Saint-Nicolas-Lès-Cîteaux


Eglise@F.ZITO


©F.ZITO


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Verger conservatoire@f.ZITO

Maire ZITO Florence
Adresse 7 route de Cîteaux - 21700 Saint-Nicolas-Lès-Cîteaux
Tél. 03 80 61 10 25
Email mairie-de-saint-nicolas-les-citeaux@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 16h30-18h15, Jeudi 16h30-18h15
Population 441 habitants. Nicocistelliens et nicocistelliennes
Altitude 220 mètres Superficie 2900 ha
Situation géographique Latitude: 47° 6' 53'' Nord - Longitude: 5° 3' 17'' Est
Communauté de Communes Communauté de Communes de Gevrey Chambertin et de Nuits-Saint-Georges
Canton NUITS-SAINT-GEORGES

Je suis fan de ma commune

Présentation

Situé à 19 km au Nord-Est de Beaune, traversé par la rivière la Vouge, le village de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux abrite la célèbre et splendide Abbaye Cistercienne de Cîteaux.
Le village de Saint Nicolas Lès Cîteaux fut créé lors de la signature d'un contrat entre l'abbaye de Cîteaux et 23 familles venues de Loraine le 31 octobre 1608.

Plus d'infos

www.paysdenuitssaintgeorges.com
www.ot-nuits-st-georges.fr

Tourisme & Patrimoine

L'église du village de Saint-Nicolas fut construite au XIXè siècle.
L'Abbaye de Cîteaux fondée par Robert de Molesme en 1098, berceau de l'ordre Cistercien, maison-mère de l'Ordre, toujours habitée par des moines.
Le canal de la Cent Fons : Le canal de la Cent-Fonts est un ouvrage datant du XIIIe siècle.
Installés dès le XIIème siècle à Cîteaux, les moines cisterciens avaient établi leur monastère à côté de la Vouge afin d’alimenter en eau la communauté importante à cette époque. Mais la Vouge se révèle être une rivière irrégulière et insuffisante.
Pour répondre aux besoins en eau des hommes et du bétail au Monastère de Cîteaux, les moines cisterciens décidèrent donc de dériver le cours de la rivière de la Cent-Fonts à partir du lavoir de Saulon-la-Chapelle. Après avoir acquis l’ensemble des terres nécessaires, c’est finalement en 1212 que les travaux débutent. Vers 1221, l’eau du canal arrive enfin à l’abbaye.
Le canal parcours 11 km de long, avec une pente de 1mm au mètre. La Cent-Fonts a fourni l’eau potable pendant huit siècles à l’Abbaye.
Les travaux engagés en 2013 et 2014 par les Communautés de communes du Sud Dijonnais et du Pays de Nuits-St-Georges permettent de redécouvrir ce patrimoine régional historique dans son milieu naturel et un sentier découverte le longe sur les 11 km. Ballade à pied ou en VTC.

La commune de Saint Nicolas propose plusieurs chambres d'hôtes : l'Orée du Bois, les Cistelles et les 4 saisons.

L'Abbaye de Cîteaux est célèbre pour son fromage, communément appelé fromage de Cîteaux. Ce fromage au lait cru de vache, fruité, au goût de pâturage s'achète directement au magasin de l'abbaye où les moines Cisterciens perpétuent la tradition fromagère de cette région en vendant à des tarifs très avantageux un fromage d'une saveur unique.




©F.ZITO

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD



Un curieux de passage à Saint-Nicolas-Lès-Cîteaux

Un curieux de passage à…SAINT-NICOLAS-LÈS-CÎTEAUX.
Célèbre pour l'abbaye de Cîteaux, le village même fait peu d'efforts pour nous retenir. Il garde néanmoins une mairie-école XIXe et une l'église également du XIXe à la fine flèche d'ardoises octogonale. Il faut en faire le tour pour découvrir le curieux chœur en pierre bordé par une corniche bourguignonne et une fenêtre en forme de croix. Le long des rues à la largeur inhabituelle, On repère quelques vieilles fermes, en briques rouges ou à pans de bois et plusieurs fours à pains. Les auberges étaient plus nombreuses autrefois et, sur le côté de la place centrale, on déchiffre encore l'inscription : …loge à pieds et à cheval… À l'est, un verger conservatoire côtoie une petite mare aménagée agréablement.

