Histoire des jardins de Fleurey-sur-Ouche aux XVIIe et XVIIIe siècles

20 juillet 2015

À cette époque, Dijon s’urbanise rapidement à l’abri de ses remparts. L’installation de la Cour des Comptes et de la Haute Cour de Justice, appelée « Parlement », y entraîne la construction de nombreux hôtels particuliers. Pour asseoir leur fortune et leur prestige, les « gens de robe » investissent parallèlement dans la terre, dans toute la région dijonnaise. La situation des campagnes leur est particulièrement favorable puisque les villages, endettés par les guerres, les famines et les épidémies successives, sont contraints de vendre leurs propriétés communales. Ainsi, à Fleurey-sur-Ouche au milieu du XVIIe siècle, seize dijonnais achètent à eux seuls plus des huit dixièmes des bois et terres de la communauté.

Pour surveiller leur domaine, les parlementaires édifient leur « maison aux champs », le pendant de leur hôtel particulier en ville.

 

De magnifiques jardins à la française étagent alors leurs terrasses le long de la corniche rocheuse qui surplombe la rivière, du côté de la Velle. « On y voit plusieurs maisons de campagne embellies par des jardins délicieux… ». Charmilles, bosquets, petits bois, bassins avec jets d’eau, vergers et potagers « attirent le regard des curieux » (Courtépée et Béguillet, Description générale et particulière de la Bourgogne, 1774).


D’ouest en est, se succèdent la villa des Tilleuls, les Charmilles, le Château du Prieuré puis le domaine Baüyn, situé entre la rue de Chanteronne et la Grande rue du Bas. Son immense jardin est aujourd’hui divisé en plusieurs enclos. Il est bien visible dans son ensemble depuis le chemin de halage, ponctué, à chaque extrémité de la corniche, par un pavillon de jardin à l’ouest et par une niche de rocaille à l’est. Ces deux constructions, présentes également au Vieux logis, témoignent aujourd’hui encore, de la richesse des décors.

 

Histoire des jardins de Fleurey-sur-Ouche aux XVIIe et XVIIIe siècles

 

 Approche de restitution de plan du jardin Baüyn à la fin du XVIIe siècle, d’après documents d’archives. (Support : cadastre 1812)

 


Au centre du village, la villa Sainte-Chantal et le Vieux logis étaient eux aussi accompagnés de vastes jardins, récemment lotis. Seul à ce jour, le domaine Pérard, implanté à l’entrée de Fleurey, a conservé l’intégralité de son parc, transformé « à l’anglaise » par Alfred de Girval au XIXe siècle. Ces beaux jardins ont fait pendant près de quatre siècles le charme et l'originalité de notre village. Espérons que leurs derniers vestiges en seront maintenus.

 

 

-Pour retrouver et mettre en images l’élégance de ces jardins et de leurs décors, deux visites s’imposent :


Jardin de la Serrée, entre Mesmont et Prâlon (visites sur rendez-vous).


Jardins Coeurderoy, à Moutiers-Saint-Jean, entre Montbard et Époisses. (photo ci-dessous)

Jardins Coeurderoy, à Moutiers-Saint-Jean

 

-Pour un bel exemple de parc à l’anglaise du XIXe siècle

Les jardins de Barbirey, à Barbirey-sur-Ouche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacqueline Mugnier

Texte et illustration

 

 

 


Le 13 avril dernier, l’association Histoire et Patrimoine de Fleurey-sur-Ouche a tenu son assemblée générale dans la salle des fêtes du village. Selon une habitude maintenant bien établie, la présentation d’un sujet de recherche historique a précédé cette réunion. Jacqueline Mugnier a ainsi fait revivre sous nos yeux le village des XVIIe et XVIIIe siècles par l’évocation de ses jardins, avec une tentative de restitution du plan de l’un d’entre eux, basée sur des documents d’archives.

 

HIPAF - Histoire et Patrimoine de Fleurey-sur-Ouche
Adresse : Mairie, 1 bis rue du Sophora - 21410 FLEUREY-sur-OUCHE
Téléphone : 03 80 33 63 84
hipaf@free.fr
http://hipaf.over-blog.fr/

 

Calendrier 2e semestre 2015


> Samedi 29 août : pique-nique à 12 h
Chemin du moulin près des Roches d'Orgères
> Dimanche 20 septembre :
Journées Européennes du Patrimoine Visite de l’église Saint-Jean-Baptiste : de 14h30 à 18h
> Mercredi 30 septembre : généalogie à 20 h
> Samedi 10 octobre : conférence Alain Belassène
À l'occasion du 60e anniversaire de 1945 (Salle des fêtes)
Être juif sous l'occupation en Côte d'Or et en Bourgogne
> Dimanche 8 novembre : Sombernon, foire aux livres

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Gare de Leuglay, terminus tout le monde s'arrĂŞte !
Propriétaire depuis 1995 du site de l’ancienne gare, la commune de...
Tourisme et Patrimoine Mondial : des clés pour une réussite durable.
Quels sont les enjeux touristiques d'une inscription au Patrimoine mondial de...
Arc-sur-Tille : un 1er prix national pour un patrimoine local.
Mardi 27 mai, une délégation municipale,...
PORTRAIT D'ELU ... l'Echo des communes a rencontré Laurent Streibig, Maire d'Echannay, Président de la C.C. Ouche et Montagne.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
"Croix de nos villages" de Fontaine-Française et de ses environs.
Les croix de village font partie de l'héritage rural de notre...
Alain SUGUENOT se réjouit du rapport d'expertise de l'ICOMOS, organe consultatif de l'UNESCO
Une nouvelle étape capitale vient d’être franchie pour la...
A Saint seine l'Abbaye, les vieux métiers font rêver
L’Office de Tourisme du Pays de Saint Seine vous invite à...
Les climats du vignoble de Bourgogne entrent au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inscrire...
Quiquemelle
a publié le 20/07/2015 20:08
Coucou Jacqueline ! Merci pour ton article. A bientĂ´t. sur les chemins .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *