Troubles à l'ordre public : l'appel des maires de Dijon et de Chenôve au ministre de l'intérieur

François Rebsamen, président de Dijon métropole, maire de Dijon et ancien Ministre, et Thierry Falconnet, vice-président de Dijon métropole et maire de Chenôve, interpellent le Ministre de l’Intérieur suite aux graves troubles à l’ordre public qui se répètent presque chaque nuit depuis fin mai dans la métropole dijonnaise.

Depuis fin mai, presque chaque nuit, des poubelles et des voitures brûlent dans les quartiers de nos communes. Chaque jour, des équipements publics sont dégradés, des véhicules brûlés, des aménagements urbains fracassés, les transports publics pris pour cible et des équipages de police ou de pompiers caillassés par des individus qui se comportent - disons-le – comme des criminels. Chaque matin, nous mesurons les dégâts, les équipes municipales nettoient et réparent. Parfois, en pleine nuit, nous portons assistance aux habitants dont le hall d’immeuble a pris feu. Il s’agit là de graves violences urbaines. Cette situation est absolument insupportable et inacceptable.

Mais qui en prend la mesure ? Nous sommes stupéfaits du silence des députés de Dijon de La République En Marche. Font-ils seulement remonter la situation du terrain ? Au plan local, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir, mais il faut arrêter de tourner autour du pot. La sécurité n’est pas notre compétence. Seule la présence accrue de la police nationale permettra de restaurer l’ordre républicain profondément mis à mal par une minorité qui exaspère la population et menace la cohésion sociale.

Notre colère est grande devant l’incurie du gouvernement à résoudre les questions d’ordre public. Nous appelons tous les élus et la population concernée par ces faits à soutenir nos démarches auprès du Ministre de l’Intérieur. La sécurité des personnes et des biens est une compétence régalienne de l’État. Comme nous, plusieurs maires de grandes villes ont lancé les mêmes alertes au Ministre de l’Intérieur depuis plus d’un mois. Ce renforcement des moyens de police doit intervenir sans délai.

Nous voulons des actes, et les actes, c’est davantage de forces de police nationale. C’est pourquoi nous invitons solennellement le Ministre de l’Intérieur à venir se rendre compte de la situation et mettre en place les solutions adéquates.

Vos commentaires

Corbière
a publié le 17/07/2019 19:55
Ahahaha rebsamen qui appartient au partie politique qui a fermé les yeux pendant des décennies et qui appelle au secours maintenant !!!! VOUS êtes le responsable de cette chienlit Monsieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.