Chanceaux


G.Bourhis


G.Bourhis


G.Bourhis


© André Beuchot Le tertre

Maire BLAISE Gabriel
Secrétaire de Mairie MOLARD Nadine
Adresse 26, Grande Rue - 21440 Chanceaux
Tél. 03 80 35 02 66 Fax 03 80 35 02 66
Email chanceaux21@yahoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 14h-17h45
Population 192 habitants. 195
Altitude 455 mètres Superficie 2127 ha
Situation géographique Latitude: 47° 31' 9'' Nord - Longitude: 4° 43' 5'' Est
Communauté de Communes Forêts Seine et Suzon
Canton IS-SUR-TILLE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Mentionné en 841, Chanceaux vient du mot latin "cancella", le clos.
Le village dépendait du prieuré et de la seigneurie de l'abbaye de Flavigny.
La source de la Seine est à cinq kilomètres du village. Notons que Chanceaux est le second village traversé par la Seine.
Il fut un important relais de diligences sur la route Paris-Troyes-Dijon.
Louis XIV assista à la première messe célébrée en l'église en 1682.

Plus d'infos

Aire de covoiturage aménagée par le Conseil Général :
www.covoiturage.mobigo-bourgogne.com

Tourisme & Patrimoine

- Maison XVè siècle* (IMH), sur la route nationale, ancien relais de poste.
- Maison Montenot : façade XIVè siècle, tombe de Guy Brigandet XVIIè siècle, monument funèbre de Nicolas Brigandet fin XVIè siècle, vestiges de chapelle, Vierge à l'Enfant XIVè siècle.
- Maison Brigandet 1553 ruinée : cheminée XVIè siècle.
- Eglise Saint-Louis 1682 : choeur polygonal, base du clocher à 3 arcades, porche XIXè siècle ; statues XVIè et XVIIè siècles.
- Ancienne chapelle Sainte-Anne-et-Sainte-Barbe 1548 (remise).
- Restes de la chapelle Saint-Etienne 1533, au Tertre.
- Croix de l'Anglée.
- le GR 2 passe par le bourg de Chanceaux et son hameau Courceau.

G.Bourhis

G.Bourhis


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… CHANCEAUX.

Village autrefois célèbre pour sa confiture d'épinette (épine-vinette) dont la recette serait aujourd'hui perdue.
Chanceaux se trouvait jadis plus au nord, entre le Chanceaux actuel et le hameau de Tertre, dans le vallon ou coule le ruisseau du Feu. Au centre, se trouvait en 1272 l'église Saint-Anthime appartenant au prieuré du même nom. Il remonta sur le plateau, se dota d'une nouvelle église et devint une importante étape sur la route de la Franche-Comté.
Ancien relais de diligences, le bourg a conservé de nombreuses traces de cette période très active. À cette époque, la ville comptait un grand nombre d'auberges. Sous Louis XIV, les diligences faisaient halte au "Lion d'Or". Les habitants profitèrent peut-être à l'excès de ce commerce fructueux car ils héritèrent du sobriquet peu glorieux de Pille-misères ou Pille-passants. On disait aussi : « Vous pouvez boire à Chanceaux, mais sans lâcher la bride de votre chevau ».
Louis XIII en 1631, Louis XIV en 1674, Bonaparte en 1796, s'arrêtèrent dans la grande maison en pierre située peu avant la sortie nord. On admirera le décor sculpté des deux chiens assis. Le porche surmonté d'une moulure cintrée donne accès à la cour intérieure où un escalier grimpe sur une galerie dont le toit est porté par des colonnes en pierre. De l'autre côté de la rue, votre attention sera sans doute attirée par une maison aux fenêtres barreaudées, où une porte arrondie s'entoure d'un bossage rustique. La cour cache une magnifique série d'arcades en pierre.
Si vous traversez la bourgade aujourd'hui, si vous prenez le temps d'observer, vous serez étonné par la largeur de la rue principale, les nombreux décors visibles sur les maisons, corniches, linteaux à accolade, porches, fenêtres trilobées ou en anse de panier, large ouvertures bordées d'une tablette commerçante, montants de cheminée toujours accrochés à un mur…etc. Parmi toutes ces vieilles maisons XIV, XV, XVIe et XIXe, certaines méritent particulièrement le détour.
Les doubles fenêtres trilobées et les deux arcades en rez-de-chaussée de la maison Montenot, ancienne prison de l'abbaye de Flavigny-sur-Ozerain, attirent les regards. Chapiteaux ornementés, petites têtes sculptés, buste de personnages martelés au-dessus d'une fenêtre… les détails d'architecture sont innombrables. On s'attarde également devant le joli puits carré qui la côtoie, doté d'un mécanisme à engrenages.
Près du carrefour de la route du Tertre, se dresse l'ancienne demeure XIXe du docteur Picamelot, surmontée de jolies cheminées, léguée à la commune pour servir d'hôpital et d'hospice pour les vieillards. Ce fut fait au tout début du XXe après des travaux d'agrandissement. Fermé en 1959, il abrita alors le dispensaire local.
Au XVIIe, l'église du village s'écroula. Quand en 1674, en route pour la Franche-Comté, Louis XIV s'arrêta à Chanceaux, il écouta la messe en la chapelle Notre-Dame. Il aurait alors contribué à la construction de l'actuelle église Saint-Louis. Le roi aurait plus tard assisté à sa bénédiction et à la première messe célébrée en 1682. L'histoire nous affirme qu'il fit halte ici à deux reprises, en se rendant de Paris en Italie. Il dormit à la maison Bergeret, ancienne dépendance de l'Abbaye de Cluny. Fière de ses croisées d'ogives, l'église fut remaniée au XIXe, époque de la construction du porche massif à quatre colonnes monolithes sous lequel on remarque toujours l'emplacement d'une ouverture. Des vitraux intéressants illuminent l'intérieur. Prenez le temps de faire le tour du sanctuaire en observant le clocher surmontée d'une fine flèche en ardoise. Vous remarquerez qu'il n'y a ni horloge, ni ouverture pour les cloches sur l'arrière.
Nichée dans une ruelle, la chapelle Sainte-Anne et Sainte-Barbe XVIe n'a pas eu la même chance et attend d'être sauvée. En ruines, elle a gardé des traces des enduits intérieurs colorés et suscite l'admiration grâce à son portail Renaissance.
À l'entrée sud-est de la cité, on repère une antique fontaine-abreuvoir XIXe puis l'ancien pavillon d'octroi, également du XIXe qui a gardé une vieille plaque directionnelle rouillée. Un peu plus loin, de l'autre côté de la rue principale, on s'étonne des dimensions de l'imposante mairie-école, encore une fois édifiée au XIXe, dotée de deux fontaines ornementées en fonte.
On déniche encore à Chanceaux deux pigeonniers carrés et une enseigne en partie effacée clamant toujours : "filature…".

À l'écart, au bord de la route de Tertre, quelques marches donnent accès à la croix des Ormes niché dans un carré de verdure.
À l'ouest, l'ancien moulin de la Papeterie qui succéda à un moulin à poudre réputé. On en tira l'expression désignant une personne particulièrement vive : "C'est de la poudre de Chanceaux". À l'est, le vieux lavoir retient l'attention avec sa cheminée et sa voûte en pierre. Au sud, en bordure de la nationale, on trouve une ancienne borne gravée et plus loin, la ferme de la Borde.
La pierre de Chanceaux, qui servit à la construction des ponts de Paris et de ponts de chemin de fer, fut à nouveau exploitée au début du XXIe et vendue jusqu'aux Etats-Unis, au Japon et en Australie. Dans les bois qui enveloppent les anciennes carrières, à l'ouest, on déniche plusieurs cabottes ou loges de carriers, noyées dans des murs. Enfin, sur les hauteurs de la commune, une station de détection fut implantée lors de la dernière guerre par les Allemands.

Deux hameaux sont rattachés à Chanceaux :
Courceau. (Chanceaux). Après s'être regroupés au lavoir, la Seine et le ruisseau du Creux Moreau disparaissent dans des pertes partielles. La belle source de Billy-lès-Chanceaux, à 1 500 m en aval, donnera un nouveau souffle au célèbre cours d'eau.

Le Tertre. (Chanceaux). L'ancien bourg de Chanceaux se trouvait au pied du hameau. On devine ici, à l'entrée de cette minuscule agglomération, les derniers vestiges de la chapelle Saint-Étienne fondée en 1533. Le lavoir XIXe avec mare servant d'abreuvoir, s'accroche à la pente en contrebas, une fontaine XIXe somnolant au bord de la route qui relie Chanceaux.
André Beuchot

© André Beuchot Le tertre

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Ecole maternelle : Bligny-le-Sec (3 classes de 4 niveaux).
Ecole primaire : Saint-Seine l’Abbaye (5 classes du CP au CM2).
Collège : Sombernon (exception pour Chanceaux, dont les enfants se rendent au collège d’Is-sur-Tille).
L’accueil post et périscolaire des enfants du SIVOS des TASSELOTS s’effectue au Pôle Enfance de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Seine, à Bligny-le-Sec. Les services de cantine et de garderie sont proposés aux parents.

Economie & Développement

L'agriculture, l'activité forestière et l'extraction de pierre de construction et de décoration sont des activités économiques importantes pour le village.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Chasse, pêche, randonnées.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus