Beire-le-Châtel


Gérard Maës


Gérard Maës


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Laurent BOISSEROLLES
Secrétaire de Mairie MIGNEROT Agnès
Adresse 1 route de Dijon - 21310 Beire-le-Châtel
Tél. 03 80 76 39 88 Fax 03 80 76 39 89
Email mairie.beirelechatel@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture jeudi de 14h à 18h30 et vendredi de 8h30 à 12h.
Population 845 habitants. Les Beiréens et Beiréennes
Altitude 260 mètres Superficie 1925 ha
Situation géographique 17 km au Nord-Est de Dijon
Communauté de Communes Mirebellois et Fontenois
Canton SAINT-APOLLINAIRE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Ce village de houblonniers situé à 17 km de Dijon a su conserver son caractère rural. Ses nombreuses associations et ses commerces assurent à la population une grande qualité de vie.
C'est un village agréable et dynamique dont la tranquillité est appréciée de tous.
Le village est traversé par la rivière la Tille.

Plus d'infos

www.intercom-mirebellois.com

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Laurent, XIXè siècle. Château. Hameau de Vesvrottes.
Forêts.

Gérard Maës

©André Beuchot

©André Beuchot


 


 

Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… BEIRE-LE-CHÂTEL. Canton de Saint-Apollinaire. (Autrefois canton de Mirebeau).
Le village tirerait son nom du gaulois "Beire" signifiant "plaine". La découverte d'un temple dédié à Januaria rappelle la position de Beire-le-Châtel à l'époque gallo-romaine, au carrefour de voies antiques et on y retrouve les vestiges de deux voies romaines. Par ailleurs, six sépultures gallo-romaines ont été retrouvées en 2019.
Au XIIe, plusieurs seigneurs dépendants de l'abbaye de Bèze, se partagent le village. Une seigneurie laïque relevant de Guillaume de Vergy, seigneur de Mirebeau, se forma le siècle suivant et construisit une première tour. Après divers rachats et successions, elle est acquise par François Badoux, trésorier de France et président de la Chambre des Comptes de Dijon dont les armoiries figurent sur la façade de la ferme voisine. En 1678, il transforme ou reconstruit le château. En 1832 après plusieurs autres changements de propriétaires, Louis-Édouard de Salvaing de Boissieu en prend possession. Il fait rebâtir et décorer la chapelle dix ans plus tard. Le bâtiment principal est encore profondément remanié par ses descendants à la fin du XIXe. Les fossés sont comblés, deux tours rondes et deux tourelles ajoutées et, surtout, les parties hautes du donjon transformées de manière étonnante...
Au XIXe siècle, l'activité économique de Beire-le-Châtel se développe autour du houblon que Victor Noël, ancien maitre de forges de Beire-le-Châtel, implanta en 1833. Le houblon connaîtra un essor considérable dans les années 1870. En 1904, 70 hectares sont exploités à Beire-le-Châtel. En 1927 la Côte-d'Or et deux cantons limitrophes de Haute-Marne totalisent 910 hectares de houblonnières, soit le quart de la surface cultivée en France. Une plante qui nécessite d'importants séchoirs. La partie supérieure du donjon du château va alors être transformée pour cet usage !
Aujourd'hui, ce donjon de plan rectangulaire à quatre étages a gardé les traces de hourdage. Une imposante tour circulaire abrite la chapelle éclairée par une large fenêtre au décor Renaissance. Au sud, une courte aile en retour d'équerre est encadrée par les deux tours circulaires flanquées de tourelles. Le corps principal d'habitation couvert d'ardoises, est bordé par une longue terrasse au centre de laquelle dégringole un escalier monumental. La cour d'honneur arbore une tour polygonale à trois niveaux reliant les deux corps de bâtiment. Quelques dépendances méritent d'être citées comme le colombier rond ou un pavillon semblant bien être l'ancienne orangerie. Les anciens jardins auraient été l'œuvre de Le Nôtre. L'ensemble est bien caché dans le village, derrière de belles rangées d'arbres. Une curieuse croix sculptée encadrée par trois charmes trône devant l'entrée. Faisant autrefois partie du domaine, un curieux ouvrage de style Troubadour proche de l'église, au bord de la route principale, ne manquera pas de vous interpeller.
À l'ouest du château, un moulin à grain XVIIe doté de trois roues à aubes fonctionna sur une dérivation de la Tille. Il fut convertit en 1932 en usine électrique équipée d'une turbine.
L'imposante église XIXe Saint-Laurent à la façade curieuse et à l'élégant clocher type Kreisker, trône sur la place centrale. Elle se distingue par une étonnante décoration en peintures murales mise en valeur par ses lustres et vitraux.
À proximité, on découvre d'un côté, le presbytère et sa corniche décorative, de l'autre la mairie-école forte d'une double rangée d'arcades qui l'encadre. On remarque aussi à Beire-le-Châtel une maison de maître du XVIIIe, un four à pain, plusieurs croix intéressantes, un monument dédié à Victor Noël et une vieille "manche à eau" près du château d'eau.
À l'ouest, la ferme de la Chaume, ancienne forteresse XVIe, garde encore ses douves en eau.
Beire-le-Châtel vécut également à l'heure des mines jusqu’à la fin du XIXe. Une exploitation de fer se trouvait sur la droite de la route de Magny-Saint-Médard, au lieu-dit le Grand Raroy. Dans les taillis touffus qui se développent derrière le calvaire, on devine encore les traces de l'activité passée. Une ordonnance du 2 février 1838 signale que "messieurs Thoureau et Ferriot sont autorisés à établir quatre lavoirs à bras, pour le lavage du minerai de fer, sur la rivière de Tille".
À mi-chemin de Petit-Beire et de Vesvrottes, se trouvait le poirier des Fées sous lequel elles se regroupaient.

Vesvrottes / Vesvrotte. (Beire-le-Châtel). On découvre à Vesvrottes une fontaine XVIIe couverte par deux dalles en calcaire et surmontée d'une croix accolée à un petit lavoir sans toit. L'élégant château néo-gothique XIXe de Vesvrottes fut hélas détruit en 1968. Il n'en subsiste que l'ancienne orangerie, un joli corps de ferme et un très beau colombier rond. Il conserve un très rare escalier tournant desservant autrefois les 2 500 boulins ronds en terre cuite.
André Beuchot
©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Ecole maternelle, 1 route de Dijon. 03 80 23 27 28.
Ecole élémentaire, 1 route de Dijon. 03 80 23 27 75.
Espace périscolaire. 1b route de Dijon. 03 80 23 33 03
Collège Arthur Rimbaud à Mirebeau-sur-Bèze, 12 rue du Collège. 03 80 36 71 82.
Bibliothèque municipale,1 route de Dijon, 03 80 76 39 91, ouverture le mercredi de 16h à 18h et le samedi de 10h à 12h, bm.beirelechatel@orange.fr
9 associations.

Economie & Développement

18 entreprises/commerces.
Café restaurant/Boulangerie-Pâtisserie/Coiffure.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Fête patronale 4ème dimanche de septembre.
Fête de la citrouille chaque année fin octobre ; musique, animation de rue, jeux pour tous les âges, artisans, déguisements, feu d'artifice - secretariat@fleuribeire.fr -
www.fleuribeire.fr


Fan de ma Commune

Zimmermann
10/11/2019
Ensemble très bien réalisé

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus