Saint-Léger-Triey


© Gérard Maës


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Jean-Luc Laffuge
Adresse 2 rue Haute - 21270 Saint-Léger-Triey
Tél. 03 80 47 89 34 Fax 03 80 47 89 34
Email mairie.saintlegertriey@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 14h-17h - Vendredi 8h30-11h30
Population 244 habitants. Les Léodégardiens
Altitude mini. 185 — maxi. 217 mètres Superficie 1028 ha
Situation géographique 47°18'57° Nord - 5°21'56° Est
Communauté de Communes CC Auxonne-Pontailler Val de Saône
Canton AUXONNE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Proche des communes de Vonges, Drambon et Cirey-lès-Pontailler, Saint-Léger-Triey est situé à 24 km au Sud-Est de Dijon.
Les rivières la Bèze et l'Albane traversent la commune.

Plus d'infos

Office de Tourisme cantonal -
3 Rue du 8 mai 1945 -
21270 Pontailler-sur-Saône -
Tél / Fax : 03 80 47 84 42 -
E-mail info@pontailler-tourisme.fr
Site : www.pontailler-tourisme.fr

Un livre sur l'histoire de SAINT-LEGER-TRIEY et ses environs a été écrit par Madame Françoise MASSON (aux éditions Dominique GUENIOT).

Tourisme & Patrimoine

Eglise Notre-Dame.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot


Un curieux de passage à Saint-Léger-Triey

Un curieux de passage à… SAINT-LÉGER-TRIEY. Canton d'Auxonne. (Autrefois canton de Pontailler-sur-Saône).
Évêque d'Autun en 663, Léger est le conseiller de la reine Bathilde de 656 à 670. Après l'assassinat de Childéric II en 675, Ébroïn assiégea Autun. Pour épargner la ville, Léger se livra. Il eut les yeux crevés et la langue coupée, sur le chemin de la mystérieuse pyramide de Couhard. Emprisonné à Fécamp chez les religieuses, il est décapité en 679 à Arras.
La commune changea de nom à de multiples reprises On trouve ainsi Saint-Léger-de-Champeaux, Saint-Ligier, Léger-sur-Bèze, Léger-lès-Pontailler, Léger "tout court" sous la 1ere République, Saint-Léger-de-Triey, Saint-Léger-sur-Albane et enfin Saint-Léger-Triey à partir de 1861.
L'ancien prieuré ou abbaye de Saint-Léger-de-Champeaux, fut fondé sous le règne de Charlemagne, autour de 780. Un monastère accueillit dans un premier temps des moniales, puis au début du IXe, devient une abbaye de moines bénédictins. Prieuré en 1469, il est fortifié et entouré de fossés. Du XVIe au XVIIe, le prieuré de Saint-Léger touchait deux tiers des dîmes prélevées à Heuilley et Maxilly. En septembre 1636, les troupes impériales du général Gallas le détruisirent, dispersèrent les moines et massacrèrent une bonne partie de la population. Il ne restait que deux prêtres et un sacristain à la fin du XVIIe. Les constructions furent alors transformées en château autour de 1770 par le prieur et complété de communs situés de l'autre côté de la route. L'édifice actuel de style néogothique alternant pierre et brique colorée, fut édifié dans la basse-cour d'un premier château, dont subsistent des bribes de remparts, une tour-porche et une tour d'angle. Si l'église de l'abbaye a disparu, il subsiste une crypte mérovingienne ou carolingienne et une partie de l'avant nef. L'ensemble quelque peu hétéroclite ne manque pas de charmes.
On raconte que c'est ici que le moine historien Raoul Glaber (985-1047) vit le Diable au pied de son lit pour la première fois. Entré à douze ans au monastère de Saint-Léger-de-Champeaux, il sera expulsé pour s'être disputé avec ses frères, avoir résisté et désobéi à ses supérieurs !
Au cœur du village, l'étonnante église romane Notre-Dame de l'Assomption fut remaniée au XVIIe. Elle se distingue par son magnifique porche à arcades, son clocher en bois peint dont la base et la fine flèche octogonale se couvrent d'ardoises. Sur l'arrière, une étrange tour octogonale en briques prolonge une base carrée en pierre, percée d'ouvertures avec linteau à accolade. Un coq sculpté en bas-relief surmonte la porte latérale. L'intérieur recèle des peintures murales XVII-XVIIIe. On y découvre un tableau offert par l'empereur Napoléon III. Quand l'empereur décida d'honorer quelques paroisses en accordant des dons par l'intermédiaire du musée des Beaux-Arts, le maire d'alors, Jules Paulin, ancien compagnon d'armes, profita de ses relations pour faire une demande. Elle fut acceptée et un tableau représentant un Christ en croix réalisé par madame Gerbaud fut offert à la commune. L'église abrite également un retable XVIIIe, Notre-Dame du Chêne et Notre-Dame de Champfort XIIIe, cette dernière statue provenant d'une chapelle disparue au confluent de l'Albane et de la Bèze, honorée par un pèlerinage.
Une croix sculptée surveille l'enclos du cimetière.
Encadrée par ses annexes, la jolie mairie-école XIXe rehaussée d'un décor de briques rouges est toujours surmontée par sa cloche.
Au XIIIe siècle, les moines mirent en eau le "Grand-Étang". Ils construisirent également la chapelle Notre-Dame du Chêne aujourd'hui disparue dans les bois de Saint-Léger. Fondée au XIlle par les moines, la tuilerie fut remaniée au XVIIIe puis modernisée et mécanisée en 1913 avant de fermer seize années plus tard. Elle produisait environ 6 000 tuiles par an, certaines partant recouvrir des monuments dijonnais comme la Tour de Bar. Elle a été réhabilitée en habitation à la fin du XXe.
Terminons en rappelant qu'un moulin existait au XVIIIe sur le déversoir du Grand Étang et que la forêt préserve un remarquable chêne pédonculé vieux de plus de 250 ans proche de la route forestière.

Petit-Triey. (Saint-Léger-Triey). Hameau rattaché à Triey depuis 1861 ne comptant que quelques maisons.

Triey. (Saint-Léger-Triey). Saint-Léger absorbe administrativement Triey en 1861 et devient Saint-Léger-Triey. Auparavant, Tiey possédait sa propre mairie. Réhabilité en logement, elle garde néanmoins une plaque portant l'inscription : mairie 1857. Petite curiosité locale, un puits à la margelle hexagonale vous interpellera.
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus