Saint-Seine L'Abbaye


CRB Service Patrimoine et inventaire


CRB Service Patrimoine et inventaire


CRB Service Patrimoine et inventaire


© André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Fabien Cordier
Adresse 1 Place de l'église - 21440 Saint-Seine L'Abbaye
Tél. 03 80 35 01 64 Fax 03 80 35 09 21
Email mairie.stseinelabbaye@yahoo.fr
Population 407 habitants. Les Saint-Seinois et Saint-Seinoises
Altitude 451 mètres Superficie 368 ha
Situation géographique 20 km au nord de Dijon - Latitude: 47° 26' 27'' Nord - Longitude: 4° 47' 21'' Est
Communauté de Communes Forêts Seine et Suzon
Canton FONTAINE-LES-DIJON

Je suis fan de ma commune

Présentation

Située à 20 km de Dijon, Saint-Seine l'Abbaye est une localité de caractère artistique et pittoresque, classée ville d'art en 1949.

Plus d'infos

Marché le jeudi matin - www.cc-forets-seine-suzon.fr

Tourisme & Patrimoine

Son abbatiale du XIIIè siècle est la plus ancienne de style gothique Bourguignon. Des circuits pédestres démarrent du village et de nombreuses randonnées en VTT sont proposées. Traversé par une rivière on peut y pratiquer la pêche et son important massif forestier est propice à la chasse.

CRB Service Patrimoine et inventaire

CRB Service Patrimoine et inventaire

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Saint-Seine L'Abbaye

SAINT-SEINE-L'ABBAYE. CHEF LIEU DE CANTON.
Au VIe siècle, Sigo, fils du Comte de Mesmont, moine à Moutiers-Saint-Jean, s'installa dans la forêt de Cestres pour fonder un monastère. Les années s'écoulant, le nom Sigo mua en Soigne, puis Seigne et fut ensuite assimilé à Seine, latinisé en Sequanus et l'abbaye migra au fond de la vallée. Elle dura 1 200 ans. Longtemps riche et puissante, elle posséda des vignes autour de Beaune et de Chalon-sur-Saône. C'est lors de sa canonisation que Sigo deviendra saint Seine.
Les traditions populaires proposent une autre version. On raconte que pour évangéliser les Burgondes, Dieu envoya un certain Seine dans ces contrées. Il s'arrêta dans ce vallon où il édifia une première cabane de planche, avant d'être imité par d'autres chrétiens, donnant naissance à l'abbaye de Saint-Seine.
Troisième version : saint Seine se promenant dans les bois fut attaqué par des brigands. Voyant sa dernière heure arrivée, il s'agenouilla à leurs pieds et demanda l'aide de Dieu. Aussitôt, les brigands se convertirent. En remerciement, saint Seine édifia à cet emplacement le premier monastère.

Aujourd'hui, bien installé au fond de son vallon, Saint-Seine-l'Abbaye nous propose de visiter sa très intéressante église abbatiale remontant au XIIIe siècle, complétée aux XIV-XVe siècles. Elle remplaça l'église Saint-Gilles qui s'élevait depuis le XIIe siècle à l'emplacement de l'actuelle place de la Halle. Nous pouvons admirer à l'intérieur de nombreuses statues, un jubé du XVe siècle, d'imposantes fresques peintes au XVIe siècle, un retable du XVIIe siècle, des boiseries et stalles du XVIIIe siècle et un décor végétal où l'escargot de Bourgogne est bien présent… Devant le parvis de l'église, l'eau de la fontaine Samaritaine (ou Saint-Marc) datée du XVIIIe siècle est réputée miraculeuse. On y découvre un bas-relief en fonte de Jésus et la Samaritaine.
L'abbaye fut d'abord appelée Sainte-Marie de Cestres. Ravagée au début du VIIe siècle par les Sarrazins, puis par les Normands et les Hongrois au IXe siècle, elle fut relevée en 981. Elle connait son apogée au début du XIIIe siècle, mais en 1255, elle est fortement endommagée par un incendie. La porte aux Lions bâtie au XIVe siècle est le seul vestige de ses fortifications. L'ancien palais abbatial reconstruit au XVIIIe siècle, fut converti en établissement hydrothérapique en 1840 en conservant le cloitre. À l’époque, il est cité comme le plus remarquable de France par l'abondance et la fraîcheur de ses eaux. Les appareils étaient nombreux et de grandes dimensions. Le docteur Guettet, son créateur, avait embelli la résidence avec un gymnase, un billard, la fourniture de journaux et un parc à l'anglaise possédant grotte de rocaille, fontaines, nymphée… On pouvait traiter 200 malades, mais seulement 45 pouvaient y rester comme internes. En 1879, la reine de Hollande et son fils, le prince Alexandre, y firent une cure.

Au fil des rues de la cité qui, sous la Révolution, deviendra Seine-en-Montagne, on croisera l'hôtel de la Poste, ancienne dépendance de l’abbaye aménagée en relais de poste et de diligences, un four à pain et de belles boutiques du XIXe siècle hélas trop souvent vides et à l'abandon. Plusieurs jolies fontaines parsèment le bourg et au nord de la cité, juste avant la montée, une d'entre elles, dotée également d'un bac à laver, est adossée au mur de l'ancien "Bureau de l'Enregistrement". De son côté, la Grande Fontaine se déverse dans le lavoir surnommé autrefois "Temple du Silence" ! En période de sécheresse, des processions se rendaient à la fontaine de Douix et aspergeaient abondamment le curé.
Arrivant de l'ouest, l'Ougne alimente une petite mare, qui dans le passé profitait à un lavoir disparu, près de l'ancienne gare du tacot. Le 15 décembre 1926, le train quittant la station n'arriva pas à remonter la pente, glissa en marche arrière et dérailla dans la gare faisant un mort et cinq blessés.
La rivière se glisse ensuite sous les maisons puis ressort derrière une haute demeure de la rue Basse identifiable à un beau portail et un bas-relief du XIIe siècle encastré dans la façade représentant une sirène sculptée au XIIe siècle et provenant peut-être de l'ancienne église Saint-Gilles. Cette maison accueille également une niche abritant une Vierge à l'Enfant et mérite d'être aperçue depuis les rues arrière d'où l'on repèrera un pigeonnier carré. L'Ougne réapparait plus loin, peu avant la rue des Confréries qui mérite d'être remontée pour observer une bâtisse en pierre gothique aux ouvertures curieusement obstruées. Enjambée par une multitude de passerelles, la modeste rivière part ensuite dans les prés en croisant un pigeonnier rond pour rejoindre un vieux moulin.

La mairie du XIXe siècle au curieux balcon et dotée d'un cadran solaire accueillait naguère les archives et la Justice de paix. Le bâtiment perpendiculaire situé derrière, construit en 1770, aurait selon certains avis, abrité les prisons, la conciergerie et l'hôtellerie de l'abbaye. Juste derrière se dresse l'ancienne halle devenue salle des sports. Presque en face, la Porte aux Lyons avec sa tour demi-ronde offre un passage sous une maison. En remontant la rue, on découvre le beau bâtiment d'école.
En avançant pas à pas, vous dénicherez des couvercles de sarcophages gallo-romains, des bas-reliefs, une borne armoriée, des niches abritant leur Vierge, une statue de Saint-Seine du sculpteur Éric de Laclos près de la maison paroissiale, des linteaux de porte et fenêtre à accolade, une porte du XVIIe siècle à bossage, une autre à décor de redents, sans oublier plusieurs croix dont celle en fer du cimetière du XVIIIe siècle, dressée au sommet d'une colonne en pierre.

Saint-Seine-L'Abbaye fut aussi le pays de la confiture d'épine-vinette au début du XXe siècle. L'almanach des gourmands de 1911 précise que la confiture d'épine-vinette dijonnaise, abandonnée à la fin du XIXe siècle, est devenue une spécialité de Saint-Seine préparée par le pâtissier Julien Rémond. Produit de luxe, elle est vendue 5 F le kilo en 1902, époque où une dactylographe gagne 80 F par mois. Conditionnée dans des pots en faïence décorée, très recherchés de nos jours, elle part aux quatre coins de l'Europe. En 1904, lors de l'inauguration de la ligne de chemin de fer Dijon/Saint-Seine, on lit dans la brochure distribuée aux autorités que la confiture et le sirop d'épine-vinette font la gloire de Saint-Seine. Les fruits sont épépinés par des femmes de Chanceaux et de Saint-Seine. La fabrication s'arrêtera avant la guerre de 1914-1918 et ne reprendra pas.
Député de la Gironde en 1815, Georges-Joseph Dufour naquit à Saint-Seine-l'Abbaye en 1758.
André Beuchot

© André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Vie Sociale

Enfance : pôle scolaire primaire, maison d'enfants.
Social : maison de retraite, ADMR Saint-Seine (Aide à domicile).
Associations : Centre Côte d'Or Football.
UNUCR21 - Recherche du Grand Gibier Blessé (Association de chasse).
De Plaine en Forêts (Association de chasse).
Judo (Sport).
Club de gymnastique de Saint-Seine-l'Abbaye (Sport).

Economie & Développement

Camping.
Alimentation générale.
Fleuriste.
Magasin de bricolage.
Librairie-papeterie.
Garage.
Maçonnerie.
Electricien.
Menuisier.
Boulangerie.
Taxi et ambulance.
Horticulteur.


Notre société et nos territoires connaissent de profondes mutations. Ils font face à des évolutions majeures liées aux changements des habitudes de consommation, aux déplacements, aux nouvelles formes de travail, à la pression environnementale, à l’équilibre entre espaces ruraux et urbains ou à l’impact des technologies numériques.


CCI Côte-d’Or - Saône-et-Loire : votre partenaire 360°du développement territorial


En tant qu’élus, vous considérez sûrement le développement et l’animation de vos territoires comme des priorités de votre mandat. Face à la diversité des enjeux, la CCI Côte-d’Or-Saône-et-Loire s’est donc organisée pour vous apporter son expertise, ses outils et ses réseaux dans vos projets de développement socio-économique et territorial. Notre ambition est de travailler à vos côtés, dans un objectif partagé de développement, en s’appuyant sur nos équipes de terrain, notre réseau de partenaires, notre connaissance fine des territoires et notre relation de proximité avec les entreprises... LIRE+



Que faire ?

Promenades/randonnées. Pêche et chasse.
2 courts de tennis.
Un terrain de foot.
Une salle de sports.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire