Semur-en-Auxois


Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © R GUiTON


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme©A. Guillaume

Maire SADON Catherine
Adresse 7 bis place François Mitterrand - 21140 Semur-en-Auxois
Tél. 03 80 97 01 11 Fax 03 80 97 06 26
Email communication@ville-semur-en-auxois.fr
Site www.ville-semur-en-auxois.fr
Horaires d'ouverture Du lundi au vendredi de 9h à 12h et 13h30-17h30 - Samedi de 9h à 12h
Population 4658 habitants. Les Semurois
Altitude 237 mètres Superficie 1913 ha
Situation géographique Latitude: 47° 29' 27'' Nord - Longitude: 4° 19' 58'' Est
Communauté de Communes CC des Terres d'Auxois
Canton SEMUR-EN-AUXOIS

Je suis fan de ma commune

Présentation

Accrochée sur son éperon de granit rose, la cité médiévale de Semur-en-Auxois se dresse fièrement et accueille avec plaisir les visiteurs. Venez découvrir une ville qui s'enorgueillit de ne pas être comme les autres. Tant son histoire que sa géographie témoignent d'une poésie et d'un caractère peu communs.

Plus d'infos

Se loger à Semur-en-Auxois :
Listes des offres locatives privées sur Semur et environs :
Office Public d'HLM (OPH 21)
Logements pour étudiants
Résidence sociale
www.ville-semur-en-auxois.fr/Se-loger-a-Semur-en-Auxois_a46.html

Tourisme & Patrimoine

Village Fleuri

Cité médiévale dont la légende ferait remonter la fondation à Hercule revenant des Pyrénées !
La première trace évoquant Semur remonte à l'an 606 !
Au XIIIè siècle, c'est l'essor de la ville qui deviendra capitale des Ducs de Bourgogne : ils feront renforcer les fortifications et ériger remparts et tours. Aujourd'hui, vous pouvez encore visiter la Tour de l'Orle d'Or et vous promener dans les rues et ruelles pavées, au milieu des pittoresques maisons à colombages.
Collégiale Notre-Dame, XIIIè siècle.
info@tourisme-semur.fr -
http://www.tourisme-semur.fr

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Côte-d'Or Tourisme©A. Guillaume


Un curieux de passage à Semur-en-Auxois


Un curieux de passage à… SEMUR-EN-AUXOIS.

Il faudrait un livre entier pour décrire en détail cette belle ville, fondée en 1328 avant notre ère ou… selon... les légendes, par Hercule ! Installé dans une boucle de l'Armançon, le bourg a été rendu célèbre par la multitude de photographies publiées. Accroché au coteau, encore protégé par de puissantes murailles, il se mire dans les eaux rapides mais peu profondes de la rivière, enjambé par un pont audacieux, le pont Joly réalisé au XVIIIe. Près d'un autre pont, le pont des Minimes, se trouvait la Maison-Dieu, annexe de l’hôpital de Semur où l’on soignait les malades contagieux. Une petite Vierge veille toujours sur le bâtiment joliment restauré. Sur l'autre rive, on découvre le couvent XVIIe des Minimes. Derrière la belle façade se cachent les vestiges du cloître et de la chapelle Saint-Jacques. Deux sources se dissimulent dans des niches le long du chemin qui grimpe par derrière. Deux autres ouvrages intéressants enjambent l'Armançon, le pont Pinard et le viaduc de la voie ferrée.

Les vieilles portes Sauvigny et Guillier du XIVe, sans oublier la poterne, permettent de pénétrer dans le bourg protégé par des fortifications XIV et XVe. Les tours étaient autrefois reliées par des courtines. On découvre la tour de la Prison contournée par un escalier qui rejoint la rivière. La tour Margot, adossée au théâtre, servit de grenier à sel. Seconde tour servant de grenier à sel, la tour de la Géhenne ou Pordeau cachait la salle de tortures. La quatrième tour, lézardée depuis 1602 lorsque le roi Henri IV fit démanteler les fortifications, est un des derniers vestiges du donjon démonté au XVIIe. Autrefois appelée tour Lourdeaul, elle porte aussi le nom de tour de l'Orle d'Or. Ce curieux patronyme proviendrait des créneaux dit "ourlets d'or". On dit aussi qu'un cercle en métal doré l'entourait jadis. Sa hauteur atteint 44 m, ses murs l'épaisseur moyenne de 2 m. Depuis 1904, la Tour de l'Orle d'Or est le siège de la Société des Sciences de Semur-en-Auxois qui œuvra entre autres, sur le site d'Alésia. À l'intérieur, les étages accueillent une bibliothèque et un petit musée possédant bien des richesses, dont un appareil étonnant. Une parabole en cuivre au centre de laquelle se dresse un cylindre peint en noir, le premier four solaire, invention d'un Bourguignon, Augustin Mouchot, né le 7 avril 1825 à Semur-en-Auxois. Professeur de mathématique il s'intéresse à l'énergie solaire dès 1860. Sa première "chaudière solaire" comprenait un panneau réflecteur recouvert d'argent et une marmite placée dans un pot de verre. Grace à une subvention du Conseil Général, il construit en 1873 un four solaire d'une surface de 4 m² qu'il présenta à l'Académie des Sciences en octobre 1875. Puis c'est une subvention du Conseil général d'Alger qui lui permettra de réaliser en 1877, sur le même principe un appareil beaucoup plus puissant d'une surface de 20 m². Suite à cette réalisation innovante, il reçoit une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1878. La machine exposée atteignait la puissance d'un demi-cheval.

Les rues pittoresques guident le visiteur qui s'attarde devant les nombreuses maisons à pans de bois et les presque aussi nombreux hôtels particuliers : hôtel XVIIIe avec orangerie, hôtel de Chassey auquel on accède par un portail dominé par un décor en fer forgé, corniche bourguignonne ici, colonnes doriques engagées là-bas… Édifié en 1602, le logis du Roy abrita le bailliage de l'Auxois puis, après la Révolution, le tribunal de première instance, et enfin jusqu'au milieu du XXe, la justice de paix. Il faut absolument visiter la superbe collégiale Notre-Dame des XIII-XIVe. Joyau du gothique flamboyant bourguignon, elle fut restaurée au XIXe, mais bien des statues ont hélas été détruites. Le porche remonte au XVe. À l'intérieur, on admire les chapelles Renaissance, les chapiteaux colorés, une rare tour eucharistique et une mise au tombeau polychrome XVe, un très bel orgue XVIIIe, des peintures murales XIVe…etc.
À voir également, l'ancien hôpital, composé de plusieurs corps de bâtiments. La partie la plus ancienne a été la résidence du gouverneur de Semur-en-Auxois, Florent-Claude du Châtelet. Son épouse, la mathématicienne et physicienne, Émilie du Châtelet (Émilie de Breteuil), était également la maîtresse de Voltaire. En 1734, les administrateurs de l'hôpital Saint-Jacques rachetèrent l'hôtel du gouverneur. Il fut agrandi en 1744-1749 par l'adjonction d'un long corps de bâtiment en retour d'équerre. Pour employer les enfants hébergés par l'hôpital, une filature de coton fut implantée en 1766. Lors de la Révolution, le clocher de la chapelle consacrée en 1749, fut détruit. Les événements passés, un campanile en fer forgé prit sa place en 1822, tandis que quelques années auparavant, la filature cessait son activité en 1807. Puis les agrandissements se poursuivirent en 1827, en 1843 et jusqu'à la fin du XXe.

Près de là, détruit par un incendie en 1901, le théâtre à l’italienne inauguré en 1847, fut reconstruit à l'identique trois ans plus tard. Tout à côté, l'école de filles remonte à la fin du XIXe. Plusieurs cadrans solaires, statues et balcons en fer forgés seront découverts et on pourra faire ses courses dans les vieilles boutiques pleines de charme. Une belle occasion de découvrir ainsi d'anciennes activités : le bâtiment de l'ancienne imprimerie Bordot orné de pampres et raisins en bas-reliefs, la maison de la librairie de la Poste, le pub le Lion et ses félins décoratifs, l'hôtel de la Côte-d'Or, ancien relais de diligence, le Crédit Lyonnais édifiée en 1924-25…etc. Construits vers 1920 à l'initiative de la Caisse d'Épargne voisine, les bains-douches furent implantés dans un bâtiment style Belle-Époque inspiré par l'Art Nouveau. On remarque évidemment les jardins en terrasse et plusieurs lavoirs, dont une reproduction sommaire d'un bateau-lavoir. L'original fut commandé en 1906 à titre expérimental, le projet prévoyant d'en acheter d'autres. Installé au quai du Saussis, il pouvait accueillir 20 lavandières et possédait ses latrines. La construction fut assurée par les établissements Faure de Chalon-sur-Saône. Le bateau-lavoir rejoignit Semur en empruntant le canal. La gare, elle, fut bâtie au sud-est entre 1873-1876, pour la ligne de chemin de fer Avallon-Les Laumes inaugurée le 1er juin 1876. Installée le long de l'Armançon, la vieille tuilerie a gardé séchoir et cheminée. Mais une visite détaillée s'impose pour se régaler des richesses de la cité.

Quatre moulins s'activaient autrefois sur l'Armançon pendant son contournement de la ville. Au nord, le moulin Saint-Jean est réputé pour ses jardins. Selon les archives locales, son origine remonte au VIIe. Propriété du prieuré Saint-Jean de Semur à présent disparu, il s'appela au début du XVIe, "Moulin aux Chanoines". Une centaine d'années plus tard, il passe aux mains de Visitandines puis dans celles des Génovéfains, dont le nom vient de Geneviève. Après la Révolution, le moulin fut vendu comme bien national en 1791 et devint finalement une scierie. Henri Camp y travailla comme menuisier ébéniste. Chef du maquis Henri de Bourgogne en 1941-1944, il fut tué au combat à Lantilly. En 1989, le moulin fut racheté une dernière fois. Les nouveaux propriétaires le restaurèrent et y ajoutèrent un magnifique jardin d'ornement mêlant aménagement à l'anglaise et à la française, profitant de la rivière et de son glacis formant une belle cascade dominée par une terrasse. Au sud, en remontant le cours d'eau, on trouve le moulin de la Laume, un des plus anciens de la région, qui fut une scierie et, plus loin en amont, le barrage de l'ancienne usine hydro-électrique de Semur ou barrage du Foulon, du nom d'un ancien moulin. Ce foulon pour le dégraissage et le traitement des laines, fut implanté par autorisation des ducs de Bourgogne en 1461. En 1890-1891, EDF installe sur l'emplacement une usine hydro-électrique qui fonctionna de manière continue de 1891 à 1964. Située en rive droite contre les vannes, l'usine a été démantelée mais on voit encore le début de la conduite forcée. Encore plus loin, voici le domaine de Saumaise qui comprend un moulin dominé par un petit château en L, doté d'importants communs et d'un colombier rond. Le pilier central du pont à deux arches qui enjambe l'Armançon semble doté de deux échappatoires en demi-cercle. Dans le même secteur, le château de Montille fut édifié au XIXe en conservant une tour ronde plus ancienne transformée en chapelle. La mare pourrait provenir des fossés d'un château plus ancien. Les murs des jardins à la française reçoivent un pigeonnier carré. Au nord, le domaine du haras de Vulsain a préservé un joli colombier rond XVIIIe.

La course de la bague est une animation célèbre. Son origine remonte au XIIe. De retour de Terre Sainte, Gérard-le-Riche rapporte caché dans sa bouche, l’anneau nuptial de la Vierge. Arrivé aux portes de Semur, les cloches de Notre-Dame se mirent à sonner à toute volée comme pour l’accueillir. Mais il n'y prêta pas attention et se rendit à l’église Saint-Jean déposer la sainte relique sur l’autel. Mais aussitôt, l’anneau regagne sa bouche. Il devina alors que la Vierge souhaitait qu'il soit conservé dans l’église Notre-Dame. Il s'empressa de lui confier et depuis ce jour a lieu la course à la bague. Elle se courait autrefois à pied. Ce n'est qu'en 1651 qu'on décida de la faire à cheval. Bien sûr, la récompense pour le premier est une bague en or aux armes de la ville. Certains racontent que le curé hésitait à reconnaître l'authenticité de l'anneau qui sauta alors lui-même sur l’autel, prouvant ainsi son origine divine.
Selon la tradition, sur la montagne de Vulsin, s'élevait un temple gardant la représentation de la Toison d'Or. Autrefois à Semur-en-Auxois, le 1er jour de l'Avent, le Gally Bogne ou Gally borgne, prenait son violon à la nuit et sortait accompagné d'un gamin portant une lanterne. Tranquillement, ils partaient ensemble de par les rues. Arrivés sous une niche où un saint somnolait paisiblement, il calait son instrument contre son épaule et commençait à jouer. Il jouait et chantait le temps de deux ou trois couplets, le temps qu'une bonne âme ouvre sa porte et lui offre un petit coup de vin ou de marc. Puis il repartait dans la nuit froide de décembre jusqu'à la niche suivante. Il s'arrêtait à nouveau, chantait un ou deux autres couplets de Noël, toujours en s'accompagnant de son violon. « Bonsoir la compagnie », criait le gamin en balançant sa lanterne. Les vignerons de Semur-en-Auxois se réjouissaient. La tradition était respectée. Quel privilège d'ouvrir sa porte au Gally Bogne, de lui offrir un petit rince gosier ! Hélas, il semble bien que 1886 soit la dernière année où il parcourut les rues de Semur. Aujourd'hui, plus personne ne chante ou ne reprend les couplets de Noël. Terminons avec une tradition de veille du jour de l'an des environs de Semur-en-Auxois. L'aïeul du village faisait souhaiter par ses petits-enfants, la bonne année aux arbres du verger. Équipés d'une petite mèche de paille allumée, ils frappaient au pied de chaque arbre en lui disant : bonne année poires, bonnes années pommes, bonnes années prunes…

Semur-en-Auxois est la ville natale de trois savants, Joseph-François Champeaux 1775-1845 découvreur de l'autunite, Augustin Mouchot 1823-1912, père de l'énergie solaire, Edmée Régnier inventeur du dynamomètre 1751-1825 et de l'érudit et écrivain Claude Saumaise 1588-1653. Gabrielle Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet, déjà évoquée, est l'auteur de la traduction française des "Principia Mathematica" de Newton. Le musée municipal s'ajoute à celui de la Société des Sciences évoqué plus haut. Enfin, les amateurs d'escalade pourront se retrouver au Rocher du Charrat, au nord de la ville.

André Beuchot



Côte-d'Or Tourisme © R GUiTON

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Le tissu du monde associatif local est riche et renforcé par l'engagement des nombreux bénévoles qui œuvrent dans les clubs sportifs ou les associations diverses.
L'espace socio-culturel et la Maison pour Tous sont les deux moteurs de la vie associative locale et proposent de nombreuses activités.
Collège Saint-Joseph ; 7-11 rue Jean-Jacques Collenot.
03 80 97 05 82.
Collège Christiane Perceret ; 8, rue du lycée.
03 80 97 44 81.

Economie & Développement

Commerces et artisanat s'épanouissent au sein de la collectivité.

ZAE DE SEMUR EN AUXOIS - (44 193 m² divisibles)
La zône industrielle accueille de nombreuses sociétés et entreprises dont plusieurs sont leaders sur leur marché.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées à pied ; de nombreux sentiers.
A Vélo sur la véloroute.
Escalade : le Rocher du Charrat (www.tourisme-semur.fr).
Centre de formation ULM -
Aérodrome de Semur-en-Auxois -
03 80 97 11 29 - raymond.bertru@worldonline.fr -
Musée municipal de Semur-en-Auxois :
Rue Jean-Jacques-Collenot.
Eco-musée agricole Ferme des Alouettes.
Route de Lantilly - 03 80 97 26 13.

Chaque année, fin mai-début juin : Fêtes médiévales à Semur.
Dans les rues ; théâtre, musique et danses, chevalerie, jeux, marché d'artisans, tavernes, reconstitution des métiers, défilé costumé, concert à l'église Notre-Dame.
Courses séculaires en costumes sur le cours Général de Gaulle :
- 31 mai : courses de la Bague (à cheval).
- fin mai ou début juin : course des Chausses (course à pied) et course à la Timbale (trot attelé).
Renseignement : Centre historique et médiéval :
03 80 97 42 62, 03 80 97 05 96.
communication@ville-semur-en-auxois.fr -
http://www.ville-semur-en-auxois.fr



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus