Crugey


© André Beuchot

Maire BIENFAIT Viviane
Secrétaire de Mairie PEYNAUD Véronique
Adresse Route de Thorey-sur-Ouche - 21360 Crugey
Tél. 03 80 33 04 04
Email mairie-de-crugey@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 10h30-12h Vendredi 17h15-19h
Population 173 habitants. Les Grenouillers
Altitude 322 mètres Superficie 629 ha
Situation géographique Latitude: 47° 11' 5'' Nord - Longitude: 4° 40' 27'' Est
Communauté de Communes CC Pouilly-en-Auxois et Bligny-sur-Ouche
Canton ARNAY-LE-DUC

Je suis fan de ma commune

Présentation

Proche du Parc naturel régional de Morvan, le village de Crugey est situé à 22 km au Nord-Ouest de Beaune et à 42 km de Dijon. Les rivières l'Ouche et la Vandenesse traversent la commune.

Plus d'infos

Office de tourisme du canton de Bligny-sur-Ouche :
21, Place de l'Hôtel de ville.
Tél. / Fax : 03 80 20 16 51.
ot.blignysurouche@wanadoo.fr

Tourisme & Patrimoine

Village Fleuri

Le Canal de Bourgogne :
A la fin du XVIIè siècle, la vallée de Vandenesse connaît une activité particulière avec l'ouverture du grand chantier du Canal de Bourgogne. Mis en eau vers 1833, année où circulent les premières péniches, le canal transforme complètement la physionomie de la Vallée, puis son économie. C'est d'abord le travail aux écluses et le passage des mariniers. Avec l'ouverture de la ligne industrielle de chemin de fer d'Epinac, les Mines à Pont d'Ouche, c'est la construction du port et le transbordement du charbon dans les péniches.






Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… CRUGEY.

Édifié sur le coteau, le village qui possédait autrefois un grenier à sel, n'a gardé que quelques traces de son passé. La grande place au bord du canal accueillait jadis de nombreuses auberges. Un joli lavoir à trois arcades s'y dresse toujours. À proximité de cette place, on repère une petite tour carrée ressemblant à un vieux pigeonnier et dans la rue supérieure, une fontaine cachée sous une profonde voûte en pierre. Plusieurs vieilles maisons arborent un linteau de fenêtre à accolade tandis que la mairie-école ne retient guère l'attention. Dans le haut du village, on déniche une jolie croix en pierre et un second lavoir.
Implantée à l'écart, séparée de ses fidèles par le canal, l’église Saint-Hippolyte XII-XVIIIe a gardé quelques bribes de peintures murales. Autrefois couverte de laves, elle est dominée par un clocher roman percé de fenêtres géminées.
La Vandenesse, longe le canal et on apprécie le charme de cette rivière qui se tortille, enjambée par de frêles passerelles en pierre ou en fer, enfouies dans la verdure, qui rejoignent des maisons endormies. Ici et là, des jeux de vannes brisent son élan. La mère Louisine hantait le canal et on menaçait les enfants d'aller la voir s'ils n'étaient pas sages.
Seigneur de Crugey, Jean Parizot découvrit une mine de plomb qu'il essaya d'exploiter en 1730. Autrefois, se trouvaient également des mines de fer. Mais Crugey est surtout connu pour ses anciennes carrières souterraines de chaux, les plus vastes du département avec près de 30 km de développement. En 1909, Max Letellier exploite la pierre à chaux transportée ensuite par le canal de Bourgogne. En 1925, sept fours sont en service. Le site emploie en 1935 20% d'étrangers. En 1938, "l'Annuaire industriel. Répertoire général de la production française" cite l'entreprise : André Letellier, Société anonyme au capital de 1.000.000 fr. Carrières et usines à Crugey (Côte-d'Or). Fabrique de chaux hydraulique. Commerce de plâtre, ciments, briques, tuiles et poteries. Après la guerre, l'usine de Crugey produisit également du ciment. Petit à petit, jusqu'à une centaine de personnes vont y travailler. Un tacot amenait la pierre calcaire des carrières jusqu'à l'usine. Ce petit Decauville allait aussi de la cimenterie à la gare de Pont d'Ouche. La société est rachetée par les ciments d'Origny-Sainte-Benoite en 1961. En 1983, l'usine qui emploie 76 personnes, produit 160 000 tonnes par an. Après avoir fabriqué différentes chaux, du ciment grappier et du ciment laitier grâce aux péniches apportant le laitier des hauts fourneaux, elle produit du ciment moderne industriel. Mais la mise en service de l'autoroute A 6 en 1970 avait commencé de changer la situation. Les automobilistes se plaignaient de la pollution provoquée par l'usine, la poussière blanche se déposant non seulement sur les arbres des alentours, mais sur la chaussée. La modernisation et le traitement antipollution étant jugés trop couteux, la décision de fermer le site est prise 1985. Les employés dont l'âge dépasse 50 ans profiteront d'une retraite anticipée. Les autres partiront dans les autres usines du groupe, Altkirch, Lumbres et Origny ou… devront changer d'activité !
Dans l'inventaire des souterrains et carrières souterraines de France, établi par l’armée allemande (Wehrmacht) durant la deuxième guerre mondiale, on peut lire à "Grugey" : Fabrication de chaux hydraulique, usine en activité : production mensuelle de 1 500 à 2 000 tonnes. Étendue 25 000 m2 (galerie principale de 300 à 400 m de long). Largeur 5 à 7 m ; dimensions des piliers : 12 x 20 m et 10 x 10 m. Hauteur 4 à 12 m. Recouvrement 40 à 83 m, en montée rapide. Deux entrées en état et plus loin trois autres à présent impraticables. Les entrées principales sont complètement terminées sur 50 à 75 m et seuls peuvent les emprunter des wagonnets sur voie de 60 cm (c'est-à-dire qu'il n'est plus temps d'adapter ces entrées à la circulation des camions, puisque tous les travaux de consolidation et voltage ont été réalisés). Après déblayage et de légers travaux, les entrées adjacentes pourront être utilisées par les camions. Circulation intérieure possible pour les camions après création d'une nouvelle entrée… Profitant de ces particularités, les Allemands implantèrent dans ce vaste réseau souterrain bien protégé par l'épaisseur de roche, une usine de munitions occupant selon Michel Barastier, 400 Allemands et 300 Français, les matières premières étant entreposées dans les galeries. Le 19 juin 1944, la résistance fit sauter ces installations qui contenaient alors 700 à 1 000 wagons de munitions de la Flak et de la Luftwaffe. Les explosions s'enchainèrent durant 4 jours. Heureusement, l'officier allemand qui réunit la population sur la place pour les représailles y renonça.
De l'ancienne cimenterie, il subsiste un formidable réseau de galeries fermé au public, paradis des rhinolophes. Les anciens bureaux sont devenus des logements. La maison patronale au bord de la route principale, dans le village, semble bien modeste malgré sa terrasse à balustres et son petit parc, tout comme la cité André Letellier qui ne compte que quelques maisons ouvrières. Plus au sud, au lieu-dit Les Minerais, deux maisons arborent encore l'enseigne des Ciments d'Origny.
Dans un chapitre bien différent, il faut citer la grotte du canal ou Cave aux Fées qui se contente d'une vingtaine de mètres et la ferme de Froideville, ancien fief et métairie.

André Beuchot


Anecdote :
L'un des premiers seigneurs, dont les ordres ne furent pas exécutés par les habitants, condamne ceux-ci à venir par groupe de six, battre la nuit, l'eau des fossés du château pour empêcher les grenouilles de troubler son sommeil par leur croassement. De là, viendrait le surnom de "Grenouillers" donné aux habitants.

© André Beuchot


 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Chambres d'hôtes : "Le Pré Vert".
Restaurant : "Le Délices des Grenouillers".
Location de vélos : "Cyclatypique".

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Aujourd'hui, la navigation de plaisance prend, en belle saison, le relais des chalands et les pêcheurs se livrent à leur plaisir favori dans les six biefs de Crugey.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus