Bellenod-sur-Seine


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Valérie Bouchard
Adresse 3 rue de l'Eglise - 21510 Bellenod-sur-Seine
Tél. 03 80 93 89 13 Fax 03 80 93 89 13
Email mairie-bellenod-sur-seine@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 9h-12h - Jeudi 14h-17h
Population 67 habitants. Les Bellenodiens
Altitude 343 mètres Superficie 1459 ha
Situation géographique A 8 km d'Aignay le Duc - 27 km de Châtillon sur Seine - 30 km de Montbard - 64 km de Dijon
Communauté de Communes Pays Châtillonnais
Canton CHÂTILLON-SUR-SEINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Le territoire de la commune de Bellenod-sur-Seine est situé au confluent de la Seine, du Revinson et de la Coquille, il est riche en vestiges antiques. Ses calvaires, ses lavoirs, sont autant de témoignage du passé, que l’on prend plaisir a découvrir à la croisée d’un chemin. La commune compte 4 hameaux : Vaux - La Montagne - La Borde - La Maison et un écart le "Moulin du Bœuf" sur la Seine. L’église en partie romane, avec son clocher du XVI° siècle est sous le vocable de Saint-Pierre et Saint-Paul.

Plus d'infos

En 1888 deux tuileries existaient près des gisements d’argile, celle de Vaux fut la dernière du Châtillonnais à éteindre ses fours.
Le hameau de La Maison aurait été un relais pour les pélerins de Compostelle
www.chatillonnais.fr

Tourisme & Patrimoine

Le habitants, les Bellenodiens, jouissent d’un point de vue imprenable sur la vallée de la Seine qu’ils veulent partager avec le plus grand nombre de passionnés de la campagne. C’est donc naturellement qu’ils se sont tournés vers le tourisme “vert” avec son gîte au hameau de Vaux, très fréquenté, pour accueillir les amoureux des belles promenades et randonnées dans la forêt toute proche, riche pour sa faune (grands cervidés) et sa flore (marais tufeux).





©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Bellenod-sur-Seine

Un curieux de passage à… BELLENOD-SUR-SEINE. Canton de Châtillon-sur-Seine. (Autrefois canton d’Aignay-le-Duc).
Les preuves d'une occupation locale débutent avec le tumulus de Farge. Elle se poursuivra à l'époque gallo-romaine, le bois des Essadiers, au nord, recélant les traces d'une forteresse de cette époque. Autrefois Bellenod-sous-Origny, la commune devient Bellenod-sur-Seine en 1952.
Le centre du village accueille le lavoir XIXe bordé par ses abreuvoirs, une croix sculptée au fut cannelé et au socle ornementé, une maison portant un cartouche avec la date de 1644 et, identifiable grâce à une petite plaque fixée sur la façade, l'ancien hôtel Philoryo ou hôtel Lobreau-Léauté aux fenêtres supérieures ornées de volutes en bas-relief. De part et d'autre, on remarque une demeure avec une niche accueillant une Vierge et une maison arborant une tête de sanglier sculptée moderne.
On passe devant l'imposante mairie école XIXe pour rejoindre l'église XII-XVIe Saint-Pierre et Saint-Paul, complétée aux XVIII et XIXe. Elle s'ouvre par un porche ménagé entre deux puissants contreforts. Une stèle dite gallo-romaine est enchâssée sur le côté de celui de gauche, tandis que le clocher porte l'empreinte de son ancienne toiture. L'intérieur, tout simple, dégage beaucoup de charme grâce à son plafond et sa tribune en bois, ses fonds baptismaux et son bénitier XVIe en pierre. Le cimetière accueille un magnifique calvaire sculpté XVIe double face.
En quittant le bourg vers le sud-est, on croise une fontaine abreuvoir. À la Révolution, la chambre à four banal fut transformée en fabrique de salpêtre.
Dans la vallée, le "Moulin des Planches" ou "moulin du Bœuf", du nom de son premier propriétaire, retrouve vie doucement et commence à produire de l'électricité.

La Borde. (Bellenod-sur-Seine). Deux croix encadrent l'entrée Est de la ferme de la Borde, ancienne grange de l'abbaye de Quincy. Un petit lavoir se cache en contrebas.

La Maison. (Bellenod-sur-Seine). Pendant la guerre de cent ans, les habitants de La Maison contribuèrent au paiement de la rançon de Guillaume de La Tournelle et furent affranchis en récompense. Anobli, celui qui porta la rançon prit le nom du hameau : "Hubert de La Maison".
L'ancien relais de pèlerins en route pour Compostelle au XVI-XVIIIe, remanié XIXe, conserve un four à pain. On s'attarde en observant ses lucarnes ornementées.
Au centre de ce modeste hameau, une colonne en pierre porte une croix métallique, une seconde croix, en pierre, se nichant en contrebas entre une fontaine avec bac à laver et le lavoir XIXe alimenté par un aqueduc souterrain.
Enfin, n'oublions pas de préciser que la Combe Drouot aurait servi de refuge aux druides persécutés par les romains.

La Montagne. (Bellenod-sur-Seine). On remarque dans ce petit hameau, la chapelle Saint-Claude XVe construite sur cave et un four à pain. Contrairement aux indications de certaines cartes, on ne trouve pas de lavoir.

Vaux. (Bellenod-sur-Seine). On déniche ici un vieux pont de pierre à trois arches sur la Seine, voisin du lavoir XIXe à deux niveaux de planches à laver. Près du pont sur le bief se cache l'ancien moulin, complété à la fin du XIXe par une scierie, puis en 1920 par une petite usine électrique qui alimentait Vaux et Bellenod-sur-Seine.
Deux hautes cheminées dominaient autrefois la tuilerie fondée par Henri Merceret au milieu du XIXe. Elle deviendra par la suite la SARL "Tuilerie de Vaux". Active jusqu'en 1957, elle fut la dernière du Châtillonnais à éteindre ses fours. Il subsiste une partie seulement des bâtiments et le séchoir. La carrière d'argile est encore visible plus haut. Une seconde tuilerie se situait sur l'autre versant de la vallée.
En 1815, 14 000 Autrichiens installèrent un camp à proximité de Vaux, au grand dam des villages voisins obligés de contribuer à leur approvisionnement.
Au nord-ouest, les amateurs de spéléologie pourront visiter les Trous des Peutels. Cinq grottes se suivent dans la falaise dominant la D 971 et la D 901. La première se compose d'une galerie principale d'où partent plusieurs bras annexes, l'un débouchant sur un plan d'eau, un autre sur un puits de quatre mètres sans suite. La deuxième s'étire sur 200 m entrecoupés de ressauts, les trois autres sont plus modestes.
André Beuchot





©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Entreprise Décorpierre.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus