Quincy-le-Vicomte


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire BECARD Alain
Adresse Rue Jacréo - 21500 Quincy-le-Vicomte
Tél. 03 80 96 74 76 Fax 03 80 96 74 76
Email quincylevicomte.mairie@numeo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 14h-18h Jeudi 10h-14h
Population 205 habitants. Les Quincyssois et les Quincyssoises
Altitude 342 mètres Superficie 1904 ha
Situation géographique à 10 km de Montbard et à 85 km de Dijon
Communauté de Communes Montbardois
Canton MONTBARD

Je suis fan de ma commune

Présentation

Située au Nord-Ouest de la Côte d'Or, la commune de Quincy-le-Vicomte est limitirophe du département de l'Yonne. Quincy-le-Vicomte se situe dans la vallée de l'Armançon sur la rive gauche de la rivière.

Plus d'infos

Office de tourisme de Montbard et du Montbardois. Place Henri Vincenot - 03 80 92 53 81. www.ot-montbard.f

Tourisme & Patrimoine

Les bois très présents et la rivière de l'Armançon offrent aux amoureux de la campagne des possibilités de découvrir la nature (promenades, pêche ...)
A découvrir l'église au choeur du XIIè siècle, le château et son étang (privé), le vieux lavoir et sa fontaine, le vieux pont dit "romain" sur l'Armançon.

© André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Quincy-le-Vicomte

Un curieux de passage à… QUINCY-LE-VICOMTE. Canton de Montbard. 205 h. ?
Pour certains historiens, la bataille précédant le siège d'Alésia se déroula sur le territoire de cette commune. Mais aucun vestige significatif n'a été découvert à ce jour. Quincy-le Vicomte a livré quelques pièces de l'époque mérovingienne : pointes de lances en fer, vase funéraire…
À la Révolution ce village qui appartint au comte de Buffon devint Quincy-sur-Armançon. Fort de ses douves en eau, le château XVe, modifié aux XVIII-XIXe figure au rang des curiosités. Bâti sur un plan en U, il accueille au nord la base d'une forte tour carrée parée de faux mâchicoulis. Pour certain, il pourrait s'agir d'un ancien donjon remanié. L'ensemble compte également un vivier aménagé dans les anciennes douves et une orangerie.
Les vestiges d'une forteresse subsistent également à l'entrée nord du village. Surnommée maison forte de Talmay, elle ne conserve qu'une tour ronde encastrée et une puissante tour carrée.
Rehaussée par une flèche en ardoises, l'église Saint-Martin, modifiée maintes fois aux XVI et XVIIIe mais pouvant remonter au XIIe, surveille la sortie du val. Elle garde un chœur du XIIe, une abside en cul-de-four et une nef du XVIIe couverte par une coque de bateau inversée en bois.
Une étonnante affaire divisa la population en 1896. M. le maire de Quincy en bataille avec l'église, fit dresser deux procès-verbaux les 7 et 14 juin par le garde champêtre, contre le curé Pierre Bollenot et contre le chef de la chorale municipale, Achille-Honoré-Auguste Piot, qui prêta son concours aux cérémonies de la Fête-Dieu et de l'octave de la Fête-Dieu. On leur reprochait d'avoir organisé ces deux manifestations du culte catholique sur la voie publique à Quincy-le-Vicomte et, à la société musicale dirigée par M. Piot, d'avoir joué des morceaux de musique sur la voie publique en plein jour, contrairement aux dispositions d'un arrêté pris par M. le maire à la date du 2 juin 1896. Mais la justice de Montbard considéra que le sous-préfet n'en avait accusé réception que le 6 juin de l'arrêté pris à cette date, sans en autoriser l'exécution immédiate, lequel ne devenait exécutoire qu'un mois après, c'est-à-dire le 6 juillet suivant. Dans ces circonstances, les deux procès-verbaux étaient prématurés et considérant encore qu'il n'existait à Quincy-le-Vicomte aucun règlement ou arrêté interdisant aux habitants de faire de la musique pendant le jour sur la voie publique, qu'aucun délit n'avait été commis et aucune contravention ne pouvait être dressée !
Le village nous réserve encore plusieurs croix, un vieux pigeonnier carré, une élégante fontaine fin XIXe ornée de cygnes et un joli lavoir percé d'arcades, le second étant converti en abri.
Au sud-est, l'ancien moulin sur l'Armançon, reconstruit au milieu du XIXe sur un plan en U, se cache derrière sa haie d'arbres avec son barrage de dérivation.
On trouve au nord, une croix restaurée ces dernières années, après sa chute dans la rivière. Nettoyée, elle portait des traces de feu, réparée, elle retrouva sa place sur son socle à deux pas du pont dit "des Romains". Est-il romain ? Passé 1670, on ne connaît plus ses véritables origines. Quelques croix gravées sur le parapet pourraient remonter au Moyen Âge. Selon la tradition, le pont aurait été un axe stratégique pour les armées royales. Le seigneur de Quincy veilla à son entretien, percevant certainement en retour, un droit de passage. Détails amusants, ces quelques lignes d'un bulletin municipal : "Le vieux pont romain n'est sûrement qu'une légende, mais en absence de traces précises, nous laisserons la légende vivre, et qui sait…!" Toutefois, en cherchant un peu, on apprend qu'il aurait été reconstruit par les États de Bourgogne en 1691.
Il ne reste plus rien des ruines de la bergerie près de la croix Jacan (Jaran), autrefois nichées au nord-ouest, près du chemin de la ferme de Bornant Grenipille qui domine le ruisseau de Bornant.
La grotte aux Fées et la Roche-Percée furent les repères de ces mystérieuses dames. On raconte que passant devant la seconde, une femme y jeta un charbon ardent, qui fut aussitôt rejeté avec violence.
À Pâques les roquettes (crécelles) des enfants de chœurs annoncent messes et prières. Le lendemain, les jeunes font un second tour du village pour ramasser œufs, argent ou friandises, c'est "la roulée". Ils font alors une omelette géante et se partagent les cadeaux.
André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus