Autricourt


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Isabelle Roumier
Adresse 1 rue du Pont - 21570 Autricourt
Tél. 03 80 93 73 03 Fax 03 80 93 73 03
Email mairieautricourt@orange.fr
Site www.autricourt.fr
Population 128 habitants. Les Astricurtois
Altitude 195 mètres Superficie 2676 ha
Situation géographique Latitude: 47° 59' 52'' Nord - Longitude: 4° 37' 12'' Est
Communauté de Communes Pays Châtillonnais
Canton CHÂTILLON-SUR-SEINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Autricourt est situé à 41 km de Chaumont et à 104 km de Dijon.

Plus d'infos

www.chatillonnais.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Valentin, XVè siècle.
Chapelle, lavoirs, croix.
Ancien château fort.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


UN CURIEUX EN BALADE

Le 17e opus d’un infatigable découvreur !
Passionné par son département, André Beuchot livre un formidable inventaire de ses communes, hameaux, histoires et légendes...
Marcheur, chercheur de pierres légendaires, randonneur au long cours André Beuchot sillonne, inventorie l’histoire des chemins, des pierres et des centaines de villages et de hameaux côte d’oriens... Un de ces oiseaux rares et discrets ? Allez savoir... en tous cas Un curieux en balade est un ouvrage à lire, à conserver comme les anciens almanachs qui font toute la saveur de nos villes et campagnes !


CONTACT
Éditions André Beuchot :
8 rue Pierre de Saint-Jacob 21000 DIJON
beuchot@numericable.fr



Un curieux de passage à Autricourt

Un curieux de passage à… AUTRICOURT. Canton de Châtillon-sur-Seine. (Autrefois canton de Montigny-sur-Aube).
En 1820, des monnaies romaines ont été retrouvées et en 1896 des restes de murs et des objets divers aux Ombrières.
Le premier château fort remonte certainement au XIe siècle. Déjà bien protégé, il comptait de nombreuses tours. Un pont levis jeté sur de larges fossés permettait à une garnison importante de s'installer. Un des premiers seigneurs connus fut Jehan d'Anglure. Caché derrière les arbres de son parc, le château actuel a gardé des douves en eau alimentées par l'Ource dans lesquelles se mirent remparts et vieilles tours rondes qui ont parfois perdu leur toit. L'ensemble s'organise face à la porterie, sous forme d'un grand U ménageant une cour donnant accès aux différents corps de logis. Le château fut rebâtit au XIVe, avant d'être modifié deux siècles plus tard et enfin, complété au XIXe par un bâtiment plus moderne et une tourelle ronde d'escalier. Nichée dans une tour carrée, la chapelle s'ouvre face à l'ancien pont levis. Le parc cache un petit pavillon hindou et un colombier rond en ruines.
Le château changea de mains à de multiples reprises, passant à Pierre de Mont-Saint-Jean, puis à Jean d'Autricourt, bienfaiteur des Templiers d'Épailly. La propriété fut cédée en 1299 au duc Robert II. En mars 1397, le duc Philippe le Hardi remis cette seigneurie à son maître d'hôtel, Guichard de Saint-Seine. En 1536, Jehan de Rupt et Béatrice de Pontarlier qui en sont alors propriétaires, vendent les seigneuries d'Autricourt et de Riel à… Saladin d'Anglure ! Ainsi, trois siècles après la promesse faite par Jehan (voir légende), on trouve toujours des Saladin dans la famille ! Elle s'éteindra au XVIIIe siècle. Le dernier des Saladin sera Louis-Absolon-Saladin qui disparaîtra en 1725. La légende raconte que Jehan d'Anglure seigneur d'Autricourt, prit part à la troisième croisade et fut fait prisonnier par le Sultan Saladin. Il obtint cependant l'autorisation de partir en France chercher lui-même sa rançon. Mais arrivé sur ses terres, il trouva sa femme à la veille de se remarier avec un seigneur voisin propriétaire des terres d'Autricourt et de Jours. Ayant conservé la moitié de son alliance, il se fit reconnaître. Plus tard, ne pouvant réunir une somme suffisante, il retourna chez le sultan. Devant cette fidélité à la parole donnée, Saladin le libéra, mais lui demanda en échange de porter ses armes à fond d'or et de donner le nom de Saladin à ses descendants mâles.
Un moulin à eau tournait près de l'entrée du château, un second disparu au nord-ouest fonctionnait grâce aux eaux de la fontaine Monpenti (ou Montpenty) appelée aussi fontaine Pingat, du nom du meunier.
La jolie mairie école XIXe à la façade art déco attire les regards, les administrés portant naguère le sobriquet d'écrignôles (les chétifs) ou d'aizerôttes.
En face de la maison commune qui occupe aussi l'ancien café de la Poste faisant l'angle des rues, l'église Saint-Valentin-de-Rome XV-XVIe modifiée au XIXe ne laisse pas indifférent. Architecture à contrepoids latéraux, beau portail XVIIIe portant la statue de saint Valentin, clocher également XVIIIe surmonté d'une flèche en ardoise… L'intérieur n'est pas en reste avec ses croisées d'ogives, les puissantes colonnes rondes de la nef, le chœur et le chevet du XVe, la curieuse chaire à prêcher sculptée XVIIIe provenant de l'abbaye du Val des Choux ou sa série de vitraux. Sur la place, la maison Cottenet XVI-XVIIIe à pans de bois attend sa restauration. On observe encore à Autricourt le pont XIXe et deux lavoirs, l’un pour l’été, l’autre pour l’hiver dit-on ! Le plus intéressant, de taille imposante, se niche derrière la mairie.
Signalons enfin la chapelle XIXe du cimetière avec son autel en bois devant laquelle se dresse une croix monumentale XIXe et pour les plus curieux, la présence de plusieurs cadoles.
Voir aussi : Champigny-la-Ville.

Champigny / Champigny-la-Ville. (Autricourt / Riel-les-Eaux). Des sépultures gauloises ont été retrouvées à proximité de ce hameau partagé entre Autricourt et Riel-les-Eaux, ainsi que des sarcophages mérovingiens.
On déniche à Champigny deux modestes châteaux XIXe couverts d'ardoises. Le plus important (sur Autricourt) fut transformé en 1963 en maison de repos et de convalescence pour dames et jeunes filles par M. Hugueny.
Forge et fourneau s'activaient ici autrefois, profitant entre autres, des mines de fer de Riel-les-Eaux. À la ?n du Moyen Age, l’abbaye de Clairvaux avait une grange à Champigny, fondation cistercienne, dans la seigneurie de Riel-les-Aulx. En I479, l’abbé de Clairvaux décide d'y construire un fourneau et une forge et obtient du seigneur Belan, l'autorisation de tirer de sa terre le minerai de fer nécessaire à l’exploitation. Vers I770 Claude Mollerat est maître de forges de Champigny et de Belan. Après la Révolution, en l'an VI (1797-1798), François Belgrand acquit de la Nation l'usine de Champigny (un haut fourneau et un feu de forge). En 1807, la production annuelle de fonte atteint 400 tonnes. En 1839, le site est transformé en forge à l'anglaise et des machines soufflantes à pistons et cylindres en fonte sont installées. En 1864, elle devient une scierie, avant de céder la place à une centrale électrique produisant un courant triphasé alimentant le village en 120 V dès 1905.
À 600 m au sud, la ferme de Champigny, aurait été construite par les moines de Clairvaux en 1636. Elle aurait compté jusqu'à 1000 têtes de bétail. La belle grange ancienne du XVIIe a hélés été détruite par un incendie en 2011.
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Vie Sociale

Economie & Développement


Notre société et nos territoires connaissent de profondes mutations. Ils font face à des évolutions majeures liées aux changements des habitudes de consommation, aux déplacements, aux nouvelles formes de travail, à la pression environnementale, à l’équilibre entre espaces ruraux et urbains ou à l’impact des technologies numériques.


CCI Côte-d’Or - Saône-et-Loire : votre partenaire 360°du développement territorial


En tant qu’élus, vous considérez sûrement le développement et l’animation de vos territoires comme des priorités de votre mandat. Face à la diversité des enjeux, la CCI Côte-d’Or-Saône-et-Loire s’est donc organisée pour vous apporter son expertise, ses outils et ses réseaux dans vos projets de développement socio-économique et territorial. Notre ambition est de travailler à vos côtés, dans un objectif partagé de développement, en s’appuyant sur nos équipes de terrain, notre réseau de partenaires, notre connaissance fine des territoires et notre relation de proximité avec les entreprises... LIRE+



Que faire ?

Sentiers pédestres, sentiers de VTT.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire