INSPIRATION GRANDEUR NATURE ... le Parc national de forêts !

INSPIRATION GRANDEUR NATURE ... le Parc national de forêts !

Info+ :

 

20 rue Antole Gabeur

52 210 Arc-en-Barrois

http://www.forets-parcnational.fr/fr

Le Parc national de forêts, situé entre la Champagne et la Bourgogne, a été créé le 7 novembre 2019 !

Situé sur la ligne de partage des eaux entre la Seine et le Rhône sur les départements de Haute-Marne et de Côte-d’Or, le Parc national de forêts, dont 80 % des forêts étaient présentes à l’époque de la Révolution française, est un immense château d’eauquiconcoure à la préservation de la ressource en eau, bien commun si précieux.

La forêt accueille une grande faune de cervidés, de sangliers et aussi de renards, l’étonnant et magnifique chat forestier qui y trouve ses aises et d’autres petits mammifères ainsi qu’une incroyable diversité d’amphibiens et d’insectes. De nombreuses espèces qui étaient en voie de disparition y sont protégées.

Le territoire est également dépositaire d’une histoire riche et parfois mouvementée.  Les tribus celtes, les templiers, les ordres monastiques et la métallurgie sont autant d’époques et de modes de vie qui se sont succédé.

127 communes et de très nombreux villages et hameauxégrènent leurs façades de pierres au gré des humeurs des bâtisseurs.

Il y a 301 parcs nationaux en Europe et 3001 parcs nationaux dans le monde

Les 11 parcs nationaux français

Parc national de la Vanoise, Parc national de Port-Cros, Parc national des Pyrénées, Parc national des Cévennes  

Parc national des Ecrins, Parc national du Mercantour, Parc national de la Guadeloupe, Parc amazonien de Guyane  

Parc national de La Réunion, Parc national des Calanques, Parc national de forêts

 

Le Parc national de forêts en quelques chiffres !

700 km de rivières,

2232 km de sentiers forestiers

43 % des itinéraires inscrits à un PDIPR, soit environ 960 km balisés

24 circuits sur 324 km sont ouverts en multi-activités

13 sentiers découverte

89 fiches des itinéraires de rando téléchargeables sur les sites des offices de tourisme

3 sentiers de Grande Randonnée traversent le territoire du Parc national sur 145 km

Le GR2 emprunte le territoire sur 35 km, le GR7 sur 60 km et le GR145 sur 50 km

 

VENIR DANS LE PARC NATIONAL DE FORÊTS C'EST FACILE !

Par le train

Gare TGV à Montbard

Gare TER Grand Est à Chaumont et Langres

Par la route

Venant du Nord A5 Sortie 23 - Châteauvillain, Ville-sous-la-Ferté, Colombey-les-Deux-Eglises

Venant du Sud A 5 Sortie 24 - Chaumont, Semoutiers, Arc-en-Barrois

 


En quête de dépaysement ? Besoin de vous ressourcer ? Vous êtes au bon endroit !  Forêts immenses, sources paisibles, marais chahutant d'une vie insoupçonnable... Vous êtes quelque part, entre la Champagne et la Bourgogne, aux confins de la Côte-d'Or et de la Haute-Marne, entre forêts, vignes et vals discrets. Territoire façonné par les cisterciens, marqué par l'héritage templier, le Parc national de forêts avec ses châteaux, abbayes et vestiges archéologiques vous offre un magnifique panorama de cet héritage... Avec ses 50 millions d'arbres aux 15 essences différentes à l’hectare une centaine de marais tuffeux, le Parc national de forêts est à lui seul un concentré de toutes les énergies de la nature protégée par l'homme, nourrie par son histoire et ses légendes… un des plus grands espaces forestiers protégés d’Europe !

A quelques encablures de Dijon, à moins de 2h30 de Paris, une porte s'ouvre ainsi sur la forêt pour découvrir des milieux préservés, une histoire à partager, une expérience à vivre à la rencontre de grands espaces, de ciels étoilés, de petites routes qui serpentent ou de beaux sentiers balisés à arpenter en toute sérénité. Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde puisque cet été #jevoyageenfrance !

Le Parc national de forêts a, bien sûr, pour mission de préserver la biodiversité, il est également acteur de la sauvegarde du patrimoine vivant et contribue à la valorisation d’activités économiques compatibles avec le respect de la nature.  Tourisme, gastronomie, œnologie, activités de pleine nature, découvertes culturelles, hébergements de charme, de luxe ou insolites... Le dernier né des parcs nationaux français propose une grande palette d'activités pour satisfaire les visiteurs de quelques jours… ou beaucoup plus !

width=800

C’est donc le moment d’une balade pittoresque au fil des chemins en suivant la Route des lavoirs, en arpentant les sentiers de randonnées, en dormant dans une abbaye ou une cabane perchée, en grignotant léger ou en s’attablant pour un repas gastronomique. Grandes tables, jolies terrasses, petites adresses presque confidentielles offrent une belle diversité de cartes et de menus à savourer en duc d’un soir ou en voyageur posé. Hôtels grand luxe, gîtes, chambres d’hôtes, hébergements insolites, il y a forcément la nuit réparatrice que vous attendez après une journée de grimpe d’arbre avec la Maison de la forêt à Leuglay ou un périple avec des ânes de bat au Centre d’Initiation à la Nature d’Auberive.

 

Des balades INSPIRANTES !

Cheminant, vous tomberez inévitablement sur des abbayes magnifiques, des châteaux aux tourelles de pierres, aux jardins qui portent à la rêverie, à la peinture ou à l’écriture. Et si vous ne savez pas encore arrêter votre course pour respirer… Prenez le temps !

C’est ainsi que vous tomberez, presque par hasard sur la dormeuse du Val, l’abbaye du Val des Choues ! Au milieu d’un paysage préservé de ces vastes forêts, dans le cœur du Parc national de forêts, il est ce joyau hérité du 12ème siècle paré de ses jardins à la française situés. Entre silence et trot des chevaux, l’abbaye du Val des Choues, exprime la rencontre de la pierre, de la forêt omniprésente, de l’eau savamment domestiquée par les moines et d’un musée dédié à l’art contemporain avec le musée Opera de la Vénerie. C’est ici que vous attend la meute Piq’Avant et sa centaine de chiens qui prendront leur petit goûter sous vos yeux !

L’art contemporain qui est aussi très présent dans une autre abbaye, celle d’Auberive qui fut tour à tour habitée par les moines cisterciens, transformée en prison ou fut emprisonnée Louise Michel, colonie de vacances jusqu’à ce qu’elle soit rachetée pour devenir un site somptueux alliant histoire, art brut et Conservatoire de la pomme ! Car les trois vergers de l’Abbaye d’Auberive, implantés dans un parc de 6,5 hectares, abritent un patrimoine écologique important comptant 70 fruitiers, principalement des pommiers, mais aussi des poiriers et des pruniers.

Reprenant le fil de la balade c’est en parcourant la Via Francigena que vous pourrez poser bâtons de marche et sacs à dos pour savourer un moment de plénitude sauvage à l’abbaye du Val Mormant au cœur de la vallée de la Suize, entre Chaumont, Langres et Arc-en-Barrois, ou encore apercevoir, bien cachée dans son parc, celle de Longuay à Aubepierre sur Aube.

L’Aube, l’Aujon, la Tille, l’Ource et bien sûr la Seine sont autant de rivières qui marquent une vie rurale qui inspire les artistes de tous temps.

Quand les lavoirs inspirent les artistes !

En partant du lavoir de Vanvey qui étend ses 15 arches de bois sur les bords de l’Ource depuis le 18ème siècle prenez un rendez-vous avec l’insolite au fil de l’eau ! Ici, on découvre un lieu étrange où la création d’Annette Messager surprend le voyageur entre souffle du vent et…chuuut ! Une belle boucle vous amènera jusqu’à Aignay-le Duc, où vous pourrez visiter une des premières églises gothiques de Côte d’Or avec ses fresques colorées et construite sur pilotis, en passant par, Recey sur Ource et Bure-les-Templiers où vous attend également la première église templière. Des lavoirs classés, dont l’histoire est autant de sujets d’inspiration pour les artistes contemporains, qui émailleront votre chemin de belles découvertes aux reflets d’eau.

C’est en sortant de Recey sur Ource pour rejoindre Bure les Templiers en passant par Terrefondrée, que se cache un tout petit marais tufeux, celui des Brosses qu’on aborde sans précipitation en suivant les caillebotis puis celui du Conois, perché au-dessus du village de Bure les Templiers.

Les marais tufeux sont une des belles singularités du Parc national de forêts…

Les résurgences, les marais tufeux et les cascades (constructions calcaires naturelles) constituent une autre de ses particularités remarquables. Ce sont des espaces sensibles, objets de toutes les observations, à la faune et la flore rare. Car en fonction des saisons, on peut y voir pour qui sait prendre le temps le sabot de Vénus, la plus grande orchidée d’Europe, les montagnardes gentianes pneumonanthes et grandes gentianes jaunes. En se penchant au-dessus des caillebotis dans le marais tufeux du Conois, vous pourrez observer… sans toucher… le délicat épipactis des marais ou encore la Swertie vivace.

Des espèces montagnardes ?

OUI ! Car le microclimat froid des fonds de vallées du Parc national de forêts a permis à des plantes à caractère montagnard, de coloniser des milieux forestiers et aquatiques, trouvant ici la fraicheur et l’eau nécessaire pour s’épanouir loin du piétinement et de la cueillette sauvage qui failli bien éteindre de nombreuses espèces végétales et animales.

Une faune emblématique !

Emblèmes du Parc national de forêts, la belle cigogne noire a choisi d’élire domicile dans ces vastes forêts. Craintive et farouche, elle niche dans des arbres très hauts perchés, non loin de petites rivières où elle pêche le chabot, un drôle de poisson, pour nourrir sa nichée. Grand migrateur, elle est arrivée fin février et repartira fin août vers les sables chauds de la Mauritanie ou du Sénégal. Le Parc national de forêts abrite 20% de la populations françaises de cigognes noires.

Le chat forestier, quant à lui, se cache dans les lisières de forêts où il chasse les petits rongeurs comme son voisin le renards… mais chacun son territoire tout de même ! Alors on observe et surtout on ne dérange pas les animaux sur les terres desquels nous randonnons à pas légers, en se délectant des chants d’oiseaux, du clapotis des ruisseaux et des odeurs qui changent au long des saisons.

A la découverte des grands site naturels du Parc national de forêts… Attention fragiles !

La tufière de Rolampont

Monumental escalier naturel construit par le ruissellement de l'eau, la tufière de Rolampont est un site classé, milieu biologique vivant et actif depuis des millénaires. Véritable laboratoire naturel, la tufière transforme les mousses en tuf. Le bicarbonate contenu dans les eaux d'infiltration y est décomposé : le gaz carbonique est assimilé par les mousses (photosynthèse), ce qui provoque la précipitation du calcaire dissout qui constitue alors le tuf. Le dépôt du calcaire et la croissance des mousses forment des coussinets qui s'élèvent, édifiant progressivement un barrage naturel. Ainsi, la formation du tuf aboutit à cette disposition caractéristique des bassins en gradins.

A télécharger ICI le topoguide

Les sources de l’Aube

L'Aube prend sa source au Mont Armet, à 375 mètres d'altitude, dans la forêt d'Auberive entre Praslay et Aujeurres. La source de l'Aube grossit sur plusieurs dizaines de kilomètres avant de devenir l'imposante rivière qui se jette dans la Seine. Elle est le plus important cours d'eau du département après la Marne. Cette source est une référence en matière de pureté puisque son nom vient du latin « alba » qui signifie « blanche ». L'Aube traverse plusieurs villages de charme : Auberive, Bay -sur-Aube ou encore Arbot.

La source de la Douix à Châtillon sur Seine

En plein cœur de la ville la résurgence de la Douix est depuis la nuit des temps un lieu d'attraction, vénérée déjà au début de notre ère comme sanctuaire guérisseur. Il n’y a pas si longtemps, on l'honorait à la chandeleur en jetant du pain dans la source. Mais elle conserve encore une partie de son mystère malgré l'exploration sur plus de 180 m de son réseau souterrain dans les calcaires du Bathonien. La découverte récente d'ex-voto et de fibules dans la source de la Douix témoignent d'une pratique votive 500 ans av J.C. Pour des raisons inconnues ont jetait des fibules dans l'eau, cette pratique s'est perpétuée jusqu'au début du XX e siècle, où l'on jetait non plus des fibules mais des épingles dans la Douix.

En surplomb de la source, se dresse une des plus belle église romane de Côte d'Or, l'église Saint Vorles qui vit la révélation de Bernard de Clairvaux... Saint Bernard !

Le cirque de la Coquille

Ce cirque est caractérisé par ses éboulis calcaires qui encerclent la source de la Coquille. Un sentier à flanc de coteau (1,5 km) permet de découvrir les richesses historiques et naturelles du site dont des espèces à caractère montagnard comme la linaire des Alpes. Il présente quelques passages à fort dénivelé et nécessite de bonnes chaussures.

A télécharger ICI le topoguide

Où manger, où dormir, que voir et où vais-je trouver les bonnes adresses c’est ICI

 

 Une nature préservée depuis trois millénaires

Crédits photos

©François Poillotte

©Jean-François Feutriez, office de tourisme de Langres

©Jean-Michel Barbier

©Lise Fillon

©Sylvain Boulangeot, Maison de la forêt

©M©Matthieu Delcamp Parc national de forêts

©Marie Quiquemelle

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.