Tart


© Gérard Maës


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Daniel BAUCHET
Adresse Place de la Mairie - 21110 Tart
Tél. 03 80 31 26 18 Fax 03 80 31 38 57
Email mairie-tart-le-haut@wanadoo.fr
Site wwww.mairie-tart-le-haut.fr
Horaires d'ouverture Mardi 14h-18h, Jeudi 9h-11h30, Vendredi 16h-18h, Samedi 9h-11h
Population 1585 habitants. Les habitants de Tart-l'abbaye s'appelaient Les Tartabassiens
Altitude 193 mètres Superficie 13.68 ha
Situation géographique Latitude: 47° 12' 16'' Nord - Longitude: 5° 12' 22'' Est
Communauté de Communes Plaine Dijonnaise
Canton GENLIS

Je suis fan de ma commune

Présentation

Née le 1er janvier de la fusion de Tart-le-Haut et de Tart-l’Abbaye, la nouvelle commune d'environ 1600 habitants est située à une quinzaine de kilomètres de Dijon.
Les rivières la Biètre et l'Ouche traversent le village.

Plus d'infos

Chaque année en août à Tart-le-Haut, 80 artisans d'art venus de toute la France exposent leurs créations dans les rues du village.
03 80 30 88 96, 06 82 00 54 03 - didier.goudot@orange.fr

wwww.mairie-tart-le-haut.fr





:

Tourisme & Patrimoine

Très belle église.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Un curieux de passage à Tart

Un curieux de passage à… TART. Canton de Genlis.
Commune née le 1er janvier 2019 de la fusion de Tart-l'Abbaye et Tart-le-Haut.

Tart-l'Abbaye. (Tart).
Le village qui se nomma un temps Tart-les-Nonnes, possède une mairie école XIXe aux fenêtres en plein cintre. Une petite cloche s'accroche à l'angle du bâtiment. Presque en face, une belle demeure en briques XVIIIe attire les regards. En contrebas se trouve une petite maison à pans de bois et un ancien moulin à eau avec cadran solaire. Il changea certainement plusieurs fois de fonction, moulin à grain, battoir, fromagerie et enfin, usine électrique alimentant l'exploitation agricole voisine dès 1896. Il profite d'un barrage sur l’Ouche construit initialement par les moniales de Tart mais sans doute déplacé depuis, les contreforts remontant au XVIe.
L'abbaye, qui se trouvait entre la demeure en briques et le bief du moulin, fut créée par quelques religieuses conduites par Élisabeth de Vergy, sous le titre de l'Assomption de Notre-Dame de Tart. Elles s'établirent près des rives de l'Ouche, fondant en 1132, la première abbaye féminine de l'ordre de Cîteaux. Elle devint ensuite la maison mère de 18 abbayes. À la fin du XIIIe, les Dames de Tart, possède un vaste patrimoine bien géré dont un important vignoble incluant le célèbre Clos de Tart et l'église abbatiale réputée très belle possède huit autels. Mais les époques troubles vont changer la donne. Progressivement, l'établissement accueillit des filles de nobles familles à l’esprit très éloigné de la rigueur de la Règle. Les choses dégénérèrent. Les religieuses étaient si visitées que l'abbaye n'était plus qu'une hôtellerie jamais dégarnie de monde. On recevait hommes et femmes, musique et danse remplaçant solitude et oraison. On menait à Tart une vie scandaleuse et dissolue qui s’attira les remontrances des évêques et du pape. À son arrivée en 1617, l'abbesse Jeanne-Françoise de Courcelles de Pourlan prit aussitôt des mesures destinées à resserrer la discipline, malgré l'opposition et la résistance des nonnes. Par ailleurs, un édit royal de 1606 et un décret d'Urbain VIII obligèrent les évêques à installer progressivement les religieuses dans les villes. En 1623, l’évêque se rendant à Tart ne trouva que cinq religieuses et deux novices prêtes à embrasser la réforme à Dijon. Elles s'y installèrent le 24 mai suivant (avant de gagner l'emplacement des musées de la vie bourguignonne et d’art sacré). En 1636, les troupes de Gallas dévastent la Bourgogne pendant la Guerre de Trente Ans. L'abbaye de Tart est mise à sac. Les bâtiments à l'abandon depuis 1625 sont détruits. On raconte que les soldats utilisèrent l'église comme écurie, écorchaient les chevaux morts sur l'autel puis après plus de 15 jours, mirent le feu au sanctuaire rempli de fumier.
Aujourd'hui, il ne subsiste qu’une fontaine voutée, des fûts de colonnes, quelques bornes armoriées, la pierre tombale de la prieure Jeanne de Vauldrey décédée en 1514. Une chapelle édifiée en 1898 à 300 m au sud par M. Henri Joliet abrite une exposition de vestiges de cette abbaye cistercienne : pierres tombales, pavements, documents manuscrits.
Selon une légende, un prisonnier des turcs en Orient en 1345, évoqua Notre-Dame de Tart. Le lendemain, il fut tout surpris de se réveiller sur les marches de l'autel de l'abbaye de Tart, où l'abbesse vint lui retirer elle-même les chaînes qu'il portait encore.
Dans les bois du Murgey, on déniche d'anciennes bornes armoriées. On raconte que les terres étaient ici si argileuses qu'il fallait six chevaux pour tirer une charrue.

Tart-le-Haut. (Tart).
Le nom du village viendrait de tarvos, taureau, qui était sans doute une divinité tutélaire. On note sur le territoire de cette commune le passage d'une voie romaine. Mais à vous de trouver pourquoi les habitants portent le sobriquet de "Talbayou" ou "Talbayou toutou", comme ceux de Tart-le-Bas et de Tart-l'Abbaye.
Installé au sommet de sa butte, ancien tumulus défensif avec fossé circulaire qui domine la plaine, le bourg peut être fier de sa belle église paroissiale du Sacré-Cœur visible de très loin, telle une petite cathédrale. Hélas, l'expansion du village et les constructions contemporaines qui l'entourent ne sont guère en harmonie. Auparavant, on trouvait à Tart-le-Haut un prieuré puis l'église Saint-Pierre, située à l'emplacement de la nouvelle école, le presbytère se nichant toujours derrière. La charpente de l'édifice très fatigué s'effondra un jour en pleine messe autour de 1810, les fidèles alertés par les craquements s'échappant de justesse. Dans les années qui suivirent, les réparations ne suffisant pas, il fut décidé de construire un nouveau sanctuaire. Édifiée dans un style romano-gothique de la fin du XIXe, l'église du Sacré-Cœur est dominée par ses deux tours carrées, hautes de 25 mètres, une portant l'horloge, l'autre un cadran solaire, et une fine flèche couverte d'ardoises. On raconte que lors de la pose du coq, le courageux jeune homme chargé de l'opération fut pris de vertige et tomba mortellement. Entre les deux tours, se dresse une grande statue de Jésus en Majesté qui étend ses bras pour accueillir les fidèles. Le tympan sculpté du portail reçoit un haut-relief du Sauveur en croix. L'intérieur, teinté parla lumière filtrée par de beaux vitraux, est entièrement recouvert de motifs et frises en peinture murale et les piliers étonnent. Ils semblent bien minces pour supporter les gros chapiteaux accueillant les croisées d'ogives. L'église, consacrée en septembre 1891 alors que les vignes entouraient encore le village, abrite le reliquaire du crâne de saint Gengoux, saint patron de la commune.
La mairie-école (de garçons) réhabilitée se fait remarquer par son portail d'entrée. Le bourg comptait naguère trois écoles. Outre celle des garçons, l'école des filles se situait presque en face et une école libre congréganiste de filles à moins de 100 m au sud de l'église.
En contrebas du village, les eaux de la Biètre sont retenues par les vannes de l'intéressant lavoir qui l'enjambe, hélas clos par des grilles.
L'arboretum du bois de Chanuet regroupe de nombreuses espèces et compte un tulipier de Virginie et un ginkgo biloba.
Les anciens racontent qu'à Tart, le vin était plus facile que l'eau à extraire de la terre !
André Beuchot


©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Ecoles maternelle et primaire. Cantine et garderie.
Diverses associations, club de foot, club de judo.
www.mairie-tart-le-haut.fr

Economie & Développement

Entreprise de transport dans les travaux publics. Coiffure à domicile.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

A voir ... L'Arboretum :
03 80 31 26 18 / Fax. 03 80 31 38 57.
150 essences d'arbres et arbustes différents avec plaques explicatives. Aire de pique-nique.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus