Nuits-Saint-Georges emblème du bien vivre à taille humaine... ou le secret de fabrication d'Alain Cartron !

Nuits-Saint-Georges emblème du bien vivre à taille humaine... ou le secret de fabrication d'Alain Cartron !

Info+ :

Mairie de Nuits-Saint-Georges

Place d’Argentine

 21 700 Nuits-Saint-Georges

Téléphone : 03 80 62 01 20

 Lundi – Mardi – Mercredi – Jeudi – Vendredi 08h30 à 12h00 et 13h30 à 17h30

 

https://ville-nuits-saint-georges.fr/

 

Office de tourisme

3 Rue Sonoys

21700 Nuits-Saint-Georges

Téléphone : 03 80 62 11 17

 

https://www.gevreynuitstourisme.com/accueil

 

Protéger un paysage d’exception grâce au site classé (loi 1930)

Parmi les acteurs très mobilisés, les services de l’Etat jouent un rôle important à plusieurs titres. Tout d’abord, c’est l’Etat français qui a porté la candidature et qui est responsable devant l’UNESCO, par l’intermédiaire de son ambassadeur, de la bonne gestion du Bien une fois celui-ci inscrit.

D’autre part, l’Etat est l’initiateur d’une des mesures phares du plan de gestion, exigé par l’Unesco, qui est la mise en œuvre d’une protection ambitieuse sur le territoire des « Climats », grâce aux sites classés. Le site classé est un outil d’excellence en matière de gestion, à la hauteur de la renommée des paysages de la Côte viticole et du prestige de ses vins. Il offre de multiples garanties pour la protection du bien commun des Climats.

Classer un site consiste à reconnaître la valeur patrimoniale d’un ensemble paysager de premier ordre.

Il existe déjà plusieurs sites classés sur la Côte viticole, certains très connus, comme la Côte méridionale de Beaune, d’autres plus confidentiels, comme le parc Noisot à Fixin ou les sources de l’Aigue à Beaune. Dans tous les cas, la règle est la même. Il n’est pas possible de porter atteinte à l’état ou à l’aspect du site sans autorisation spéciale, délivrée le plus souvent par le ministre de l’Ecologie. Les travaux d’entretien courant et les pratiques culturales ne sont pas soumis à cette autorisation.

Source DREAL BFC

 

 

 

 


30 septembre 2021

Classée Site Patrimonial Remarquable pour son bâti, Nuits-Saint-Georges émerge tout droit de l’époque Gallo-romaine. Et, petite singularité, c’est probablement la seule ville au monde qui soit à la fois présente sur terre, dans l’atmosphère et sous la mer. En effet, la mission APOLLO XV a déposé sur la lune une étiquette de vin de Nuits où un cratère porte le nom de « Saint-Georges » d’une part et d’autre part, la ville est la marraine du sous-marin nucléaire d’attaque « Le Rubis », étant ainsi présente par 300 mètres de fond. 5700 habitants, des médaillés olympiques, 600 hectares de vignobles classés, au cœur de la Route des Grands Crus, cette commune aux airs de grands villages séduit tout autant qu’elle surprend quand on s’y attarde en flânant le long des petites rues vigneronnes.

En capitaine de navire, Alain Cartron décline plus facilement le ON d’une équipe que le JE du maire. Pour commencer cette balade, il raconte tout simplement « sa vie Nuits-Saint-Georges », la maison où il est né et où il habite actuellement… C'est quand même quelque chose et cela crée un lien avec le territoire assez fort. Après une carrière dans le service public, revenir ici au service de la population nuitonne était une évidence. « En retraite assez jeune, en pleine forme et avec des projets dans la tête, je voulais venir à la mairie de ma terre natale… un réel but… pour  entrer dans l'équipe de Xavier Dufouleur comme adjoint… Mais voilà, il ne s’est pas représenté et je me suis retrouvé maire mais sans avoir été élu auparavant… alors heureusement il y avait une équipe qui avait tout préparé et je n’arrivais pas dans le désert. » A la retraite le 1 février 2008 à Paris, de retour à Nuits saint Georges le 20 février 2008 et élu maire en mars 2008 avec seulement quelques voix d'avance, ça booste un homme et ça a marché !  Au 2ème mandat c’est une élection au premier tour, ce qui donne une certaine majorité, et 3ème mandat avec 2/3 des voix « ce qui encourage, fait plaisir… Alors, pour évoquer les 6 années qui viennent, c'est parti, je vous raconte sur les 3 mandats »

Pourquoi évoquer les mandats précédents ? Il y a une vraie raison !!

C’est une continuité réelle dans la stratégie des grands objectifs de l’action de la commune, bien sûr dans les détails ça évolue, mais c’est essentiel. En un mandat, pour mener à bien un projet, c’est tout un parcours. Il faut convaincre. Une fois qu'on a convaincu, il faut chercher subventions et financements, puis bâtir le dossier lucratif, et enfin passer à la réalisation… Ce qui nécessite un mandat complet sans pouvoir mener plusieurs gros projets à la fois. Monsieur le maire précise qu’il faut savoir ne pas être trop gourmand, un des principes de base de la municipalité nuitonne étant de ne dépenser que l'argent dont elle dispose en gardant, ainsi, la maîtrise financière.

On peut dire que la première grande idée directrice est que Nuits-Saint-Georges doit exister !

Avec un héritage et un patrimoine qui portent mais qu’il faut valoriser, entre Dijon et Beaune, avec lesquelles il n’y a aucune querelle, pour exister il faut trouver sa place, trouver son modèle, n’être ni comme l’une ni comme l’autre. Alors exister c’est avoir des habitants, mais pas trop, et avoir de l'activité surtout quand on sait que, d’une part, le plus important est l’activité due à une forte présence des entreprises et, d’autre part, des commerces qui créent l'attractivité commerciale. La priorité est donc de créer de l'activité et de maintenir les commerces du centre-ville existants. Une réussite à Nuits saint Georges mais aussi un souci de tous les jours pour Alain Cartron et son équipe.

Pour exister en milieu rural, il faut des services à la population et des services publics !

Un vrai bureau de poste, pompiers, gendarmes, trésor public, gare, musée, modes de garde, professionnels de santé, commerces à profusion, industries, hôpital de proximité, rattaché à l’hôpital des Hospices civils de Beaune…. Un hôpital de proximité pour lequel il a fallu batailler pour qu’il perdure sans devenir un EHPAD. Et on apprend qu’Alain Cartron a été président du conseil d’administration de l’hôpital de Nuits-Saint-Georges lors de son 1er mandat pour être maintenant membre du Conseil de surveillance du Groupement hospitalier du sud Côte-d’Or, ce qui lui permet de faire valoir ses idées et de veiller au grain !

Nuits-Saint-Georges propose donc une réelle centralité de services parmi lesquels il faut penser également aux 600 enfants scolarisés dans le 1er degré et 700 dans le second degré. Autant dire que pour la question école (compétence de la commune) et collège (compétence du Département) la vigilance est de mise. Une centralité scolaire que défend ardemment monsieur le maire quand, chaque année il faut fermer ou ouvrir une classe. Il plaide donc pour un contrat pluriannuel de 3, voire 4 ans, avec l’éducation nationale pour maintenir une stabilité qui ne fragilise ni les enfants, ni les familles, ni la commune. Revenir à une centralité de décision, avec pour seul interlocuteur le préfet représentant de tout l’Etat serait, à son sens, un modèle nettement plus efficient.

Pour exister, il faut une belle commune attractive !

Avec la refonte complète du PLU et le soutien de l’ABF et du CAUE, Nuits-Saint- Georges est un peu la championne toutes catégories du beau cadre de vie. Une ville aux airs de grand village, très propre, fleurie, dont le patrimoine est valorisé et le centre-bourg éclatant de couleurs, suivant le nuancier communal qui sort du nuancier patrimonial habituel traditionnellement blanc-gris-beige !

La commune est passée de zéro aux trois fleurs des Villes et Villages Fleuris, récoltant chaque année de nombreux prix spéciaux. Ce sont aussi les labels Vignobles & Découvertes et Ville à Vélo. Un label remporté très haut la main par Nuits-Sain-t Georges devant les 80 candidats français et étrangers et qui permettra à la commune d’utiliser la signalétique « petit vélo jaune » dédiée aux communes souhaitant mettre en œuvre une politique publique de promotion du vélo de loisir, de compétition ou comme moyen de transport quotidien. Ici on roule à 20km, pour que piétons, cyclistes et conducteurs trouvent chacun leur place

Depuis la 1ère réfection du centre-ville, la municipalité remet quelques rues en état chaque année. Une démarche globale qui comprend aussi la réfection des réseaux eau-électricité etc. Ce qui représente des budgets à 3 millions €, subventionnés, en général, à hauteur de 50% émanant de plusieurs financeurs. Des opérations qui ont totalement changé l’image de la commune. Les bâtiments communaux sont enjolivés au fur et à mesure et monsieur le maire est très heureux des réactions des nuitons qui bénéficient de mesures financières incitatives portées à 25% du montant des travaux pour refaire leur façade, tout comme les commerçants, dont la totalité des vitrines a été refaite en 8 ans… Chacun joue le jeu pour un bel environnement et un cadre de vie harmonieux.

Pour exister, pour notre sémillant maire et son conseil, il faut faire la fête mais pas seulement !

Alors forcément nous sommes en Bourgogne, mais pas seulement. Alain Cartron rappelle à nos souvenirs, qu’avant la crise sanitaire, on pouvait dire qu’il se passe quelques chose tous les weekend à Nuits-Saint-Georges. La saison des grandes festivités et animations se déroulent de la vente des vins des Hospices de Nuits, mie mars, à celle des Hospices de Beaune mie novembre. Certes la crise est passée par là, mais la commune tire bien son épingle des vignes grâce à un tissu associatif très dense et à l’énergie des élus pour organiser régulièrement des évènements exceptionnels à portée nationale. Un vrai défi et un joli palmarès !

En 2017, Nuits-Saint-Georges était étape du Tour de France en centre-ville, il y eût également le Paris – Nice, la Saint Vincent Tournante des Climats etc. La mairie ne disposant pas de service évènementiel, monsieur le maire s’appuie et soutient un tissu associatif fort et structuré qui prend en charge les manifestations portées par la commune. Un échange de bons procédés gagnant-gagnant. Ce sont donc près de 150 associations déclarées dans la commune parmi lesquelles une soixantaine actives voire hyper actives associations sur le pont du navire, qui vont du club de tricot au tir à l’arc. Ce qui nous amène à évoquer une Nuits-Saint-Georges sportive avec des clubs réputés au niveau international.

La communauté de communes gère les installations sportives, la ville, quant à elle subventionne les clubs sportifs. Nuits-Saint-Georges c’est une équipe de rugby en Fédéral 1… qui est aussi le club disposant du plus petit budget de la fédération… C’est une équipe de basket en National 3. C’est un club de quad rugby (en fauteuil) dont Corentin Le Guen des Black Chairs et Sébastien Verdin, intégrés à l’Equipe de France, ont participé aux jeux paralympiques de Rio et Tokyo. C’est un club de tir aux armes anciennes dont Théo Vigoureux, le second junior de la délégation française a remporté trois médailles d'or et une d'argent aux derniers championnats du monde. Et enfin, Arthur Retière et Gervais Cordin, rugbymen formés à Nuits-Saint-Georges, sélectionnés par le XV de France en 2020.  Le tout rendu possible par des entraineurs bénévoles et disponibles qui forcent le respect de la municipalité.

Crédit photo ©Club Sportif Nuiton

Pour exister il faut avoir « des sous », des habitants et des projets !

Nuits-Saint-Georges c’est un budget global de 10 millions € et un taux d’imposition 2021 inférieur à celui d’il y a 20 ans, une vraie volonté publique en direction des nuitons.

Au plein cœur des vignobles, Nuits-Saint-Georges est étonnamment industrielle et compte plus d’emplois que d’actifs résidants ce qui implique de nombreux échanges avec Beaune, Chalon sur Saône et Dijon. Nous sommes donc sur un vrai bassin d’emploi, couplé avec un vrai bassin de vie montrant, là encore, la grande centralité de la commune nuitonne. Une attractivité pour les actifs servie par une gare où le trafic représente (représentais avant le covid) 850 voyageurs quotidiens les jours ouvrés. Aujourd’hui les parkings sont vides, ce qui inquiète monsieur le maire.

Pas d’attractivité d’actifs sans logements !

Et si Nuits-Saint-Georges parait riche, les nuitons ne sont pas, quant à eux si riches que ça (comme sur une bonne partie de la côte viticole). Le quota de logement à loyer modéré est de 21% réparti sur trois opérateurs. Allain Cartron et le conseil tiennent, dur comme fer, à conserver ce taux qui favorise l’arrivée de nouveaux habitants et maintient les résidents actuels. On tient aussi fermement aux logements d’urgence existants pour des personnes accueillies par de nombreux bénévoles solidaires. Le CCAS est très actif avec, entre autres, le portage des repas, les transports à la demande etc.

Une démarche sociale qui a conduit l’équipe municipale à installer un centre de vaccination pour les personnes non mobiles et partant du principe que les personnes un peu âgées ne se seraient pas rendues à Beaune ou Dijon. 360 personnes y ont été ainsi reçues. Et tout reste prêt pour une troisième dose en décembre et janvier. Nuits-Saint-Georges c’est aussi une bourse d’activités mise en place par la commune pour aider les plus jeunes à rejoindre le monde associatif et /ou sportif. Et là, se pose une vraie question pour monsieur le maire consécutivement à l’annonce présidentielle d’une démarche, non concertée, au sujet du Pass’Sport dont personne ne sait comment cela va marcher… si ce n’est qu’il que c’est une aide financière de l’État à destination des jeunes pour leur inscription dans un club ou une association de sport à la rentrée 2021, mais pour lesquels, comment et quand ??

La politique sociale de Nuits-Saint-Georges c’est également une aide au départ en vacances pour les familles, des secours ponctuels à l’énergie (et de plus en plus…), une précarité grandissante qui inquiète monsieur le maire, la lutte contre l’isolement des personnes dans une commune où le % de personnes âgées est supérieur à la moyenne nationale. Et contrairement à d’autres communes, le souhait est de pouvoir garder un « quota » de personnes en difficultés, qu’elles trouvent à Nuits-Saint-Georges une certaine attractivité et un mieux vivre. En humaniste, Alain Cartron défend les « différences » qui honorent sa commune où tout est construit autour et pour l’homme !

Côté grands projets, à Nuits-Saint-Georges on pense logements, mobilité et emploi !

1er mandat on a refait les rues, les canalisations et tutti qui en avaient besoin par priorité, 2ème mandat on a préparé l’avenir en réhabilitant les écoles, les salles de sport, et avec la com-com on a refait la garderie et le restaurant scolaire. 6 ans plus tard l’écrin est créé et pour ce 3ème mandat il va s’agir de se lancer dans l’accueil de nouveaux habitants grâce à une belle attractivité et de nouveaux projets qui voient le jour.

Le développement des 20 hectares de zone d’activités est ralenti par un chantier de fouilles archéologiques de l’INRAP (en dehors du site des Bolards) alors que le permis d’aménager est signé et que les entreprises sont commandées… Un espoir est nourri par monsieur le maire pour la fin d’année 2021 car les ¾ des lots sont réservés. Ceci permettra l’implantation de nouvelles industries, d’artisans ou d’agrandir l’existant des sites de négoces viticoles par exemple. Un projet porté grâce à la compétence économique de la com-com Gevrey-Chambertin/ Nuits-Saint-Georges qui séduit la municipalité.

Un lotissement est déjà sorti de terre cette année. Les 15 lots sont vendus et les premiers habitants sont déjà installés dans des logements en accession à la propriété …des couples âgés, un peu « rasés » par le ménage de leur grande demeure, des familles avec des enfants, des nuitons qui se réinstallent en drainant les membres « expatriés » de leur famille trouvent là un bel espace de vie ouvert dans un environnement préservé. Une belle mixité, sans parachutés directs, dont se réjouit Alain Cartron ! 31 logements collectifs vont bientôt se mettre en route du T2 au T4 où la municipalité souhaite de l’opérateur qu’il propose à la fois de l’accessions à la propriété et du locatif « pas hors de prix ». Les aménagements routiers seront pris en charge par la commune.

En 2 ans, le territoire nuiton va s’enrichir de 15 à 20 entreprises et de 50 logements, une belle opération pour un début de 3ème mandat !

Deux autres lotissements, dont 1 privé, verront également le jour. Pour le 1er une petite subtilité a été imposée par la commune… l’ensemble du terrain est une copropriété et aucun des 12 propriétaire ne peut vendre tout seul sa parcelle, partant du principe qu’au-delà de 2 hectares, seule une opération d’ensemble peut être envisagée… et il aura fallu 1 mandat pour travailler le projet et mettre les 12 chanceux d’accord avec la perspective de 50 logements !

Le 2ème, préserver l’environnement nuiton et privilégier le cadre de vie, la commune achète la terre du Bas des Tourtereaux au fur et à mesure pour avoir la main sur le foncier et songer à de nouveaux projets. Une nouvelle gendarmerie est attendue depuis longtemps, monsieur le maire croise donc ses 10 paires de doigts ! Là pas de fouilles… mais Bercy qui traine la patte depuis 6 ans au moment du vote du budget. 19 gendarmes y prendront place.

Un musée classé musée de France, un patrimoine fort… église, monuments classés etc… nécessite le soutien de la DRAC pour toute intervention patrimoniale. Là encore, les bénévoles sont en action pour ouvrir des portes, guider, accueillir ! Reste l’ancien hôpital, un site immense autant que magnifique, en plein cœur de la ville auquel il faut trouver une nouvelle vocation avant qu’il ne se dégrade davantage. Propriété de l’hôpital, la commune est partie prenante et c’est donc un cabinet spécialisé dans ce genre de réhabilitation qui est sur le coup à ses côtés. Le souhait de monsieur le maire est que le projet s’autofinance à 100%.

Environnement, cadre de vie, protection et classement du bâti et des vignes, Natura 2000 qui s’étend sur plus de 2000 ha, intégrant 12 communes de la Côte entre Chenôve et Nuits-Saint-Georges, deux sites Gîtes et habitats à chauves-souris…vous aurez compris que la commune est vigilante à ce que rien ne perturbe ce bel équilibre. Pas toujours facile à faire passer quand les vieilles habitudes reprendraient un peu le dessus, mais on y arrive, confie Alain Cartron qui sait user de son calme et de son sens de la conciliation.

La municipalité est donc à fond dans les économies d’énergie, chaufferie, plafonds des écoles abaissés, 3 véhicules communaux électriques, obligation de maintenir les eaux de pluie dur les parcelles… autant d’outils et de moyens qui font que les dépenses énergétiques de Nuits-Saint-Georges sont moins importantes en 2021 qu’en 2008 ! Tout cela va de paire avec les mobilités douces à pied, en vélo (à cheval ?) avec des voies partagées, le centre-ville s’appelle Zone de Rencontre (la 1ère en Côte-d’Or) avec, dans l’ordre des priorités, les piétons, puis les vélos et en dernier les voitures. Une piste à 130 000€ sera construite entre la future zone d’activités et la gare, la 1ère zone étant déjà desservie pour faciliter le transport collectif.

Comme le souligne monsieur le maire, ça fait beaucoup de choses, mais on vit bien et on a envie que les habitants soient bien eux aussi. Et quand il crapahute dans les vignes c’est avec l’œil du maire, un maire bienveillant derrière un petit air un rien stricte qu’interpelle volontiers ses administrés dont il est proche !

 

 

Entreprise RougeotEntreprise Rougeot, Un partenaire engagé pour les communes et leur média 
L’histoire de l’entreprise Rougeot s’inscrit au plus près des communes du département. Sur le modèle de leur père, Hubert Rougeot, Christophe et Thierry s’engagent dans leur territoire. Quand leur aîné était élu local, les deux dirigeants choisissent de soutenir des actions de mécénat auprès des clubs sportifs ou d’associations culturelles. Pour l’entreprise Rougeot, c’est une façon concrète de participer au bien-être du territoire. Avec ses différentes activités, l’entreprise intervient du nord au sud de la Côte-d’Or, aux côtés des collectivités de toutes tailles pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets. Pour combiner ses différents aspects, l’entreprise Rougeot poursuit son implication en choisissant d’accompagner l’Echo des Communes. Son soutien s’est naturellement tourné vers la rubrique "Au cœur de communes", destinée à valoriser le territoire et ses acteurs publics.www.rougeot-tp.com

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

#nosintercos Rencontre avec Didier Lenoir, président du Mirebellois Fontenois, une terre d'avenir et de projets !
A deux pas de la métropole dijonnaise, proche de la Haute Saône et...
Ahuy garde son âme de village et son air de campagne au coeur de la Métropole... Rencontre avec Dominique Grimpret, maire rural !
Ahuy ce sont 1549 habitants, beaucoup d’enfants, des petits commerces de...
Arnay-le-Duc ou le réveil de la belle endormie ! Rencontre avec Benjamin Leroux pilote de l'équipe municipale
Située sur la voie romaine d'Autun à Langres, Arnay-le-Duc est...
Entre vignobles et patrimoine rural, rencontre avec Serge Grappin... maire de Saint-Romain !
Saint-Romain, c’est LE beau village par excellence. Une histoire qui...
Semur en Auxois, c'est un pari sur l'avenir au coeur d'un territoire rural... Rencontre avec Catherine Sadon
Quatre tours imposantes, une collégiale aux allures de...
« Cette église, c'est la nôtre ! »
Issue du milieu bancaire, Jocelyne Beaunée est aujourd’hui...
Santenay le village passion de son maire Guy Vadrot !
Santenay, forcément ça fait rêver ! Des premiers crus...
Jacques Frotey... être tout simplement maire d'un village connu dans le monde entier, Pommard !
Forcément si on vous dit Pommard, vous pensez Route des Grands Crus,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.