Exposition : L'Observatoire Vertical au Parc Buffon à Montbard

Exposition : L'Observatoire Vertical au Parc Buffon à Montbard

Plus d’informations au 03 80 92 50 42

Mél : museeparcbuffon@montbard.com
Tél : 03 80 92 50 42 / 50 57
Rue du Parc, 21500 MONTBARD
www.musee-parc-buffon.fr
www.madeinlesateliers.fr

Crédits photos : photocréanomade/Céline Mathé, Claire Jachymiak

 

Du 01 avril au 30 avril 2023 à Montbard

L’observatoire vertical est né d’une rencontre entre un designer et un amoureux de la nature, Raphaël Campagnari, et le Parc Buffon de la ville de Montbard. L’idée est dès lors d’implanter de manière temporaire – pour trois années – des sculptures fonctionnelles, dénommées « A TYPO », fabriquées dans l’Auxois dans la grande perspective des jardins et dans un espace à proximité appelé « la friche ».

Aux sculptures est associée une palette végétale de plantes grimpantes, les plus proches de celles que Buffon avait pu acclimater au XVIIIe siècle. C’est une véritable enquête que mène Raphaël Campagnari auprès des pépiniéristes de France tout en développant, au sein de « Made in Les Ateliers » de nouvelles sculptures pour accueillir les grimpants. Les prototypes pour le futur jardin, sont d’abord soumis à l’essai en découpe plasma au lycée technique Eugène Guillaume de Montbard et pour d’autres par la société CRAI de Semur-en-Auxois. Un premier A TYPO est mis en place dès 2019 aux serres municipales pour expérimentation. Une implantation dans le jardin de Raphaël à Villenotte (Côte-d’Or), le « Jardin des Bergrisars », permet ensuite en 2020 de valider le concept avec des plantes potagères.

Observatoire Vertical au Parc Buffon de Montbard

Dans un second espace du parc, appelé « la friche », nous observerons la relation spontanée des A TYPO ARCHE avec la végétation.

LE JARDIN DES BERGRISARS,
LIEU D’EXPÉRIMENTATION
« Notre jardin est profus et exubérant. Nous y expérimentons la tenue de nos sculptures et l’adaptation des végétaux sur deux saisons. Nos tests ont été réalisés avec des plantes potagères pour associer l’utile à l’agréable.
Dans le jardin des Bergrisars, les sculptures fonctionnelles se posent ou se plantent. Leurs tiges guident la poussée des végétaux et favorisent leur épanouissement.
Pour découvrir cette version potagère de nos A TYPO, le jardin des Bergrisars sera ouvert, sur rendez-vous, en juillet et en août. Prise de rendez-vous au 06 87 76 83 22 »
Raphaël Campagnari

LE JARDIN DES BERGRISARS,

 

RAPHAËL CAMPAGNARI ET MADE IN LES ATELIERSRAPHAËL CAMPAGNARI
ET MADE IN LES ATELIERS

L’univers de Made In Les Ateliers est d’abord fait d’acier. Il est aussi fait d’attention à tout ce qui l’entoure : son design maîtrise la matière pour mieux l’accorder à son milieu. Au gré des projets se décline une même recherche de symbiose avec le vivant, sous toutes ses formes.

Made In Les Ateliers est une marque française développée par le designer, scénographe et architecte d’intérieur Raphaël Campagnari. Ne concevant pas l’intérieur sans l’extérieur, et inversement, celui-ci se positionne comme un assembleur. Il produit les parties bois, ouvre ses A TYPO, réalise les finitions et associe au sien le travail du souffleur de verre, du maroquinier, du tailleur de pierre, du fabricant de papiers japonais ou encore du vannier.

Les A TYPO : sculptures fonctionnelles

Les A TYPO sont des formes géométriques découpées dans des tôles en acier de 3 mm et extraites perpendiculairement par pliage. Ils sont constitués d’une seule pièce, sans soudure ni chute de matière autre que celle nécessaire aux découpes.

Cette sobriété confère à chaque A TYPO sa fonction. Ces sculptures fonctionnelles se plantent, se posent, se fixent au mur ou se suspendent. Elles prennent place dans tout type d’espace, au jardin ou en intérieur. Leur installation est sans impact, sans béton.

L’atelier

L’atelier est à l’échelle des travaux. Logé dans un ancien corps de ferme au coeur de l’Auxois, à quelques kilomètres de la METAL VALLEY, il est principalement dédié à l’expérimentation et à la réalisation des pièces spéciales. Les sculptures fonctionnelles y sont produites à l’unité ou selon les demandes en petites séries. Les oxydations sont réalisées au sel et vinaigre. Les huiles de finition sont faites maison à base d’huile de lin cuite et d’essence de térébenthine, pour une approche sereine du travail sur un acier brut.
www.madeinlesateliers.fr

Crédit photo Claire Jachymiak

DIALOGUE
« La Vie imite l’Art bien plus que l’Art n’imite la Vie » Oscar Wilde

Dans l’une des enceintes du Parc de Buffon, des éléments architecturaux se dessinent, soigneusement répartis, offrant ainsi aux visiteurs une promenade initiatique. Est-ce une exposition à ciel ouvert, une installation, ou bien une pièce théâtralisée qui se joue de jour et de nuit durant ? Les trois ensembles, semble le plus approprié.

Ces oeuvres aux formes oblongues et ajourées, neutres d’aspect, presque transparentes, ornées d’une étrange découpe, mais avec une fonctionnalité bien précise, dont il faut prendre patience pour connaître son secret une fois l’oeuvre achevée. De gracieuses silhouettes, disposées en totems, parfois filantes à l’horizontale, en arche ou bien en forme de diadèmes, avec humilité celles-ci s’invitent sans s’imposer dans le décor naturel du parc, pour se confondre, se diluer, comme si, arrivées là, sur la pointe des pieds pour ne pas déranger. Vigoureusement elles se laissent dévorer et envahir par la Flore, le vent, la pluie, ver de terre et escargot, se faire patiner par la rosée du matin et le soleil du midi, une communion un dialogue se crée. La structure se déstructure et à nouveau se restructure pour laisser place à une oeuvre vivante, fruit d’une intime collaboration.

Il est sans dire, que les oeuvres de Raphaël nous font penser au Déconstructivisme si cher à Jacques Derrida, une méthode dont bon nombre d’architectes contemporains se sont inspirés dans leurs créations, comme Frank Gehry, Zaha Hadid, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc. Chez ces protagonistes, le principe du Déconstructivisme intervient en amont, il est programmé dans la conception même, avant la mise en oeuvre, alors que chez Raphaël, ce principe est appliqué après la mise en oeuvre de ses créations, puis Raphaël laisse libre court à la Nature, la Flore de remplir son office, de prendre le relais et s’exprimer librement sans aucune contrainte, une oeuvre vivante est née, qui mute sans cesse, se transforme au rythme du temps, où riment poésie, danse et sensualité.

Michel Ange, disait à ses disciples : « Puisez votre inspiration dans la nature qui est une source inépuisable », Raphaël en a fait sa devise.

Raphaël est un Artiste libre, un poète, attentif, généreux, respectueux de son environnement naturel, où il puise sans relâche son inspiration, il sait écouter, observer, ordonner puis créer.
                                                                                                                             
« De la vigne de succulentes grappes pressent leur jus sur mes lèvres, le brugnon et la pêche curieuse, dans mes mains viennent d’eux même, trébuchons sur les melons au passage, aguiché par les fleurs, dans l’herbe je m’affale » Andrew Marvell
Raphaël recherche dans ses créations, une poésie, une harmonie susceptible de nous en rapprocher intimement de la Nature, il nous fait prendre conscience, que la Nature est une mutuelle pour tout un chacun, elle nous est précieuse, elle nous offre la Vie et nous ne pouvons pas nous permettre de la négliger. Raphaël nous démontre à travers ses créations que la Nature, la Vie et l’Art sont ressemblant comme deux gouttes d’eau.

Cherif / Designer et artiste


 

UN JARDIN NATURALISTE DU XXIE SIÈCLEUN JARDIN NATURALISTE DU XXIE SIÈCLE

Buffon crée son jardin à partir de 1734 sur les vestiges du château des Ducs de Bourgogne. Les travaux gigantesques, entrepris par étapes successives ont su composer avec ce qui était en place : un éperon rocheux ainsi qu’un système de fortifications médiévales. Transformés, taillés, comblés, rehaussés, la roche et les vestiges constituent le socle du jardin de Buffon.

L’impressionnante liste des plantes cultivées dans la Pépinière Royale de Montbard et dans le Parc de Buffon rend compte de la palette végétale présente sur le site au XVIIIe siècle.

Cette palette végétale contient de très nombreuses essences exotiques, asiatiques mais surtout, un nombre important de plantes américaines. Cette dominance des plantes d’Amérique du Nord correspond à des expériences d’acclimatation dont les ressorts sont avant tout économiques : réussir l’acclimatation de ces essences exotiques notamment pour reconstituer la forêt française.

Buffon fait de Montbard un site d’expérimentations botanique, horticole, agronomique et sylvicole d’exception. À cette foisonnante et exceptionnelle diversité botanique se superpose une recherche perpétuelle de nouvelles techniques culturales et de compréhension du monde végétal : expériences sur le bois, technique de cultures potagères innovantes… La vocation du jardin de Buffon est l’expérimentation de techniques culturales et l’observation de la nature, au-delà du premier désir de jardin lié à l’agrément et à la représentation.

C’est sur ces permanences, sur l’histoire qu’est né le projet de l’Observatoire vertical et sur la conviction qu’un jardin naturaliste du XXIe siècle se doit d’être un jardin pour jouer, courir, se reposer mais aussi pour étudier, comprendre, activer et mettre en valeur les différents milieux écologiques. Un site pour expérimenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.