Viserny


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Colette REMOND
Adresse 11 Rue Belin - 21500 Viserny
Tél. 03 80 96 76 27 Fax 03 80 96 76 27
Email mairie.viserny@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 16h30 à 18h30 - Mardi 12h30 à 14h30 - Mercredi 8h330 à 10h30
Population 179 habitants. Les Bottiens
Altitude 230 mètres Superficie 675 ha
Situation géographique Vallée de l'Armançon entre Semur-en-Auxois et Montbard
Communauté de Communes Montbardois
Canton MONTBARD

Je suis fan de ma commune

Présentation

Bordé par l'Armançon et proche du Parc naturel régional du Morvan, Viserny est situé à 60 km au Sud-Est d'Auxerre et à 90 km de Dijon.

Plus d'infos

Office de tourisme de Montbard et du Montbardois
Place Henri Vincenot
03 80 92 53 81
www.ot-montbard.fr

*Domaine situé à Villaines-les-Prévôtes et Viserny ; il fait partie des vignobles "oubliés" de l'Auxois. Sur 11 hectares, production de vins blanc, rouge et rosé. Travail sous conduite raisonnée, rendement faible - 1 étoile au Guide Hachette pour l'Auxerrois. 1 médaille argent au SIA Paris 2011 pour la Saveur de Lyre 2009.

Tourisme & Patrimoine

Église Saint-Hubert.
Chapelle Sainte Christine.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

PIERRES DE LÉGENDES DE LA CÔTE-D'OR, LE NOUVEAU LIVRE D'ANDRÉ BEUCHOT


Un nouveau livre pour les curieux, les promeneurs et les amateurs du petit patrimoine.
Plusieurs années de travail et de recherches ont été nécessaires pour réaliser ce nouveau livre, résultat de l'union de Patrice Vachon et d'André Beuchot.
Patrice Vachon avait déjà réalisé de nombreux ouvrages publiés par l'Arche d'Or, deux étant consacrés aux menhirs, dolmens et pierres légendaire. André Beuchot sillonne la Côte-d'Or à la rencontre des richesses du patrimoine et a déjà lui aussi publié de nombreux ouvrages. La collaboration et la complémentarité des deux auteurs permet de présenter aujourd'hui l'ouvrage le plus complet réalisé sur le sujet, avec les légendes associées. Les sites ont été recherchés sur le terrain, quelquefois retrouvés avec difficulté dans la végétation, puis photographiés. Certains, inaccessibles, ne sont pas présentés par respect pour les propriétés privées. Le livre regroupe les menhirs et dolmens, vrais et/ou faux, les pierres qui virent ou qui cornent, les roches des fées ou du Diable, les roches anthropomorphiques rochers de la vouivre ou des loups…etc. LIRE+


