Mont-Saint-Jean


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Patrick MERCUZOT
Secrétaire de Mairie SAULGEOT Françoise
Adresse Mairie - 21320 Mont-Saint-Jean
Tél. 03 80 84 30 89
Email montsaintjean.mairie@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 17h00 à 19h00 - Jeudi 14h00 à 18h00 - Samedi 8h00 à 10h00
Population 260 habitants. Les Montsaintjeannais
Altitude 355 mètres Superficie 2800 ha
Situation géographique Latitude: 47° 17' 33'' Nord Longitude: 4° 24' 7'' Est
Communauté de Communes CC Pouilly-en-Auxois et Bligny-sur-Ouche
Canton ARNAY-LE-DUC

Je suis fan de ma commune

Présentation

Place forte redoutée par les Ducs de Bourgogne. A la mort de Charles le Téméraire, Louis XI fit raser les tours et les courtines laissant le donjon et ses quatre tours. Chapelle castrale au choeur roman qui repose sur une crypte que l'on peut visiter. Sur le plateau : site archéologique, fondations d'une exploitation seigneuriale de XIVè siècle.

Plus d'infos

www.ccauxoissud.fr

Tourisme & Patrimoine

Village médiéval, château, église, Porte St Christophe, musée de la vie rurale, maisons typiques, pigeonniers, manoir de Gincey, ancien hôpital XI-XIIè siècles, croix, vestiges prieuré de Glanot, chapelle de Fleurey.





©André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… MONT-SAINT-JEAN. Canton d'Arnay-le-Duc. (Autrefois canton de Pouilly-en-Auxois).
Au nord du bourg, une croix en pierre marque le passage d'une voie romaine.
La commune s'appela autrefois Mont-Serein. Au Xe, une importante forteresse était installée sur le plateau, déjà occupé auparavant par un camp romain. Durant les XIII et XIVe, modifiée, elle abrita les seigneurs de Mont-Saint-Jean qui tinrent tête aux Ducs de Bourgogne. Louis XI fit raser les tours et les courtines mais le donjon et ses quatre tours subsistèrent. L'ensemble comportait une première muraille entourée de fossés secs renforcée par une série de tours, rondes et carrées. En observant bien, on retrouve, côté village, la trace du pont levis muré. Au milieu de cette enceinte se dressait le donjon, véritable château à lui seul avec ses quatre tours d'angle, un second pont levis remplacé de nos jours par un pont dormant et son porche voûté protégé autrefois par une herse. Un tel monument vit naitre la légende de la vouivre de Mont-Saint-Jean, mi-femme, mi-poisson, vivant dans les souterrains du château. Une allée de tilleuls bicentenaires borde aujourd'hui les fortifications. Elle a pris la place des anciens fossés comblés au XVIIe. On y croise deux belles croix en pierre.
L'église Saint-Jean-Baptiste, simple chapelle castrale au XIIe, dominée par son clocher roman du XIIIe aux étonnantes fenêtres à trumeaux torsadés, est installée dans l'enceinte de la forteresse. Une corniche à modillons sculptés ornemente le clocher et l'abside. Agrandie au fil des siècles, l'église profite d'un plafond en coque de bateau inversée éclairée par de beaux vitraux. Elle a gardé une intéressante crypte du Xe divisée en trois nefs. Au milieu du XVe, Raoul de Mont-Saint-Jean rapporta au retour de la septième croisade, des reliques de Sainte-Pélagie, vierge martyrisée au Ve. Elles y furent abritées et il s'ensuivit un important pèlerinage. Le mobilier compte une belle série de statues hébergées dans une chapelle latérale et un magnifique coffre en bois sculpté du XVIe attribué à l'école d'Hugues Sambin.
L'ancienne école de filles XIXe voisine est aujourd'hui difficilement identifiable.
L'ensemble du village conserve un aspect médiéval avec de nombreuses belles et vieilles maisons XIV, XV et XVIIe, ses fontaines et mérite amplement une visite. Autrefois, sept portes donnaient accès à la ville. Seule une arcade de la porte Saint-Christophe est arrivée jusqu'à nous. Une chapelle XVIe accolée s'ouvre par une série de marche, tandis qu'une fenêtre en partie basse laisse penser à un ancien bureau d'octroi. La mairie école du XIXe est dotée d'un four à pain semi-circulaire. Suite à un grave accident dans l'ancienne école, la commune fit l'acquisition en 1858 d'une belle demeure XVIIe appartenant à Louis Bullier pour y installer la mairie et une école pour une centaine de garçons. Sous ce digne édifice, un petit musée retrace la vie rurale. Au début du XXe, le bâtiment de la poste y fut accolé. Carrés, ronds, et même pour un d'entre eux hexagonal, parfois couverts en laves, on compte encore seize pigeonniers et colombiers à Mont Saint-Jean.
On découvre aussi les vestiges de l'ancien hôpital XII-XIIIe en activité jusqu'à la fin du XVIIIe comme asile pour les pauvres vivant de la charité publique. Il appartenait à l'ordre de Saint-Augustin fondé en 1188 et fut rattaché, dès le XIIIe, au prieuré de Nailly (Proche de Flavigny-sur-Ozerain), avant d'être cédé aux habitants en 1576. Cette maison-Dieu accueillait les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle. Il ne comprend plus qu'une de ses deux salles, celle des femmes dotée d'une cheminée, et une chapelle couverte en laves.
À voir également à proximité, en contrebas, le manoir XVIe de Gincey encadré par ses deux tours carrées, remanié au XIXe. La majorité de ses dépendances date de cette époque. Il fut construit en 1570 par l'amiral Léonor Chabot, lieutenant-général au gouvernement de Bourgogne et Grand écuyer de France, qui contribua à éviter le massacre de bien des protestants lors de la Saint Barthélemy. En partant le regarder, on croisera le lavoir local. De l'autre côté de l'éperon qui supporte le village, on déniche l'ancien moulin de l'Étang
Mais il est de nos jours difficile de dissocier Mont-Saint-Jean du hameau de Glanot.
En suivant la rue qui joint les deux et glisse vers le nord-est, on croise d'abord une belle maison XVe dite moyenâgeuse avec une superbe porte à accolade transformée en fenêtre, une niche abritant une Vierge et une porte à double accolade ornée d'un couperet gravé qui lui légua le nom de "maison du boucher".
Voici ensuite une croix pattée. Puis, à quelques dizaine de mètres, le juge parisien Perrot fit édifier en 1901 par l'architecte Louis Perreau, une imposante demeure bourgeoise pour impressionner et accueillir sa maîtresse dont l'effigie sculptée trône au-dessus de l'entrée. On retrouve aussi son portrait dans le décor des magnifiques plafonds. Une tour hexagonale surmontée d'un lanternon abrite l'escalier à vis. Des mosaïques rehaussées de tesselles dorées à la feuille d'or décorent la façade. Le bâtiment fut réquisitionné par les allemands lors de la dernière guerre mondiale, afin d'implanter un poste de commandement pour la Bourgogne. L'étonnante demeure baptisée "Château Les Roches", est aujourd'hui transformée en chambres d'hôtes. Le parc accueille une grotte de rocaille.
Une autre maison bourgeoise avec tour ronde couverte d'ardoises surnommée "Châlet de Glanot" se dresse à une centaine de mètres. Elle fut elle aussi dessinée, comme le château Les Roches ou l'hôtel de la Cloche à Dijon, par l'architecte Louis Perreau. On notera un abreuvoir dans le mur de soutien.
Enfin, on atteint les vestiges d'un prieuré de Cluny. La source descendant du coteau placée sous le vocable de Saint Maur où on venait en dévotion, pourrait être à l'origine de l'implantation de ce prieuré. Délaissé après les guerres du XIVe, il fut vendu à la Révolution, le nouveau propriétaire ne conservant que la partie nord. Aujourd'hui, on découvre les ruines de l'église romane Saint-Pierre XIIe qui a gardé une abside en cul-de-four et arbore des piliers de baies en plein cintre ornés de chapiteaux ornementés. Un bâtiment y est accolé et un pigeonnier carré XVIIe dressé à proximité. On s'attarde en face devant un lavoir XXe.
Si l'on continue notre progression, nous arrivons à Montberthaut qui nous propose de découvrir une croix en pierre.
Au nord de Mont-saint-Jean, en grande partie sur le territoire de Charny, le bois d'Amont garde les vestiges fouillés et dégagés d'une ferme seigneuriale du XIVe, la Grange du Mont. Elle fut édifiée à la fin du XIIIe siècle, sur une partie du domaine de la seigneurie de Mont-Saint-Jean (Voir Charny).

La Comme / La Come. (Mont-Saint-Jean). Dans ce hameau, la chapelle Sainte-Marguerite de la Comme du XVIIe couverte en laves attire les regards. Sa porte métallique retient l'attention, tout comme le calvaire, avec table des morts (ou autel ?), dressé devant. On la date généralement du XVIIe. Mais elle aurait été construite au XIXe par Louis Potot qui vivait en ces lieux avec sa famille, afin de servir de chapelle funéraire. Louis Potot, né à Mont-Saint-Jean, prêtre en 1767, curé de Blancey en 1778 ! Un certain M. Verdier rapporte qu'il avait rétracté son serment vers 1709, puis qu'il s'était réconcilié. Mais nous sommes cette fois au XVIIIe. Alors, XVII, XVIII ou XIXe ? S'agit-il du même Louis Potot. Un peu plus bas, on trouve le lavoir du hameau.

Fleurey. (Mont-Saint-Jean). La chapelle Sainte-Pétronille du XVIe vécut une drôle d'aventure. Elle fut en effet démontée, déplacée puis remontée, mais en perdant une partie de sa surface. Elle recèle une piéta du XVe provenant du tombeau d'Antoinette du Luxembourg. À côté on trouve un puits surmonté d'une pompe intégrée dans un mur et en face, un pigeonnier carré. Près de l'ancien lavoir se dresse une croix pattée.

Mairey. (Mont-Saint-Jean). Le hameau spécialisé dans la fabrication de foie gras, nous réserve aussi deux pigeonniers carrés et un lavoir sans toit.

Melin. (Mont-Saint-Jean). On s'attarde ici devant un pigeonnier restauré. Le lavoir de Melin sur le Doran a été détruit au XXe siècle. À mi-chemin de Fleurey et Melin, on repère une bâtisse couverte d'ardoises avec cour et puits, ancienne école commune à Fleurey, Melin et La Comme. À l'ouest, ancienne gare de la ligne de Saulieu à Pouilly-en-Auxois proche du moulin Genot. Construite en partie avant la première guerre, la ligne vit ses rails déposés, puis reposés en 1828-29. Terminée jusque au moulin, elle ne fut jamais mise en service.

Ormancey. (Mont-Saint-Jean). On découvre ici deux pigeonniers carrés, l'un encastré dans le toit d'une ferme, et une croix d’asile sur laquelle les voleurs poursuivis par les gendarmes venaient trouver refuge ! On déniche également un vieille borne de direction en pierre (déplacée) et au sud-ouest, l'ancien moulin Doyen.

Sonnotte. (Mont-Saint-Jean). On ne trouve dans ce hameau qu'une petite mare et un pigeonnier carré couvert de laves.
André Beuchot

©André Beuchot


 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Associations et Comité des fêtes organisent vide-grenier, marché nocturne, marché aux fleurs, ball-trap, feux de la St Jean...

Économie & Développement

Producteur de foie gras - artisans - éleveurs de Charolais -

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Visitez le Musée de la vie rurale
Village de Mont-Saint-Jean
Tel. 03 80 84 31 22, 03 80 64 34 30
lesamis.montsaintjean@yahoo.fr
www.perso.orange.fr/mont.st.jean/mus?e.html


Fan de ma Commune

site dromardennes
01/12/2013
Interview magnifique de Robert Ménard Philippe Bilger site dromardennes http://sopros.fr

Lapree
05/10/2018
Bonjour, Très bel article permettant de balayer l’histoire et le patrimoine de mont saint jean. On decouvre également qq manifestations proposées tout au long de l’annee ainsi que l’activité économique autour de l’agriculture. On regrettera toutefois de ne pas trouver nomme le viticulteur ainsi que les multiples activités socio-culturelles à destination des petits et grands proposées par l’association La Coudee.

Soumettre un commentaire