En octobre 1608, les moines de Cîteaux installent ici 23 familles de réfugiés lorrains dont le Patron, Saint-Nicolas, donna son nom au village. Sous la Révolution, on abandonna cette appellation pour la remplacer par Unité ! (Peut-être en opposition au dogme de la Trinité ?). Protecteur des enfants, des étudiants et des marins, saint Nicolas est à l'origine du Père Noël. On lui doit de nombreuses légendes. Pour que trois jeunes filles pauvres aient une dot et puissent se marier, il leur lança de l'argent par une fenêtre (ou par la cheminée). Il sauva un bateau pris dans la tempête alors qu'il apportait du blé pour la ville de Myre. Enfin, histoire la plus célèbre : il ressuscita trois enfants tués et découpés en morceaux par un boucher alors qu'ils étaient allés se promener dans les champs.
Mais d'où vient le nom de Cîteaux ? On parle la plupart du temps de cistels, le roseau en langage d'autrefois, innombrables sur ces terres marécageuses. Cependant, une autre version nous propose cistercium, troisième borne de la voie romaine. Il faut noter que l'histoire de Cîteaux contée par Dom Anselme le Bail en 1932 comporte quelques anachronismes. "En 1098… le nom de ce lieu, Cistel, indiquait un marais de hautes herbes… les moines choisissent les bords de la rivière Centfons, en plein marais, construisent des cabanes de claies… c'est, disent-ils, le nouveau monastère". Hors, ce lieu ne s'appela Cistel que plus tard et la Centfons ne fut creusée à cet endroit qu'un siècle après !
En 1098, un groupe de moines arrive de l'abbaye de Molesme, entraînés par Saint Robert et fonde l'abbaye de Cîteaux. Elle fut le point de départ de l’épopée cistercienne encore vivante aujourd’hui dans le monde entier. Cîteaux devint très vite un haut lieu et, dans la grande église achevée en 1193, seront inhumés les ducs de Bourgogne. Au début du XIIIe Cîteaux est à la tête d'un Ordre qui compte environ 500 maisons. Mais durant la guerre de Cent Ans, le monastère est pillé et les moines doivent se réfugier à Dijon. La même chose se reproduira en 1365, 1434, 1438 et 1636. Bien qu'abbé élu de Cîteaux pendant sept années, Richelieu ne fit rien pour relever l'abbaye de ses ruines après ce dernier pillage. En 1791, après la Révolution, l'abbaye est vendue. Elle est démantelée pour servir de carrière de pierres. Les derniers bâtiments se transforment en château, puis en sucrerie, en phalanstère et, enfin, en colonie pénitentiaire pour enfants. Il faudra attendre 1898 pour que les moines retrouvent le chemin de l'abbaye.
On découvre aujourd'hui des bâtiments datant de différentes époques, avec l’ancienne bibliothèque du XVe et le définitoire du XVIIe. Le bâtiment principal remonte au XVIIIe Une nouvelle église sobre et moderne avec clocher mur fut édifiée en 1997. L’ensemble est occupé par une trentaine de moines. Toute la région est, quant à elle, marquée par l’histoire de l’abbaye : Clos Vougeot, château de Gilly, canal de La Centfons… etc. Large de deux à huit mètres, ce dernier s'étire sur dix kilomètres avec une profondeur moyenne de 1,5 m. Il est créé entre 1210-1220 pour résoudre l'alimentation en eau du monastère après son agrandissement. On en profite pour creuser plusieurs étangs dans le vallon du Coindon et installer des moulins à Saulon-la-Chapelle, la Forgeotte et Cîteaux. Mais face à l'envasement du canal, l'abbaye le céda en 2012 à la communauté de communes du Sud Dijonnais.
Deux kilomètres au nord de l'abbaye, on trouve l'ancien château de la Forgeotte. Avant d'accueillir ce château, le site aurait été celui de la première installation des moines de Saint-Bernard venus fonder la nouvelle abbaye de Cîteaux.

À l'est, la ferme de Saule qui existait peut-être déjà l’époque gallo-romaine, reste la plus ancienne grange domaniale de l’Abbaye de Cîteaux. Appelée aussi Grange Étienne Harding, elle était spécialisée dans l’élevage et comportait un bâtiment pour loger les convers. À la Révolution, les granges de l’abbaye détruite ont été vendues à des agriculteurs. La Saule ne reviendra aux Cisterciens que dans les années 2000. D'autres fermes entourent Saint-Nicolas-lès-Cîteaux. La ferme Neuve (ou fermes Neuves, ou grange Neuve), celle de la Loge un peu plus au nord, qui a gardé une tour ronde, ou encore au nord-est, la ferme de La Borde occupée autrefois par une tuilerie.

La légende veut que la fondue bourguignonne, la "vraie", au fromage (!) soit née à Cîteaux. La fondue à la viande étant pour sa part... Suisse. Pour certains, la recette ne serait pas très ancienne. Elle ne daterait que de l'après-guerre et viendrait tout simplement d'un cuisinier du canton de Vaud en Suisse, qui aurait trouvé le juste équilibre. Mais selon une vieille légende, ce qui nous convient mieux, cette invention nous arriverait d'un petit village Suisse lui aussi, dénommé "la Percée en Bourgogne". Voilà qui peut déjà expliquer son nom. Dans ce petit village des environs de Neufchâtel, les bûcherons avaient l'habitude quand ils se retrouvaient autrefois, de faire chauffer une bonne marmite d'huile. Ils trempaient ensuite des morceaux de bœuf bien tendres qu'ils laissaient dorer à point. Au fil des échanges entre les deux pays, les voyageurs auraient rapporté la recette en Bourgogne. Fière de ses bœufs Charolais, la région ne tarda pas à se l'approprier. Cependant, si la Bourgogne a perdu sa spécialité, que l'on se rassure, elle trouvera sa revanche :
- Ce jour-là, le monastère de Cîteaux est en effervescence. La cloche sonne l'alerte, l'alerte au feu. De la fumée s'échappe de la réserve du monastère. Un groupe de moines se précipite. Des flammes courent le long d'une étagère en bois sur laquelle s'alignent de savoureux fromages, une des spécialités des lieux. Sur le sol, une lampe brisée semble responsable de l'accident. Les moines font le tour de la réserve du regard, à la recherche de quelque chose permettant d'éteindre ce début d'incendie. Seules, quelques pièces de vin s'alignent le long du mur opposé, surmontées d'un rayon où s'alignent des brocs en terre. Le feu gagne. Il ne faut pas perdre de temps, sinon, la production sera perdue. L'hésitation ne dure guère, d'autant que la fumée rend la visibilité de plus en plus mauvaise. Un tonneau est promptement mis en perce, et pendant qu'un des moines asperge les flammes, un second remplit les brocs et un troisième se précipite avec d'autres récipients pour récupérer le fromage fondu qui commence à couler lentement. Heureusement, après une brève lutte, l'incendie est circonscrit. La fumée s'évacue par les soupiraux grands ouverts. Les dégâts sont limités. Quelques magnifiques fromages finissent de s'écouler dans les cruches, se mêlant au vin blanc qui dégouline des étagères. Pas question de gaspiller cependant. On ne sait pas ce qu'on va faire de ce mélange, mais qu'importe, l'équipe de cuisine se débrouillera. Qui le premier décida d'étaler la mixture sur du pain ? Qui le premier trempa une tranche dans le broc ? L'histoire ne le dit pas. Mais toujours est-il que contre toute attente, le mélange s'avéra succulent. Bien vite, la récupération se transforma en régalade. À tel point que les religieux enthousiasmés par cette découverte, s'organisèrent dans les jours qui suivirent pour reproduire, dans un caquelon bien préparé et à l'abri de tout incendie évidemment, cette délicieuse recette. La fondue au fromage venait de naître. Les "drapés" la transportèrent avec eux d'un bout à l'autre de la France, en passant par la Savoie. Faute de fromage de Cîteaux, il fallut l'adapter avec les productions locales. Et cette fois, c'est la Savoie qui nous ravit l'appellation. Alors si vous étiez triste d'apprendre que la fondue bourguignonne était Suisse, réjouissez-vous en apprenant que la fondue Savoyarde est… bourguignonne !
Voir aussi : La Forgeotte.

La Forgeotte. (Saint-Nicolas-lès-Cîteaux). Le site serait celui de la première implantation des moines de saint Bernard venus fonder la nouvelle abbaye de Cîteaux. Robert de Molesmes s'installa ici en 1098 et le premier puits creusé a été conservé.
Le château actuel avec ses fines tours hexagonales sera édifié au XIXe, en mêlant brique et pierre. Il se cache derrière les communs aux charpentes décoratives débordantes Belle Époque, qui supportent une horloge et un campanile. Une orangerie et un moulin à eau complètent l'ensemble.
André Beuchot


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Verger conservatoire@f.ZITO

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

La commune organise un vide grenier lors de sa Fête patronale le 3ème week end de mai,
Fête du 14 juillet
Fête de la Saint-Nicolas le 6 décembre et réalisation d'une crèche d'automate grandeur nature.

Economie & Développement

La commune de Saint Nicolas accueille un grand nombre d'entreprises : la scierie Forey, les transports Tesseydou et le Garage (gros engins) Tesseydou, la SARL Leclanche (matériel agricole, réparation, vente et magasin), l'entreprise UTB (Union Technique du Bâtiment), la tonnellerie Montgillard, le haras de Cîteaux au hameau de la Forgeotte et plusieurs artisans, Platrerie Peinture Luis VICTOR, chauffage et plomberie EIRL Tony FRAGALE, travaux espaces verts et entretiens voiries Romain GAILLARD, réapprentissage en écriture Christine JOBLON et la pension petits animaux de Muriel PENNING à la ferme de la Borde.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?


Visitez l'Abbaye de Cîteaux :
03 80 61 11 53, 03 80 61 32 58.
visites@citeaux-abbaye.com
http://www.citeaux-abbaye.com
La ballade du sentier de la Cent-Fonts


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus