Ampilly-le-Sec


© André Beuchot


© André Beuchot


Gérard Maës


© André Beuchot

Maire REGNAULT René
Adresse 2 Rue de la Maison Commune - 21400 Ampilly-le-Sec
Tél. 03 80 91 26 81 Fax 03 80 91 26 81
Email mairie.ampilly.le.sec@numeo.fr
Site www.ampillylesec.com
Horaires d'ouverture Mardi 17h-19h - Vendredi 16h-19h
Population 390 habitants. Les Ampiliaciens
Altitude 280 mètres Superficie 2400 ha
Situation géographique Plateau dominant la vallée de la Seine - au Nord du département
Communauté de Communes Pays Châtillonnais
Canton CHÂTILLON-SUR-SEINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Ampilly-le-Sec est situé à 56 km de Chaumont et à 78 km de Dijon.
La Seine traverse la commune. Du XVIIIe, le château de la famille Sommeyvre garde fière allure avec son plan complexe et ses quatre pavillons annexes. Porté par une terrasse côté vallée, il est couvert de tuiles vernissées monochromes. En 1828, il fut remanié par M. Cousturier, nouveau propriétaire de la forge et cache des jardins à la française. On notera également la belle ferronnerie du puits.

Tourisme & Patrimoine

Eglise St Pierre et St Paul de 1830.
Château XVIIIè siècle. Anciennes forges, haut fourneau.
Le long de la Seine, le haut-fourneau construit en 1829, puis restauré, est un réel témoignage de la construction industrielle de la région.
Visite sur rendez-vous :
Se renseigner au camping Forge et Haut fourneau
Camping de la Forge à Ampilly-le-Sec.
06 23 77 82 43.
campingdelaforge@gmail.com

© André Beuchot

Gérard Maës

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Ampilly-le-Sec


Un curieux de passage à… AMPILLY-LE-SEC.

Ampilly-le-Sec conserve de nombreuses curiosités. Commençons avec les tumulus de Forfol et de la Corrée. Pour certains historiens, c'est à Ampilly-le-Sec que se situa la grande bataille qui opposa Gaulois et Romains avant le siège d'Alésia. (Le site le plus souvent reconnu étant à Noyers, dans l'Yonne). Un trésor des empereurs romains du IIIe comptant 300 monnaies, découvert au XIXe, aurait curieusement disparu ! De nombreux sarcophages mérovingiens découverts sur la rive droite de la Seine marquent l'époque suivante.
Du XVIIIe, le château de la famille Sommeyvre garde fière allure avec son plan complexe et ses quatre pavillons annexes. Porté par une terrasse côté vallée, il est couvert de tuiles vernissées monochromes. En 1828, il fut remanié par M. Cousturier, nouveau propriétaire de la forge et cache des jardins à la française. On notera également la belle ferronnerie du puits.
L'imposante église Saint-Pierre Saint-Paul XIXe, rappelle l'époque prospère de la métallurgie, quand les paroissiens étaient nombreux. Elle arbore majestueusement quatre monumentales colonnes doriques. Le clocher est coiffé par un toit à l'impériale inhabituel dans la région. Le village recèle encore plusieurs pigeonniers carrés, une mairie-école du XIXe, la chapelle du cimetière elle aussi XIXe et au sud-est, un ancien moulin à eau. La tour XXe de la Roche d'Orient visible sur les anciennes cartes postales, n'a jamais eu de caractère historique. À l'ouest, on déniche la source du Soult (ou Soult de la Fontaine) avec sa mare et la curieuse construction carrée de la fontaine, charment les curieux. Plus loin, la Grange Joly et la Grange au Noir (autrefois Grange aux Noix), véritable petit hameau fier de son pigeonnier carré, somnolent au milieu des champs.
La première mention d'une usine sidérurgique à Ampilly avec haut fourneau et forge remonte à la seconde moitié du XVIe. Au XVIIe, une forge, une fenderie, une batterie et un haut fourneau sont en activité à Ampilly. Mais l'entreprise périclite et s'arrête. Les usines, propriété de la famille Sommeyvre, retrouvent leur fonction au XVIIIe. Les forêts voisines fournissent le charbon de bois. Un haut fourneau, une forge à un feu et une batterie sont à nouveau en action. Profitant du minerai d'Étrochey et de Poinçon, la forge produit en 1807, 250 tonnes de fonte, 125 tonnes de fer et 62 tonnes de tôle. En 1821, le site est racheté par la famille Cousturier. Quatre ans après, Louis-Philippe autorise le transfert du haut fourneau et la construction d'une nouvelle forge à la houille. Le système hydraulique modifié, le haut fourneau déplacé est reconstruit en contrebas du talus où se trouve la halle à charbon et à minerai, sur la rive droite de la Seine, là où nous le trouvons aujourd'hui. Une pierre du haut fourneau porte l'inscription : "Par Philippe Cousturier, 27 may 1829". Au milieu du XIXe, on compte jusqu'à six fours à puddler, deux trains de laminoirs. Mais à la fin du siècle, la crise de la fonte entraîne l'arrêt du haut fourneau. L'année suivante, c'est le tour de la forge. Elle sera transformée en tréfilerie. Le site périclita au début du XXe. On découvre aujourd'hui les vestiges du haut fourneau et de la forge. Dans le prolongement, se trouvaient les logements d'ouvriers et en face, la tréfilerie reconnaissable à ses encadrements en brique. D'autres logements étaient situés au-dessus du haut-fourneau, derrière la halle à charbon. Le bâtiment restauré impressionne par la qualité de sa construction, ses longues voûtes en pierre de taille et l'escalier courbe qui s'élance vers les hauteurs. Voici sans doute le haut fourneau le mieux conservé du département. N'oublions pas d'admirer les aménagements de la rivière, eux aussi restaurés, avec leurs jeux de vannes où l'emplacement de la roue à aubes est bien visible.
Terminons notre inventaire local avec une pierre mystérieuse de cinq mètres de haut percée d'une multitude de trous.
André Beuchot


© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

L'Association AMICALE : Président : Robert DETOT organise son célèbre vide-grenier l'avant-dernier dimanche de juillet.

Economie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus