Bouze-lès-Beaune


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Pascal Huguenin
Adresse Rue de la Mairie - 212000 Bouze-lès-Beaune
Tél. 03 80 26 00 69 Fax 03 80 26 07 99
Email mairie.bouze@wanadoo.fr
Population 313 habitants. Les Bouzards
Altitude 400 mètres Superficie 691 ha
Situation géographique Haute Côte de Beaune - 5 km de Beaune
Communauté de Communes CA Beaune Côte et sud
Canton LADOIX-SERRIGNY

Je suis fan de ma commune

Présentation

Le village de Bouze-lès-Beaune fut implanté vers 1180 par les Moines de Saint-Seine.
Une présence historique sur la commune a été identifiée, en particulier à la grotte de Molle-Pierre, camp du Chatelet (Monument historique), Croconet (Monument historique).
Une source dénommée "Fontaine des Laides" était réservée aux Lépreux qui venaient s'y laver.
Bouze-lès-Beaune était à l'origine une paroisse avec église, implantée d'un seul côté de l'actuelle route départementale. En face se situe le Château, ancienne maison forte, avec son parc pentu et sa tour crénelée.

Tourisme & Patrimoine

Les principaux attraits touristiques du village sont représentés par les constructions en pierre avec les portes en anse de panier, les "cabottes" et les murs de clôtures en pierre, le parc du château et sa tour crénelée, les anciennes attaches pour animaux, les caves bourguignonnes semi-enterrées et les sites naturels (tumulus du Croconet, Pas Saint-Martin et Fontaine des Laides)





©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Bouze-lès-Beaune

Un curieux de passage à… BOUZE-LÈS-BEAUNE. Canton de Ladoix-Serrigny. (Autrefois canton de Beaune Nord).
Un des plus beaux murs cyclopéens de Côte-d'Or, à l'ouest du village, protège le châtelet préhistorique de Bouze-lès-Beaune. Les vestiges du passé sont d'ailleurs nombreux dans les environs : Tumulus de la Commelle, ciste des Chaumes formée de pierres plates et assemblées debout, restes de l'allée couverte du Croconnet où l’on trouve les ruines de deux tombes…
Dans les roches voisines se niche la grotte Molepierre qui fit l'objet de fouilles archéologiques en 1970. On y découvrit une sépulture paléolithique avec des parures, vases…etc. (Voir Mavilly-Mandelot). Elle fut occupée par la suite à l'époque gallo-romaine puis à l'époque médiévale.
Une fine flèche octogonale en ardoises domine le clocher décalé sur le côté et rehaussé au XVIIIe de l'église Saint-Vincent. Erigée au XIV-XVe, elle fut remaniée les siècles suivants. On remarquera le motif décoratif du toit du chœur, une porte latérale murée surmontée d'un écusson aux armes d'Hugues Aubriot, seigneur de Bouze au XIVe, une chapelle accolée, les sculptures encadrant le portail et la belle fenêtre trilobée parée de vitraux. Le sanctuaire fut doté de peintures murales au XIXe. À l'intérieur, le plafond plat, le chœur paré de motifs décoratifs et un étonnant vitrail patriotique du XXe retiennent les curieux. Ce dernier représente une Vierge surmontant les portraits photos sur verre de Pierre et René Bouley, deux soldats tombés lors de la Grande Guerre.
Un toit d'ardoise permet de repérer la cure proche tandis que l'ancien lavoir est méconnaissable. De l'autre côté du vallon, la mairie école XIXe possède elle aussi une cloche, de modestes dimensions.
Une ancienne maison forte de 10 à 12 mètres de côté aux murs de deux mètres d'épaisseur à la base, s'éleva d'abord au pied de la montagne. À la Révolution, le château de Bouze est occupé par Françoise de Damas et son fils, le comte Camille Bataille de Mandelot qui sera longtemps maire du village. Puis il est vendu à un négociant en vins de Beaune, M. Verry-Rameau. Son fils, Jules Verry, lui succède en 1846. Il décide de se lancer dans l'élevage des chevaux de course en liberté. À 200 m du château, il fait construire un mur en arc de cercle supportant en son milieu une tour ronde crénelée. Une petite porte donne accès à un escalier en spirale qui la ceinture par l'extérieur et grimpe jusqu'à une plate-forme d'observation. Il aménage également une longue piste d'entrainement, d'où le nom d'hippodrome. Mais les frais sont si importants qu'il se ruine et doit vendre sa propriété à M. Bouvet en 1853. Il vend également les chevaux dont une femelle alezane nommée Merveille, puis Vermeille, qui n'avait encore remporté que trois modestes courses en province. Achetée pour la reproduction, elle se révéla une remarquable poulinière. Elle donna son nom au "Prix Vermeille Lucien Barrière", couru chaque année à Longchamp.
Les plus attentifs repèreront à Bouze-lès-Beaune une croix en pierre simple et au sud-est, un petit Christ sculpté provenant de la fontaine des Laides accolé à une maison. Sans oublier la cinquantaine de cabotes et petites maisons de vigne qui parsèment le territoire.
À 1 km à l'est, la source des Laides IXe, fut un ancien lieu de souffrance des lépreux. Son lavoir sera ajouté plus tard avant d'être abandonné au profit d'un nouvel ouvrage au village.
Pour certains, la rivière Bouzaise naîtrait à Bouze-lès-Beaune. Elle passerait sous la "Montagne de Beaune" et rejaillirait dans un joli plan d'eau beaunois où les barques flânent l'été venu.
Dans Les Combes, à l'ouest de Bouze, on déniche le Trou Jean-Marie, petite grotte d'une dizaine de mètres,
Curiosité locale et lieu de légendes, le Pas de Saint-Martin, site naturel classé, domine la combe de Mandelot à l'ouest d'un village. Que raconte la légende ? Voilà en deux mots. Arrivant de Beaune par la voie romaine, saint Martin s'arrêta sur un éperon rocheux. Il découvrit en contrebas Mavilly-Mandelot et son temple païen. Désolé, il se mit à prier, puis remonta sur son cheval. Un homme roux se présenta alors (le Diable) et proposa de le guider. Mais vite, il se saisit des rênes et tenta de précipiter saint Martin dans le vide. Ayant échoué, il excita les vendangeurs pour pousser le cavalier et le jeter dans le précipice. À grands coups de fouet, saint Martin stimula sa monture et, d'un bond, l'animal enjamba la vallée et retomba sur le Mont Foron. Le Diable vexé disparut alors dans la Renouille au milieu d'un nuage de soufre. Vous pouvez encore découvrir à présent une longue fissure, les marques du fouet et deux creux dans la roche. Le premier en forme de pied (ou de plutôt de sabot géant), le second circulaire appelé "bénitier de Saint-Martin" ou puits de Saint-Martin. De l'eau s'y maintient, dit-on, toute l'année et naguère, les fidèles y trempaient leurs mains puis se signaient. On trouve également à quelques pas, "l’Autel des Druides" ou "Chaire à Prêcher", bloc de pierre isolé en forme de table. Mais ne faites pas comme de nombreux promeneurs, l'erreur de chercher ce site au sommet de la falaise ! Il se cache en forêt à mi-hauteur, entre la crête et la route.
André Beuchot



©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Vie Sociale

Le tissu associatif du village est constitué par le Club des loisirs, l’Union des chasseurs, la Société Saint-Vincent des vignerons et l'association des amis de l'église Saint-Vincent.

Economie & Développement

Bouze-lès-Beaune profite de la renommée de certaines communes, notamment au niveau de la viticulture, avec 7 exploitants viticoles dans la commune, ce qui lui offre un dynamisme rural et un potentiel touristique.
Il n'existe pas de commerces installés sur le territoire communal, excepté un restaurant, et le service de proximité est assuré par des commerçants ambulants.
Le tissu économique est complété par l'offre de chambres d'hôtes et quelques artisans implantés à Bouze-lès-Beaune, trouvant ainsi un périmètre de travail sur les communes limitrophes.


Notre société et nos territoires connaissent de profondes mutations. Ils font face à des évolutions majeures liées aux changements des habitudes de consommation, aux déplacements, aux nouvelles formes de travail, à la pression environnementale, à l’équilibre entre espaces ruraux et urbains ou à l’impact des technologies numériques.


CCI Côte-d’Or - Saône-et-Loire : votre partenaire 360°du développement territorial


En tant qu’élus, vous considérez sûrement le développement et l’animation de vos territoires comme des priorités de votre mandat. Face à la diversité des enjeux, la CCI Côte-d’Or-Saône-et-Loire s’est donc organisée pour vous apporter son expertise, ses outils et ses réseaux dans vos projets de développement socio-économique et territorial. Notre ambition est de travailler à vos côtés, dans un objectif partagé de développement, en s’appuyant sur nos équipes de terrain, notre réseau de partenaires, notre connaissance fine des territoires et notre relation de proximité avec les entreprises... LIRE+



Que faire ?

Randonnées.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire