Restauration de l'Ă©glise St Martin d'Arc-Tille

04 mai 2015

Les travaux de rénovation de l'église St Martin avancent remarquablement mais face à la baisse des dotations de l'état aux collectivités, André FANJAUD, président de l’UEPA lance un appel aux dons et organise un vide greniers le 17 mai prochain.

 

 

 

 

 

 

 « De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y a pas de plus vital que le passé »

Simone WEIL, philosophe. 1909-1943.

 


Travaux de l'église St Martin d'Arc-sur-Tille

 


"Le renforcement des fondations de l’édifice vient de se terminer, l’ensemble du bâtiment reposant maintenant sur une structure qui va défier les siècles.
Comme le montre la photo ci-dessous, des échafaudages habillent les murs d’un cadre spectaculaire destiné aux travaux de réfection de la toiture.
Vous vous doutez que ce remarquable chantier de sauvegarde d’un patrimoine irremplaçable nécessite des capitaux importants.
La révision à la baisse des dotations officielles, pourtant prévues dans le plan financier initial, affaiblit les forces vives de la Commune.
C’est pourquoi nous lançons un nouvel appel aux dons afin d’aider la municipalité à poursuivre les travaux. (voir sur le site www.uepa.fr documents et reportages).
Nous invitons également le public à venir nombreux à notre 19ème exposition « brocante-troc/Broc » du 17 mai prochain, (entrée 1 € )"

André FANJAUD, président de l’UEPA.

 

Restauration de l’église St Martin d’Arc/TilleRestauration de l'église St Martin d'Arc-Tille

 

Réglementation
En application des dispositions de la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire, désormais, l'association UEPA est habilitée à  recevoir des LEGS et DONATIONS au même titre que le sont depuis longtemps les municipalités et autres collectivités territoriales.

 

Téléchargez le formulaire de don

 

19ème Brocante-Troc/Broc.
Pensez à réserver.
Réservations exposants selon espaces disponibles. Tel : 03 80 37 04 54 

 

 

 

Histoire brève de l’église St Martin d’Arc-sur-Tille (en Bourgogne)  21 janvier 2014 : une grue géante dépose, sous le regard ému de la population, le nouveau toit du clocher, tandis que chantent les cloches sorties provisoirement de leur long sommeil ! Ainsi, se clôt la première tranche des travaux de restauration de l’église St Martin d’Arc/Tille après plus de 25 ans d’une marche douloureuse et chaotique : Novembre 1989 : suite à la chute d’une pierre, le maire, en charge de la sécurité des 2 500 habitants, décrète la fermeture de ce patrimoine de 1829. ... puis, silence complet sur son devenir ...  Novembre 1991 : une poignée d’amis, révoltés par l’absence de la moindre initiative, créent l’association U.E.P.A. (Une Eglise Pour Arc/Tille). Sous sa pression, des études techniques et financières sont lancées pour déterminer les travaux à effectuer et leur coût. Importance de ceux-ci, lourdeur du dossier, tergiversations et manque de motivation neutralisent toute décision.  Un nouveau maire, insensible au respect de l’histoire et du patrimoine, s’enferme très vite dans le rejet de tout dialogue comme de recevoir l’architecte qui, rémunéré par l’UEPA, présente un projet de restauration par tranches, cohérent et financièrement acceptable. Malgré pétitions et autres interventions, l’édile fait voter, le 6 décembre 2005, la démolition de l’église, sans réel projet de remplacement, décision unique en Bourgogne. L’association n’a d’autre choix que d’ester en justice. Le tribunal administratif de Dijon lui donne raison et désigne un expert pour une contre-expertise. Le maire fait appel. Il est débouté par la Cour administrative d’appel de Lyon et condamné à verser 2 000 € à l’UEPA.  Progressivement les mentalités évoluent vers une prise de conscience nationale et ministérielle en faveur de la sauvegarde du patrimoine religieux non classé. En mars 2008, l’élection d’un nouveau maire, pragmatique, compétent et convaincu de l’importance de l’histoire pour les générations futures, ouvre la voie à une collaboration efficace entre la municipalité et l’association.  Le 6 décembre 2010, après la constitution d’un dossier cohérent, le conseil municipal décide que « La commune procèdera à une restauration du bâtiment en plusieurs phases, en fonction des éléments techniques apportés et du financement extérieur acquis » S’enchaînent alors, les étapes administratives incontournables qui aboutissent aux premiers travaux de restauration, sans interférence sur d’autres réalisations communales et sans augmentation des impôts locaux. Comme nous l’avons écrit en préambule, la pose du nouveau toit du clocher en fut le point d’orgue sous les feux des médias dont France 3 Bourgogne et TF 1.  ... /... 1 Depuis fin septembre 2014, et pour une durée de 15 à 18 mois, les travaux de la deuxième tranche de restauration ont démarré : réfections des planchers du 1er étage, pose d’échafaudages, réfection des toitures, enlèvement des dalles du sol pour renforcement des fondations de la nef et du péristyle, forage des micro-pieux …  La réouverture de l’église, pour des rencontres festives cultuelles et culturelles est espérée pour 2016 - 2017.  Mais, les dotations du Gouvernement, pourtant programmées dans le plan de financement, viennent d’être revues à la baisse, obligeant la Municipalité à dépasser le seuil légal de 20 % de son investissement. Ainsi, nous devons accroitre notre participation financière tout en préparant le remplacement des portes et fenêtres, la réfection de l’électricité, l’installation d’un chauffage et l’achat de sièges indispensables pour un accueil décent du public.  Le soutien du plus grand nombre est donc plus que jamais vital ! Voir les imprimés pour dons sur le site de l’UEPA www.uepa.fr ou écrire à : Association UEPA 50 rue de la Cras 21560 Arc/Tille.   Pour conclure, nous rendons hommage à tous ceux qui nous ont entourés et continuent de le faire, journalistes, fédérations, instances officielles, mécènes, entreprises, particuliers, la Fondation du Patrimoine, et, enfin, le maire Monsieur Patrick MORELIERE et ses élus, sans lesquels rien n’aurait pu être réalisé !  « De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y a pas de plus vital que le passé » Simone WEIL, philosophe. 1909-1943.  AF 2 mars 2015Histoire brève de l’église St Martin d’Arc-sur-Tille (en Bourgogne)

 

21 janvier 2014 : une grue géante dépose, sous le regard ému de la population, le nouveau toit du clocher, tandis que chantent les cloches sorties provisoirement de leur long sommeil !
Ainsi, se clôt la première tranche des travaux de restauration de l’église St Martin d’Arc/Tille après plus de 25 ans d’une marche douloureuse et chaotique :
Novembre 1989 : suite à la chute d’une pierre, le maire, en charge de la sécurité des 2 500 habitants, décrète la fermeture de ce patrimoine de 1829.
... puis, silence complet sur son devenir ...

Novembre 1991 : une poignée d’amis, révoltés par l’absence de la moindre initiative, créent l’association U.E.P.A. (Une Eglise Pour Arc/Tille).
Sous sa pression, des études techniques et financières sont lancées pour déterminer les travaux à effectuer et leur coût.
Importance de ceux-ci, lourdeur du dossier, tergiversations et manque de motivation neutralisent toute décision.

Un nouveau maire, insensible au respect de l’histoire et du patrimoine, s’enferme très vite dans le rejet de tout dialogue comme de recevoir l’architecte qui, rémunéré par l’UEPA, présente un projet de
restauration par tranches, cohérent et financièrement acceptable.
Malgré pétitions et autres interventions, l’édile fait voter, le 6 décembre 2005, la démolition de l’église, sans réel projet de remplacement, décision unique en Bourgogne.
L’association n’a d’autre choix que d’ester en justice. Le tribunal administratif de Dijon lui donne raison et désigne un expert pour une contre-expertise. Le maire fait appel. Il est débouté par la Cour administrative d’appel de Lyon et condamné à verser 2 000 € à l’UEPA.

 

Progressivement les mentalités évoluent vers une prise de conscience nationale et ministérielle en faveur de la sauvegarde du patrimoine religieux non classé.
En mars 2008, l’élection d’un nouveau maire, pragmatique, compétent et convaincu de l’importance de l’histoire pour les générations futures, ouvre la voie à une collaboration efficace entre la municipalité et l’association.

 

Le 6 décembre 2010, après la constitution d’un dossier cohérent, le conseil municipal décide que « La commune procèdera à une restauration du bâtiment en plusieurs phases, en fonction des éléments techniques apportés et du financement extérieur acquis »
S’enchaînent alors, les étapes administratives incontournables qui aboutissent aux premiers travaux de restauration, sans interférence sur d’autres réalisations communales et sans augmentation des impôts locaux.
Comme nous l’avons écrit en préambule, la pose du nouveau toit du clocher en fut le point d’orgue sous les feux des médias dont France 3 Bourgogne et TF1

 

Depuis fin septembre 2014, et pour une durée de 15 à 18 mois, les travaux de la deuxième tranche de restauration ont démarré : réfections des planchers du 1er étage, pose d’échafaudages, réfection des toitures, enlèvement des dalles du sol pour renforcement des fondations de la nef et du péristyle, forage des micro-pieux …

 

La réouverture de l’église, pour des rencontres festives cultuelles et culturelles est espérée pour 2016 - 2017.

 

Mais, les dotations du Gouvernement, pourtant programmées dans le plan de financement, viennent d’être revues à la baisse, obligeant la Municipalité à dépasser le seuil légal de 20 % de son investissement.
Ainsi, nous devons accroitre notre participation financière tout en préparant le remplacement des portes et fenêtres, la réfection de l’électricité, l’installation d’un chauffage et l’achat de sièges indispensables pour un accueil décent du public.

 

Le soutien du plus grand nombre est donc plus que jamais vital !
Voir les imprimés pour dons sur le site de l’UEPA www.uepa.fr ou écrire à : Association UEPA 50 rue de la Cras 21560 Arc/Tille.

 

Pour conclure, nous rendons hommage à tous ceux qui nous ont entourés et continuent de le faire, journalistes, fédérations, instances officielles, mécènes, entreprises, particuliers, la Fondation du Patrimoine, et, enfin, le maire Monsieur Patrick MORELIERE et ses élus, sans lesquels rien n’aurait pu être réalisé !

 

 

« De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y a pas de plus vital que le passé »
Simone WEIL, philosophe. 1909-1943.
AF 2 mars 2015

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Tourisme et Patrimoine Mondial : des clés pour une réussite durable.
Quels sont les enjeux touristiques d'une inscription au Patrimoine mondial de...
Le Château de Rochefort à Asnières en Montagne 21500
Au cœur de la Bourgogne, dans un écrin de verdure, proche de...
Arc-sur-Tille : un 1er prix national pour un patrimoine local.
Mardi 27 mai, une délégation municipale,...
PORTRAIT D'ELU ... l'Echo des communes a rencontré Laurent Streibig, Maire d'Echannay, Président de la C.C. Ouche et Montagne.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
"Croix de nos villages" de Fontaine-Française et de ses environs.
Les croix de village font partie de l'héritage rural de notre...
Alain SUGUENOT se réjouit du rapport d'expertise de l'ICOMOS, organe consultatif de l'UNESCO
Une nouvelle étape capitale vient d’être franchie pour la...
AUX PORTES DE LA RESTAURATION
Chantier de restauration pour les 400 ans de la porte de la chapelle des...
A Saint seine l'Abbaye, les vieux métiers font rêver
L’Office de Tourisme du Pays de Saint Seine vous invite à...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *