Maîtres et Merveilles - Peintures germaniques des collections françaises (1370-1530)

Matres et Merveilles - Peintures germaniques des collections franaises (1370-1530)

Musée des Beaux-Arts de Dijon
Place de la Sainte-Chapelle
21000 DIJON
03 80 74 52 09
musees@ville-dijon.fr
musees.dijon.fr

Horaires d’ouverture du musée
Ouvert tous les jours sauf le mardi
du 1er octobre au 31 mai : de 9h30 à 18h
du 1er juin au 30 septembre : de 10h à 18h30
Fermé les 1er janvier, 1 er et 8 mai, 14 juillet, 1 er et 11 novembre, 25 décembre
Gratuit

Toute l’année, les collections permanentes sont gratuites pour tous.
Tarif exposition
Plein tarif : 9 euros
Tarif réduit : 5 euros
Gratuit sous conditions
Détail sur musees.dijon.fr
Gratuité le 1er dimanche de chaque mois

Accessibilité
Le musée des Beaux-Arts est entièrement
accessible aux personnes à mobilité réduite.
Accès au musée
Navette gratuite Divia City,
arrêt Beaux-Arts ou Théâtre
Bus > Liane 6 arrêt Théâtre
Bus > Ligne 11 arrêt St Michel
Parkings : Darcy, Dauphine, Grangier,
Monge, Sainte-Anne.


Du 04 mai au 23 septembre 2024 à Dijon

Pour la première fois, trois musées, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, le musée Unterlinden de Colmar et le musée des Beaux-Arts de Dijon s’unissent pour proposer, en trois expositions simultanées, une histoire à épisodes de la peinture germanique du Moyen Âge à la Renaissance : la période du XVe siècle au début du XVIe siècle à Dijon, la Renaissance à Besançon, la peinture dans la région du Rhin supérieur aux XVe et XVIe siècles à Colmar.

Ce panorama a été rendu possible grâce au travail scientifique d’Isabelle Dubois-Brinkmann assistée d’Aude Briau. Toutes deux ont établi le catalogue des peintures germaniques des collections françaises dans le cadre du programme de recherche de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), qui fut à l’initiative de ce projet fondamental intitulé Répertoire des peintures germaniques des collections françaises (1370-1550). Les trois villes associées à ce programme partagent, outre des œuvres nombreuses, remarquables et incontournables du patrimoine français, un passé qui les ont toutes liées au Saint Empire romain germanique, selon des temporalités et des territorialités variables.

Mosaïque de principautés, le Saint Empire romain germanique est une entité politique mouvante selon les époques. Les puissances locales, tant laïques que religieuses, ont une grande autonomie par rapport à l’empereur. Dans un climat politique et social difficile – guerres, brigandage, révoltes -, les empereurs successifs peinent à garder le contrôle des provinces.
Pour autant, dans l’empire comme dans le reste du monde occidental, le XVe siècle est un moment de basculement important dans les arts. Depuis la seconde moitié du XIVe siècle dans le nord de l’Europe, les sensibilités et les pratiques religieuses évoluent. Des foyers artisanaux émergent et des individualités artistiques s’affirment dans toutes les régions de l’empire, alors que s’intensifient les circulations des hommes comme des œuvres. Ces territoires, situés entre l’Allemagne, le nord de la Suisse, l’Alsace et l’Autriche actuels, sont ainsi le théâtre d’une intense activité créatrice.

L’exposition présente un fragment de cette histoire par le prisme des peintures, l’un des points forts de la collection du musée grâce au legs de Marie-Henriette Dard en 1916.

Le fil du parcours est thématique. Il propose des clés de lecture essentielles à la compréhension de la place de ces œuvres à la fin du Moyen Âge. Il restitue également un état des recherches récentes sur les questions de styles et d’attributions, au gré d’un cheminement entre l’enquête sur des « mains » et des maîtres souvent tombés dans l’anonymat et la découverte de ces « merveilles » rares qui continuent d’étonner et de susciter notre curiosité.


"Les Musées de Dijon sont heureux de s’associer au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon et au musée Unterlinden de Colmar pour une exposition tripartite consacrée aux peintures germaniques des collections françaises (1370-1550) et réalisée en partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art à Paris.
À Dijon, l’exposition intitulée Maîtres et merveilles valorise l’exceptionnelle collection de peintures médiévales suisses et allemandes de son musée des Beaux-Arts. En grande partie le fruit du généreux legs de Marie-Henriette Dard en 1916, cette collection est reconnue à l’échelle nationale et internationale et reste sans égal dans ce domaine. Elle confère à notre musée une singularité et une richesse que cette exposition se propose de faire redécouvrir au public.
Avec près de soixante-quinze œuvres issues essentiellement de notre fonds et de prestigieuses institutions françaises, cette exposition entraîne nos visiteurs dans l’une des périodes les plus fascinantes de l’histoire de l’art occidental, à la découverte des usages et des particularités iconographiques, stylistiques et matérielles de ces peintures produites dans l’ancien territoire du Saint Empire romain germanique. Accompagner nos visiteurs et en particulier la jeunesse, dans ce cheminement et cette familiarisation, mettre à disposition des clés de lecture, promouvoir l’accessibilité de la culture à travers nos collections, telle est l’ambition de la Ville de Dijon, engagée depuis de nombreuses années dans le partage et la transmission de son patrimoine culturel auprès des publics les plus larges.
Placée sous le haut patronage du Président de la République française et du Président de la République fédérale d’Allemagne, cette exposition promeut également les liens historiques qui existent entre la France et les pays germaniques. Depuis plus de soixante ans, la région Bourgogne-Franche-Comté et le land de Rhénanie-Palatinat entretiennent des liens forts et sont à l’origine du plus ancien partenariat franco-allemand territorial.
Pionnière dans la mise en œuvre de cette dynamique, notre Ville de Dijon qui accueille la Maison de Rhénanie-Palatinat, vient de célébrer son 65e anniversaire de jumelage avec la capitale Mayence. Elle encourage et soutient les projets qui contribuent au renforcement et au rayonnement de ces relations européennes. Inaugurée dans le contexte du mois de l’Europe 2024, l’exposition est accompagnée d’un catalogue édité en français et en allemand. Elle s’achève à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine.
Maîtres et merveilles est le deuxième volet de la convention-cadre signée le 15 décembre 2022 avec le musée du Louvre pour quatre ans, après À portée d’Asie qui s’est tenue l’hiver dernier au musée des Beaux-Arts, également en partenariat avec l’Institut national
d’histoire de l’art. Reconnue d’intérêt national, cette exposition n’aurait pu voir le jour sans le programme de recherche mené par l’Institut national d’histoire de l’art et la collaboration avec les musées de Besançon et de Colmar.
Nul doute que nos visiteurs trouveront dans nos trois villes un émerveillement à la hauteur de l’intérêt de ces œuvres de notre patrimoine collectif."
François Rebsamen
Maire de Dijon
Président de Dijon métropole
Ancien ministre

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *