Pour une politique d'aménagement de l'espace rural avec Jean-Marie Virely, maire d'Epoisses

Pour une politique d'aménagement de l'espace rural avec Jean-Marie Virely, maire d'Epoisses

Info+ :

Mairie

26 Rue des Forges

21460 Époisses

Téléphone : 03 80 96 44 09

 EPOISSES ET SON PATRIMOINE EXCEPTIONNEL

L'église St Symphorien

Edifiée au XIIe siècle, était à l’origine la chapelle privée du château elle servait de lieu d'inhumation aux seigneurs d'Epoisses.
Pour atteindre l'église, on franchit la poterne qui conduit à l'avant-cour du château où se trouve de magnifiques maisons de pierres. C'est, du reste, ici que se réfugiaient les habitants en cas d'attaque. L'église date du 13ème siècle, elle possède un chevet plat, son clocher a été surélevé au 15ème siècle et sa flèche date du 19ème siècle.

Le château

 Château d’Epoisses

Téléphone 03 80 96 40 56

 visites@chateaudepoisses.com

 Classé monument historique,  son histoire remonte au VIe siècle. Véritable forteresse, cet ensemble médiéval qui fut tour à tour habité par la reine des Francs, les ducs de Bourgogne, le grand Condé et la Marquise de Sévigné, garde la mémoire de chaque siècle aussi bien dans son architecture que dans ses décors intérieurs, comme un véritable témoin de l’Histoire de France. Propriété de la même famille depuis 1661, celle-ci entretien la vieille demeure en poursuivant la conservation de ce site exceptionnel, en l’ouvrant à la visite qui, jamais jusqu’à ce jour, n’a été aussi splendide.


La fromagerie

 Fromagerie Berthaut

21460 Epoisses

03 80 96 44 44

contact@fromagerie-berthaut.com

 Né il y a 500 ans en Bourgogne, l’Epoisses est un fromage unique, devenu AOC en 1991 puis AOP en 2003.
Pâte molle à caillé lactique au lait entier, il est frotté au Marc de Bourgogne. Le lait utilisé est fourni par une trentaine de producteurs de Côte d’Or avec des races de vaches locales. Il naît, ici, des fromages uniques dont la qualité a été reconnue par plus de 105 médailles au concours général agricole.


03 mai 2023

Si le nom d’Époisses est associé à son château, il l’est aussi à son fromage fameux, pour ne pas dire fa-bu-leux, deux éléments qui font la renommée de ce beau village de 794 habitants. Un village bien ancré dans sa ruralité et aussi dans son avenir, les deux pieds dans un environnement nature et patrimoine, avec aux manettes Jean-Marie Virely, maire pour le moins… dynamique et fédérateur ! RENCONTRE !

Gérer le quotidien et construire l’avenir des plus jeunes mais aussi des plus âgés pour un réel bien-vivre dans 5, 10 ou 30 ans, dans ce village mitoyen de l’Yonne et proche de Semur en Auxois, c’est la mission que monsieur le maire s’est fixé pour ce mandat.

32 km de voirie à gérer, un fromage qui fait la réputation de la commune, de nombreuses petites entreprises et le château génèrent plus de 300 emplois sur ce territoire rural. Pour bien vivre, pour aménager l’espace, l’habitat, l’environnement, le conseil municipal se pose sur l’avenir à court, moyen et long termes et a engagé un état des lieux en interne, avec le soutien d’un bureau d’études sur la ou les nécessités du moment (et de plus tard) ! il s’agit de se pencher sur un diagnostic de l’existant et de mettre en exergue une revitalisation du village à la hauteur des besoins et des attentes des habitants, notamment en termes d’habitat. Une étude qui a réuni l’Architecte des bâtiments de France, la MSA, la CCI et SOLIHA, sans se limiter au centre bourg dans une démarche trop restrictive, pour étudier les conditions optimales du bien-vivre à Epoisses !

Après une crise covidesque, de nombreuses choses ont changé, explique Jean-Marie Virely. Les paramètres du bien-vivre se sont remis en cause, les besoins sont différents, les « conditions du bonheur » ont changé. « La relation au travail s’est transformée et on aspire à une semaine de 4 jours et à d’autres activités… la relation à la santé a évolué, on est plus sensible à l’environnement, à la pollution, au bien-être, à la pratique sportive… On réfléchir plus à son habitat, au fait de rester en ville ou de s’installer à la campagne et la dernière canicule a fait réfléchir au nombre de décès en ville où les personnes fragiles sont plus isolées, on est devenu plus sensible à la sécurité et en particulier à celle des enfants…On réfléchit à vieillir à la campagne avec une réelle appétence pour de nouveaux modes de vie… Alors on se dit que la CAMPAGNE C’EST L’AVENIR et notre job d’élu c’est de rendre ça possible pour être…heureux » !

Alors pour ça, quelles sont les solutions et les moyens ? Il semblerait que ce soit la bonne question !

Pour monsieur le maire, il est indispensable de penser mobilité et plan de mobilité pour nos habitants pour ne pas voir mourir nos villages. Il faut, bien sûr des services accessibles avec une politique d’urbanisme, un plan de réhabilitation et construction cohérent à l’échelle de la commune en pensant à un habitat qui soit encore vivable dans 20 ans. Cohérence des services et des infrastructures, cohérence de l’accès au numérique et à la formation qui va avec si besoin,

L’étude terminée, la commune se lance dans la phase opérationnelle avec une réhabilitation de l’espace et des espaces. Epoisses ce sont de nombreux atouts, le fromage, un château et des paysages ! Epoisses a su passer l’exode rural en échappant à la désertification des années 70. Epoisses c’est un centre bourg de proximité avec des commerces, fleuriste, boulanger, supermarché, restaurants, pharmacie… tout y est… et des services « Le virage pour Epoisses c’est aujourd’hui ».

L’avenir d’Epoisses c’est de l’emploi pour les parents, l’accueil pour les enfants, un lieu privilégié pour bien vieillir. Pour Jean-Marie Virely, il est fondamental de veiller à bien préserver la pyramide des âges, de privilégier le multigénérationnel, de favoriser le lien social et ON Y CROIT ! Le conseil municipal des jeunes et les associations participent à de nombreuses activités avec les résidents de l’EPHAD quisera agrandi, 40 logements ORVITIS sont présents sur la commune avec une longue liste d’attente, montrant à quel point ce secteur est attractif d’où l’importance d’une vraie politique de l’habitat et notamment de l’habitat social ou à loyer modéré.

Pour notre maire en mode « positif OFF » en permanence, une politique de l’habitat passe par la réhabilitation des bâtiments communaux. Mais c’est aussi soutenir les habitants dans leur projet de réhabilitation des maisons construites dans les années 70 qui sont de véritables gouffres thermiques et des propriétaires qui n’ont pas forcément les moyens ou l’envie. Ce qui donne des maisons ni louables, ni vendables et engendre une vacance de logement ou une perte d’habitat potentiel.

Epoisses ce sont également 6 logements communaux, la commune étant propriétaire du cabinet de notaire et de celui de l’ostéopathe et souhaite procéder à la réhabilitation deux grandes maisons pour créer 5 logements, dans le respect de la transition énergétique bien sûr !

Et puisque nous parlons transition énergétique et thermique, l’idée est bien sûr de produire de l’énergie électrique entre autres. C’est aussi un projet de méthanisation porté par le SICECO en partenariat avec la commune, Dijon Céréales, la
fromagerie Berthaut et un groupement d’agriculteurs ce qui n’est pas simple puisqu’il faut liquéfier le gaz (qui n’est pas reconnu comme une énergie) pour le transporter. La création d’un réseau de chaleur est à l’étude.

Côté économie, si la fromagerie est le premier employeur, plusieurs petites entreprises d’une dizaine de salariés chacune stabilisent le tissu. Plusieurs micro-entreprises ou auto-entrepreneurs, créent une autre classe d’emploi dynamique portée par des jeunes. On se penche sur l’emploi des jeunes et monsieur le maire souhaite voir se réaliser la création de logements « petites taille-petits loyers » destinés aux jeunes et aux apprentis.


Le tourisme est également générateur d’emplois avec les 10 000 visiteurs annuels du château, mais pour qu’ils poussent le pas jusqu’au centre d’Epoisses, l’idée est de déplacer le « centre de gravité d’Epoisses » pour amener les visiteurs à marcher dans le village et à fréquenter les commerces en direction de la fromagerie qui est un véritable aspirateur à clients avec plusieurs dizaine de milliers de tickets par an.

La pharmacie rayonne sur un très large périmètre qui correspond à environ 4500 à 5000 patients, participant à l’attractivité de la commune qui compte 1 médecin, un ostéopathe, 1 cabinet infirmier et une association d’infirmières, avec une demande importante de soins à domicile. La continuité des soins de qualité en milieu rural est un enjeu et on pense à la télémédecine, la téléconsultation à mettre en place pour repenser une véritable politique de soins à l’échelle du territoire carrefour Avallon-Semur-Montbard.

Epoisses c’est un budget de fonctionnement de 600 000€ et monsieur le maire se pose les questions sur les moyens financiers pour créer des projets d’avenir, pour entretenir le patrimoine quand on se trouve au pied du mur de baisses de dotations.

Pour Jean-Marie Virely, enseignant chercheur au CNRS revendiquant son appartenance au monde agricole duquel il est issu, Epoisses c’est le retour aux origines, être maire n’était pas une ambition mais plutôt un « portage de gènes familiaux » quand on est maire de grand père en père et fils … Un maire qui résume que  la continuité tue ... qu'il faut  du changement, mais pour cela il faut des ruptures génératrices de renouveau !

«Et être maire, ce n'est pas être chef d'entreprise».

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Moloy… ici coule la rivière… ici on ne s’endort pas, on construit le futur ensemble ! Rencontre avec Florian Paquet…
Entre forêts, vallée de l’Ignon et pleine nature, Moloy...
Patrimoine, environnement et grands projets, on en parle avec Alain Becquet, maire de Seurre !
1 Etoile, 2 fleurs, une architecture typique des rives de grands fleuves, 2310...
La com-com du Montbardois ? Des compétences et surtout des projets... et si on en parlait ?
33 communes, un peu plus de 11 000 habitants dont près de la...
Chenôve collée au coeur... 10 engagements, 120 propositions c'est le pari tenu de Thierry Falconnet
Renaturer Chenôve au cœur de la ville en Grands Chantiers,...
A Marsannay-le-bois, le bien vivre à la campagne c'est un petit bonheur du quotidien pour Christophe Monot... Rencontre !
Marsannay-le-bois, c’est un beau village situé sur les premiers...
A Trochères, la participation des habitants n'est pas une légende ! Embarquement immédiat avec Nathalie Gavoille...
Quand on n’a pas un radis, l’aménagement de la...
Préserver la qualité de vie des gibriaçois ? C'est la priorité de Christophe Lucand maire de Gevrey-Chambertin !
Gevrey-Chambertin ce sont 3000 habitants et autant de forêts que de...
CAP Val-de-Saône, le territoire au fil de l'eau
La CAP Val-de-Saône, Communauté de communes Auxonne-Pontailler-Val...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *