Une nouvelle halle à Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Une nouvelle halle à Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Info+ :

Contact

Mairie

Place Claude-Gantheret

21200 Meursanges

Tél. : 03 80 26 62 53

Email : mairie-meursanges@orange.fr

Horaires d’ouverture

Lundi et Jeudi 17h00 – 19h00


14 janvier 2020

Après une mutation entamée en 2006, le cœur du village de Meursanges va bientôt voir la fin des travaux. Une nouvelle halle artisanale et culturelle sera inaugurée dans les prochaines semaines. Jean-Paul Roy évoque l'actualité de ce village.

À quelques kilomètres de l'activité de Beaune, le village de Meursanges coule une vie paisible. Pour autant, depuis 2006, le village connaît régulièrement des changements dans son urbanisme. Maire divers droite depuis 2000, retraité après avoir travaillé dans un cabinet d'expertise-comptable, Jean-Paul Roy est fier de présenter la toute dernière construction, une halle artisanale et culturelle, située sur la place devant la mairie et l'église, à « l'architecture exceptionnelle ».

Une halle artisanale et culturelle pour « toucher un maximum de monde »

La halle accueillera une fois par semaine un marché de producteurs locaux, une demande de proximité émise par les habitants de la commune. Il a fallu conjuguer cette demande et une structure qui ne pouvait être dédiée à 100% à un tel marché. Le conseil municipal a eu l'idée de créer un « espace vide » plutôt qu'ayant une fonction dédiée. Un espace pour faire venir « des producteurs, des artisans » et ainsi « toucher un maximum de monde ».

L'association de parents d'élèves, le comité des fêtes et le conseil municipal animeront la vie de la halle. Des spectacles, des expositions se tiendront sous cette halle qui va concerner un bassin de 4.000 personnes. L'inauguration est prévue pour mars ou avril 2020. Elle a été dessinée par l'architecte Michel Martin de Saint-Pierre-de-Varennes en Saône-et-Loire.

Pour la construction de cette halle, Meursanges a bénéficié de l'aide de la Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR) et du Fonds de Soutien aux Investissements Locaux (FSIL). Le budget total du projet est de 940.000 euros. Le financement se répartit ainsi : FSIL 340.000 euros, DETR 170.000 euros, conseil départemental 30.000 euros et 400.000 euros d'autofinancement. La commune a pu abonder sa part en vendant des terrains à bâtir (70 euros/m²).

Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Après l'école, la mairie, la rénovation de l'église

La halle sera le point d'achèvement d'une réorganisation du point nodal du village initiée avec une opération « Cœur de village » lancée en partenariat avec le conseil régional en 2000. En 2006, a eu lieu la construction du groupe scolaire rassemblant deux bâtiments en un pour accueillir trois salles de classe et une salle d'évolution. Quatre appartements ont alors été aménagés.

La mairie aussi flambe dans le paysage de la commune. Elle a été rénovée en avril 2019 suite à un incendie survenu en 2017. Ancien presbytère, le bâtiment du XVIIIème siècle accueille maintenant tous les services publics : la Poste, les services périscolaires, la bibliothèque... Le grenier a été mis en valeur pour que se tiennent là les réunions du conseil municipal. L'inauguration a eu lieu en 2010.
Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Le village se développe doucement

Pour modifier le carrefour qui occupait alors la place et redessiné la circulation, un échange de voies a eu lieu avec le conseil départemental de la Côte-d'Or. Les prochains travaux importants seront la rénovation de l'intérieur de l'église Saint-Pierre datant du XIXème siècle pour son aspect actuel et la remise en état du cimetière. Par ailleurs, la municipalité songe à se doter d'un plan local d'urbanisme.

Le village se développe doucement, en 25 ans, les Meursangeois sont passés de 320 à 560 habitants.  Dans son étude « Meursanges, un siècle d'archives » publiée par le Centre beaunois d'études historique en 1997, Maroussia Laforêt précise que le pic de population a été atteint en 1845 avec « 727 habitants » avant un exode rural au début du XXème siècle.

Récemment, pour attirer de jeunes couples, la commune a fait le choix de vendre des terrains de plus de 1.000 m² pour éviter l'effet lotissement et favoriser l'émergence d'un « quartier résidentiel » explique Jean-Paul Roy.

La commune participe à la communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud (53.000 habitants pour 53 communes) et au Pays beaunois. L'école élémentaire accueille 70 élèves tandis que, dans le cadre d'un regroupement avec Chevigny-en-Vallère, 40 élèves vont dans cette commune pour la maternelle. La pharmacie la plus proche est à Beaune et il y aune maison de santé, à cinq minutes, à Saint-Loup-Géanges (Saône-et-Loire). La gendarmerie est à Beaune.

Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Une histoire faite de lacunes

L'histoire de Meursanges remonte au Moyen-Âge. Auparavant, « les traces d'une occupation ancienne sont bien rares » selon Maroussia Laforêt qui note cependant un découpage parcellaire faisant penser aux pratiques romaines. Le nom « Moreciangiis » serait attesté au XIIème siècle, il pourrait dériver du nom germanisé d'un domaine romain.

Sur le plan géographique, Maroussia Laforêt insiste sur la localisation de Meursanges « à proxmité du chemin romain qui menait de Beaune à Palleau » et sur « la présence de gués à Bourguignon ou à Aignay » et de trois ponts. Il s'agit donc d'un carrefour local qui est important pour les déplacements mais dont l'entretien des chemins sera source de nombreux conflits entre les hameaux environnant.

Jusqu'à la Révolution, Meursanges dépend du baillage de Beaune et l'église Saint-Pierre était rattachée au diocèse d'Autun. Au XIIIème siècle, le château de la Borde est alors une résidence d'agrément des ducs de Bourgogne. Un autre château est édifié en 1678 qui amènera un hameau voisin à prendre le nom de Laborde-au-Château.

À la Révolution, le château est abandonné puis racheté à la Restauration. Il restera quelques vestiges avec une tour, un bâtiment de régisseur et des fermes. Le dernier propriétaire a légué des terres aux hospices civils de Beaune.

En 1998, Hervé Kerlann a développé un domaine viticole à partir de l'ancienne ferme. Le domaine du château de Laborde propose aujourd'hui des appellations allant de bourgogne à chambolle-musigny en passant par les hautes-côtes-de-nuits.

Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Une économie agricole

La viticulture est présente depuis longtemps à Meursanges mais il ne reste plus que quelques rangs de vigne exploités par la Maison Familiale et Rurale de Grandchamp produisant « un bon vin blanc » selon Jean-Paul Roy.

Sur la commune est aussi installé un haras faisant office de station de monte pour la reproduction des chevaux de selle et de trait. Il est géré par une association employant deux personnes d'avril à juillet.

L'agriculture, en polyculture-élevage prédomine néanmoins sur la viticulture même s'il n'y a plus que dix exploitants sur les 1.500 hectares de la commune. Claude Monnot, artisan paysagiste, est le principal employeur de la commune avec cinq salariés. D'autres artisans travaillant seuls sont installés sur la commune. La plupart des habitants vont tout simplement travailler à Beaune.

Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

Une rivière sous surveillance

Quelques maisons d'hôte et gîtes permettent d'accueillir « un nombre intéressant » de touristes venant profiter de la campagne et visiter Beaune. « C'est un village qui a une identité » signale Jean-Paul Roy avec quelques jolies maisons dont une belle bâtisse bourgeoise.

Des aménagements autour de maisons proches de la Bouzaize ont été réalisées en 2016 afin de limiter les effets lorsque la rivière sort de son lit lors de pluies importantes. De son côté, l'Agence de l'eau a recréé des méandres afin de ralentir le fil de l'eau.

Le comité des fêtes organise quelques repas par an, un tournoi de pétanque et la Fête Nationale. La vie sociale est aussi animée par les fêtes des écoles. Les activités sportives ne sont pas en reste avec un city-stade, un terrain de tennis et des parcours pour les enfants.

Jean-Christophe Tardivon

Meursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy
Le groupe scolaire rassemble deux bâtiments en un pour accueillir trois salles de classe et une salle d'évolutionMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul RoyMeursanges présentée par son maire Jean-Paul Roy

 

 

Entreprise Rougeot, Un partenaire engagé pour les communes et leur média

Entreprise Rougeot, Un partenaire engagé pour les communes et leur média 
L’histoire de l’entreprise Rougeot s’inscrit au plus près des communes du département. Sur le modèle de leur père, Hubert Rougeot, Christophe et Thierry s’engagent dans leur territoire. Quand leur aîné était élu local, les deux dirigeants choisissent de soutenir des actions de mécénat auprès des clubs sportifs ou d’associations culturelles. Pour l’entreprise Rougeot, c’est une façon concrète de participer au bien-être du territoire. Avec ses différentes activités, l’entreprise intervient du nord au sud de la Côte-d’Or, aux côtés des collectivités de toutes tailles pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets. Pour combiner ses différents aspects, l’entreprise Rougeot poursuit son implication en choisissant d’accompagner l’Echo des Communes. Son soutien s’est naturellement tourné vers la rubrique "Au cœur de communes", destinée à valoriser le territoire et ses acteurs publics. 
www.rougeot-tp.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Visite au coeur de la Vingeanne
L’Echo des communes vous emmène...
Echannay raconté par son maire, Laurent Streibig.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
Flavigny... anis au pays des merveilles ou un village raconté par ses habitants.
Planté à 421 mètres d’altitude, sur un promontoire...
Nicola Urbano, maire de Fontaine Française raconte son village
Nicolas Urbano, maire de Fontaine Française ou l’art de vivre...
Saint-Jean-de-Losne, le réveil de la belle endormie ?
Saint-Jean-de-Losne, "La perle d'eau" ou comment un maire se débat dans...
En passant par Gissey sous Flavigny...
Gissey a été pendant longtemps partagé entre un grand...
En passant par Châteauneuf
La forteresse de Châteauneuf est un modèle d’architecture...
En passant par Poncey sur l'Ignon... j'ai rencontré Eliane et son village !
Poncey-sur-l'Ignon est l'écrin de deux sources. La Seine qui s'ouvre...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.