Chambolle-Musigny


©Echo des communes


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire MARQUET François
Adresse Place de la Mairie - 21220 Chambolle-Musigny
Tél. 03 80 62 86 94 Fax 03 80 62 86 94
Email mairiechambolle-musigny@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 9h-12h et 13h45-16h45, Mardi 9h-12h et 13h45-16h45, Mercredi 9h-12h, Jeudi 9h-12h et 13h45-16h45, Vendredi 9h-12h et 13h45-16h45
Population 320 habitants. Les Chambollois
Altitude 238 - 445 mètres Superficie 757 ha
Situation géographique Latitude: 47° 11' 8'' Nord - Longitude: 4° 57' 10'' Est
Communauté de Communes CC de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges
Canton LONGVIC

Je suis fan de ma commune

Présentation

Chambolle-Musigny est situé à 17 km au Sud-Ouest de Dijon. A l'entrée du village un message " les habitants de Chambolle-Musigny remercient la nature". Chambolle-Musigny produit des vins rouges parmi les plus fins et les plus élégants de la côte de Nuits. Ses vins sont convoités des amateurs du monde entier. Sur les meilleurs terroirs, notamment le grand cru Musigny, la terre est très mince, légère ; la roche calcaire toute proche.

Plus d'infos

Le tilleul au centre du village date du XVIè siècle.
Jumelage : Schwabenheim (Allemagne) - Sonoma (Etats-Unis - Californie).
www.ccgevrey-chambertin-et-nuits-saint-georges.com

Tourisme & Patrimoine

Eglise Sainte-Barbe, XVIè siècle, mobilier classé XVè et XVIè siècles. Peintures murales datant de 1539.
Hotel André Ziltener ; musée et caveau de dégustation.
Chapelle de la Combe, XVIIIè siècle. Fontaine Saint-Anne. Lavoir XIXè siècle. Calvaire du Grognot. Moulin à eau. Ancienne léproserie.

© André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot


Un curieux de passage à Chambolle-Musigny

Un curieux de passage à… CHAMBOLLE-MUSIGNY.

L'histoire du bourg commença certainement au châtelet préhistorique du Grognot, superbement situé à l'entrée de la combe Ambin, au-dessus de la petite chapelle XVIIIe. Lors de fortes pluies, un ruisseau se forme dans cette combe et dévale vers le village qui fut victime d'une importante inondation le 28 Juillet 1900, le niveau atteint étant repéré sur une maison de la rue Basse. Chambolle tirerait d'ailleurs son nom de l'aspect bouillonnant des eaux du ruisseau après les orages, "campus ebulliens", les "champs bouillonnants". Version parfois contestée, certains préférant un diminutif gaulois, cambo, désignant la courbe d'une rivière. Les anciens affirment qu'un immense lac souterrain gardé par un génie se cache sous la montagne. Mais coléreux, il libérait les flots dès qu'un passant lui déplaisait. Aussi, les habitants demandèrent l'aide de la Vierge qui l'enferma dans un rocher. Depuis ce jour, les eaux n'envahissent plus le village. Musigny, nom du meilleur cru de Chambolle, fut ajouté au nom de la commune en 1878.
C'est ici qu'en 1938, les Chevaliers du Tastevin organisèrent la 1ère Saint Vincent tournante. Un pays de grands vins, élégants, subtils et féminins, dont le roi est le "Musigny", les "Amoureuses" pouvant servir de reine. Les "Bonnes-Mares" débordent sur Morey-Saint-Denis, vins de garde pleins et vineux. Mares qui nous vient de mères, les Bonnes-Mères de l'abbaye de Tart, ordre féminin de Cîteaux, autrefois propriétaire de ces grands crus.
L'église Sainte-Barbe XVIe s'honore de magnifiques peintures murales éclairées par les fenêtres gothiques parées de beaux vitraux, d'un clocher dôme à impériale et d'un cadran solaire. Un vieux tilleul imposant datant, dit-on, des années 1500, se dresse d'un côté de l'édifice, un Christ aux Liens en mauvais état de l'autre.
En flânant dans le bourg, on déniche la fontaine Sainte-Anne ornée de pierres à bossages. En face, une niche accueille une statue polychrome de la sainte. Outre la mairie-école, on trouvait autrefois une école de filles à quelques mètres. Le lavoir XIXe se niche dans une petite rue à l'entrée est. La cité recèle de belles maisons de maîtres, un ancien relais de diligence et plusieurs demeures se disputant parfois le titre de château. On repère ainsi le château Grivelet XVIIIe et le château Mugnier XIXe, propriété de Frédéric Mugnier, dont la distillerie fut vendue en 1950 à la maison Héritiers Guyot qui conserva la marque devenue célèbre. Le château Ziltener (ou château du Petit-Musigny) édifié le siècle précédent qui abrite un petit musée du vin est devenu un hôtel. Difficile à découvrir, le domaine de Voguë XVe, remanié au XIXe, s'honore d'une tour hexagonale encastrée et de fenêtres à accolades. Avec sa parure de fausses briques rouges et ses balcons en bois découpé, le "chalet" de Montille de style Napoléon III, cache une curieuse petite tour en arrière. Semblable à une sorte de temple d'amour, elle est recouverte de tuiles vernissées.

Sur le flanc nord de la combe, deux petites grottes égratignent l'éperon. Le flanc droit se décore de belles falaises calcaires aménagées en site d'escalade. Un parcours d'entraînement à la montagne y est fléché. Au départ de la dernière maison du village, il gravit le coteau, puis enchaîne falaises et blocs avec deux cotations de difficultés. Trois autres petites grottes attirent également l'attention. La Chambre aux Fées, de modeste importance, au-dessus du village dans les premières barres rocheuses, aurait été occupée aux temps préhistoriques. La légende nous affirme qu'elle fut la demeure de la mère Girarde (une des fées ?). On rapporte que cette légende viendrait de l'occupation de la cavité entre 1840 et 1860 par la famille de la madame Girarde (ou Girade). Une autre famille s'y installa lors de la guerre de 1914-1918, donnant le jour à un enfant en 1915. Il est vrai que la température dans cette grotte toujours agréable, peut la rendre habitable. Autre tradition : elle communiquerait avec la grotte des Bonnes Mares, nichée comme son nom l'indique, au-dessus du célèbre vignoble, et dont l'entrée est surmontée d'une petite voûte en pierre. Enfin, la dernière cavité de la série, minuscule, simple abri de randonneurs, dans le bras gauche de la combe, 200 m après la chapelle environ, est accessible par un raidillon sur la gauche.

Sur le plateau, la source du Chaignot se cache sous son abri couvert de laves, face à une mare demi-circulaire, alors qu'au sud-est naît la Vouge. Peu connue, cette résurgence rejoint un vaste bassin où bouillonne une seconde source. Plusieurs séances de désobstruction en plongée n'ont pas permis de dégager un laminoir d'où surgit un violent courant. L'étang baigne une demeure à l’allure de château sur les hauteurs de Vougeot, avant de se glisser sous un pont à trois arches. Ce château d'aspect sévère porte en façade un grand cadran solaire, un second plus petit sur le côté, tandis qu'un petit lavoir s'accroche à la rivière. Ici se tenait en fait autrefois une papeterie utilisant la force hydraulique de la Vouge. Courtépée nous en parle de la sorte : La source de la Vouge, belle fontaine sur laquelle est une papeterie renommée, la plus belle et la mieux fournie d'ustensiles sur le finage de Chambolle. Une cheminée ronde se reflétait alors dans les eaux dormantes. Au XVIIIe, le sieur Desventes, libraire à Dijon, établit en moins de 18 mois, sur la source de la Vouge, une très belle papeterie avec l'aide des États qui y ont contribué. Elle était dirigée par M. Varenne de Beost, secrétaire des États et conduit par le sous-ingénieur de la province, M Gothey. Cet homme a démontré ses grandes capacités techniques. Toutes les machines servant à la fabrication du papier furent simplifiées. Les roues principales sont en fer et l'une d'elles, de 11 pieds de diamètre, suscite l'admiration. Elle demande moins d'eau pour agir qu'une roue en bois et exige moins d'entretien. Son engrenage est si précis, qu'avec quatre à cinq pouces d'eau, toute la machinerie est en mouvement. Elles donnent en 15 ou 16 heures, les mêmes résultats que ceux obtenus ailleurs en 25 h ou 30 h. Le cylindre, d'une construction inconnue jusqu'à présent, tourne à environ 50 tours par minute et son fonctionnement amalgame les particules de chiffons au lieu de les briser, ce qui fournit un papier beaucoup moins cassant. Une cuve de 5 pieds 1/2 sur 2 pieds 1/2 appelée "cuve de l'ouvrier", fut taillée dans un seul bloc de pierre. Les premiers échantillons sortis de cette manufacture font présumer que son papier égalera le plus beau qui arrive d'Angleterre. Malheureusement, la fabrique ne perdurera pas.
En descendant la Vouge, on repère un peu plus loin, au bord de l'eau, une seconde pierre à laver et, caché derrière un mur, un ancien vivier. Deux cents mètres au nord-ouest de la papeterie, on trouve une curieuse croix en forme d'obélisque.
Ne quittons pas Chambolle-Musigny sans parler de la jolie "luterne" avec son poil soyeux, sa belle queue duveteuse et son long bec, variante locale du célèbre dahu.
André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Associations : Comité des Jumelage, Association des Parents d'Elèves, Amicale
des Sapeurs Pompiers,Association Patrimoine et Culture

Economie & Développement

Viticulture - vins AOC : 20 domaines viticoles.
Restaurants : Le Chambolle - Le Millesime.
Garage automobile.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées/promenades à travers le vignoble.
www.gevreynuitstourisme.com


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus