La-Motte-Ternant


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Jean-Louis PETIT
Adresse 4 Rue montlaville - 21210 La-Motte-Ternant
Tél. 03 80 84 32 72 Fax 03 80 84 32 72
Email mairie66@nordnet.fr
Population 169 habitants. Les Lamotterais et les Lamotteraises
Altitude 405 mètres Superficie 2132 ha
Situation géographique La Motte-Ternant se situe sur la frontière de l'Auxois et du Morvan
Communauté de Communes Saulieu
Canton SEMUR-EN-AUXOIS

Je suis fan de ma commune

Présentation

La Motte-Ternant est un petit village qui se trouve à 42 km au Nord-Est d'Autun et à 86 km de Dijon.
La Motte-Ternant est une commune du Parc naturel régional du Morvan traversée par la rivière le Serein.

Plus d'infos

OFFICE DU TOURISME
Adresse : 24 rue d'Argentine. 21210 Saulieu
Tél : 03 80 64 00 21
E-mail : saulieu-tourisme@orange.fr
Site : www.saulieu.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise XIème.
L’église de Saint-Martin est une ancienne chapelle placée sur l’un des deux buttes du territoire communal. D’après certains textes, il semblerait que la chapelle soit l’un des plus anciennes de Côte d’Or. Elle possède une partie carolingienne, et a été remaniée au XIV ème siècle. Elle est inscrite à l’inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.
Un four à chaux était destiné à transformer le calcaire en chaux sous l'action du feu.
Vestiges de la tour de Gabrielle d’Estrée :
Le château aurait appartenu à Gabrielle d’Estrées, favorite d’Henri IV. La rumeur lui attribue la « chausse rose » qu’elle aurait perdu non loin d’ici, lors d’une promenade galante en compagnie du Roi ; lieu qui porterait ce nom depuis.

Actuel château privé, l’ancien prieuré situé à Val Croissant fut fondé en 1216 par Guillaume de Mont Saint-Jean. Il s’agissait auparavant d’un monastère comprenant des cloîtres et un préau, accompagné d’une église construite au XIV ème siècle. Il ne reste que quelques départs de voutes dans les bâtiments de ferme, qui servaient d'accueil pour des colonies de vacances.





©André Beuchot


UN CURIEUX EN BALADE

Le 17e opus d’un infatigable découvreur !
Passionné par son département, André Beuchot livre un formidable inventaire de ses communes, hameaux, histoires et légendes...
Marcheur, chercheur de pierres légendaires, randonneur au long cours André Beuchot sillonne, inventorie l’histoire des chemins, des pierres et des centaines de villages et de hameaux côte d’oriens... Un de ces oiseaux rares et discrets ? Allez savoir... en tous cas Un curieux en balade est un ouvrage à lire, à conserver comme les anciens almanachs qui font toute la saveur de nos villes et campagnes !


CONTACT
Éditions André Beuchot :
8 rue Pierre de Saint-Jacob 21000 DIJON
beuchot@numericable.fr



Un curieux de passage à La-Motte-Ternant

Un curieux de passage à… LA MOTTE-TERNANT. Canton de Semur-en-Auxois (Autrefois canton de Saulieu).

Autrefois appelé Mont-la-Ville, le village porta aussi le nom de La Mothe-Thoisy et La Mothe-Sayve.
Considérée comme une des plus vieilles de Côte-d'Or, l'église Saint-Martin remonte au Xe. Elle compte trois chapelles absidiales romanes en cul-de-four, couvertes de laves. Elle fut néanmoins modifiée au XIIe puis, deux siècles plus tard. Le transept serait du XVe. On peut y observer les vestiges de peintures murales XVe. Le clocher en bâtière et l'escalier latéral qui grimpe vers les combles ajoutent à son charme. La mairie se cale contre l'enclos du cimetière. En redescendant vers l'est, on trouve le lavoir qui n'a plus de toit et la fontaine qui l'alimente. Près de la sortie est du village, on remarque un petit bac à laver à l'usage mystérieux dominé par une pompe rehaussée
Point d'orgue symbolique d'un village très étalé, le château de Gabrielle d'Estrées remonte au XIVe et fut remanié au XVIe. Il ne subsiste que bien peu de choses aujourd'hui, des restes d'un portail Renaissance, des morceaux de remparts percés de meurtrières, la base d'une tour pentagonale et une tour ronde dominant la vallée encore imposante, dotée de deux bouches à feu rondes surmontées d'une fente de visée. Au bord de la route, les restes d'une échauguette dominent le Serein. D'après la tradition, le château fut le théâtre d'une galante aventure bien connue. Décédée brutalement à l'âge de vingt-six ans alors qu'elle attendait un quatrième enfant du roi Henri IV, Gabrielle d'Estrées s'apprêtait à épouser le souverain, qui avait fait sa connaissance en 1590, au château de Cœuvres, dont Antoine d'Estrées, son père, disait qu'il était un "clapier à putains". Elle s'était dit-on, laissée gagner par la tradition familiale ! Sa grand-mère était la maîtresse de François 1er. On raconte à La Motte Ternant, qu'après une trop longue séparation, les amants étaient si enthousiastes, Gabrielle d'Estrées si pressée par Henri IV, qu'elle en perdit ses bas. Des bas roses (ou chausses roses) tombés du carrosse royal, qui donnèrent son nom au village voisin de Chausserose (Vic-sous-Thil). Selon la légende, des souterrains rejoindraient les châteaux de Thil et de Mont-Saint-Jean !
Au fil de cette commune dispersée, on remarquera un pigeonnier rond coiffé de laves, un moulin à eau, un pigeonnier carré sur les hauteurs en rive droite et l'ancien magasin à pompes à incendies. Un four à chaux circulaire à moitié enterré dans la pente borde la vallée du Serein. Une partie de cette vallée a ici la particularité d'être calcaire en rive droite et granitique en rive gauche. À 400 m à l'ouest, on observe une belle maison de maître, parfois appelée propriété Chatenet.

Au sud, dans la vallée du Brazon, caché derrière un manoir XIXe, l'ancien prieuré du Val Croissant, première fille de l'abbaye du Val des Choues, était autrefois doté d'une église XIIIe. À la fin du XIVe, on dénombrait une vingtaine de moines. Le monastère pillé en 1654, fut restauré au début du XVIIIe par Henri Baudet de Beaumont avant d'être transformé au XIXe par M. Dupré de Vismogey. Le domaine compte désormais un château classique se mirant dans son étang, un colombier rond accolé aux communs et la chapelle éclairée par une magnifique rosace contre laquelle pointe une fine tour ronde. Les communs accueillirent une colonie de vacances des établissements Terrot (motos) puis de l'UFCV. En amont, le battoir à écorce des moines a cédé la place à une demeure plus récente mais a laissé son nom à l'étang.
Côté traditions, on raconte que la poussière obtenue en grattant un gisant du prieuré, mêlée à du vin, possède la vertu de rendre fécondes les femmes stériles.
Au nord de la Motte-Ternant, on déniche les ruines de la métairie de Biard qui ont gardé un puits à margelle monolithique et jouxtent une mare. Au même niveau mais sur les rives du Serein, le moulin Laureau est connu au XVIIIe. Le livre, "Les Annuaires des Temps Nouveaux" de 1942-43, cite la Société Anonyme du Moulin Laureau comme minoterie.
À l’est, on peut découvrir l’imposante ferme de Metz (ancienne magnanerie ?).
Voir aussi : Chazelle-en-Morvan, Mercueil.

Chazelle-en-Morvan. (La Motte-Ternant). Dans ce hameau très étiré, on déniche un petit pigeonnier carré dans la cour d'une ferme. Au nord-est, une autre ferme avec maison de maître aurait été construite sur l'emplacement d'un ancien château. Entre les deux, on remarque un puits à la margelle circulaire monolithe

Mercueil. (La Motte-Ternant). Au sud du hameau, une maison bourgeoise couverte d'ardoises se distingue par ses façades complétement différentes côté parc, plutôt sobre, et côté rue où les fenêtres plus nombreuses tranchent sur la brique rouge avec leurs entourages en pierre claire. Au nord, un pigeonnier carré est adossé à un bâtiment de ferme. Entre ces deux extrémités, on repère un petit lavoir qui a perdu son toit. Enfin, sur les hauteurs, à la Roche Tourneau, une croix intéressante retient les visiteurs.
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Vie Sociale

Salle polyvalente.

Economie & Développement

Epicerie sur la place G. D’Estrées.
Point Poste Communale.
Livraisons : boulanger, boucher, poissonnier, épicier.


Notre société et nos territoires connaissent de profondes mutations. Ils font face à des évolutions majeures liées aux changements des habitudes de consommation, aux déplacements, aux nouvelles formes de travail, à la pression environnementale, à l’équilibre entre espaces ruraux et urbains ou à l’impact des technologies numériques.


CCI Côte-d’Or - Saône-et-Loire : votre partenaire 360°du développement territorial


En tant qu’élus, vous considérez sûrement le développement et l’animation de vos territoires comme des priorités de votre mandat. Face à la diversité des enjeux, la CCI Côte-d’Or-Saône-et-Loire s’est donc organisée pour vous apporter son expertise, ses outils et ses réseaux dans vos projets de développement socio-économique et territorial. Notre ambition est de travailler à vos côtés, dans un objectif partagé de développement, en s’appuyant sur nos équipes de terrain, notre réseau de partenaires, notre connaissance fine des territoires et notre relation de proximité avec les entreprises... LIRE+



Fan de ma Commune

dubois
13/02/2014
pendant la guerre , nous habitions Fontangy et allions au pain , à pied , à Lamotte-Ternand et souvent , il y avait beaucoup de neige aussi , je nous revois marchant derrière le chasse-neige tité par un cheval

TAVERNA
13/02/2014
Un village où il fait bon vivre, l'un des plus beau de la Côte d'Or. Toute l'année de nombreuses animations avec le Comité des fêtes et le CCAS. Siège de la Courtoisie Française, délégation de Côte d'Or. Réalisation d'une journée exceptionnelle avec "Mimi la Rose et la Courtoisie Française le dimanche 23 février. Pour tous renseignements par mail.Merci

Soumettre un commentaire