Volnay


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire ROSSIGNOL Michel
Secrétaire de Mairie ROSSIGNOL Françoise
Adresse Place de la Mairie - 21190 Volnay
Tél. 03 80 21 62 52 Fax 03 80 21 25 68
Email mairie.volnay21@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 8h30-12h30 et 13h30-18h30 et Jeudi 8h30-12h et 13h30-18h (La mairie est ouverte au public uniquement les après- midi)
Population 297 habitants. Les Volnaysiens
Altitude 305 mètres Superficie 755 ha
Situation géographique Latitude: 47° 0' 5'' Nord - Longitude: 4° 46' 53'' Est
Communauté de Communes CA Beaune Côte et Sud
Canton LADOIX-SERRIGNY

Je suis fan de ma commune

Présentation

A flanc de coteau, joli village viticole de la Côte de Beaune, tout proche des communes de Monthelie, Pommard et Meursault, Volnay est situé à 5 km au Sud-Ouest de Beaune.

Plus d'infos

La production de l'appellation "Volnay-Santenots" est autorisée à Meursault.
www.beaunecoteetsud.com
www.ot-meursault.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise, XIIIè siècle.
Dolmen dit La Pierre-Brûlée.
Maisons anciennes.
Lavoir.





Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… VOLNAY.

Au Moyen Âge, un ouvrier travaillait à la pioche en une journée quatre ares et 28 centiares de vigne, superficie appelée "l'Ouvrée". Le Clos des Soixante Ouvrées est une des appellations les plus connues des grands vins de Volnay. On retrouve de nombreuses anecdotes liant le vin de Volnay à l’histoire de France. Il joua un rôle important dans les négociations diplomatiques du XIVe et du XVe. En 1415, Jean-sans-Peur, offrit plusieurs pièces lors du concile de Constance. Louis XI de son côté, réquisitionna la récolte de 1477 et l’emporta à son château de Plessis-les-Tours…etc. Enfin, on raconte encore que Bossuet exigea à l'heure de l'extrême-onction du vin de Volnay et qu'il avait fait entrer, par précaution, six pièces à l'évêché de Meaux pour être certain que sa pompe funèbre fut convenable.
Cachée au milieu des maisons et domaines vignerons qui gardent parfois de vieilles pierres d’un ancien château, on découvre l’église Saint-Cyr et Sainte-Juliette du XIVe, fière de son porche, de ses magnifiques vitraux et de ses fenêtres trilobées ou géminées. La tour du clocher coiffée d'une toiture en bâtière, accueille une seule horloge. Joliment abritée, une Vierge veille au-dessus de la porte latérale. L'intérieur recèle une chaire à prêcher du XVIIIe, mais on s'attardera devant le buste-reliquaire de saint Cyr en bois peint doré de 1735.
Vierge à l'angle d'une rue, tour porche, bas-relief, ce village pittoresque où les habitants perpétuent une vieille tradition de solidarité avec la confrérie de saint Cyr ne manque pas de détails à admirer. Dommage que quelques constructions plus récentes brisent l'harmonie de l'ensemble.
Le château de la "Pousse d’Or" au curieux balcon, remonte pour partie au XVIIIe. De l'autre côté de la rue se trouve le lavoir construit en 1863 dont les eaux sont, dit-on, froides et abondantes. Il remplaça un premier édifice plus petit placé plus haut dans le village en 1806. Une décision motivée par la découverte d'une source importante, "Les eaux de la Cave", capable en période de crues d'envahir le village et annonçant, en principe, la fin de la période des pluies. Il en découle le proverbe : « Il n'y a pas de beau temps que la Cave ne jette » ou encore ce jeu de mot : « Quand la Cave jette en juin, Cela tombe en Coulézain ». Notez que Volnay possédait autrefois 3 lavoirs. Accroché au coteau, ce qui lui vaut cet autre dicton : "En dépit de Pommard et de Meursault, C'est toujours Volnay le plus haut", le village est surveillé par la statue de Notre-Dame des Vignes érigée en 1870 au-dessus de sa pyramide de rocaille, Volnay ayant été épargné.
En bas de la pente, la chapelle Notre-Dame de Pitié du XVIe vous souhaite bonne route. Selon une légende, un inconnu posté à une fenêtre, voulut un jour de 1848, tirer un coup de fusil sur le Christ. Mais par miracle, la charge rebondit et lui revint en plein visage. On remarquera l’emplacement d’une belle entrée hélas murée, le portail étant remplacé au XVIIIe par une petite porte apte à résister plus facilement aux pillards.
Connue depuis le milieu du XIIIe, la Grange au Vager (Vagey), au nord, comprenait un moulin à deux roues. En amont se trouvait le moulin de La Folie. Au sud de Nantoux, entre la Grange au Vaget et La Folie, un ancien pont dit romain mais qui ne l’est sans doute pas, supporte le chemin qui frôle un peu plus loin le dolmen de la Pierre Brûlée ou de la Grange au Vacher, situé à une cinquantaine de mètres sur la gauche. Son nom proviendrait de la proximité d'anciens fours à chaux dans lesquels la pierre était brûlée. En 1864, des cantonniers prennent des pierres sur le plateau et en déblayant, découvrent une table de dolmen. En 1866, un voyageur surpris par une averse se réfugie à l'intérieur du monument et gratte le sol pour s'occuper. Surprise, il découvre des ossements humains ! La découverte se répand dans la commune et tout le monde vient bouleverser le sol, pille les objets qui, pour la plupart, seront cassés ou perdus. On trouva dents, phalanges, morceaux de crânes, fragments de poteries dont la partie noire indique une origine gauloise et un petit couteau en os. Un berger aurait déterré un bracelet en bronze, un habitant de Meloisey une épée et des silex. Hélas, un homme creusa profondément à l'intérieur. Il ne trouva pas de trésor, mais un des supports tomba, ce qui fit basculer la table. Une table impressionnante : 5,25 m de long sur 3 m de large, avec une épaisseur moyenne de 40 à 50 centimètres et un poids de 15 tonnes environ. Elle ne retrouva son horizontalité que lors de la restauration du monument en 1995. Deux autres dolmens triangulaires monolithes, entourés par des buis, se cacheraient à la lisière d'un bois, à ras du sol, au lieu-dit "Les Pierres Fittes".
Côté traditions, on brûlait la bûche de Noël et, pour aller à la messe de minuit, on confiait aux enfants une bougie bariolée de bleu et de rouge honorant la Naissance de Jésus. La nuit du 31 décembre, le Père Janvier passait par la cheminée avec quatre bonnets pour garnir les sabots déposés par les gamins. On trouvait une trace de son passage car il déchirait toujours son manteau à la crémaillère de la cheminée et on en récupérait un morceau accroché. Le premier janvier, les gamins retrouvaient leurs chausses remplies d'étrennes, fruits, bonbons et même parfois, quelques pièces de monnaie. Dans les familles pieuses, le rôle du visiteur nocturne était tenu par l'Enfant Jésus. En échange de ses offrandes, il demandait aux enfants d'aimer de tout leur cœur Dieu et la bonne Vierge et d’obéir à leurs parents.
Pour l'Épiphanie, on désignait le roi du jour en organisant une loterie. Un gâteau était coupé en morceaux, le plus gros appelé la "part de Dieu" était donné aux pauvres qui venaient la réclamer le lendemain en chantant une ballade. On pouvait aussi utiliser le chapeau de l'aïeul remplit de fève, l’une étant noire, pour un tirage au sort. Après avoir fait son signe de la croix, le plus jeune tirait une fève en disant : « a Fébé dominé, voici pour le bon Dieu ! Fébé dominé, voici pour la sainte Vierge ! Fébé dominé, voici pour mon grand- père !... »…etc. Quand la fève noire était tirée, elle désignait le roi ou la reine du jour. Par la suite, la fève fut remplacée par une noisette mise dans le gâteau et la part du pauvre disparu.
Dans son "Histoire de Volnay depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours" (1887), M. l'abbée E. B***, chanoine honoraire, curé de Volnay, rapporte d’autres traditions moins connues : « Le Vendredi Saint, les enfants de chœur, pour entretenir dans les âmes l'émotion qu'avaient fait naître le chant de la Passion et l'adoration de la croix, allaient de maison en maison en redisant sur un air triste cette naïve complainte. Après avoir fait leur tournée dans le village, ils se rendaient chez le maître d'école qui les recevait à sa table. Le repas consistait dans du pain de froment, du vin clairet et des lentilles : c'était somptueux dans ce jour du Vendredi- Saint où tout jeûnait, disait-on, jusqu'aux oiseaux du ciel. L'instituteur avait la part du lion dans le produit de la quête ; la coutume lui attribuait tous les œufs : en bon prince, il laissait les sous aux chanteurs, et leur donnait quelques œufs pour leur roulée. »
Voir aussi : Nantoux.

André Beuchot

© André Beuchot


 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Viticulture.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Belles randonnées dont le circuit "Autour de Pommard et de Volnay", au coeur du vignoble. Ce circuit est inscrit au Plan Départemental d’Itinéraires, de Promenades et de Randonnées (PDIPR). Ces itinéraires bénéficient d’un véritable label de qualité, mis en place par le Conseil Général de la Côte-d’Or.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus