Magny-La-Ville


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Carine PERNET
Adresse Grande Rue - 21250 Magny-La-Ville
Tél. 03 80 97 26 77 Fax 03 80 97 26 77
Horaires d'ouverture Jeudi 16h-18h30
Population 82 habitants.
Altitude 300 mètres Superficie 369 ha
Situation géographique Latitude: 47° 28' 55'' Nord - Longitude: 4° 25' 44'' Est
Communauté de Communes CC des Terres d'Auxois
Canton SEMUR-EN-AUXOIS

Je suis fan de ma commune

Présentation

Magny-la-Ville est situé à 49 km au Nord-Ouest de Dijon et à une dizaine de kilomètres du Parc naturel régional du Morvan.


Plus d'infos

www.cc-sinemurien.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise de la Nativité.
Croix.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Un curieux de passage à Magny-La-Ville

Un curieux de passage à… MAGNY-LA-VILLE. Canton de Semur-en-Auxois.
Le village de Magny-la-Ville est cité dès le XIIe et dépendait de la baronnie de Guillemette de Bonnevoy. Au XIXe, on découvrit une boîte en terre cuite renfermant 42 médailles romaines dont deux grands bronzes à l'effigie de Commode et Balbin, une petite médaille d'argent d'Attila et un style en ivoire. De quoi prouver une occupation beaucoup plus ancienne.
Au centre de la place de la mairie école, transformée en logements (la nouvelle mairie se situant en face), on repère un grand calvaire daté du XIVe. Près de là, se dresse un petit château remontant au XVe fier d'un beau colombier rond, propriété de la famille Blondel-Flory. Il accueillit au XIXe le philosophe Maurice Blondel, né à Dijon en 1861. Professeur de philosophie à l'Université d'Aix-Marseille, il publia de nombreux essais philosophiques consacrés à la pensée, à l'être et à l'action.
Le parc du second château de Magny-la-Ville longe le mince cours d'eau de fond de vallée. L'édifice couvert d'ardoises, surnommé château de "la Tuilerie", date du XIXe. Son nom nous rappelle une des anciennes activités économiques du bourg, la tuilerie citée au XIXe siècle par l'abbé Courtépée puis par Joseph Garnier dans leurs ouvrages.
L'église de la Nativité, du XIXe, domine elle aussi le parc. Son architecture plus ou moins néo-gothique ne manque pas de charme. La tour du clocher est surmontée d'une flèche octogonale aiguisée couverte d'ardoises portant les horloges, curieusement implantées dans des chiens-assis surmontés de petites lucarnes. Le curieux et imposant porche est protégé par une Vierge qui veille devant une rosace ouvragée. Si vous avez la chance de pouvoir vous glisser à l'intérieur, vous vous attarderez devant les peintures murales et un orgue provenant de la Sainte Chapelle de Dijon en profitant de la lumière chaleureuse des vitraux. Le journal « La Croix » du 28 octobre 1926 rapporte un évènement qui frappa cet édifice : « La voûte d'une église s'effondre. Une travée de la voute de l'église de Magny-la-Ville s'est effondrée. Les habitants furent tous réveillés et se précipitèrent vers l'église. Ils constatèrent que 3 m 50 de la voûte sur 5 mètres de long étaient désormais à jour ».
Face à ce monument, encadré par deux statues, on observe le cénotaphe de Pierre-Théophile Bertheau, décédé à 25 ans lors de la guerre de 1870 contre les Prussiens. La croix sommitale qui avait disparu a été réinstallée.
L'ancienne église se trouvait près du cimetière. Si l'on en croit le déroulement des évènements, la nouvelle aurait été construite en fond de vallée pour arranger les habitants de Souhey avec lesquels il régnait certaines tensions. Le presbytère, lui aussi déplacé, fut reconstruit au XIXe sur le côté de l’église.
La ferme située à côté du cimetière, édifiée en 1803, était l’ancien presbytère dont les bâtiments, vendus, furent transformés en exploitation. En 1805, Mgr Reymond confia à l’abbé Sébillotte la paroisse de Magny-la-Ville. Dans ce presbytère, il ouvrit une école ecclésiastique. De 1805 à 1818, il forma un grand nombre de jeunes gens qui, pour la plupart, devinrent prêtres. Quand le petit séminaire de Flavigny-sur-Ozerain s'ouvrit en 1818, l’abbé Sébillotte, nommé par Mgr Reymond, vint en prendre la direction accompagné de douze de ses élèves de Magny. Une plaque rappelle la création de cette école religieuse par l’abbé Sébillotte.
Deux grandes croix se dressent dans l'ancien cimetière. Sont-elles des croix hosannières comme certains l’imaginent, croix où autrefois on bénissait les Rameaux en chantant l'Hosanna ? Toutes deux sont ouvragées et la première arbore une tête de mort sculptée en bas-relief surmontant deux os entrecroisés, un calice et des phrases saintes.
Entre l'église et le cimetière, on s'attarde devant une croix sculptée accolée à un puits et, en se promenant dans la campagne, on rencontre plusieurs autres croix, certaines hélas brisées.
André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées à pied ; de nombreux sentiers. A Vélo sur la véloroute.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus