Balade en Châtillonnais dans la vallée du Brévon

Balade en Châtillonnais dans la vallée du Brévon

Info+ :

 

CDRP 21

La Côte-d'Or c'est près de 3 000 km d'itinéraires de randonnée balisés : à la découverte du patrimoine urbain Dijonnais, des plaines de Vingeanne et du val de Saône, des paysages viticoles des côtes et hautes côtes, des vallées de l’Ouche ou du Suzon, des paysages agricoles de l’Auxois ou des forêts du Morvan et du Châtillonnais, il y en a pour tous les goûts.

Vous ne voulez pas y aller seul ? Rejoignez l’un de nos 57 clubs de randonnée : c’est la garantie de marcher toute l’année dans une ambiance conviviale et en toute sécurité grâce aux animateurs bénévoles.

Alors n’hésitez plus, enfilez vos chaussures de randonnée et partez parcourir les sentiers.

Comité départemental de randonnée pédestre de Côte-d'Or
CDRP 21 - 9 rue Jean Renoir 21000 Dijon
Tél. 03 80 41 48 62
www.cotedor-randonnee.com
cote-dor@ffrandonnee.fr

Randonner en période de chasse :
https://www.chasseinfo.fr/

Plus d'infos sur la FFRandonnée :
https://www.echodescommunes.fr/actualite_3795_un-territoire-qui-marche.html

Découvrez d'autres balades en Côte-d'Or avec le comité départemental de la randonnée :
http://www.cotedor-randonnee.com/randonnees-journee-cote-d-or

Faire un don  pour l'entretien des sentiers et itinéraires :
http://www.cotedor-randonnee.com/appel-au-dons

Adhérer à la Fédération Française de la Randonnée
Dans une association : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-ffrandonnee
En individuel : http://www.cotedor-randonnee.com/randonnee/la-licence-comite-cote-dor 

Randonnez en sécurité
http://www.cotedor-randonnee.com/conseils

Recommandations COVID 19 randonnée
https://www.ffrandonnee.fr/s-informer/info-covid-19/informations-coronaviru

Texte et photos ©André Beuchot

e nouveau topoguide : La Bourgogne à Pied®.  FFRandonnée Côte-d’Or

Le nouveau topoguide : La Bourgogne à Pied®. 
En vente dans les locaux de la FFRandonnée Côte-d’Or, 9 rue Jean Renoir à Dijon, au prix de 14 € 90 (14 € 15 pour les licenciés FFRandonnée).


Majoritairement forestier, cet itinéraire offre des points de vue pittoresques sur les villages de Beaulieu et Rochefort-sur-Brévon et sur la vallée du Brévon. II vous permettra de découvrir la forêt châtillonnaise semée de pierriers, ses arbres remarquables aux essences variées et sa faune sauvage (cerfs, chevreuils, sangliers, hérons… et avec un peu de chance, cigognes noires !). À travers cet itinéraire, vous découvrirez le patrimoine local : chapelle, forges, lavoirs, châteaux (en particulier le superbe château de Rochefort-sur-Brevon (XIXème siècle)) et même un rare bélier hydraulique au prix d'un petit détour.

Balade en Châtillonnais dans la vallée du Brévon

Distance : 9 km. Niveau : moyen. Dénivelé : 248 m. Durée : 2 h 30. Balisage jaune

 

 

À DÉCOUVRIR EN CHEMIN

 

Rochefort-sur-Brévon

Couverte d'ardoises, l'église romane de la Nativité au chœur plus bas que la nef, remonte au XIIIe siècle, mais fut remaniée au XVIe siècle. Le clocher couvert lui aussi d'ardoises, décalé sur le côté, fut rehaussé au XIXe siècle. L'intérieur recèle un plafond plat dans la nef, une tribune en bois, un baptistère monolithique du XIIIe siècle à la cuve portant des motifs en reliefs et un Christ suspendu sous la première ogive du chœur. La lumière colorée par les vitraux illumine également quelques jolies peintures murales du XVIe siècle. À côté de l'entrée, un escalier donne accès à un cimetière en terrasses.

La mairie-école restaurée se dresse à quelques pas. Si elle a perdu une de ses activités, la petite cloche domine toujours la façade.

En contrebas, dans la vallée, le lavoir date du XIXe siècle et à proximité, parmi les maisons construites sur et contre la roche, on remarque encore une ancienne boutique.

 

Un village, deux châteaux

Sur la pente de cette montagne, dans un cadre magnifique, un beau château domine majestueusement le bourg. Édifié en 1888 à la demande du comte de Broissia par l'architecte parisien Sanson, il fut complété en 1896 par de curieuses écuries comptant parmi les plus belles de Bourgogne, dressées sur l'arrière. Un peu plus loin, on aperçoit encore l'orangerie couverte d'une terrasse à balustres, tandis que côté village, une fine cascade agrémente le parc.

 

Le château plus modeste du maître des forges fut lui, édifié sur l'éperon rocheux au XIXe siècle par la famille Bazile. Pourtant, on remarque une archère-canonnière et des traces du fossé, témoignages d'une époque plus lointaine. Attestée en 1235 cette forteresse appartenait au seigneur Robert du Puiset, petit hameau proche. En 1664, un dénombrement décrit un château avec tour, tourelles, guérites, pigeonnier et trois basses-cours. Il changera de mains plusieurs fois. François de Lieutain, colonel des cuirassiers bavarois le rachète en 1719 pour chasser à Rochefort mais n'y habite pas. Autour de 1720-1730, le bâtiment brûle et ne sera pas reconstruit. Le domaine revient alors aux mains des Chartraire de Romilly, puis en 1800, de Bernard Fabry, intéressé par la présence des deux forges, par le haut-fourneau de Maisey-le-Duc et par le domaine forestier pouvant alimenter ces établissements. Enfin, vers 1820, les Bazile, également maîtres de forges, font construire sur les bases de l'ancienne forteresse, la grosse demeure que l'on découvre aujourd'hui. Selon la tradition, elle serait constituée de la maison seigneuriale de l'abbaye du Val des Choux transportée pierre par pierre, ce qui expliquerait son aspect ancien.

Côté montagne, édifiées sur une terrasse, les annexes étonnantes surmontées par une fine tour faisant pigeonnier méritent un coup d'œil, tandis qu'un puissant colombier rond se dresse en bord de rue. Les forges s'éteignirent vers 1840 et la propriété revint par succession à la famille de Froissard de Broissia.

 

Une pierre enigmatique

Selon un dicton, "à Rochefort-sur-Beuvron, Pierre qui corne au bout du pont !" Dans le prolongement du mur ouest de la digue barrant le Brévon, on trouve une pierre percée tarabiscotée, le pseudo menhir de la Pierre qui Corne, trouvée dit-on, au milieu des étangs de Rochefort.  Selon la légende, si vous soufflez dans une des cavités, vous entendrez la pierre corner ! Ou encore, si vous parlez dans le trou supérieur, le son ressortira par celui du bas de manière si puissante qu'on l'entendra dans toute la vallée du Brévon. Elle aurait fait l'objet d'un conflit avec le village voisin de Saint-Germain-le-Rocheux. Les habitants volèrent la pierre pour l'installer dans leurs pâtures. Avec elle, ils sonnaient les bêtes le soir venu pour rassembler les troupeaux. Mais les gens de Rochefort réclamèrent leur bien. La situation s'envenimait  quand les esprits se calmèrent miraculeusement. La pierre retrouva sa place là où vous la voyez. Il est toutefois bon de rappeler que jadis, une "pierre qui corne" avait pour fonction de marquer un angle, un coude de chemin (comme le corner au football).

 

Les forges

Au bord du Brévon, d'anciennes forges laissent glisser leur toit jusqu'au sol. On découvre ici une étonnante harmonie entre la rivière, domptée par les digues, qui s'étire dans ses étangs et les constructions qui l'assaillent. Harmonie d'autant plus étonnante qu'il s'agit de vestiges industriels. Peu de bâtiments de ce type sont parvenus jusqu'à nous et le Châtillonnais conserve les plus intéressants. Dans ces ateliers d'affinerie, on transformait en fer la fonte provenant des hauts fourneaux de Maisey-le-Duc et de Nod-sur-Seine, en combinant chaleur, apport d'oxygène et martelage. Dans les années 1840, l'activité sidérurgique cessa. Mais les constructions ont gardé leur aspect, sans subir de grandes transformations techniques au début du XIXe siècle. On peut imaginer la physionomie de ces ateliers chauffés au bois tels qu'ils étaient à la fin du XVIIIe siècle. À cette époque, ils utilisaient la méthode d'affinage à un seul foyer. Le fonctionnement des forges débuta au XVIIe siècle, et elles n'ont pratiquement jamais cessé de fonctionner. La couverture en tuiles se distinguait des toits de laves habituels de l'époque. Des cheminées carrées et pyramidales dont la plus haute atteint 18 m, surmontent les foyers d'affinerie. Après l'arrêt de l'activité métallurgique, la "forge d'en Haut", fut transformée en scierie, plusieurs fenêtres étant ouvertes pour éclairer l'atelier. La "forge d'en Bas" accueillit une installation électrique destinée au château. Vous remarquerez que deux canaux encadrent la "forge du Haut", le Brévon entrainant jadis deux roues, côté droit pour le marteau, côté gauche pour les soufflets. Sa restauration suscite l'espoir des amateurs du patrimoine, inquiets pour l'avenir de l'étang.

 

Le Puiset.

La petite chapelle Saint-Maur dominée par son clocheton attire les regards. Si elle n'a rien de spectaculaire, elle retient les promeneurs par ses détails d'architecture : porte latérale surmontée d'une accolade en pierre, petite fenêtre en ogive ou grande fenêtre parée d'un vitrail moderne, croix en pierre piquée sur l'arrête du toit, coq doré perché au sommet du clocheton etc. Un pèlerinage y perdura jusqu'en 1793. Sa restauration a fait disparaitre l'enduit intérieur fatigué sur lequel figuraient nombre de graffitis, mais aussi hélas, les maigres vestiges d'une peinture murale. Le plafond retiré laisse apparaitre la charpente et la cloche. Lors des travaux, une jolie piscine dissimulée par une dalle sur laquelle figure une croix templière gravée fut dégagée. La chapelle abrite une statue de Saint Maur, patron des lieux et une Vierge.

Près de la chapelle, on trouve une croix en pierre et le lavoir bordé par un abreuvoir. On remarque également ici une tête de cheval sculptée surmontant la porte d'une grange, plusieurs bornes fontaines et de beaux murets en pierres percées.

 

Le bélier hydraulique.

Le nom du hameau viendrait de "puit sec" car il était jadis dépourvu de puits et de source. Le Puiset manquant d'eau, il fallut trouver une solution pour l'alimenter. Un bélier hydraulique Bollée mis en service 1890 ou 1891 se chargeait d'hisser l'eau d'une source située dans le vallon. Nichée dans la combe Vellerot, à l'abandon, il côtoie un ancien rouissoir.

 

Beaulieu.

Beaulieu vient du latin "bellus locus", "lieu beau", endroit agréable à habiter. Ce "beau lieu" calé dans la vallée du Brévon possède de vieilles maisons du XIVe siècle, une jolie et étonnante mairie-école-lavoir construite au XIXe siècle derrière laquelle se cache le four à pain duXIXe siècle. Plus haut, on déniche une belle fontaine-abreuvoir. Quatre autres bornes fontaines sont dispersées dans le village où les habitants étaient surnommés les "queues d'âne" (quoue d'âne) ou encore les "béliers".

On accède à la maison du Seigneur grâce à une imposante double volée d'escaliers. L'église, surmontée par une flèche de clocher octogonale couverte d'ardoises, fut édifiée au XIXe siècle sur l'emplacement d'un ancien prieuré du Xe siècle de l'abbaye de Flavigny, quelques maisons autour en gardant les vestiges. Une jolie croix sculptée trône devant le parvis. Pendant la Révolution, un prêtre caché au village bâtait le tambour pour signaler qu'il allait y donner une messe.

Un moulin tournait jadis sur le Brévon et la retenue formait un étang. Les anciens vannages de la digue subsistent près du pont. La partie du village en rive droite est appelé "la Roche". Plusieurs maisons sont bien bâties sur une roche et la rue qui y conduit a gardé le nom. On y trouve une intéressante croix en pierre.

 

Plus d'infos sur Rochefort-sur-Brévon :

https://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_rochefort-sur-brevon_531.html

 

Plus d'infos sur le parc national des forêts Champagne Bourgogne :

http://www.forets-parcnational.fr/fr

 

Plus d'infos sur Beaulieu :

https://www.mairiedebeaulieu.com/

https://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_beaulieu_52.html

 

Office de Tourisme du Châtillonnais :

https://chatillonnais-tourisme.fr/fr/bouger/circuits-de-randonnee

 

 

VALLÉE DU BRÉVON

Distance : 9 km. Niveau : moyen. Dénivelé : 248 m. Durée : 2 h 30.

Balisage jaune.

 

 

Les cartes IGN 2920SB Châtillon-sur-Seine et 3020SB Recey-sur-Ource vous permettront de profiter des variantes pour découvrir les abords de l'itinéraire.

Itinéraire disponible sur l'appli "baladeenbourgogne"

À éviter en période de chasse (de mi-septembre à fin février les jours concernés).

 

Départ à Rochefort-sur-Brévon, à l'intersection de la D16 et de La rue du Pigeonnier (Carte sur panneaux).

D - Monter la rue du Pigeonnier.

1 - Au calvaire, poursuivre la montée à droite. Couper le chemin goudronnée. Continuer en face jusqu'à remonter un chemin qui longe le bois entre les murets.

2 - S'y engager. Progresser dans ce sentier qui serpente en lisière de forêt puis entre les cultures. Prendre à droite le chemin blanc puis goudronné jusqu'au Puiset

3 - Au Puiset, 40 m après la chapelle, descendre à droite vers le vallon. Traverser avec prudence la D29.

4 - Emprunter Le chemin de terre en face. (Si après 60 m, vous descendez dans la combe à droite, vous atteindrez l'ancien bélier hydraulique du Puiset au bout de 500 m). Monter dans les bois. Passer entre des murets puis des haies. Arriver dans un virage de ta D1128, descendre à droite vers Beaulieu. Traverser le pont. Continuer la D16 direction Mauvilly.

5 - Après la dernière maison, monter le chemin forestier entre bois et prairies (sources).

6 - En haut de la montée, prendre à droite. Progresser 900 m dans les bois de la Glarie.

7 - Arriver à un champ cultivé, poursuivre à droite le long des cultures jusqu'à rencontrer un petit sentier peu visible, tracé entre haies, buisson et pierres. S'y engager jusqu'à la sortie de la forêt.

8 - À droite, retrouver un chemin blanc de lisière. Le suivre sur 500 m en passant devant une ancienne carrière.

9 - Prendre à droite, descendre la combe Endemin.

10 - À droite, pour regagner Rochefort-sur-Brévon. Retrouver la route goudronnée D16, la suivre à droite. Traverser le pont et rejoindre votre départ.

 

Découvrez d'autres balades en Côte-d'Or avec le comité départemental de la randonnée :

 http://www.cotedor-randonnee.com/randonnees-journee-cote-d-or

 

Découvrez la fédération française de randonnée de Côte-d'Or :

 https://www.cotedor-randonnee.com/

 

Retrouver les clubs de randonnée de Côte-d’Or

https://www.cotedor-randonnee.com/associations-randonnee-cotedor/

 

Randonnez en sécurité :

https://www.cotedor-randonnee.com/conseils/tiques/

 

Participez à l'entretien et au balisage des itinéraires :

https://www.cotedor-randonnee.com/cursus/baliseur/