Baulme-la-Roche


© André Beuchot


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Maire VEJUX Raphaël
Secrétaire de Mairie GAUDET Agnès
Adresse 4, Place Lucan - 21410 Baulme-la-Roche
Tél. 03 80 23 69 43
Email mairiebaulmelaroche@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 9h-11h30 - 14h-16h
Population 110 habitants. Les Rochebalmiens
Altitude 475 mètres Superficie 669 ha
Situation géographique A 7 Km de l'A38 (sortie Pont de Pany), à mi-chemin entre Dijon et Pouilly-en-Auxois.
Communauté de Communes Ouche et Montagne
Canton TALANT

Je suis fan de ma commune

Présentation

Située au fond d'un vallon en demi-cercle, Baulme-la-Roche nous offre un paysage spectaculaire de falaises calcaires.

Plus d'infos

Baulme-la-Roche est l'une des rares communes de Côte d'Or (avec Salives), où les réseaux électriques, téléphoniques et de télévision sont enterrés.

Tourisme & Patrimoine

Les falaises de Baulme-la-Roche : un accès naturel pour tous les publics (500 m - 15 minutes). Site remarquable sur le plan paysager et naturel, sa protection est assurée au titre des sites inscrits depuis 1942 et entre dans le périmètre d'une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) et Natura 2000. L'adaptation du site des falaises au plus grand nombre en respectant le cadre naturel, s'est achevé en octobre 2004 avec l'inauguration du sentier permettant l'accès aux personnes à mobilité réduite. Des installations sécurisantes sont situées sur la partie haute du plateau et un chemin adapté s'étend entre le parking et le bord des roches, jusqu'à la table d'orientation.

Au coeur du village, vous trouverez un magnifique prieuré qui fut bâti par les moines Bénédictins. Ce domaine privé, construit en 1502, est extraordinaire de par son intégrité. En effet, il a été construit en une seule fois, une telle unité de conception et de conservation est rare de nos jours.
Se visite :
Au Rendez-vous aux jardins
Aux Journées européennes du patrimoine
Parcs et Jardins' de Bourgogne, il est possible d'effectuer une visite sur rendez-vous au 06 78 05 38 13.

© André Beuchot

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD


Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… BAULME-LA-ROCHE.

Dominé par d'imposantes falaises, arrosé par ses sources, le village constitue avec son site pittoresque, un but de promenade des plus intéressants. Mais si l'on approfondit, bien des curiosités seront découvertes. Au milieu de la falaise, le Trou de la Roche est plus facile à accéder qu'il n'en a l'air, grâce à un sentier balisé. L'entrée de huit mètres de haut sur cinq de large est suivie d'une galerie d'une cinquantaine de mètres brusquement coupée par un puits. Six mètres de descente permettent de poursuivre sur 40 m environ par une galerie moins haute que la première mais plus large avant un second puits étroit donnant sur un siphon. Dans cette caverne, des fouilles prouvèrent une occupation au néolithique puis à l'âge de bronze. Le nom du village viendrait de "balma" qui signifie "grotte". À l'est du Puits 15, au lieu-dit la Balle-au-Mercier, un camp préhistorique aurait été identifié sur l'éperon boisé. Au-dessus du village, le sentier balisé qui se dirige vers la Roche Aiguë emprunte un court instant un pavage de pierres, restes d'une ancienne voie romaine. Un peu plus loin, c'est une borne de finage d'un mètre de haut que l'on découvre au bord du chemin.
Dans le village même, le magnifique prieuré de Bénédictins couvert de tuiles vernissées, comprend colombier, terrasse imposante, jardins, communs, balustrade et nymphée accessible par une double volée d'escaliers côté vallée. Fondé au XIIe siècle, il dépendait de l'abbaye bénédictine de Saint-Seine. Le logis comme la chapelle ornée de peintures murales représentant les apôtres furent édifiés au début du XVIe. Deux siècles plus tard, une tour fut ajoutée au logis. Les communs ne remontant qu'au XIXe. Le parc fut dessiné par le prieur Claude de Sarcey en 1505 et n'aurait que peu évolué.
En 1822 l'architecte Chauvreiche réalisa la fontaine-abreuvoir voisine décorée de sculptures représentant vase, draperies, et colonnes.
Au début du XVIIIe, un violent incendie détruisit l'église Saint-Martin édifiée au XVe qui était face au prieuré. L'église paroissiale Saint-Martin actuelle fut alors construite pour la remplacer. Elle cache des boiseries XVIIIe dominées par deux niches en trompe-l'œil et parmi le mobilier, une statue de saint Martin rappelant que les vignes entouraient jadis le village. À la Révolution, le curé accepta la Convention, devint maire du village et organisa une milice révolutionnaire. Lors des assemblées houleuses organisées dans l'église, un tableau représentant le Christ fut victime de plusieurs coups de couteau.
Au sud du bourg, on remarque un petit château XIXe, ancienne demeure de Marie de Varenne de Lonvois qui participa au frais de construction de l'église et peut-être à l'achat d'une partie du mobilier. La maisonnette placée à droite de l'entrée de la ferme située en dessous, accueillait jadis une chapelle. Près de là, le monument aux morts côtoie une vieille croix de pierre penchée. À deux pas, l'ancienne maison délabrée du forgeron fut transformée plus tard en épicerie. Sur le linteau de la porte, on découvre la date présumée de construction, 1818, gravée sur un fer à cheval en relief.
À la sortie nord du village, le lavoir fraichement restauré et ses sources (résurgences) appelées Dhuys ou Douix évoquées plus haut, s'entourent de petites grottes. Le ruisseau se glisse sous la route et dévale le vallon en créant une cascade de tuf. Autrefois, il alimentait une forge disparue et dès 1922, permit grâce à la chute d'eau, une électrification rudimentaire du village réservée à l'éclairage. Hélas, en saison sèche, le faible débit n'autorisait que 3 ou 4 heures de production d'électricité. Quinze ans plus tard, le matériel était arrivé à la limite de l'usure. En Octobre 1937, le Conseil municipal décida d'abandonner son installation et de construire un nouveau réseau neuf alimenté par la Compagnie d'Électricité de la Côte-d'Or. La dépense d'installation était estimée à 77 000 francs et une aide fut demandée au Conseil Général.
Peu avant cet ancien moulin, vous observerez une niche à accolade perchée dans le mur débordant d'une maison.
On trouve encore ici un second lavoir à l'opposé, au sud du village. Un calvaire se dresse sur le côté de la porte, un joli bassin de pierre en face.
Entre Panges et Baulme-la-Roche s'ouvre le "Creux-Percé de Panges" (malgré son nom, sur la commune de Baulme-la-Roche), à ne pas confondre avec celui de Pasques. Terminons en citant l'étonnante série de puits de drainage alignés au-dessus de l'entrée du tunnel de la voie ferrée et le jardin aromatique et médicinal.
André Beuchot



Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

Côte-d'Or Tourisme © F. BONNARD

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Association des Amis de l'Eglise :
Président M.BERGEROT Marcel, tel : 03 80 23 66 95.

Economie & Développement

- Un éleveur laitier (de bons fromages en préparation ...).
- Une casse automobile.
- Une entreprise de recyclage de métaux issus de l'automobile.
- Un producteur bio de plantes aromatiques et médicinales (Baum'Plantes).

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

- Nombreux itinéraires de randonnées avec magnifiques points de vues.
- Parapente et deltaplane du haut des falaises (pour les initiés).


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus