Francheville


CRB Service Patrimoine et inventaire


CRB Service Patrimoine et inventaire


CRB Service Patrimoine et inventaire


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Gilles Duthu
Adresse Place de l'Eglise - 21440 Francheville
Tél. 03 80 35 07 78
Email mairiefrancheville21@gmail.com
Site www.mairie-francheville21.fr
Population 280 habitants. Les Franchevillois
Altitude 480 mètres Superficie 3650 ha
Situation géographique Latitude: 47° 27' 19'' Nord - Longitude: 4° 52' 57'' Est.
Communauté de Communes Forêts Seine et Suzon
Canton IS-SUR-TILLE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Francheville est une commune forestière et agricole située à 19 km au Nord-Ouest de Dijon.
Un Hameau: Prairay.

Plus d'infos

www.mairie-francheville21.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint Maurice, XIXè siècle.
Lavoirs et croix de chemin.
Réseau souterrain très vaste réputé dans le monde de la spéléologie.
Forêt communale comportant du grand gibier (cervidés, chevreuil, sangliers).
L'ancien nom des habitants du village: les méjous de cras. Les mangeurs de corbeaux...



CRB Service Patrimoine et inventaire



©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Francheville

FRANCHEVILLE. Canton d'Is-sur-Tille. (Autrefois canton de Saint-Seine-l'Abbaye).

L'homme laissa des traces très anciennes de sa présence sur le territoire de la commune, comme en témoignent les tumuli de la sommière de Nonceuil. Plusieurs tombes en coffre de la période du néolithique moyen au chalcolithique (-3 500 / - 2 800 avant J-C.) ont été dégagées. On les trouve en bordure de la sommière de Nonceuil, entre le point culminant et la barrière nord-est.
Les environs de Francheville livrèrent des vestiges de constructions gallo-romaines. Puis un village carolingien se développa au lieu-dit Charme Neuvelle (Nova Villa), au sud-ouest. Sur cette éminence, un cimetière mérovingien des V-VIe siècles livra plusieurs sarcophages, deux d'entre eux étant entreposés dans le porche de l'église. L'épidémie de lèpre qui troubla la région par la suite entraina sa disparition. Sur l'autre rive du vallon se trouvait peut-être une léproserie comme en témoignerait le puits des lépreux qui se trouve au bord d’un chemin à 1800 m au sud-ouest.
Un nouveau village va s’implanter au nord-est de l'emplacement actuel, là où fut érigée la chapelle Saint-Hyacinthe aux environs des XII-XIIIe siècles. Un prieuré sera édifié au milieu du XVe siècle en contrebas et la population désertera l'entourage de la chapelle pour descendre s’y regrouper, déplaçant une nouvelle fois l'agglomération. Pour attirer les paysans dans les environs de leur abbaye, les moines de Saint-Seine décidèrent de les affranchir de la "main morte" d'où le nom actuel, "franche ville". Les habitations autour de la chapelle disparurent peu à peu et, en 1771, elle sera démolie puis son cimetière transféré.

L’église Saint-Maurice, mal construite en 1842, doit déjà être remaniée vingt ans plus tard. On remarque aujourd'hui le toit pyramidal du chœur à voûtes d'ogive dominant la nef au toit classique à deux pentes. Le curieux clocher porche rectangulaire surmonté par une fine flèche étonne également. Un jardin aromatique borde le côté de l'édifice.
Le presbytère voisin devenu gite de groupe remonte au XIXe siècle.
Le lavoir du bourg édifié au XIXe siècle au bord de la petite mare, fut aménagé en salle d'exposition. La petite construction accolée, ancienne laiterie transformée en cabane pour les cygnes de la mare, est devenue WC public. On raconte que quand un mort passe devant cette mare, on peut s’attendre six semaines après à un autre décès dans le village. Un second lavoir dit des Sept-Grives, précédé d'une belle fontaine avec abreuvoir, se niche en contrebas dans le vallon.
La mairie-école bâtie au XIXe siècle, a gardé une belle allure avec ses corniches décoratives. Juste derrière se trouvait le prieuré. Un bâtiment semble en garder une infime partie. Selon la rumeur, des souterrains reliaient la chapelle Sainte-Hyacinthe au prieuré. Légende ou histoire vraie ? Poursuivi par les villageois alors qu'il venait de dérober les richesses de cette chapelle, un voleur jeta son trésor dans un puits. Bien des curieux ont cherché à le retrouver, mais sans succès. Selon une autre version, un fabuleux trésor existerait quelque part dans des souterrains qui serpentent sous le lieu-dit "La Chapelle". Il fut l'objet de bien des recherches… infructueuses ! Quant à ces fameux souterrains, ce ne sont certainement que des caves du vieux village disparu.
Francheville nous réserve encore quelques maisons couvertes en laves, un four à pain du XVIIIe siècle restauré ces dernières années, un vieux cuvier en pierre et plusieurs croix, les deux plus intéressantes du XIXe siècle en contrebas du presbytère et sur la butte de la Chapelle.

Disparu lui aussi, un moulin à vent en bois tournait au XVIIe siècle à l'ouest du village, au lieu-dit "En Bosserand". Un nouveau moulin à vent, en pierre cette fois, fut édifié au début du XIXe siècle par la famille Glanchard, à la sortie ouest du village. Il n'en reste là encore aucune trace. Le site bucolique de la maison forestière de Nonceuil accueille une petite fontaine abritée. Équipée d'un four à pain, cette maison forestière est devenue une cabane de chasse. Plus haut, la borne ronde de Roche-Aubin, haute d'environ 1 m, souligne le croisement avec la sommière de Nonceuil.

Le chemin du grand Bois garde encore l'empreinte d’un sabot du cheval de saint Maurice, hélas souvent recouverte de terre par le passage. Terminons ce chapitre légendaire avec un personnage pittoresque. La nuit, on pouvait rencontrer un arracheur de bornes malin qui ainsi, modifiait les limites des propriétés. Une nuit, un paysan qui tirait son vin se moqua de lui. Aussitôt, le jet de vin dévia et éteignit la chandelle. Le temps de la rallumer, le moqueur avait déjà perdu beaucoup de vin.

Jusqu'en 1969, la grande fête du Soucy qui accueillait défilés et cavalcades, se terminait en brûlant le "bonhomme hiver". La commune reste en effet réputée pour ses multiples grottes et gouffres : le Trou aux Chiens, le Peuptu de la Sommière de Nonceuil, le gouffre de Nonceuil, le gouffre de la combe Rochotte, le Creux du Soucy, la combe aux Prêtres...
Aucune autre commune de Côte-d'Or n'a sans doute autant été fouillée par les amateurs de spéléologie qui rêvent de rejoindre la rivière souterraine du Soucy. Plus de vingt grottes et gouffres de toutes tailles sont répertoriés. Nous ne parlerons que des plus connus. Le gouffre du Soucy, un des "plus vieux gouffres locaux" pour la pratique de la spéléologie, se trouve facilement en prenant la D 103 en direction de Saussy. La route, après une longue courbe à droite (lavoir), marque un brusque virage à gauche. Là, un chemin qui part à main droite suit le fond du vallon où, 500 m plus loin, on remarque la grille de protection du grand puits de 60 m. On racontait jadis, que si l'on jetait un canard dans le gouffre, il ressortait au Creux Bleu de Villecomte. (Ce qui n'est pas si loin de la vérité !) Au fond, la rivière souterraine apparaît d'un côté par un siphon, pour se perdre après 320 m dans un autre siphon.
Le réseau se prolonge en plongée où il rejoint le gouffre de la Combe aux Prêtres. Une multitude de galeries et puits annexes ont été découverts ces dernières années. En aval du Soucy, grotte d'une quarantaine de mètres. Le gouffre de la Combe aux Prêtres, un des plus grands et un des plus beaux de Côte-d'Or, attire des spéléologues des quatre coins de France et de l'étranger. Puits, galeries, salles se succèdent dans un fantastique réseau agrémenté par la présence de la rivière souterraine et de sa cascade et qui ne cesse de s'agrandir au fil des découvertes et des désobstructions. Plusieurs kilomètres peuvent être visités avec cependant des obstacles techniques demandant une pratique correcte de la discipline. Et de grâce, si vous avez le privilège d'y descendre, ne cassez rien !
Ouvert artificiellement en creusant une doline suspecte, le gouffre de Nonceuil rejoint lui aussi la rivière souterraine du Soucy et de la Combe aux Prêtres. La jonction entre ces trois gouffres fut réalisée par les spéléos Côte-d'Oriens, ce qui constitue un bel exploit sportif et technique. (Voir aussi l'étymologie de Vernot).

Prairay. (Francheville). Au nord du hameau qui n'a gardé qu'une petite croix métallique dressée sur une colonne en pierre, on trouve le lavoir restauré englobant le bac à laver en position debout, un évier et la citerne avec sa pompe.

André Beuchot

CRB Service Patrimoine et inventaire

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Vie Sociale

École élémentaire à classe unique, avec garderie périscolaire et cantine.
Fête du bois organisée tous les deux ans avec de nombreux exposants et un concours de bûcheronnage ouvert à tous.

Economie & Développement

Bar-restaurant-centre d'accueil "La Clairière".
Un artisan plombier.


Notre société et nos territoires connaissent de profondes mutations. Ils font face à des évolutions majeures liées aux changements des habitudes de consommation, aux déplacements, aux nouvelles formes de travail, à la pression environnementale, à l’équilibre entre espaces ruraux et urbains ou à l’impact des technologies numériques.


CCI Côte-d’Or - Saône-et-Loire : votre partenaire 360°du développement territorial


En tant qu’élus, vous considérez sûrement le développement et l’animation de vos territoires comme des priorités de votre mandat. Face à la diversité des enjeux, la CCI Côte-d’Or-Saône-et-Loire s’est donc organisée pour vous apporter son expertise, ses outils et ses réseaux dans vos projets de développement socio-économique et territorial. Notre ambition est de travailler à vos côtés, dans un objectif partagé de développement, en s’appuyant sur nos équipes de terrain, notre réseau de partenaires, notre connaissance fine des territoires et notre relation de proximité avec les entreprises... LIRE+



Que faire ?

Sentiers de randonnée.
Activités équestres.
Spéléologie ; Francheville se caractérise par son réseau souterrain, l’un des plus importants de France et destiné aux spéléologues avertis – Creux du Soucy, gouffre de la Combe aux Prêtres, gouffre de Nonceuil.


Fan de ma Commune

Alain Guillot
03/03/2023
Bonjour M. Beuchot, Merci pour ce bel article sur la commune de Francheville. Je le transfère aux habitants de la commune, dont certains seront sans doute surpris de la richesse et de l'histoire du village. Cordialement, Alain Guillot, ancien maire PS : hélas, et à mon grand regret, l'école de Francheville a fermé ses portes il y a quelques années...

Soumettre un commentaire