"35 Drawings", Steve DiBenedetto

Le Consortium
37, rue de Longvic
21000 Dijon
03 80 68 45 55
www.leconsortium.fr

Du 23 mars au 10 août 2019 à Vosne-Romanée

Dans l'écrin intimiste de l'Académie Conti, (projet conjoint du Domaine de la Romanée Conti et du Consortium), cette exposition monographique réunit pour la première fois un ensemble de trente-cinq dessins réalisés à l'automne 2018, au cours d'une résidence à l'American Academy à Rome.

Steve DiBenedetto (né à New York en 1958) est un peintre dont la carrière a démarré dans les années 1980, et dont le travail a été exposé plusieurs fois au Consortium depuis 1988. Ses œuvres font partie de la collection du Consortium Museum et sont actuellement présentées dans New York : The 1980s ; Part I au premier étage du bâtiment. Au fil des ans, son travail a évolué depuis les abstractions géométriques linéaires des années 1980 liées (tangentiellement) au mouvement Neo-Geo et caractérisées par des blocs de couleur, pour se tourner ensuite vers des formes plus organiques mettant en relief des éléments récurrents tels les pieuvres ou les hélicoptères ; plus récemment il s’est lancé dans l’exploration de compositions semi-abstraites complexes et ondoyantes.

Au travers de cette évolution émerge une constante : une apparence de chaos maîtrisé, reflétant tensions et vibrations désordonnées, palpitantes et imprévisibles, ou des champs d’énergie entropique comparables aux impulsions électriques qui circulent dans les synapses ou à des flux de conscience captés sur la toile ou le papier.

Dans l’écrin intimiste de l’Académie Conti, (projet conjoint du Domaine de la Romanée Conti et du Consortium) cette exposition monographique réunit pour la première fois un ensemble de trente-cinq dessins réalisés à l’automne 2018, au cours d’une résidence à l’American Academy à Rome, dans un atelier où Philip Guston a également séjourné à la fin des années 1940. Ces dessins présentent formes frémissantes et colorées, griffonnages, configurations labyrinthiques, enchevêtrements et entrelacements semi-abstraits, ou encore des silhouettes d’extra-terrestres qui évoquent des motifs précolombiens. À l’intérieur du cadre rectangulaire et défini de la feuille de papier, les tracés bondissent avec exubérance, se déploient, se dilatent, se déforment, explosent et implosent, partent dans toutes sortes de directions improbables, tout en respectant à chaque fois une organisation compositionnelle cohérente.

La virtuosité de l’exécution contamine et déforme délibérément les notions conventionnelles de ce que l’art est censé être, explorant toutes les potentialités des métamorphoses de la forme mais en conservant encore une fois leur intégrité stylistique en tant que dessins. Lorsqu’il évoque les œuvres les plus abstraites de la série, l’artiste mentionne leur relation au son ou à l’information sonique, expliquant « les avoir imaginées presque comme des partitions musicales en provenance d’une dimension extra-terrestre. »

Le travail de Steve DiBenedetto a été montré dans de nombreuses expositions personnelles et de groupe : Cherry and Martin (Los Angeles), Aldrich Museum of Contemporary Art (Ridgefield, CT), The National Exemplar Gallery (New York), Half Gallery (New York), David Nolan (New York), Whitney Museum of American Art (New York), MoMA PS1 (New York), Centre Georges Pompidou (Paris), Neues Museum (Nuremberg, Allemagne), Kunstverein Museum Schloss Morsbroich (Leverkusen, Allemagne), MAMCO (Genève), etc. Il a reçu une bourse de la Guggenheim Foundation en 2003 ainsi que divers autre prix. Ses expositions les plus récentes ont eu lieu à la Derek Eller Gallery, New York.

L’exposition est ouverte les samedis de 14h30 à 17h30 et les premiers dimanches du mois jusqu’au 10 août 2019.

Crédit photo : Cary Smith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.