Balade au coeur des Grands Crus

Balade au coeur des Grands Crus

Info+ :

CDRP 21

La Côte-d'Or c'est près de 3 000 km d'itinéraires de randonnée balisés : à la découverte du patrimoine urbain Dijonnais, des plaines de Vingeanne et du val de Saône, des paysages viticoles des côtes et hautes côtes, des vallées de l’Ouche ou du Suzon, des paysages agricoles de l’Auxois ou des forêts du Morvan et du Châtillonnais, il y en a pour tous les goûts.

Vous ne voulez pas y aller seul ? Rejoignez l’un de nos 57 clubs de randonnée : c’est la garantie de marcher toute l’année dans une ambiance conviviale et en toute sécurité grâce aux animateurs bénévoles.

Alors n’hésitez plus, enfilez vos chaussures de randonnée et partez parcourir les sentiers.

Comité dépértemental de randonnée pédestre de Côte-d'Or
CDRP 21 - 9 rue Jean Renoir 21000 Dijon
Tél. 03 80 41 48 62
www.cotedor-randonnee.com
cote-dor@ffrandonnee.fr

>Découvrez d'autres balades en Côte-d'Or avec le comité départemental de la randonnée :
http://www.cotedor-randonnee.com/randonnees-journee-cote-d-or

>Faire un don  pour l'entretien des sentiers et itinéraires :
http://www.cotedor-randonnee.com/appel-au-dons

>Adhérer à la Fédération Française de la Randonnée
Dans une association : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-ffrandonnee
En individuel : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-comite-cote-dor

>Randonnez en sécurité
http://www.cotedor-randonnee.com/conseils

>Recommandations COVID 19 randonnée
https://www.ffrandonnee.fr/actualites/19093/les-conditions-de-la-pratique-s-assouplissent-.aspx


Vous côtoierez, tout au long de ce parcours, sept des trente-trois Grands Crus existants dans toute la Bourgogne. Clos de Tart, Clos des Lambrays, Clos Saint-Denis, Bonnes Mares, Latricières-Chambertin…., une véritable guirlande de Grands Crus ! Plus loin, dans la forêt, vous marcherez sur les vestiges de l’ancienne voie ferrée du tacot qui a circulé de 1921 à 1938. Vous terminerez cette petite randonnée avec une vue panoramique de Morey-Saint-Denis, sans oublier au passage de visiter l’église du village.

Morey-Saint-Denis.

C'est en 1927 que Morey-en-Montagne devint définitivement Morey-Saint-Denis. Avec ses 1000 ha, Morey-Saint-Denis est une des plus petites appellations des grands vins de Bourgogne. Clos de Tart, Clos Saint-Denis, Bonnes-Mares (Les bonnes mères Bernardines), Clos de la Roche et Clos des Lambrays demeurent les plus réputés, même si on y aperçoit une fausse cabote. Ce clos fut la propriété de Camille Rodier, fondateur de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.

Morey-Saint-Denis. Balade au cœur des Grands Crus.

Très dispersé, le bourg se divise en trois parties. Le vieux village au cœur du vignoble, un quartier neuf à l'entrée de la combe qui entaille la montagne et un second quartier neuf à l'est de la grande route.

Commençons ce tour d'horizon rapide par le vieux village. L’église reconstruite en grande partie au fil des siècles, conserve une chapelle cistercienne XIIIe, le chœur actuel. On lui ajouta la tourelle sud au XVe, époque où elle fut fortifiée permettant aux habitants de s'y réfugier. Les modifications se poursuivirent au XVIIIe. La nef fut reconstruite tandis que la nouvelle façade de style grec arborait des ailerons en volutes surmontés de vases. Quelques beaux vitraux apportent une lumière colorée sur les stalles en bois XVIIIe où trônent deux cariatides.

Balade au coeur des Grands Crus - Morey-Saint-Denis

Au gré des rues, on découvre l'ancienne mairie école, la maison Morizot du XV-XVIe reconnaissable à sa tourelle, la demeure belle époque du domaine Rémy, le cellier de Saint-Denis, le domaine du Clos des Lambray et son parc XVIII-XIXe, la maison des Templiers, le vieux four banal, le pigeonnier carré XVIIIe surmonté d'un lanternon du domaine Dujac et des vieilles demeures et maisons de maîtres du XVIe au XIXe, l'une possédant d'intéressants communs ornés de bustes de chevaux en bronze. Une de ces demeures, située près de l’église, a été la propriété du mathématicien Gaspard Monge. Ancienne cuverie abritant un pressoir au XVIIIe, le castel de très-Girard fut transformé en hôtellerie. Le domaine du Clos du Tart XVIe, ancien cellier médiéval des Bernardines fondé au XIIe, conserve toujours un majestueux pressoir perroquet à roue et deux étages de caves voûtées superposées aménagées au milieu du XIXe.

Morey-Saint-Denis. Balade au cœur des Grands Crus.

Au sud du village, le domaine XVIII-XIXe de la Bussière ou Petite Bussière, ancien logis et cuverie de l'Abbé de Cîteaux, garde toujours une chapelle.

Dans le cimetière surveillé par une croix en métal, on remarque contre un mur les stèles XIXe sculptées de deux prêtres. Plusieurs autres croix en pierre sont parsemées sur le territoire, la plus intéressante devant l'église.

Balade au coeur des Grands Crus - Morey-Saint-Denis

En grimpant vers le nord-ouest, on arrive au village haut veillé par une petite Vierge abrité sous un oratoire. Derrière les maisons s'ouvre la combe de Morey  bordée de carrières en rive gauche. Les randonneurs qui remontent le vallon arrivent à un escalier qui se faufile jusque sur la crête. Plus loin, la ferme de Buère est désormais convertie en centre équestre.

Balade au coeur des Grands Crus - Morey-Saint-Denis

Au sud-est, le village neuf peine à retenir les curieux. On observe toutefois une petite maison de maître au toit d'ardoises XIXe veillée par un cèdre majestueux.

Le petit château Ponsot.

Au nord, dans la première partie de votre circuit, le minuscule château Ponsot niché sur les hauteurs, surveille ses vignes. Son histoire est singulière. Au début du XIXe, Étienne Liébaut décide de construire une maison à Morey-Saint-Denis et s’inspire de la façade du château du Clos de Vougeot. Ainsi, sa maison, située route des Grands Crus (N° 35) comporte-elle deux tours carrées et un corps de bâtiment entre les deux. Propriétaire du Clos des Monts Luisants, Étienne Liébaut décide ensuite d'édifier, en 1852, une cabote sur les plans réduits de sa propre maison. Ainsi naquit celui que l'on appelle dans le village, le Petit Château. En 1872, William Ponsot, dont la famille habite alors le château de Saint-Romain, lui achète son Clos de vigne et le Petit Château qui y trône en haut du coteau, curieusement semblable à une réduction de celui de Saint-Romain ! Pourtant, en suivant le cheminement historique, on doit plutôt dire que cette  cabote de luxe est une reproduction en miniature de la façade du château du Clos de Vougeot !

Morey-Saint-Denis. Balade au cœur des Grands Crus.

La voie du tacot

La Côte viticole, au sud de Dijon, fut l'objet de bien des efforts pour implanter des lignes de chemins de fer. Aujourd'hui, la grande ligne file sur Lyon et le sud de la France. Deux autres lignes seront construites.

La première pour un tramway électrique reliant Dijon à Gevrey-Chambertin. Les premiers trams roulèrent en 1908, la ligne étant exploitée par les C.D.E., Tramways électriques de Dijon.

Morey-Saint-Denis.
LE TUNNEL DU TACOT ©André Beuchot

La seconde était destinée à un train à vapeur familièrement appelé tacot, joignant Dijon et Beaune. Les travaux commencèrent pendant l'hiver 1910. Ce qui eut le mérite d'occuper les ouvriers vignerons durement éprouvés par la perte des récoltes de 1909-1910. En 1912, on modifie le tracé autour de Semezanges. Deux ans plus tard, la plateforme est bien avancée. Dans la combe Grisard (le grisard était le brouillard dans le parler des vignerons), il faut tailler la montagne pour établir le passage et même, creuser un tunnel de 17 m de long à bras d'hommes dans un éperon rocheux incontournable. Une petite voie de chantier provisoire permet de faire rouler des wagonnets pour évacuer les gravats. Puis, pour franchir le fond de combe, on emmagasine les déblais pour monter un solide remblai. Il faut également construire un pont de bonne taille pour enjamber le chemin d'exploitation qui souligne le fond du vallon. Hélas, la grande guerre arrive et les travaux sont suspendus en 1915. Ils ne reprennent qu'en 1919. Les premiers trains circulent enfin en 1921, ce qui en fait une des premières voies métriques opérationnelles en France.

De Dijon à Gevrey-Chambertin, les convois empruntent la ligne du tramway, les croisements étant basés sur le respect des livrets de marche des trains. Puis, poursuivant en site propre, les locomotives à vapeur du CDCO, chemin de fer de la Côte-d'Or, s'attaquent à la longue rampe des hautes Côtes pouvant atteindre 37 %. Le Tacot ne fait que deux allers retours par jour entre Dijon et Beaune. Un voyage de près de 4 h pour les voyageurs et les marchandises, essentiellement des pierres et produits agricoles, vin ou bétail. La vitesse maximum est de 30 km/h. Limitée à 15 km/h en agglomération, cela donne une moyenne de 16 km/h. À deux essieux ou à bogies, les voitures de voyageurs comptent douze places en 1ère classe, de 26 à 30 places en 2ème classe. L'hiver, on réchauffe les passagers avec des bouillottes, tandis que l'éclairage est assuré par des lampes à pétrole. En 1924, un autorail de Dion plus performant entre en service, mais son manque de fiabilité ne donne pas les résultats escomptés.

Morey-Saint-Denis.
LE PONT DU TACOT ©André Beuchot

En 1930, on teste une automotrice électrique à accus, l'Oiseau Blanc, sans grand succès.

En 1934, devant le déficit d'exploitation, on abandonne le transport de voyageurs par rails au profit des autobus beaucoup plus rentables, sauf sur la partie Meuilley/Nuits-Saint-Georges pour quelques mois encore. Le déclassement de la ligne interviendra en 1937-1938. De nos jours, il ne subsiste que quelques ouvrages d'arts perdus dans les prés et la forêt. Le tunnel de la combe Grisard reste la pièce majeure. À la sortie de celui-ci, un imposant remblai en courbe permet toujours de franchir le fond de la combe avec l'aide d'un pont.

Notons que l'on voit encore à Gevrey-Chambertin, dominés par le château d'eau des locomotives, les hangars en bois des anciens ateliers de maintenance du tacot. Toujours à Gevrey-Chambertin, l'ancien tracé se poursuit vers l'ouest, contournant le lieu-dit Craipillots en s'enfonçant dans une tranchée qu'une frêle passerelle permet d'enjamber.

Balade au coeur des Grands Crus - Morey-Saint-Denis

Plus d'images et d'infos sur le patrimoine de Morey-Saint-Denis.

https://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_morey-st-denis_452.html

http://morey-saint-denis.fr/

http://www.morey-saint-denis.fr/blog/

Plus d'infos sur l'ancienne voie du tacot

http://plm1950.msts.free.fr/rail/SaulieuMeuilleyDijon.html

Plus d'infos sur le pays De Gevrey-Chambertin / Nuits-St-Georges :

https://www.echodescommunes.fr/detail_communaute.php?id_communaute=722

https://www.ccgevrey-chambertin-et-nuits-saint-georges.com/decouvrir-le-territoire/

Le Clos Vougeot et les Climats :

https://www.closdevougeot.fr/fr/

 

 

Balade au cœur des Grands Crus.

Distances : 4,8 km. Niveau : facile. Dénivelé : 140 m.

 Balade

Ce circuit, créé par le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de Côte-d’Or, est balisé par des baliseurs bénévoles FFRandonnée Côte-d’Or.

Partez à la découverte des paysages de vignobles des Grands Crus célèbres. Une balade au cœur des climats pour découvrir autrement le vignoble de Bourgogne.

La carte IGN 3023OT - Nuits-Saint-Georges vous permettra de profiter des variantes pour découvrir les vignobles situés aux abords de l'itinéraire.

Départ : Parking de la salle des fêtes Le cellier de Dionysos. Balisage rouge.

❶ Monter les escaliers et traverser la place en passant devant le monument aux morts. Passer devant la boulangerie et emprunter la première rue à droite. Poursuivre tout droit dans les vignes. Longer la lisière de la forêt sur 250 m.

❷ A l’intersection bifurquer à gauche et monter dans le bois. Déboucher sur le chemin blanc (chemin du Tacot), le suivre à gauche. Passer le tunnel du Tacot. Sortir de la forêt et poursuivre tout droit dans le pré. Attention pâturage : bien refermer la clôture et ne pas s’approcher du troupeau. À l’intersection des quatre chemins (poteau directionnel) descendre à gauche.

❸ Peu avant la route, s’engager à gauche dans le bois. Retrouver la route 400 m plus bas, la suivre à gauche, en direction du village. Contourner le réservoir par la gauche et continuer à descendre sur la route.

❹ Prendre la première rue à droite. La quitter dans le virage pour s’orienter en face sur le chemin qui part dans les vignes. Arriver sur un large chemin. Le suivre à gauche en direction du village. Rejoindre la route des Grands Crus, la suivre à droite. Au niveau de l’église, traverser la route sur le passage piéton et passer devant la mairie.

❺ Prendre la première rue à gauche Rue Basse. La suivre tout droit et retrouver le point de départ.


Fiche randonnée complète de ce parcours :

http://www.cotedor-randonnee.com/sentiers/au-coeur-des-grands-crus

 

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.