre, et le canal de Bourgogne, l’eau dirigée. Une ville dont le pôle industriel est aussi vaste que le centre-ville, avec une gare qui voit passer plus de 440 000 voyageurs par an…et aussi une ville avec ses quartiers, ses toitures… une beauté à révéler ! L’endroit où on vit nous façonne, et j’ai envie de voir ce qui est beau et fort de ma ville qui mérite… elle mérite, pour ses habitants attachants et attachés à leur ville avec une vraie curiosité pour voir ce que devient leur ville, qui m’appellent Laurence ou ma grande et viennent me parler facilement !

Pour mener tous ces projets de front je rends un hommage très appuyé à tous les services de la ville qui répondent à l’impulsion que je donne en tant qu’élue décideuse ! A mon équipe, pour sa confiance, parce qu’ils me « supportent » … mes conseillers, mes adjoints et, en particulier, mon premier adjoint Aurelio RIBEIRO avec qui je partage et échange quotidiennement, en tandem. 

C’est donc un bonheur de travailler avec tous ceux qui s’emparent de cette impulsion pour mener à bien tous les chantiers. Dans une ville très endettée avec une fiscalité élevée c’est un challenge ! Ceci est permis par une gestion financière très rigoureuse, car en 2008 il y avait 18 millions € de dette, en 2014 il y avait toujours 18 millions € de dette et + 12% d’augmentation de la fiscalité… Donc à quoi a servi l’augmentation de la fiscalité ? Nous avons donc baissé drastiquement les charges de fonctionnement, sans obérer la qualité de service, 1dépensé doit être réfléchi… La dette à baissé de 3 millions € et par voie de conséquence les intérêts de la dette. Nous avons pu desserrer l’étau et baisser la fiscalité à 3 reprises. Et c’est à moi d’aller chercher des subventions, de défendre des dossiers pour injecter de l’argent public, ce qui revient au rôle du maire ambassadeur de sa cité ! Désormais il faut donc compter avec nous, avec Montbard… En cinq ans nous sommes passés en dynamique de projet et de solvabilité… et ce n’est que le début ai-je envie de dire. C’est un peu un sacrifice personnel, mais quand on est engagée... on est engagée avec persévérance ! ».

 Montbard ville des industries de pointe, d’histoire forte comment prendre cet héritage ?!?

« L’héritage se prend en bloc ! Si on retire un morceau du puzzle, il manque quelque chose. Un exemple… Je suis beaucoup dans la perception des choses, l’espace sonore des villes… Quand j’entends, de chez moi, les tubes de métal tomber dans les racks la nuit, je sais qu’il y a des gens qui travaillent, que c’est dur mais en même temps il y a un cœur, une vie ! Un espace sonore qui dit l’identité d’une ville avec des trains, le bruit de rails, les jardins… C’est un tout, un bloc ! Parce que l’héritage ce sont aussi d’autres problématiques. La problématique hospitalière, les cycles économiques et il faut agir et non subir même quand il y a des moments plus durs. Et il faut trouver la bonne porte de sortie pour transformer, passer en transition et pour cela notre rôle d’élu c’est de travailler sur les mentalités, les représentations et d’accompagner ces transformations sans subir ! J’ai besoin d’être en mode projet et je suis peut-être épuisante (grand sourire). »

Alors dans l’actualité récente, Laurence PORTE défend des projets et des valeurs partagées avec l’équipe municipale, met en avant la ville de Montbard au plus haut des instances nationales, infatigable ambassadrice de montbardois et du Pays de l’Auxois Morvan.

Comment assurer la bonne péréquation entre grandes et petites gares ?

Madame le maire de Montbard assistait au Colloque se tenant au sénat avec les dirigeants de la SNCF, Guillaume PEPY, Patrick JEANTET, Patrick ROPPERT, clôturé par madame la ministre des transports Elisabeth BORNE. Laurence PORTE. A pu porter la voix de son territoire au travers de l'exemple de la gare de Montbard en termes d’attractivité et de stratégie de développement territorial pour l'avenir. « Les gares de demain sont des matrices de fertilité et de vitalité en étant pas seulement des lieux d'arrivées et de départs. Montbard est l’exemple unique d'une gare avec une des plus belles dessertes de France en ratio de la population, pour reprendre les mots de Guillaume PEPY. Je me suis attachée à être une énergique ambassadrice de notre gare et d'un projet plus global pour lequel l'implication des élus de tout le territoire est une des conditions pour ne pas regarder passer le train de l'avenir. »

Dans le cadre de l'observatoire SNCF, mis en place par le CD21 en 2012, relatif à la desserte TGV en gare de Montbard, la récente réunion qui réunissait, autour de Joel BOURGEOT, sous-préfet de l’arrondissement de Montbard, Michel NEUGNOT, vice-président de REGION BFC, Laurence PORTE, Marc FROT, vice-président du Conseil Départemental, Jordan GALLOIS attaché parlementaire de Yolaine DE COURSON, députée, Jackie COUDERC, directeur VALINOX NUCLEAIRE, Yves ETIEVAN, directeur délégué TGV Bourgogne-Franche-Comté, Céline MACET, service SNCF BFC, Maryline GESIPPE, SNCF TGV SUD EST a permis de conforter la bonne tenue de cette gare TER/ TGV qui voit un passer 440 000 voyageurs par an. Si 2018 a vu une baisse de 6% de voyageurs en raison des mouvements sociaux, le moral est au beau fixe pour 2019. 84% du trafic correspond à des trajets Montbard/ Paris et inversement pour 28% de déplacements professionnels et 59% de déplacements loisirs. Une régularité des trains, c’est-à-dire leur ponctualité, qui est de 84% pour la 8ème gare de BFC et une des premières en termes de qualité de services proposés. Cette gare, porte d’entré de la Côte d’Or, est un atout stratégique pour un territoire attractif notamment pour les entreprises. Les partenariats entre la ville et la Région se discutent autour de l’accessibilité, de la desserte véhicule difficile en raison du manque de place de parking. Dans la mouvance du développement durable, on envisage le co-voiturage-gare ce qui ferait de Montbard un des 3 sites pilotes avec Venarey-Les Laumes.

Pour Laurence PORTE une gare en ville, c’est aussi accepter une nouvelle conception de la ville et pour la SNCF le moyen d’attirer les gens à prendre le train. La Gare de Montbard est donc un lieu d’interconnexion totale, un nœud d’intermodalités de transports. La présence du Groupe VALOUREC montre à quel point les entreprises souhaitent créer ou renforcer des partenariats pour le développement, grâce à la gare, d’activités renforcées et de bien-être pour les salariés des entreprises. La SNCF, quant à elle, engage 6 millions € dans les antennes relais 4G pour le WIFI partout à bord !

Demain, la gare deviendra un « hub » urbain, radicalement différent de ce qu’il a été par le passé. Ouvert et attractif. Connecté et accueillant. Lieu de vie et lieu de ville. Transformer les gares, c’est transformer les villes… Parce que la gare est un « City booster », booster urbain, booster économique, booster écologique, booster social, booster culturel.

Ce furent également pour Laurence PORTE deux journées bien rythmées sur le salon Global Industrie à Lyon qui accueillait également la première assemblée générale des Territoires d’Industrie avec de multiples tables rondes à l’occasion desquelles elle a porté le témoignage de la mobilisation des acteurs économiques et institutionnels pour le développement de projets locaux avec un focus sur la filière laitière avec Fabienne LEPY, formations au lycée de Montbard avec le concours de la METAL VALLEY, lycée agricole de la Barotte, etc. dans le cadre du contrat de transition écologique. Ce contrat, né sous l'impulsion de la députée Yolaine de COURSON, doit maintenant s'articuler avec le récent dispositif des Territoires d'Industrie au sein du Pays de l'AUXOIS MORVAN piloté par Patrick MOLINOZ, vice-président de la Région BFC. A Montbard, les actions inscrites dans ces deux dispositifs par le Lycée Eugène Guillaume de Montbard sont exemplaires et visent à répondre à des besoins identiques à l'échelle nationale.  Un constat unanime émerge sur la difficulté de recrutement de personnels formés, le besoin de formation en direction des filières de l'industrie de demain, dans le domaine de l'énergie, entre autres. Au-delà des aspects industriels, c'est d'aménagement du territoire dont il a été question et d'attractivité des territoires ruraux dans leur ensemble. A RELIRE ICI la signature du CTE et ICI celle de la convention Territoires d’Industrie.

Sur le volet social, l’engagement de la ville de Montbard se traduit sur le terrain !

Ainsi, l’inauguration de l'antenne de Montbard de l'INSTITUT DE VIGNE de Semur en Auxois a eu lieu récemment. Cette structure socio-éducative œuvre dans le cadre de l'Aide à l'Enfance avec le soutien du Conseil départemental de Côte d'Or. La ville de Montbard a investi 120 000 € pour réhabiliter et mettre en accessibilité ce bâtiment, rue d'Abrantès, désormais occupé par l'IDV. « Un projet que, Catherine SADON, maire de Semur et moi-même sommes heureuses de voir aboutir pour une meilleure territorialisation du service à la population. » C’est aussi pour les aînés, la distribution de près de 700 colis de Noël, un colis bien garni, conditionné par l'ESAT de Montbard. Madame le maire faisait équipe avec ses adjoints pour ce marathon sympathique porté par les valeurs du lien social et de la solidarité.

Dans le domaine du logement, la municipalité n’est pas en reste ! 24 logements de la résidence ORVITIS de l’ancienne gendarmerie, un chantier pour lequel le choix a été fait de le confier totalement à ORVITIS qui y investit 3,5 M d’euros verront l’entrée des premiers locataires ce printemps pour ce projet à vocation intergénérationnelle. La ville a participé financièrement au programme de rénovation thermique des logements de la Fauverge et réitèrera en 2019 pour un programme de 56 logements rue Elsa Triolet et rue Salvador Allende. Ce sera aussi la création de deux nouveaux lotissements avec la viabilisation de 5 parcelles est en cours aux Bordes et Perrières et s’accompagne de travaux de voirie sur la route de Laignes. Un Cap 100% Côte d’Or a été signé avec le Conseil Départemental en 2018, apportant une aide financière de plus de 700 000 d’euros pour deux projets d’aménagements urbains concernant le secteur Buffon et le secteur Carnot pépinière. Le conseil départemental avec lequel l'étude de desserte de la commune par la fibre optique est aussi en cours, pour qu’aucun point de raccordement des abonnés ne soit oublié.

Qui dit social dit pourvoir d’achat !

La ville de Montbard s’engage pour du pouvoir d'achat supplémentaire et un impact économique pour les entreprises locales avec l’opération programmée d'AMELIORATION DE L'HABITAT A MONTBARD. C’est un vaste programme d'aide à l'amélioration énergétique et pour l’accessibilité de logements du parc privé. Le bilan d'une année effectué en comité de pilotage annuel avec les différents partenaires se comptabilise en 516 407 € de travaux dont 180 975 € subventionnés, bénéficiant à 62 % aux entreprises du Montbardois, le reste étant le département ou l'Yonne toute limitrophe. Quelle que soit la situation du ménage, cela vaut le coup de se renseigner en mairie, de recevoir la visite conseil d'un technicien, de l’étude et l’aide au montage du dossier assurés gratuitement grâce au cabinet SOLIDAIRES POUR L'HABITAT financé par la ville pour cette mission. En 2018, 16 dossiers de propriétaires pour l’amélioration énergétique et l’accessibilité du logement qui ont été instruits. Cette opération a généré en 2018 près de 600 000 euros de travaux de particuliers aidés par des subventions, c’est aussi une aubaine pour les entreprises locales du canton. 

«Nous intervenons aussi financièrement sur les programmes d'éco rénovation de l'habitat collectif… je pose rarement avec le sous-préfet devant une chaudière dans le sous-sol d'un couple de retraités de Montbard qui nous a gentiment accueillis, c'est pour la bonne cause ! »

« Après le financement de 80 000 euros d’aides directes aux commerçants et la rénovation des halles du marché, nous répondrons à nouveau présents pour les aider à tous les niveaux. » Il est important de se remémorer que madame le maire et son conseil ont su accompagner le garage Renault pour l’aider à rebondir en 2016 et faciliter l’installation du Gamm Vert comme ont été facilitées les implantations dans des locaux municipaux la biscuiterie, l’ATELIER SARRASIN, qui se développe dans un esprit de filière locale, mais aussi l’implantation de l’atelier de couture de BLENDA CLERJON qui se développe aussi. Laurence PORTE se réjouit de l’installation de SINTERMAT, start-up innovante, spécialiste de l’industrie métallurgique des poudres et croit fortement au développement sur le territoire de la Metal Valley entre Montbard et Venarey-les Laumes ! 

Un retour sur 2018 montre que la seule commande publique locale, c’est-à-dire les achats de produits et de services réalisés par la Ville dans le commerce, chez les artisans et entreprises de Montbard et de la CCM, s’élève à près de 2 millions d’euros, grosso modo 1 million à Montbard ville, 1 million sur le reste de la … et ça, c’est tous les ans, la ville est une cliente fidèle !  C’est tout cela mis bout à bout qui positionne la ville de Montbard en soutien de l’activité économique et donc de l’emploi. 

Des chantiers qui transforment le visage de Montbard et valorisent son patrimoine !

Le secteur pont de la Brenne- Belvédère- place Buffon, dont le chantier s’achève a attiré nombre de promeneurs curieux de suivre l’avancée de travaux herculéens ! Une vraie place et non plus un simple virage, la destruction de la verrue qu’était la maison Plater, le pavage de la ruelle des Tarauds qui n’a plus rien à voir avec le sombre boyau qu’elle était, de même avec le passage Jean Baptiste Lhote mettant en valeur la maison d’angle à pans de bois. « Un accent a été mis sur les matériaux locaux, la pierre de Bourgogne, du Châtillonnais et un chantier de 1231 heures, issues des clauses d’insertion sociale bénéficiant à des travailleurs locaux, une clause que la ville de Montbard a imposé au cahier des charges de l’entreprise ». Bacs d’orangerie et bancs en bois sont en cours d’installation et un grand souci des détails pousse jusqu’aux grilles en pied d’arbre ajourées par un lettrage sur le thème de l’histoire naturelle !

Ce chantier s’inscrit dans la continuité de la restauration et mise en accessibilité du parvis de l’hôtel de ville, la place J.Garcia, et qui précède le  prochain grand chantier… celui du  réaménagement de la rue Carnot et de la place de la Pépinière Royale. « Comme pour le secteur Buffon, des réunions avec les riverains et commerçants ont permis de partager la réflexion. » 

L’objectif est par la suite de travailler au réaménagement de la rue Edme Piot et au remodelage de la place Gambetta, en faisant en sorte que le stationnement des voitures tampons des personnes qui prennent le train soit déporté dans le secteur de la gare. L’acquisition du silo, face à la gare, a été faite pour le déconstruire et y créer un stationnement à ciel ouvert dans un premier temps, avec un projet de construction dans une autre phase. Cette déconstruction envisagée fin 2019 ou 2020 sous réserve de l’avancée technique et administrative du dossier. La ville a également procédé à l’acquisition de deux maisons de la SNCF avenue Foch, dont le trottoir gauche abimé par les racines d’arbres va être refait avec en projet l’acquisition de la halle RFF, un bâtiment à caractère patrimonial qui méritera d’être conservé.  

 

Le patrimoine historique n’est pas en reste !

Ainsi, 2019 voit le chantier de sécurisation de plusieurs endroits du parc Buffon, qui dispose maintenant d’une nouvelle signalétique et où de nouveaux bancs, testés et approuvés par François REBSAMEN maire de Dijon, pour les promeneurs ont été installés. Une étude est lancée pour le futur grand chantier de 2020 que sera la sécurisation des deux tours médiévales.  Des fouilles archéologiques vont être entreprises dans le secteur de l’Orangerie où les travaux du bâtiment d’accueil pour le jeune public sont presque achevés.  « L’attention à notre patrimoine mémoriel a été mis en œuvre avec le cycle de 5 ans consacré au centenaire de la Grande Guerre qui a été charpenté par plusieurs évènements et actions telles que la mise en valeur du monument aux morts pour laquelle les associations d’anciens combattants m’ont fait part de leur satisfaction. »

Les travaux de voirie… un des gros chantiers en cours de réalisation !

En 2018, c’est le quartier du Beugnon qui a fait l’objet de travaux importants. Cela fait suite à ceux déjà réalisés dans le quartier des Bordes-Perrières, de Corbeton, du Hameau de la Mairie, des Cités de la Marne. En 2019, un nouveau secteur sera déterminé dans le cadre des arbitrages budgétaires, la réfection de la rue desservant les écoles Joliot-Curie et Cousteau et la sécurisation de la route de Laignes entre les Bordes et les Perrières est déjà actée « Faire ralentir les véhicules, sécuriser la traversée des piétons et notamment des collégiens mais aussi aménager un espace pour mieux accueillir du service… que ce soit le camion pizza ou encore un dépôt de pain de l’une de nos boulangeries. Un joli projet avec une école et la SEGPA du collège va aussi transformer le passage du vivier et animer le quartier de la Brenne.   Ne pas omettre les travaux de résine sur plusieurs îlots, des abaissements de trottoirs, de nouvelles barrières et plots en divers endroits pour un caractère plus moderne, plus urbain de notre ville.  Le stationnement dans la cour de la maison des associations va aussi faire l’objet d’une extension pour l’améliorer. »

Dans les bâtiments municipaux on s’active aussi !

A l’hôtel de ville, l’ancienne salle en re de chaussée, très inconfortable est devenue un bel espace de réunion inaugurée en 2018, la salle Louis Defer élégante et moderne, accessible aux PMR, offrant un accès au nouveau jardin intérieur de l’hôtel de ville. L’ensemble forme un lieu très apprécié par les utilisateurs. La mise en accessibilité de l’espace Paul Eluard, la mise en accessibilité et réagencement du bâtiment d’accueil du camping municipal qui fêtera ses 40 ans en 2019, la mise aux normes sécurité du centre social apportent à la ville de vrais +. La voirie le long des écoles Joliot-Curie et Cousteau en 2019, c’est un projet global sur 2 années puisque d’importants travaux sur la mise en accessibilité et une extension du dortoir de la maternelle sont déjà programmés pour 2020.

En matière sportive la ville de Montbard poursuit son investissement !

En 2018 ont été inaugurés les travaux du gymnase Jo Garret et de quatre des courts de tennis de St Pierre, un choix mené en concertation avec le club de tennis. Une réflexion sur le devenir de la toiture des courts couverts de tennis est à l’œuvre. En 2019 sont prévus le changement de la main courante du terrain de rugby, celui des lices et du sable des carrières du club hippique, ces espaces appartenant à la ville, la création d’un espace ludique et de rencontre à St Pierre sur les deux anciens courts de tennis laissés en friche… jeux de plein air, agrès, tables avec jeux à damiers, accessibles aux sportifs, aux jeunes, aux écoles, aux habitants.  Et puis, un gros dossier a mobilisé les équipes en 2018, le renouvellement à la société S-PASS de la délégation de service public pour la gestion du centre aquatique AMPHITRITE accueillant aux alentours de 115 000 usagers annuellement, un équipement qui a déjà 14 ans et qu’il faut entretenir, faire durer, rendre attractif pour sécuriser son modèle commercial et lui garantir un rôle social pour les loisirs des habitants de Montbard, l’accueil des clubs sportifs et des écoles. Cet équipement étant à la seule charge financière de la ville. La société S PASS va y entreprendre une rénovation complète de l’espace bien être et proposer de nouvelles animations estivales et la ville investira sur les exercices budgétaires 2019 et 2020 dans un système de cogénération pour réduire la consommation énergétique de l’équipement.

Dans les bâtiments à vocation culturelle, ça bouge aussi !

Après la réhabilitation complète de la médiathèque qui bénéficie depuis décembre 2018 d’une nouvelle et très belle signalétique intérieure créée par l’artiste illustrateur brésilien vivant à Montbard, LAURINDO FELICIANO. C’est principalement le cinéma qui va faire l’objet d’un gros chantier. Le ravalement de toute la façade ayant déjà été fait en 2018, il est maintenant prévu sa réhabilitation intérieure avec le changement des fauteuils pour PMR, pour « duo », de l’écran, du système de ventilation, la réfection des sols, les mises en peinture. C’est un chantier commercialement délicat travaillé étroitement avec l’association CINECITE, qui impliquera une fermeture, sur une période bien ciblée sur septembre - octobre et dont la réalisation en 2019 va dépendre de la réactivité du CNC auprès duquel est sollicitée une subvention conditionnant ensuite le déclenchement de celle de la Région BFC.

 

Quoi qu’il en soit, l’approche de Laurence PORTE et de son équipe est d’aller chercher la subvention publique partout où elle se trouve et d’avoir la sagesse de différer un projet si d’aventure le calendrier administratif ne se calait pas avec le calendrier des contraintes techniques. La balle est dans le camp du CNC. En 2018, toutes les lunettes pour les films en 3D ont été changées et l’objectif est clairement d’offrir, sur ce territoire, une salle à la hauteur de ce que mérite le 7ème Art ! Voir un film en salle sera toujours un plaisir sans comparaison même avec le plus beau des home cinémas. 

« Il y a aussi une multitude et une variété de faits et de projets qui ne peuvent tous être rapportés : le nouveau projet social du centre Romain Rolland , travaillé avec les usagers et les partenaires, qui va être contractualisé avec la Caf pour la période 2019-2023,   notre attention pour les aînés pour laquelle j’aimerai que nous puissions encore faire plus pour rompre l’isolement, le maintien de la qualité de notre eau potable qui doit nous conduire à agir avec une grande responsabilité, la planification du renouvellement du matériel, de la flotte automobile de la ville trop longtemps laissée en souffrance etc. etc. Je ne peux tout aborder, je ne voudrais pas oublier de remercier aussi nos anges gardiens, les gendarmes, les sapeurs-pompiers, les personnels du monde médical, du monde hospitalier notamment, confrontés tout comme, nous les élus, à la tourmente des petits hôpitaux et aux oukases réguliers de l’ARS. »

Montbard en transition, Montbard sous les feux de l’innovation et des projets d’envergure, Montbard auquel madame le maire avoue une véritable addiction, une tendresse singulière pour une férue d’histoire et de patrimoines pluriels, attachée à sa ville, à ses administrés. Addicte à sa ville et aussi au Pays de l’Auxois Morvan et ses paysages. Le Pays d’Art et d’Histoire ce 227 communes qui partagent un label commun au-delà de toutes différences. Un label en partage qui dit beaucoup de la qualité du cadre de vie, du patrimoine sur ce territoire… une appropriation sur laquelle il faut travailler et surtout par les plus jeunes.

« Au sein du Pays de l’Auxois Morvan, la place de Montbard n’est pas une place isolée. La place de Montbard ne se conçoit qu’avec ses sœurs urbaines, une sororité entre les villes… il y a les grandes et petites sœurs, un lien de famille loin des familles politiques, une communauté de destin ou l’isolement n’a pas de sens. Montbard est une porte d’entrée majeure pour nos territoires avec sa gare TER / TGV, c’est la ville qui a la plus forte centralité de services… Mon souhait c’est d’œuvrer pour les habitants et de retrouver la force de la confiance des montbardois aux échelons politiques, parce qu’à un moment donné dans la vie il faut savoir faire confiance. En tant qu’élue il faut avoir du courage… celui qui n’a jamais été maire dans ses mandats d’élu ne sait pas ce qu’il a manqué !»  

En ce moment à Montbard, ne manquez pas l’exposition Gloria FRIEDMANN !

 

Rédaction et crédit photos, tous droits réservé @AurelioRibeiro @LaurencePorte

©Marie Quiquemelle

Agent de développement local

Formatrice en insertion professionnelle

Rédactrice et photographe free lance

    mariequiquemelle@gmail.com 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Visite au coeur de la Vingeanne
L’Echo des communes vous emmène...
Echannay raconté par son maire, Laurent Streibig.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
Flavigny... anis au pays des merveilles ou un village raconté par ses habitants.
Planté à 421 mètres d’altitude, sur un promontoire...
Nicola Urbano, maire de Fontaine Française raconte son village
Nicolas Urbano, maire de Fontaine Française ou l’art de vivre...
Saint-Jean-de-Losne, le réveil de la belle endormie ?
Saint-Jean-de-Losne, "La perle d'eau" ou comment un maire se débat dans...
En passant par Gissey sous Flavigny...
Gissey a été pendant longtemps partagé entre un grand...
En passant par Châteauneuf
La forteresse de Châteauneuf est un modèle d’architecture...
En passant par Poncey sur l'Ignon... j'ai rencontré Eliane et son village !
Poncey-sur-l'Ignon est l'écrin de deux sources. La Seine qui s'ouvre...

Vos commentaires

CISSA Gérard
a publié le 17/05/2019 09:48
Bon reportage sur l'excellente gestion d'une ville complètement changée depuis la "domination" des communistes. Cependant, un sujet n'a pas été abordé: celui de l'enseignement ! Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.