Entre forêts et effervescence, le Pays Châtillonnais... insolite et mystérieux dévoile ses merveilles !

Entre forêts et effervescence, le Pays Châtillonnais... insolite et mystérieux dévoile ses merveilles !

Info+ :

Maison de la Forêt

Horaires d’ouverture

Ouvert du 1er avril au 7 septembre et durant les vacances scolaires de la Toussaint.

Le reste de l’année (de septembre à mars), une visite du centre ou une sortie découverte sont toujours réalisables sur rendez-vous.

Du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.

Les samedis et dimanches uniquement de 14h à 18h.

Attention, fermeture de la caisse à 17h

Téléphone 03 80 81 86 11 ou 07 52 03 37 19

 

Maison du Pays Châtillonnais

9-11 rue de la Libération

21400 Châtillon-sur-Seine

Fax : 03 80 81 58 59

Tél : 03 80 81 57 57                         

 

Office de tourisme du Pays Châtillonnais

Office de tourisme du Châtillonnais

Maison Philandrier

1 rue du Bourg

21400 Châtillon-Sur-Seine

03 80 91 13 19

contact@tourisme-chatillonnais.fr


Des forêts immenses, des routes vertigineuses pour atteindre des combes sauvages, des villages magnifiques où se lit l’héritage templier et cistercien. Un étonnant territoire marqué par l’histoire depuis l’âge de fer, et par celle d’une princesse dont on ne connaît pas vraiment le prénom et qu’on nomme la Dame de Vix… celle dont on découvrit la tombe en 1953, avec son incroyable trésor. Et si le vaste monument funéraire qui l’abritait n’a jamais fait l'objet d'investigations, voilà qui est réparé puisque d’août à novembre 2019, le site, propriété de la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais, fera l’objet d’une importante fouille menée par l'INRAP en collaboration avec le Laboratoire ArTheHiS. Et c’est ainsi… de tombe princière en abbayes, de châteaux en églises romanes, de forêts en marais tufeux, d’éboulis de roches en prairies sèches que le Pays Chatillonnais livre ses mystères de pierres et de verdures à qui sait y trainer guêtres et regards.

On peut commencer sa balade par Châtillon et la belle source de la Douix de Châtillon, une des plus belles résurgences vauclusiennes de France. Cette source au débit important attire les foules depuis la nuit des temps. Vénérée au début de notre ère comme sanctuaire guérisseur, elle est aujourd’hui très fréquentée par les spéléologues qui cherchent à pénétrer son mystère. C’est frissonnant en diable ! En levant les yeux, on se pose sur une des plus étonnantes églises romanes de haute Côte d’Or, l’église St Vorles. C'est ici que ce serait accompli le miracle de la lactation de Bernard de Clairvaux qui, entré à l'école des moines à Châtillon, aurait reçu trois gouttes de lait du sein de la statue de la Vierge devant laquelle il priait. Chaque année, la fête de la Saint-Vorles donne lieu à un rassemblement au cours duquel est évoquée la vie du curé de Marcenay en présence de la Confrérie de Saint-Vorles.

Saint Bernard… et c’est toute l’histoire templière et cistercienne du Pays Châtillonnais qui se dévoile en abbayes, en commanderies, en granges… une histoire qui marque l’architecture rurale de ce territoire. Commanderie de Bure les Templiers, sa grange au hameau de Conclois et la magnifique église romane… Abbaye de Molesme fondée par Robert de Molesmes qui donna naissance à deux ordres, celui des cisterciens de Cîteaux, et celui des Chartreux, fondé par Saint Bruno à la Grande Chartreuse… Abbaye du Val des Choues, au fond d’un val improbable qui abrite une meute de 100 chiens et un musée de la Grande Vènerie où se mêlent traditions et art contemporain dans un environnement forestier omniprésent qui couvre 84 000 hectares et représente presque la moitié du territoire du Pays Châtillonnais… Ce sont quelques unes des perles rares du Pays Châtillonnais.

 

Ici, nous sommes dans plus grande forêt de Bourgogne, la Forêt Domaniale de Châtillon, vaste massif forestier, majoritairement peuplé de feuillus, qui a été retenu pour accueillir le 11ème parc national français. Seul parc national dédié à la forêt. Une forêt à laquelle est dédiée une maison, La Maison de la Forêt à Leuglay ! Une maison taillée à la hauteur des petits en mode découverte mais aussi en mode aventure avec ses randonnées forestières pour tout apprendre de la flore insolite ou dans les marais tufeux qui caractérisent ce territoire… C’est aussi se familiariser avec la grimpe d’arbres pour découvrir l’univers intime des hêtres ou des chênes à plusieurs mètres de hauteur. C’est le premier Centre d’Interprétation de France créé sur le thème de la forêt et du bois. Basé sur un concept québécois, il a pour but de sensibiliser les visiteurs à la richesse, la complexité et la fragilité des milieux naturels mais aussi à la place essentielle de la forêt dans l’Histoire, l’économie et la vie du territoire.

 

La Maison de la Forêt porte aussi la traditionnelle fête de l’automne le dernier weekend de septembre et l’incontournable marché aux truffes de Bourgogne organisée par l’association de la Truffe Côte d’Orienne en partenariat avec l’Office de Tourisme du Pays Châtillonnais les Marchés Gourmands et les vignerons de Haute Côte d’Or à la Maison de la Forêt. La Truffe de Bourgogne est la 1ère truffe qui fut consommée à la table des rois de France qui savaient l’apprécier à sa juste valeur. A maturité, elle dégage des parfums remarquables où la puissance se combine merveilleusement à la finesse. Les trufficulteurs de Côte d’Or espèrent bien obtenir la reconnaissance qu’il se doit pour le précieux champignons… ne pas hésiter à se rapprocher de l’office de tourisme du Pays Châtillonnais ou de la Maison de la Forêt pour aller à la découverte du cavage … !

Car nous sommes en terre de bien vivre, de bien manger que dis-je de gastronomie avec ses belles enseignes de Bure les Templiers, de Courban ou encore de Riels les Eaux et bien d’autres ! Une terre où des jeunes s’installent et donnent au paysage un petit coup de renouveau avec les maraîchages, les exploitations bio… Et la mise en valeur d’une des fiertés Côte d’Orienne, le Crémant, celui de Bourgogne, car c’est ici qu’est cultivé, à flancs de coteaux abrupts, le raisin… celui qui va donner le précieux breuvage pétillant qui bénéficie de son AOC.

Pour partir à la rencontre de ce vin raffiné et profiter de l’hospitalité bourguignonne, il faut suivre la Route du Crémant. Un itinéraire de 120km traverse les 23 communes classées « AOC Crémant de Bourgogne » et conduit aux portes des domaines. Là, les vignerons élaborent du Crémant de Bourgogne, mais aussi des Bourgogne blancs et Bourgogne rouges, à découvrir avec délice… ! Dans leurs caves, les vignerons reçoivent les visiteurs, qui comptent de nombreux étrangers, pour partager bulles fraiches et peut-être même gougères fumantes. Pour fêter le printemps, chaque troisième week-end de mars, la Fête du Crémant et du Tape Chaudron regroupe plus de 5 000 personnes, le temps d’une dégustation et d’un défilé carnavalesque haut, très haut en couleurs !

Dans cet univers de forêts denses et uniques, le brâme du cerf annonce l’automne et ses couleurs éclatantes, les ciels « cassés » ombrageant les vallées ou serpentent douix, rus et rivières…   La Seine y reçoit ses premiers affluents que sont la Coquille, le Revinson, la Digeanne et le Brévon. L’eau façonne les paysages avec douceur et cette espèce de génie qui la rend si mystérieuse parfois. Alors le Pays Châtillonnais ce sont des Espaces Natrurels Sensibles, pour cretians fermés au public comme celui de Saint-Germain-le-Rocheux, géré par le Conservatoires des Espaces Naturels de Bourgogne (CENB) qui a été le premier ENS labellisé de Côte-d'Or en 2013. Ce site de 6,6 ha, juché sur un plateau calcaire, a été choisi pour ses richesses faunistiques et floristiques, qui méritent d'être préservées. Situé dans le vallon du Brevon, au coeur d'un splendide ensemble de pelouses et marais tufeux, il abrite un biotope formé de communautés végétales originales et protégées.

 

On y recense des espèces montagnardes comme le choin ferrugineux, ainsi qu'une orchidée typique des zones humides, l'Épipactis des marais. On y trouve également des amphibiens et des demoiselles, proches des libellules, comme l'Agrion de Mercure, ou encore des mollusques rares. Les marais tufeux constituent par ailleurs une spécificité régionale. Si le site n'est pas en accès libre, car trop fragile, des visites grand public y sont régulièrement organisées. Petite visite virtuelle ICI

L’étang de Marcenay, quant à lui, a été labellisé ENS en 2016. D’une surface de 115 ha, il est géré grâce à la collaboration du Conservatoire d'Espaces Naturels de Bourgogne et de la Fédération de Pêche de Côte-d’Or et présente plusieurs intérêts.  On y trouve une surface importante d’herbiers aquatiques d’intérêt européen, comme les groupements à Characées et abrite des marais alcalins également d’intérêt européen, hébergeant plusieurs espèces végétales menacées de disparition parmi lesquelles l’Orchis incarnat. C’est une des plus grandes roselières de Côte-d’Or qui permet la nidification d’oiseaux rares et menacés comme le Blongios nain ou la Roussserolle turdoïde. En prenant le temps on peut aussi lire le passé industriel du site avec son haut fourneau… Un passé, une histoire de bois et de métal qui singularisent l’histoire du Pays Châtillonnais avec les Forges de Rochefort, la Pointerie de Chamesson ou encore celles d’Aignay le Duc ou de Chencières (toutes des propriétés privées qui peuvent se visiter) … On peut aussi retrouver les biefs de vannage à Ste Colombe sur Seine ou le très beau moulin à huile d’Aisey sur Seine.

Dépaysement, calme et étonnement, trois mots pour imager le Pays Châtillonnais qui est, par ailleurs, la plus grande com-com de France ! Le petit lien qui va bien pour aller à la découverte de ce magnifique territoire bien longtemps ignoré , c'est ICI !

Et ICI toutes les missions de la com-com et de son office de tourisme !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.