Saint-Martin-du-Mont


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire MAIRET Denis
Secrétaire de Mairie ANGEBAULT Lucille
Adresse 1 place de la Mairie - 21440 Saint-Martin-du-Mont
Tél. 03 80 35 03 74 Fax 03 80 35 17 80
Email mairie-saintmartin@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 14h-16h, Jeudi 16h-18h
Population 407 habitants.
Altitude 385 mètres Superficie 3784 ha
Situation géographique Latitude: 47° 25' 59'' Nord - Longitude: 4° 47' 11'' Est
Communauté de Communes Forêts Seine et Suzon
Canton FONTAINE-LES-DIJON

Je suis fan de ma commune

Présentation

Saint-Martin-du-Mont est situé à 23 km au Nord-Ouest de Dijon.
La rivière l'Ougne traverse la commune. Vous apprécierez les paysages naturels qui l'entourent comme, le vallon du ru de Sainte-Seine, les gorges du Suzon, le bois de Cestres, les bois communaux de la Combe d'Eté, de Saint-Seine, le site du ru Blanc et l'étang des Anglais.

Plus d'infos

www.cc-forets-seine-suzon.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise romane. Chapelles. Calvaires.
Monument des aviateurs à la casquette début XXè siècle.

© André Beuchot

© André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… SAINT-MARTIN-DU-MONT. Canton de Fontaine-lès-Dijon.
Planté sur son éperon, centre géographique du département, le village domine Saint-Seine-l'Abbaye. Renforcée par deux colonnes romaines provenant d'un temple romain des sources de la Seine, réputées être en granit mais qui semblent pourtant en calcaire, l'église refaite au XVIe, remonte en fait au XIIe. Le porche imposant abrite un sarcophage en pierre. Quelques vitraux illuminent l'intérieur qui cache un joli tabernacle doré décoré de statuettes. Dans le cimetière, un imposant tilleul protège les tombes de son ombre.
Un colombier rond du XVIIe couvert en laves subsiste en contrebas du village à la ferme des Anglais, construite en 1642 par Nicolas le Compasseur, infirmier de l’abbaye de Saint-Seine. Au sud-ouest, on observe d'anciennes terrasses et le lavoir XIXe restauré de la Combe aux Os.
En allant sur Froideville, on découvre une belle Vierge à l'Enfant.
Du côté des légendes et traditions, on dit qu'il ne faut pas remuer la terre du cimetière un vendredi, sinon quelqu'un mourra dans le village six semaines plus tard. On cite également ici la présence d'une roche branlante, la Pierre Gaie.
Plusieurs grottes se partagent le territoire de la commune, celle de la Goudronnée, située au bord de la route de Saint-Seine à Bordes-Bricard, offre un développement de 45 m.

La commune comprend de nos jours plusieurs hameaux :

Bordes-Bricard. (Saint-Martin-du-Mont). Bordes-Bricard a livré un four de potier gallo-romain au lieu-dit Les Champs de Vaux (Champ du Vau), en face des fermes de Champcourt, à 300 m du hameau. La chapelle XVIe Sainte-Geneviève, toujours dominée par sa jolie petite cloche, fut remaniée au XIXe. À l'ouest, en contrebas, face au lavoir XIXe couvert en laves doté d'une curieuse alimentation en eau, s'alignent une série d'auges en pierre surmontées par une croix. Outre de belles fermes en pierre, l'ancienne mairie-école XIXe est toujours identifiable.
Au sud-est, le Rui Blanc jaillit d'une caverne accessible en plongée sur 230 m, puis dévale la combe Rat. Sautant une petite cascade, le ruisseau se tortille dans le fond du val taillé au fil des siècles, ricoche dans des gours naturels formés par le tuf déposé sur des troncs et branches effondrés, puis s'enfile sous la route pour rejoindre le Suzon. Le ruisseau se tortille depuis des siècles, formant des gours naturels en tuf. Son nom provient sans doute de ce tuf qui colore son lit de blanc : le Rui Blanc = le ruisseau blanc.
À flanc de coteau, on remarque la ligne droite du ballast de la ligne de chemin de fer de Dijon à Châtillon-sur-Seine, vestige du trafic ferroviaire d'antan, qui, dominé par de belles falaises, remonte vers Bordes-Bricard, enjambant un pont de pierre. La ligne frôlait le hameau au nord, mais la gare de Bordes-Bricard a hélas disparu. À l'opposé, la ligne prend la direction de Val Suzon. Il fallait 52 mn au tacot pour relier val-Suzon à Saint-Seine-l'Abbaye.

Bordes-Pillot. (Saint-Martin-du-Mont).
Si on relève la présence de l'éperon barré de Château Manchard dominant le Suzon, il n'est pas certain qu'un habitat y fut implanté. Les spécialistes évoquent parfois l'implantation d'un poste de gué ou d'un refuge temporaire.
À l'origine, les "bordes" étaient souvent des cabanes installées à la bordure de zones déjà connues. Les terrains dégagés par l'essartage permettaient ensuite l'implantation de nouvelles fermes. Certaines bordes sont devenues des hameaux tels Bordes-Pillot ou Bordes-Bricard. Le village conserve sa chapelle Saint-Blaise XIXe dominée par sa cloche, plusieurs croix et une petite mare récemment restaurée. Comme à Bordes-Bricard, l'ancienne mairie-école XIXe au style proche, est toujours identifiable. En contrebas, une coupole en pierre abrite une fontaine XIXe dont le fond est dallé. Une série d'abreuvoirs convertis en bacs à fleurs la côtoie. Encore plus bas, on déniche le lavoir au toit de laves et une seconde série d'abreuvoirs profitant toujours d'une source.
Sur les anciennes cartes d’état-major, on trouve à la sortie du village en allant vers Fromenteau, l'indication d'un gouffre. Effectivement, un gouffre se trouvait là autrefois, mais jugé inutile et dangereux, il fut comblé. Heureusement pour les spéléologues, un autre gouffre subsiste dans les environs, le Puits du Château Mansard. Délicat à trouver, cet abîme de 27 m est caché à 100 m du bord gauche de la route du Suzon (en descendant la vallée), 250 m avant la bifurcation de Bordes-Pillot. Il a fait l'objet de travaux de désobstruction.
Très à l'écart, une halte de la ligne de chemin de fer de Dijon à Châtillon-sur-Seine existait à Bordes-Pillot et une seconde ligne venant de Saulieu devait s'y raccorder. Mais elle ne fut jamais terminée

La Casquette. (Saint-Martin-du-Mont). Il ne reste que quelques maisons de cet ancien hameau, l'une d'elles, au bord de la grande route, arborant fièrement une casquette piquée sur son toit. On raconte que les convois de bœufs faisaient ici étape autrefois. On menait boire les bêtes à la fontaine de Part-Bœuf (Parbeuf) où l'on pompait l'eau d'un puits. Un convoyeur rentrant un jour de Paris avec une belle casquette neuve dont il était très fier, légua ce patronyme au village. Abritée sous une niche en pierre, la fontaine du XVIe est toujours là, son abreuvoir est à sec et la grande mare inclinée souffre de son manque d'eau régulier.
Dans les bois de Cestres, au sud du hameau, on découvre les vestiges d’une borde abandonnée des XIII-XIVe. On distingue deux fermes avec enclos conservant les traces d’un four à pain, ainsi que les restes d’un four à chaux produisant de la matière première pour la construction de l’abbaye de Saint-Seine. À l’entrée du site, une cabane de bûcheron du début du XXe, en bois et en terre a été reconstituée. À environ 250 mètres de là dans le bois, au nord-ouest, se situe le "Puits Gaillard", point d'eau important de ce village. Plus loin, dans la forêt de la combe d’Été, se cache une seconde borde abandonnée. (Borde = cabane).

Cestres. (Saint-Martin-du-Mont). Au VIe, saint Seine, fils du Comte de Mesmont, moine à Moutiers-Saint-Jean, s'installe dans la forêt de Cestres pour établir un monastère. Par la suite, le site sera transféré au fond de la vallée pour fonder l'abbaye de Saint-Seine. On trouve à Cestres un lavoir restauré alimenté par une source pure et la fontaine de la Marche à la Tour. Au sud, au pied de la montagne, fut mis à jour un habitat médiéval de la seconde moitié du XIVe, possédant un vaste foyer central à l’image des cheminées sarrasines, propriété de la famille Jacquin, qui compta de nombreux maires de Cestres. Huguenin Jacquin était négociant en laine, châtelain de Talant de 1383 à 1384. Le domaine fut abandonné en catastrophe au début du XVe et ne sera pas réoccupé. Au nord, on déniche une belle mare-abreuvoir dallée où jaillit une source.

Froideville. (Saint-Martin-du-Mont). Près d'une petite mare, se dresse le lavoir XIXe du village. Derrière la construction s'alignent une série d'abreuvoirs.

Fromenteau. (Trouhaut). Accolée au lavoir, la chapelle Saint-Éloi XVIe possède une belle charpente en coque de bateau renversée. Patron des maréchaux-ferrants, saint Eloi aurait coupé la patte d'un cheval pour la ferrer, puis remise en place sans difficultés.
Dominant le village de ses 598 m, le Mont Tasselot (Tasselot : petit mont, butte résiduelle dans le patois dijonnais), au pied duquel on situait curieusement autrefois les sources de la Seine (!), est resté célèbre grâce à celles-ci. Sur la face sud s'ouvrent plusieurs petites grottes, la plus grande atteignant une trentaine de mètres. Un camp allemand de surveillance aérienne fut implanté sur le mont Tasselot lors de la dernière guerre. Puis le site fut occupé par l'armée française. Une station de radiogoniométrie reliée à Longvic, travaillait avec celles de Santosse et du mont Roland à Dole. Des casemates sont encore visibles sur les pentes. Après la guerre, les fermes de la région employèrent des prisonniers Allemands de 1945 à 1948. Le hameau a la particularité d'être à cheval sur les communes de Trouhaut et de Saint-Martin-du-Mont.
André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Economie & Développement

Chauffagiste/climatisation : 03 80 33 41 61.
Taxi : 03 80 35 00 53.
Vente et réparation motocycles : 03 80 30 58 31.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Promenades/Randonnées pédestres ; Un sentier (GR2 - rouge et blanc) vous permet de remonter vers la source du Ru Blanc (1,2 km) qui se jette ensuite dans le Suzon.
Vous trouverez le long d'une petite route longeant le Suzon, l'aire de pique-nique du Ru Blanc.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus