Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Info+ :

 

CDRP 21

La Côte-d'Or c'est près de 3 000 km d'itinéraires de randonnée balisés : à la découverte du patrimoine urbain Dijonnais, des plaines de Vingeanne et du val de Saône, des paysages viticoles des côtes et hautes côtes, des vallées de l’Ouche ou du Suzon, des paysages agricoles de l’Auxois ou des forêts du Morvan et du Châtillonnais, il y en a pour tous les goûts.

Vous ne voulez pas y aller seul ? Rejoignez l’un de nos 57 clubs de randonnée : c’est la garantie de marcher toute l’année dans une ambiance conviviale et en toute sécurité grâce aux animateurs bénévoles.

Alors n’hésitez plus, enfilez vos chaussures de randonnée et partez parcourir les sentiers.

Comité dépértemental de randonnée pédestre de Côte-d'Or
CDRP 21 - 9 rue Jean Renoir 21000 Dijon
Tél. 03 80 41 48 62
www.cotedor-randonnee.com
cote-dor@ffrandonnee.fr

>Découvrez d'autres balades en Côte-d'Or avec le comité départemental de la randonnée :
http://www.cotedor-randonnee.com/randonnees-journee-cote-d-or

>Faire un don  pour l'entretien des sentiers et itinéraires :
http://www.cotedor-randonnee.com/appel-au-dons

>Adhérer à la Fédération Française de la Randonnée
Dans une association : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-ffrandonnee
En individuel : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-comite-cote-dor

>Randonnez en sécurité
http://www.cotedor-randonnee.com/conseils

>Recommandations COVID 19 randonnée
https://www.ffrandonnee.fr/actualites/19093/les-conditions-de-la-pratique-s-assouplissent-.aspx


Dans le canton de Châtillon-sur-Seine, le petit village de Saint-Broing-lès-moines est le point de départ idéal pour une balade de 10 km. Ce circuit dans le Parc national de forêts "Entre Champagne et Bourgogne" créé en novembre 2019 alternant forêts de feuillus, plaines et ruisseaux, vous fera découvrir le patrimoine historique et naturel de Saint-Broing-les-Moines. Ce territoire, qui appartient en entier au bassin de la Seine, est très accidenté. Il est formé de petits plateaux séparés entre eux par des combes profondes. Longeant la Digeanne, vous cheminerez dans un vallon étroit encaissé et bordé de roches. Ce milieu infiniment sauvage révèle des trésors botaniques. La Digeanne, qui coule au bas du village et dont un petit étang régularise le débit, a longtemps fait tourner un moulin.  

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines.
Distances : 10 km.
                   

 

À DÉCOUVRIR EN CHEMIN

SAINT-BROING-LES-MOINES. Canton de Châtillon-sur-Seine.

Trace visible d'une époque lointaine, une voie romaine reliant autrefois Beneuvre à Châtillon-sur-Seine traverse le plateau au nord. Pourtant, le parcours parfois sinueux, repéré seulement partiellement, quitte régulièrement les hauteurs pour se glisser dans les combes, laissant les spécialistes évoquer un itinéraire celtique. Les sanctuaires d'Éssarois et du Tremblois remontant à l'époque gauloise que l'on trouve plus loin le long du tracé pourraient confirmer cette hypothèse. Faute d'études suffisantes, on retient souvent le nom de voie antique.

Après la Révolution, la commune changea plusieurs fois de nom, devenant Saint Broing-les-Roches, Broin-les-Roches, sans doute en référence à la gorge sauvage où se glisse la rivière, Broing et enfin Fontaine-les-Roches.

Au cœur du village, l'église Saint-Bénigne fut reconstruite au XIXe en conservant un clocher du XVIIIe. On y pénètre par un beau portail sur le côté duquel se dresse un houx imposant. Sur la gauche de cet arbre, une pierre d'angle de l'église porte les noms du maire, du conseil municipal et du curé que la posèrent en juin 1834. En étant observateurs, vous croiserez souvent ces pierres gravées encastrées dans les murs du pays Châtillonnais.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Contre la mairie-école XIXe voisine, une tour octogonale accolée reste le dernier vestige d'un prieuré XVe de Bénédictins de l'abbaye de Molesmes, qui donna le surnom de Moines au village. Saint Broing serait une déclinaison de saint Bénigne, un saint Bourguignon que l'on retrouve jusque dans la capitale des ducs de Bourgogne. À Dijon, la cathédrale Saint-Bénigne côtoie le musée archéologique aménagé dans l'ancienne abbaye.

Deux lavoirs-abreuvoirs équipés de bacs pour laver debout ont également été construits au XIXe,  celui du centre fier de ses cinq arcades, le second n'en compte que  trois mais profite de tuiles violon. On croise dans les rues voisines une fontaine avec abreuvoir et bac à laver, un grand abreuvoir en U avec puits et fontaine et enfin, la fontaine XIXe de la place centrale. On trouve encore dans le village une maison avec un four à pain et une petite maison couverte de laves fière d'un joli linteau de porte. Un détour au cimetière nous fait découvrir la jolie chapelle de la famille Chalopin Deschamps et une belle croix très ouvragée érigée par la même famille, dont le socle porte un bas-relief.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Les hangars des établissements Mathiaut S.A., spécialisés dans la construction métallique, dominent le bourg. L'histoire commence quand Marcel Mathiaut reprend l'atelier de maréchalerie de son beau-père en 1946. Il invente un célèbre système de freinage pour les remorques agricoles avec verrouillage par crémaillère connu des agriculteurs de la France entière sous le nom de levier à main, produit à plus d'un million d'exemplaires ! L'entreprise se développera avec la fabrication et la commercialisation de matériels destinés aux petits exploitants, puis de la sous-traitance. En juillet 2003, Patrick Mathiaut succèdera à son père. Aujourd'hui équipées pour le Fluoperçage et la découpe laser, les installations revendiquent des compétences dans la serrurerie dite haute couture.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Au nord-ouest de Saint-Broing-les-Moines, à 1 400 m, on trouvait autrefois une piscine à deux bassins construite par M. Senn, qui faisait la joie des habitants de Saint-Broing-les-Moines et des environs.

Au nord-est, l'ancien moulin comptait jadis trois roues et une turbine produisant du courant électrique dès 1925, avant le village lui-même. Elle ne pouvait cependant fournir de l'énergie que pour quelques ampoules.  Cet ancien moulin banal du XIIIe du prieuré de Molesmes ne laisse ses premières traces écrites qu'en 1423. Vendu après la Révolution, acquit au milieu du XIXe par la famille Chevallier Valentin, il tournera jusqu'en 1955. Les deux guerres marquèrent les lieux. Le meunier perdit son fils ainé en 1914, une cinquantaine de réfugiés y furent abrités durant l'exode de 1940, puis un bombardement souffla les toitures en 1944. De nos jours, les meules inutilisées depuis des années dorment paisiblement. Contrairement aux roues bien abimées, le mécanisme avec ses engrenages en buis a résisté aux affres du temps, des dents de rechange étant même prêtes à remplacer les plus fatiguées. L'étang du moulin est aujourd'hui menacé suite à la politique de destruction des ouvrages hydrauliques pour rétablir la continuité naturelle des cours d'eau.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Aucune farine ne quitte plus les lieux, mais au départ de votre circuit, juste avant de plonger vers la Digeanne, la Ferme des 100 blés, dissimule un moulin Astrié à meule de pierre préservant le germe des grains de blé et un four à bois. Vous pourrez le visiter et déguster d'excellents pains bios cuits sur place. Une belle manière de clôturer une balade.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

En amont du moulin, dans de petites falaises bordant la rive droite de la Digeanne, on découvre, noyés dans les broussailles, quelques abris sous roches et  une modeste grotte, le Trou du Diable. Presque en face, sur l'autre rive du torrent, on déniche d'anciens rouissoirs.

Citons encore la Bergerie, au sud, et Villarnon, au nord-ouest, déjà connu au XIVe.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

La Digeanne

La Digeanne arrose le territoire. Elle débute son parcours dans les bois à environ six kilomètres au sud à vol d'oiseau, à la source de la Chaudière-d'Enfer, résurgence en forme d'entonnoir sur le territoire du village de Minot. Principal affluent de l’Ource qu'elle rejoint à Voulaines-les-Templiers et sous-affluent de la Seine, elle s’étire sur une trentaine de kilomètres.

Ce cours d'eau peut parfois cruellement manquer d'eau pendant les épisodes de sécheresse, au grand désespoir de ses habitants, lamproies de Planer, vairons, loches franches, truites fario, épinoches, chabots ou encore blageons. On dénombre environ 16 espèces de poissons dans cette rivière, ses affluents accueillant l’écrevisse à pieds blancs.

Voletant le long des les rives, identifiable grâce au dessin en forme de tête de taureau pour les uns, de casque gaulois pour les autres, figurant sur le deuxième segment abdominal des mâles, vous repérerez l’Agrion de Mercure, petite demoiselle bleue et noire. Véritable indicateur potentiel de la qualité des habitats, cette jolie libellule sensible à la qualité de l’eau se niche près des sources, ruisseaux et fossés non pollués.

Quand la Digeanne faisait frontière.

À l'extrémité sud-est de l'itinéraire, la Digeanne arrive du sud en se tortillant dans le vallon après avoir croisé le moulin de Minot, puis se glisse sous le pont de pierre que vous emprunterez. Un coin idyllique, bucolique et pourtant ! Remontons le temps…

Vers 1612, la peste qui ravagea Langres atteignit Saint-Broing-les-Moines en 1636, puis Minot, village niché à trois kilomètres au sud sur le plateau. Pour se protéger, les habitants érigèrent en 1642 une chapelle vouée à Saint-Roch entre Minot et son moulin, en accomplissement d'un vœu pour la cessation du fléau. Pour inhumer les corps des contagieux, un cimetière fut aménagé et longtemps après sa désaffection, le lieu-dit garda le nom de Champ des Pestiférés. Malgré ce nom, ce lieu n'évoque cependant pas la peste, mais la lèpre. Les vieux textes nous disent :

- En bas, vers la Digeanne, c'est là qu'allaient mourir les lépreux.

Et de poursuivre :

- Quand ils ne pouvaient plus vivre tous seuls, on les menait là pour qu'ils meurent dans de petites huttes. Quand ils étaient vraiment trop malades, prêts à mourir, on leur portait à manger sur le pont.

(Une simple passerelle à l'époque).

- Ils n'avaient pas le droit d'aller plus loin. C'est la rivière qui faisait frontière.

Plus d'infos sur Minot et les lépreux : Le livre Une campagne voisine : Minot, un village bourguignon. Yvonne Verdier, Tina Jolas, Françoise Zonabend, Marie-Claude Pingaud.

https://books.google.fr/books

Plus d'images et  d'infos sur le patrimoine de Saint-Broing-les-Moines.

https://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_saint-broing-les-moines_547.html

Plus d'infos sur le parc national des forêts Champagne Bourgogne

http://www.forets-parcnational.fr/fr

 

 

Circuit des roches de la Digeanne - 10 km.

Circuit de randonnée pédestre. Balisage jaune. Niveau : moyen.

Plusieurs variantes possibles.

Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

 

Attention : Passage délicat le long des roches de la Digeanne, surtout par temps humide (entre les numéros 9 à 8). Bonnes chaussures conseillées.

Dérivation facile possible : Arrivé au pont sud-est sur la Digeanne❾, il est possible de monter tout droit par un bon chemin facile rejoignant directement Saint-Broing-les-Moines.

 Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Secteur du Pays de Châtillon-sur-Seine :

Les 22 baliseurs bénévoles du Pays Châtillonnais entretiennent le GR2 de Mussy-sur-Seine à Billy-lès-Chanceaux, le GR213 de Chamesson à Touillon Centre et 337 km de PR constitués de 25 sentiers en boucles de 3 à 21 km, gérés en convention avec la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais par le Comité Départemental FFRandonnée Côte-d'Or.

Itinéraire disponible gratuitement sur l'application baladesenbourgogne. Circuit commenté et géolocalisé.
www.bouger-nature-en-bourgogne.com

 Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

Départ Grande Place à Saint-Broing-les-Moines

1 - De la Grande Place, prendre la rue de l’Église, puis sur la gauche, traverser la Belle Place, descendre rue de La Planchotte, emprunter à droite le chemin du Vieux Moulin tout droit jusqu’à la dernière maison. Poursuivre entre bois et haies jusqu’à la Digeanne que l’on traverse au pont du Vieux Moulin. Continuer en face entre les roches.

2 - À cet endroit (Les Lavières), possibilité de variante plus courte par la Combe Marchand à droite ou circuit principal à gauche. Suivre le chemin blanc sur 550 m. Peu avant la route D102, tourner à droite et remonter entre haies et champs Tête des Plains jusqu’à la voie romaine.

3 - À droite, suivre la voie romaine sur 600 m jusqu’à l’entrée du bois. Poursuivre le chemin blanc sur la droite.

4 - À cet endroit (Les Buis), possibilité de variante plus courte par la Combe Marchand à droite ou continuer en longeant le bois. Descendre vers le Trou du Diable.

5 - Au niveau du Trou du Diable, possibilité de variante plus courte (retour au village) par le moulin à droite ou circuit principal, à gauche. Continuer le chemin blanc bordé de haies jusqu’à la route goudronnée. Tourner à droite et la descendre sur 250 m.

6 - À gauche, prendre le chemin enherbé en direction des bois, les traverser. À l’intersection, continuer à droite le chemin jusqu’au pont de Val Fleury. Le traverser, franchir à droite le portillon des barbelés, suivre le sentier qui domine la Digeanne en restant au pied des roches. (Passage délicat par temps de  pluie). Retrouver la route goudronnée, tourner à gauche et la suivre sur 75 m.

7 - Quitter cette route à droite et s’engager dans le chemin en contrebas qui longe les falaises (à gauche) et surplombe la vallée de La Digeanne. (Passage délicat par temps de  pluie).

8 - À La Viergeotte, à gauche, retour au village. (À droite variante du moulin).

 Balade en Châtillonnais autour de Saint-Broing-les-Moines

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.