Griselles


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Laurence Terrillon
Adresse 16 Rue de la Laignes - 21330 Griselles
Tél. 03 80 81 61 56
Email mairie.griselles@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Jeudi 8h30-12h
Population 86 habitants. Les Grisellois et Griselloises
Altitude 205 mètres Superficie 1236 ha
Situation géographique à 20 km de Châtillon-sur-Seine
Communauté de Communes CC du Pays Châtillonnais
Canton CHÂTILLON-SUR-SEINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Griselles est une commune rurale située à 52 km au Sud-Est de Troyes et à 90 km de Dijon, traversée par la rivière la laignes.

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Valentin, origine XIIIè siècle.
Lavoir. Croix

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Griselles

Un curieux de passage à… GRISELLES. Canton de Châtillon-sur-Seine. (Autrefois canton de Laignes).
L'histoire locale débuta sans doute sur l'ancien éperon barré préhistorique qui domine le village au sud-ouest.
Né au VIe, saint Valentin, se retira dans une "grotte" de Griselles appelée le "Four à Chaux" pour y vivre en ermite et fonder une petite église, une "égliselle", qui déclinera en Griselles au XIIe. (Le lieu fut baptisé autrefois Ecclesiolae, diminutif d'église en latin). Saint-Valentin de Griselles ne doit pas être confondu avec Saint-Valentin de Rome. Quelques années après sa mort, vers 547, l'évêque de Langres fit édifier une grande église à l'emplacement de son tombeau. Un monastère (prieuré) fut ensuite installé au début du XIe à côté de l'église mais a entièrement disparu.
L'église paroissiale Saint-Valentin édifiée aux XIII-XIVe, fut restaurée cinq siècles plus tard. On admire le plafond en bois en coque de bateau inversée, le clocher aux baies géminées surmonté par une flèche octogonale en ardoise et la porte latérale romane. Le sanctuaire recèle dans sa crypte du XIe un sarcophage ornementé composé d'éléments datés du IIe au XIVe, contenant les reliques de saint Valentin. Au XIXe, une salle voutée accolée fut découverte, peut être un vestige du prieuré.
Une nécropole mérovingienne fut mise à jour derrière l'église et selon la légende, de nombreux souterrains se cacheraient sous le site. L'un d'eux passe pour avoir servi de refuge au célèbre gaulois Sabinus, chef du peuple des Lingons, et à sa femme Éponine, après avoir été défait par les Romains et les Séquanes. Ils furent contraints d'y vivre neuf ans dans la clandestinité. À moins qu'ils ne se soient simplement cachés dans la crypte… Malheureusement trahis, ils seront mis à mort par l'empereur Vespasien. Deux jumeaux nés dans la grotte seront envoyés comme esclaves en Égypte et en Grèce. Curieusement, on peut lire sur le sarcophage de saint Valentin, les inscriptions "Sabinei" et "Sabiniani", qui pourraient signifier Sabinus.
À l'extrémité de ce lieu escarpé, un château édifié au Moyen Âge autour de 1210, fut démantelé en 1407 par Jean sans Peur. Séparés de l'esplanade de l'église par un fossé sec d'une vingtaine de mètres où une levée de terre témoigne d'un hypothétique pont levis, ses derniers maigres vestiges se répartissent autour de la partie sud de l'éperon. Selon le capitaine Deffand, inventeur du site, l'enceinte dont on retrouve quelques bases de murs comptait 16 tours. Au centre de la forteresse, une dépression marque peut-être l'emplacement d'une citerne ou d'un puits découvert en 1913 par le capitaine Deffand. En parcourant les lieux, on trouve également les ruines de la maisonnette de vigne du capitaine qui outre les premières fouilles (son père avait déjà découvert deux sarcophages en 1863), replanta 9 ares de vignoble en 1899.
Côté légendes, on raconte que saint Valentin et saint Vorles se mesurèrent ici en lançant une hache le plus loin possible, afin de savoir à qui appartiendrait la forêt. Saint Valentin remporta l'épreuve et depuis ce jour, Griselles possède cette forêt. Autre affaire : Le jour des moissons, les faucheurs gagnèrent l'église pour chanter une prière avant d'aller travailler. Saint-Valentin arriva tout à coup entouré de serpents vivants. À la foule terrorisée, il expliqua qu'il venait de débarrasser la région des vipères. On ajoute parfois que saint Vorles se serait moqué, en disant qu'il n'y avait que des serpents à Griselles et qu'il voulait les faire passer pour des vipères ! (Autrefois, serpent = couleuvre).
Au fil des rues, on découvrira de vieilles maisons des XVI, XVIII et XIXe, plusieurs croix dont une curieuse d'allure massive, deux cadrans solaires, la mairie-école XIXe près de laquelle on remarque dans la rivière des piliers en pierre, vestiges d'une passerelle au tablier en bois, le lavoir XIXe doté d'une cheminée qui jouxte un joli pont à trois arches sur la Laignes. De là, on aperçoit un moulin à eau transformé un temps en scierie.
Au sud, en remontant la Laigne vers le Sud, on déniche une seconde passerelle sur la rivière. Appelé naguère "Pont de la Planche", dominé par le château, il séparait la Seigneurie de Laignes de celle de Griselles. On raconte qu'autrefois, on s'échangeait sur cette passerelle, les prisonniers, tous nus dit-on ! Le changement s'effectuait en arrivant sur une marque placée au milieu du passage. Une demi-douzaine de piliers supportent de belles dalles calcaires d'un mètre de large environ, ajustées bout à bout. La limite actuelle des deux communes se trouve toujours à cet endroit.
Au nord du village, on trouvait une forge remplacée par la suite par un moulin à blé actif jusqu'en 1910.
Au nord du village, un second moulin à blé fut construit en 1787 sur les ruines d’une ancienne forge et resta actif jusqu'en 1910.
Au sud-est, on découvrit à Lornay une vaste villa gallo-romaine. Les fermes de ce lieu-dit (anciennes dépendances de l’abbaye de Quincy) cachent un pigeonnier carré.
Merci à madame Anne Bouhelier pour son aide dans la rédaction de cette rubrique.
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Agriculture.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Alentours boisés : Promenades/Randonnées.


Fan de ma Commune

TERRILLON Laurence
17/09/2021
Je viens d'avoir l'agréable surprise de trouver notre beau village mis à l'honneur .Il est juste dommage que n'ayons pas eu l'information de votre passage. Je vous joins une jolie photo de notre église vue du ciel. cordialement. Laurence TERRILLLON

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus