A mi-parcours du Grand Débat National, les élus et les côte d'oriens se sont fortement mobilisés pour contribuer à cette consultation !

18 février 2019

La consultation citoyenne dans le cadre du Grand Débat National s'achève le 15 mars, mais la clôture des cahiers de contributions citoyennes a été fixée au 20 février. À quelques jours de la clôture de ces cahiers dans les mairies et à mi-parcours des réunions organisées dans le cadre du Grand Débat National, Joël BOURGEOT, sous-préfet de l’arrondissement de Montbard et coordinateur départemental de ce dispositif d’envergure, accueilli à Arc sur Tille par le maire, Patrick MORELIERE en présence de Bruno BETHENOD, président l'Association des Maires Ruraux de Côte-d’Or et de Ludovic ROCHETTE, président de l’Association des Maires de Côte-d’Or, a dressé un premier bilan précis et plutôt encourageant pour la Côte-d’Or !

 

 

En effet 80 réunions ont déjà organisées ou programmées dans 50 communes. Partout dans le département, des cahiers de contributions ont été ouverts… soit dans plus de la moitié des quelques 700 communes de Côte-d’Or. D’autres sont à venir. On peut noter que, de l’avis de chacun, ces réunions se sont majoritairement très bien déroulées, dans un état d’esprit constructif. Ce qui démontre la forte mobilisation des Côte-d’Oriens pour ce grand débat.  Les réunions auront lieu jusqu’au 15 mars et certaines thématiques récurrentes émergent déjà, tant lors des débats que dans les cahiers de contributions, comme celles de la santé, de la mobilité et de la ruralité. Si les débats et les contributions ont été de qualité, c'est aussi parce que la plupart des maires de Côte-d'Or ont facilité l'organisation des réunions et des cahiers de contributions.

 

 

Mais pour connaître les propositions des Côte-d'Oriens, il va falloir attendre un peu. « Une synthèse va être faite, cela va sans doute prendre un peu de temps et à ce jour nous ne connaissons pas encore toutes les modalités pratiques d’analyses des contenus, grille de lecture ? Passage par mots clés ? etc. »

Le calendrier du grand débat va désormais s’accélérer… les cahiers de contributions seront disponibles dans les mairies jusqu’au 20 février. Ensuite, ils seront transmis à la préfecture, puis, tous remonteront à la Bibliothèque Nationale de France, mandatée par l’Etat, pour procéder à la numérisation de milliers de documents chargée d'analyser les documents, « en toute exhaustivité et transparence » (à relire ici). Ce moment d’échange était l’occasion pour les présidents d’associations d’élus d’exprimer leur sentiment et de remettre, à monsieur le sous-préfet, les cahiers de contributions de plusieurs communes.

 

 

Ludovic Rochette a d’abord souhaité « réaffirmer le soutien entier des collectivités à l’État, dans le cadre de ce grand débat, et sa solidarité avec les maires, notamment François Rebsamen, à la fois pour le maintien de l’ordre et le droit d’expression de chacun des citoyens. Les communes doivent être les facilitatrices de ce grand débat, d’autant qu’elles donnent déjà l’exemple à travers les conseils de quartier, les conseils municipaux… ». Par ailleurs le président de l’Association des Maires de Côte d’Or précise que les associations d'élus vont faire des propositions propres aux maires et présidents d’intercommunalités dans le cadre du Grand Débat National.

 

 

Un sujet sur lequel Bruno BETHENOD le rejoint.  Considérant, quant à lui, qu’à travers cet événement, « chacun peut dire j’existe, je suis citoyen et je m’exprime…  Il faut reconnaître aux participants une belle lucidité et une confiance dans nos institutions… Les contributions sont de qualité parce que les gens ont pris le soin de formuler leur remarque. Après, il va falloir un peu de temps pour analyser toutes ces contributions. Ensuite, il y aura un temps où il faudra comprendre comment, on en est arrivé là. Enfin, il faudra se poser la question sur la façon dont on peut appliquer les lois. On se rend compte qu'il y a un fossé entre la ville et la campagne. »

 

Si Patrick MORELIERE ne cache pas qu’il a «d’abord entendu sur les ronds-points des propos assez horribles, notamment concernant le chef de l’État. Mais dans le cahier de contributions de ma commune, il a eu la bonne surprise de lire qu’il y avait de la réflexion, avec des sujets de fond, véritablement capables de faire avancer la démocratie. » Une réunion sera organisée dans sa commune par l’association Œil Ou’Vert, ce dont il se félicite.

 

 

Attention le calendrier va s’accélérer !

Les stands de proximité, destinés à stimuler le débat dans la rue, devraient apparaître entre le 22 et le 25 février à Dijon, sans doute à proximité de la gare, tandis que la conférence citoyenne, avec la participation de personnes tirées au sort, devrait se tenir entre le 22 et le 23 mars, toujours dans la cité des ducs.

Les contributions d'initiatives locales doivent être déposées sur le site du Grand débat. Une conférence citoyenne régionale se tiendra à Dijon le 23 mars 

 

DIRECTIVE PREFECTORALE A L'ATTENTION DES MAIRES POUR L'ACHEMINEMENT DES CAHIERS CITOYENS

A l'initiative du Président de la République, l’État a engagé sur tout le territoire un Grand Débat National, démarche inédite de consultation de nos concitoyens afin de leur permettre de témoigner, d'exprimer leurs attentes mais aussi leurs propositions de solutions. De nombreuses communes ont mis à disposition du public un cahier citoyen. Il convient désormais, sous le contrôle des garants, que la restitution de cet exercice démocratique inédit, soit effectuée dans les meilleures conditions et dans le respect des trois principes directeurs suivants :

 

exhaustivité : l'ensemble des contributions reçues sera traité et analysé

 

• transparence : les contributions ont vocation à être rendues publiques

 

égal accès aux données : des prestataires seront mandatés pour analyser les contributions, un accès aux données sera ouvert à d'autres parties prenantes qui souhaiteraient effectuer leurs propres analyses.

 

Il convient donc que la collecte et le traitement des cahiers citoyens soient réalisés dans les meilleurs délais.

 

Ainsi, la date de clôture des cahiers dans vos mairies est fixée au mercredi 20 février 2019.

 

Il vous appartient ensuite de transmettre ces cahiers (les originaux et non des copies pour des raisons de qualité de numérisation) à la sous-préfecture de votre arrondissement ou à la préfecture de Dijon, au plus tard le jeudi 21 février 2019 à 18 heures dernier délai.

 

Je vous invite à en garder une copie en mairie. En effet, vos cahiers ne vous seront pas retournés, ils seront cependant consultables par voie numérique.

 

Je compte sur votre mobilisation pour que cette étape essentielle du Grand Débat National se déroule de la manière la plus efficace et je vous remercie de tout mettre en oeuvre pour que la transmission de ces documents soit effective à cette date.

 

Le Préfet, Bernard SCHMELTZ

 

 

 

Rédaction et crédit photos Marie Quiquemelle

 

  

Agent de développement local

 Conseils en animation du territoire aux élus et associations

 Formatrice en insertion professionnelle

    mariequiquemelle@gmail.com 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Anticiper au mieux l'arrivée de demandeurs d'asile.
Dans la continuité de la réunion que le ministre de...
Démantèlement du camp de la Lande à Calais : des migrants seront accueillis dans trois CAO en Côte-d'Or.
Le démantèlement du campement de la Lande de Calais a...
Emplois d'insertion : optimiser les dispositifs !
La semaine dernière, Christiane Barret, Préfète de la...
Une cérémonie émouvante accueillait 26 personnes dans la nationalité française à la sous-préfecture de Montbard
lls viennent d’Espagne, de Roumanie, d’Algérie, de Pologne...
Avec La Poste, Seurre inaugure sa nouvelle Maison de Service Au Public.
La continuité de l’accès des services au public...
Changer l'environnement pour sauver des vies
Le  Plan Régional Santé Environnement de...
On se la jouait sous haute sécurité avec la préfecture de Côte-d'Or !
En Côte d’Or et partout en France, se tenait la cinquième...
HOPE : Des parcours pour l'intégration des réfugiés en Bourgogne-Franche-Comté
Une soixantaine de jeunes réfugiés de la région...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.