Un curieux de passage à Viserny

Un curieux de passage à… VISERNY. Canton de Montbard.
On raconte que naguère, les rois de France appréciaient fort les vins de l'Auxois. Les traces de la vigne remontent ici au Moyen Âge. À son apogée, le vignoble s'étendait jusqu'au nord de Montbard. En 1830, on recense environ 250 hectares de vignobles sur les communes de Villaines-les-Prévôtes et Viserny. À la fin du XIXe, comme dans toute la Bourgogne, le phylloxéra met à mal le vignoble. Aujourd'hui, Viserny voit de nouveau ses coteaux se couvrir de vignes et perpétue le culte de saint Vernier, ancien patron des vignerons de Beaune jusqu'en 1870. Un curieux saint pas vraiment apprécié du clergé, qui lui reprochait de boire sans modération ! Ici, les vignerons portaient jadis des bottes en toile de lin montant jusqu'aux genoux, ce qui leur valut le sobriquet de Bottiens.
Sur le coteau, on déniche, dressée sur une fontaine, une belle croix sculptée XVIIe, décorée de grappes de raisin et de feuilles de vigne, baptisée croix de saint Vernier ou croix des vignerons. Une procession y grimpe chaque année. Le prêtre bénit la croix et le chant de Saint-Vernier est entonné par la population. Un peu plus haut coule la fontaine Sainte-Christine surmontée elle aussi d'une croix mais du XVIIIe. Entre les deux se tient l'ancien lavoir réhabilité en habitation.
Viserny vous invite à découvrir son antique colombier rond et la curieuse mairie-école d'autrefois, construite en forme de croix et accueillant également le four banal, devant laquelle coule une jolie fontaine XIXe. Sur la place, un pigeonnier carré souligne l'entrée d'une cour. Le village possède toujours de vieilles maisons vigneronnes, plusieurs pierres gravées de symboles, une croix sculptée double face près de la nouvelle mairie (Le Christ et sainte Christine ?) et la grange Billey, ancienne grange aux dîmes.
Un chœur en berceau brisé personnalise l'église XIIIe Saint-Hubert remaniée aux XVI et XVIIe, époque où l'on ajouta une chapelle. Une flèche octogonale en ardoises domine l'ensemble où l'on remarque quelques beaux vitraux et une corniche en petite partie bourguignonne. Une croix métallique adossée sur la chapelle latérale côtoie une pierre gravée.
Au sommet de la montagne, à 500 m au nord du lieu-dit Croix de l'Ormeau, on trouve dans la végétation un court obélisque en pierre, le tombeau du docteur Carré (1828-1884). Ce docteur de Montbard possédait le lieu-dit "La Pyramide" qu'il légua à la commune, à charge pour elle d'organiser le "Prix Hector-Carré" attribué aux écoliers. Ce prix ne vit pas le jour et le livre qu'il écrivit, "Questions sociales", ne connut hélas aucun succès.
Au sud-ouest, au niveau d'un joli pont à deux arches, une longue digue dévie les eaux de l'Armançon vers le moulin de Flamerey (Athie). On aperçoit dans les prés voisins de nombreuses pierres levées soulignant d'anciennes limites.
À un kilomètre à l’est, au cimetière souligné d'une seconde croix sculptée intéressante, se trouve la chapelle Sainte-Christine XVe, dédiée à une sainte dont voici la légende : jetée à la mer par son propre père, Christine fut soigneusement lestée d'un énorme bloc de granit. Mais le Tout-Puissant veillait sur elle et l'obélisque de pierre se transforma en radeau et la sauva. Elle décida de le garder alors avec elle. Plus tard, consultée pour le partage des terres de la région de Viserny, elle proposa de partir vers la forêt, portant son menhir dans son tablier, pour le planter sur la limite que lui suggérerait sa conscience. Mais comme elle empiétait sur le territoire de saint Loup, celui-ci brisa les bretelles de son tablier. La pierre se planta droit au sol et Christine s'inclina sur ce choix. Aujourd'hui, on peut toujours admirer ce menhir de trois mètres qui porte son nom (ou encore celui de menhir de la Chaume, de la Grande Borne ou de Beaucaveau). (Voir Genay).
Selon la tradition, des souterrains partaient sous la chapelle, s'enfonçaient plus de 150 m sous terre et rejoignaient l'abbaye de Moutier-Saint-Jean, située à plus de cinq kilomètres !

Une variante existe. On raconte qu'autrefois, les garçons de Viserny tournaient autour des filles de Genay et ceux de Genay autour des filles de Viserny. Aussi, les habitants de Genay grognaient et répétaient : « si tu épouses une fille de Viserny, je te déshérite ». Et ceux de Viserny qui n'étaient pas en reste : « je te tue de ma main, si tu épouses une fille de Genay ». Il faut dire que nul ne savait où commençaient et où finissaient les territoires des deux communes. Or, une jeune fille de la fontaine d’Épine, Épinette, amoureuse d'un garçon du village voisin, se trouva bien ennuyée. Elle décida d'aller voir sainte Christine, dans sa chapelle de Viserny. Elle défit son tablier et l'attacha à la taille de la sainte, y plaça un beau bouquet d’œillets. En échange de son offrande, elle la pria de marquer la limite entre les villages afin que cessent les disputes. La nuit suivante, la jeune fille fait un rêve étrange. Sainte Christine vole comme un oiseau, une énorme pierre dans le tablier qu'Épinette lui a offert. Elle murmure : « quand le cordon cassera, la grande borne tombera ». Au matin, Epinette se précipite dans la campagne et trouve une énorme roche de granit rose plantée dans les champs. La frontière entre les deux villages est définie et chacun l'accepte de bon cœur, heureux de voir les querelles s'achever. On la nomma la Grande Borne ou Pierre Sainte-Christine. Évidemment, tous les garçons n'eurent plus d'yeux que pour Épinette. Mais elle les remercia gentiment de leurs avances en disant : « À présent, la paix règne entre nos villages, vous n’avez que l'embarras du choix pour trouver de belles filles. Moi, depuis mon rêve sacré, je ne souhaite que vivre en ermite sur la montagne de Viserny ».
Pour terminer avec ce village, citons le Poron des Fées de la montagne de Cras, symbole de fécondité.
André Beuchot

©André Beuchot



©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

*Viticulture.
Elevage.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées pédestres.
Pêche.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus