Bonnencontre


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire François PERRIN
Secrétaire de Mairie MONIN-BAROILLE Claudine
Adresse 28, Grande rue - 21250 Bonnencontre
Tél. 03 80 36 33 05 Fax 03 80 36 33 05
Email mairie.bonnencontre21@orange.fr
Horaires d'ouverture Mardi 16h-19h - Samedi 9h30-11h30
Population 450 habitants. Les Bonnencontrois et Bonnencontroises
Altitude 177 - 226 mètres Superficie 1083 ha
Situation géographique Entre la forêt de Cîteaux et la Saône, 31 km de Dijon, 29 km de Beaune, 13 km de Seurre, 10 km de St Jean de Losne
Communauté de Communes Rives de Saône
Canton BRAZEY-EN-PLAINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Bonnencontre, autrefois Villey-sur-Saône, doit son nom à une Bonne Rencontre (c'est le nom qui était employé pour désigner un combat) qu'aurait livré en 1391, Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne, à une bande de redoutables écorcheurs, qui écumait le Val de Saône et qu'il aurait exterminés sur place.

A cette époque s'élevait une Maison Forte qui avait été construite au XIIè siècle à l'emplacement actuel de l'église. Celle-ci en sa partie du chœur n'est autre qu'une chapelle qui deviendra la chapelle du magnifique château-fort bâti en 1430 par Marguerite de Vienne. Il fut en partie détruit en 1636 par les Croates du général autrichien Gallas, durant la guerre de Trente Ans. Aujourd'hui il ne reste plus comme vestiges que : la chapelle du château, l'église actuelle (XVè siècle), et les monticules de terre marquant l'emplacement des tours.

Village natal du Général Baron d'Empire J.B. JACQUIN (1759-1841) et du peintre Ernest COURTOIS (1859-1955).

Plus d'infos

Office de tourisme Rives de Saône
13, rue Bossuet à Seurre.
Tél. 03 80 21 09 11
contact@tourisme-seurre.com

Tourisme & Patrimoine

Village Fleuri

L'église de l'Immaculée Conception : Le choeur voûté de style roman aigu bourguignon datant du XIIè siècle est une ancienne chapelle castrale, vers 1430, celle-ci s'avérant trop petite, fut prolongée d'une nef de même structure.
L'imposant clocher a été construit en 1741 et 1742.





©André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… BONNENCONTRE. Canton de Brazey-en-Plaine (Autrefois canton de Seurre). 436 h. ?
Autrefois Villey-sur-Saône, le village doit son nouveau nom à la rencontre (bonne rencontre = bataille) qui eut lieu en 1391 entre les troupes des Ducs de Bourgogne et les Écorcheurs qui furent alors exterminés sur place. Une deuxième bande d'Écorcheurs attaqua plus tard Bonnencontre au XVIIe. Après la résistance de Saint-Jean-de-Losne, reculant devant la montée des eaux de la Saône, l'armée de Gallas arriva à Bonnencontre. Tous les habitants s'étaient réfugiés dans le château. Les jours précédents, Gallas avait déjà envoyé un gros détachement pour attaquer la forteresse. Mais celle-ci, défendu par 14 ou 15 paysans seulement, selon l’abbé Courtépée, avait brillamment résisté. La nouvelle attaque ne se présentait guère mieux pour l’envahisseur. Tenaces et rusés comme des "chats", hommes et femmes résistaient vaillamment. Gallas ordonna de mettre le feu à l’édifice. Sans plus de succès. Il finit par renoncer. Les "chats" avaient eu chaud ! On dira même qu'ils avaient failli griller, ou "friller" dans le patois de la région. Ce qui donna le sobriquet de "chais frillés", chats en patois se disant chais. Aujourd'hui encore, on les surnomme les cheffriers.
La maison forte construite au XIIe fut remplacée par un magnifique château fort bâti par Marguerite de Vienne en 1430. Il fut détruit en 1636 par les Croates du général autrichien Gallas, durant la guerre de Trente Ans. Aujourd'hui il n’en reste que quelques maigres monticules de terre marquant l'emplacement des tours et la chapelle XVe, chœur de l'actuelle église de l’Immaculée Conception. On y accède par une allée de platanes centenaires. Construite en briques dans le bas du village, primitivement du XIIe, elle fut modifiée au XVe. Le clocher est ajouté au XVIIIe, tour et flèche polygonale se couvrant d’ardoises. On affirme qu’elle fut la première église du département dotée d’une cloche électrifiée. À l'intérieur, les énormes poutres entrecroisées supportant le clocher ont de quoi impressionner. On observe également une belle piéta XVIe polychrome en pierre et un retable XVIIe encadré par deux colonnes ornées de pampres.
Du côté des légendes, on raconte qu'un beau et fier coq restait désespérément délaissé par les poules du village. Il décida d'aller voir plus loin ce qu'il en était. Mais il fut pris dans une bourrasque de sable qui le couvrit de poudre d'or et le propulsa au sommet de la flèche du clocher. Il y trône toujours, mais depuis ce jour, il est admiré par toutes les poules du voisinage.
Nous observons également à Bonnencontre de belles maisons en briques, de nombreuses fermes imposantes, parfois en briques et à pans de bois, une maison de maître au toit bicolore calé dans un petit parc, un four à pain, une balance, et enfin, la mairie-école XVIII-XIXe parée d’un clocheton.
Au sud, le barrage à aiguilles sur la Saône n'a conservé que les piliers supportant les fameuses aiguilles. Quant à la tuilerie située jadis au nord-ouest, elle a disparu.
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Vie associative : Bonnencontre Village Fleuri, Foyer Rural (Club des Cigales, Gymnastique, Danse de salon), Comité de jumelage Bonnencontre-Franzenheim, Chorale Saônandréor, Esbarres-Bonnencontre Echecs.

Économie & Développement

Village à vocation agricole, 4 exploitations, cultures principales : céréales, cassis (premier producteur de Côte d'Or), légumes. Une boulangerie-épicerie-bar. Une scierie pour bois de chauffage.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Pêche, Promenade, circuit de randonnée.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire